Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Victorien Sardou

 | 
Isabelle Moindrot

3 – D’un art à l’autre

Le gastronome au théâtre

Guy Ducrey

Texte intégral

  • 1 Paris-Premières, Revue illustrée des théâtres : Le Crocodile, Arts du spectacle, s. d., Coll. « Ron (...)

1En décembre 1886, à quelques jours de Noël, Victorien Sardou mettait en scène sa nouvelle pièce à grand spectacle, Le Crocodile, comédie, drame et féerie tout ensemble. Elle raconte le naufrage d’un paquebot dans l’océan Indien et la façon dont un groupe de passagers échoue sur une île de palétuviers et de bananiers. Que manger ? Ou plus exactement : comment bien manger ? C’est la question qui se pose à cet ensemble hétéroclite de rescapés. À l’occasion de ce nouveau spectacle, la revue Paris-Premières publiait une page manuscrite de l’auteur, accompagnée de cette légende : « Page du Manuscrit que Victorien Sardou a bien voulu nous communiquer. C’est un menu uniquement composé de produits de l’île des Palétuviers ; ce menu était celui d’un repas de noce qui devait être fait au 5e tableau, mais que l’auteur du Crocodile a dû supprimer comme faisant longueur. Cette page est donc absolument inédite1. » Suivait le menu lui-même, dont voici l’essentiel :

  • 2 Ibidem.

Le Riz au lait de coco
Le Potage à la tortue
Les Filets de lamantin sauce piquante
La matelote d’anguilles de mer
Les Dorades au vin de Palmes
La Pintade au Kari […]
Le gobe-mouche en caisses
Les Patates grillées […]
La friture d’ignames
La cuisse d’antilope aux oignons blancs
L’outarde rôtie farcie de bécassines Le jambon de cochonneau à la coriandre
Le buisson de crabes
Les bouquets de bananes
La gelée d’ algues marines
La confiture de goyaves au sucre de canne
– Pamplemousses, ananas, mangues […], figues, bananes
Vin de Palmier […]
Vin de bananier
Vin de légumes
Café […]2

  • 3 Chromo publicitaire des biscuits Lefèvre-Utile (LU) à l’occasion de la reprise de Patrie ! à la Co (...)
  • 4 Publicité pour la bénédictine, sans date, collection particulière. Reproduite dans : Victorien Sar (...)

2Merveilleuse liste, et propre à faire rêver le public d’un Paris qui ne connaissait pas encore les restaurants indonésiens ou thaïlandais. Le statut même de ce texte n’est pas indifférent : exclu de la pièce même, il trouve malgré tout le chemin de la publication, tant il est vrai que Sardou ne laisse jamais rien perdre pour la réclame d’un nouveau spectacle. Ce menu de rêve a charge, assez efficacement, d’appâter le chaland. Surtout, il révèle chez son auteur une maîtrise délicieuse de la rhétorique gastronomique, joliment parodiée dans un petit exercice de style ludique où l’on adapte à l’exotisme oriental d’un pays imaginaire le langage du bien manger parisien. Victorien Sardou s’y entendrait-il en gastronomie ? L’iconographie de l’époque semble le confirmer par une série d’images largement diffusées dans la presse. Ici, notre dramaturge promeut les biscuits LU, avec cette légende de sa main : « S’il fallait décerner le prix/au plus savoureux des biscuits,/c’est LU/qui serait élu3 ». Ailleurs la bénédictine, défendue par cette formule espiègle : « Après avoir cherché la meilleure façon de déclarer que la bénédictine est une liqueur délicieuse, je me suis arrêté à cette formule : – “La bénédictine est une liqueur délicieuse”4. » Les exemples pourraient être multipliés : le chocolat Guérin-Boutron, les épiceries Félix Potin…

  • 5 Vanity Fair, Londres, 25 décembre 1880, reproduit dans : Victorien Sardou, un siècle plus tard, op. (...)
  • 6 Ory Pascal, « Présentation », Le Discours gastronomique français des origines à nos jours, éd. par (...)

3Notre héros serait-il un arbitre respecté du bien boire et du bien manger, tout comme il était promu arbiter elegantiarum, à la même époque, en couverture du journal Vanity Fair5 ? La question serait à examiner. Mais c’est, bien entendu, moins l’homme que l’œuvre qui nous intéresse ici. Cette dernière reflète-t-elle à sa manière une qualité de gastronome éclairé que la grande presse s’employait à diffuser ? Peut-on inscrire le théâtre de Sardou dans le contexte du vaste discours gastronomique qui se développe et s’institutionnalise au cours du XIXe siècle ? Se pourrait-il que cette longue entreprise théâtrale de cinquante ans participe à sa façon de la gastronomie, prise dans la définition stricte, mais très opérante, que Pascal Ory en donnait dans son livre d’il y a dix ans6, soit un fait de discours qui, né au XVIIIe siècle, énonce et codifie les règles de l’art du bien manger et du bien boire ? On savait le discours gastronomique capable d’innerver la fiction narrative (il n’est que de songer à La Fanfarlo de Baudelaire, à l’œuvre entier de Huysmans). Mais le théâtre ? Y a-t-il un théâtre gastronomique – c’est-à-dire qui cède au bonheur gourmand de discriminer le bon du mauvais repas, jusqu’à en tirer des lois ? Et peut-on accepter à l’inverse d’étendre la gastronomie, considérée comme fait littéraire, au genre du théâtre qui, a priori, ne lui est pas contigu, bien qu’il n’y ait, le long du boulevard Second Empire et Troisième République, que quelques pas à franchir pour passer du restaurant au théâtre ?

4Telles sont les questions que nous développerons ci-après, et qui supposent que l’on dise aussi ce dont il ne s’agira pas. Nous n’évoquerons pas ce que mangeait réellement Victorien Sardou, et il ne sera question qu’accessoirement de ce que mangent les personnages de son théâtre. Il ne s’agira guère enfin (mais la question est de grand intérêt, et délaissée à regret) de la dramaturgie du repas dans ce théâtre ou d’ailleurs, plus exactement, celle du repas qui ne vient pas : plusieurs comédies de Sardou reposent en effet sur ce ressort dramatique très riche d’implications. Non : dans un colloque consacré à la confrontation du théâtre de Sardou à d’autres arts, il s’agirait de voir si la gastronomie comme art de célébrer la bonne chère peut servir de modèle d’interprétation et de compréhension de ce théâtre.

5Et ce questionnement semble devoir emprunter deux voies distinctes. La première consiste à observer la présence même de gastronomes dans les pièces, et leur discours. Mais par delà ces figures isolées, il faut bien entendu voir (et c’est la seconde voie à emprunter) comment les pièces en leur entier produisent une leçon de gastronomie. On sait en effet que la plupart des œuvres de Sardou ont un propos, souvent démonstratif, parfois même normatif, et le plaisir de la bonne chère n’échappe pas, sans doute, à cette codification apparente.

De quelques figures

6Il n’est de vrais gastronomes chez Victorien Sardou que célibataires, et deux cas sont alors à distinguer : soit le célibat, avec ses rudesses, les a rendus gastronomes, et ils n’ont de cesse que de s’installer à la bonne table d’une dame, à n’importe quel titre : amant, futur mari, directeur de conscience – tout est bon pour mieux manger. Soit, à l’inverse, c’est la gastronomie qui les conserve célibataires puisque, par horreur du pain de ménage, ils tiennent à se préserver les plaisirs égoïstes du restaurant ou le rôle de l’invité de passage – mais non du mari.

7C’est à la première catégorie (celle des célibataires désireux de se caser pour mieux manger) qu’appartient le plus amusant d’entre eux, le marquis de Campanilla dans la comédie Marquise de 1889. On connaît l’intrigue de cette pièce qui montre comment la comédienne Lydie Garousse, après avoir mené la bonne vie, s’achète, fortune faite, un château magnifique à la campagne. Mais elle est battue froid par l’aristocratie locale, notamment une comtesse voisine, et cherche à devenir marquise. L’occasion s’en présente bientôt en la personne de son agent d’assurances, le marquis de Campanilla, de récente noblesse italienne mais de maigres biens, et que l’opulence de Lydie Garousse ne laisse pas indifférent. Voyons en quels termes il formule, après un bon dîner, son intérêt pour la belle :

  • 7 Sardou Victorien, Marquise [1889], acte II scène 2, dans Théâtre complet, éd. en 15 vol. par Jean S (...)

Voilà bien la vraie vie ! C’est depuis six ans la première fois que je dîne tout de bon ! (Il goûte le kummel.) Une cuisine sincère ! Pas de sauces rousses ! ni de produits chimiques ! La truffe opportune et discrète… une bonne cave… Les Bourgognes surtout, remarquables ! Le café trop brûlé, toujours ! mais le kummel excellent, chose rare… Cette charmante créature comprend bien l’existence ! (Il la regarde) Délicieuse, du reste ! Une vraie Parisienne, spirituelle, fine, souple, sémillante, aurait dit mon père… capiteuse, disons-nous ! […] Ah, marquis ! marquis ! Ceci est ton paradis perdu ! Le diable t’y ramène pour doubler tes regrets ! N’être ici qu’à titre provisoire ! C’est trop peu ! Tu es si bien fait pour cette vie-là ! Et cette femme est si bien faite pour toi7 !

8Petit morceau de critique appliquée à la nourriture, et dans la bouche d’un personnage qui semble s’y connaître. Il fait preuve en tout cas d’un savoir manifeste – clé de toute gastronomie bien comprise – et d’une aptitude aux contrastes soupesés et à la nuance fine. Est-ce la bonne chère ou la belle femme qui le décide ? Toujours est-il qu’il accepte le marché qu’elle lui propose à l’acte suivant : pour elle le titre de marquise, pour lui une rente confortable, à condition qu’aussitôt la noce célébrée, le nouvel époux parte se perdre en Europe. Aussitôt dit, aussitôt fait, l’actrice se retrouve mariée, et marquise. Tout se terminerait ici, n’était un malentendu de taille : lui croyait la nuit de noces incluse dans le contrat, elle non. Les voilà débattant donc, dans un dialogue où prend place la réplique la plus rosse de la pièce, et qui n’est pas sans lien avec la gastronomie :

  • 8 Ibidem, acte II scène 9, p. 269.

Lydie : […] J’ai compris la chose d’une façon, vous d’une autre ! Il y a malentendu, après ?
Campanilla, debout, remontant la scène : Comment après ? mais très grave ! J’ai fait un marché de dupe. […] Marquise ! pensez-y donc ! Un décavé, un naufragé de la vie parisienne, sevré depuis des années de ses habitudes galantes, réduit au piteux ordinaire d’une grisette de province. Et une Parisienne ! Une femme ! une vraie ! de celles que je croyais perdues pour moi me promet toutes les griseries de l’amour élégant ! raffiné ! Je renais, je m’épanouis, mon cœur cabriole à l’idée d’une si délicieuse aventure. Six ans de ragoût de mouton : et voici la poularde truffée ! Mettez-vous à ma place !
Lydie : C’est une déclaration que vous me faites-là8 ?

  • 9 Si l’on songe par exemple à toute la fin joyeuse de sa comédie La Paix (421 av. J.-C.).

9Le double sens de tout à l’heure est donc relancé par cette poularde truffée et l’on voit bien que les plaisirs de la chère s’orthographient chez Sardou de deux façons, chère ou chair, et se renvoient l’un l’autre dans une association qui remonte au moins à Aristophane9

10Cette pratique du célibataire parasite, appâté tout ensemble par les plaisirs de la bonne table et par les charmes de la maîtresse de maison, apparaissait déjà, vingt-quatre ans avant Marquise, dans la comédie Les Vieux Garçons (1865) où un personnage allait jusqu’à la théoriser :

  • 10 Sardou V., Les Vieux Garçons [1865], acte I scène X, dans Théâtre complet…, t. X, p. 326.

Mortemer : Que cherches-tu, célibataire ? La maison sans la famille !… la femme sans l’épouse et sans la mère ; le mariage sans ses périls, et le ménage sans sa cuisine ! – Eh bien, mais voici un monsieur qui a la bonté de se marier pour toi et de te préparer tout cela. – Une jolie femme – un appartement tout frais – de bons tapis – une chère exquise ! – Mets tes gants blancs, célibataire ! – On n’attend plus que toi. – Tu entres ; monsieur qui bâillait, en regardant sa montre, t’avance son meilleur fauteuil, et madame qui bâillait en regardant monsieur, t’avance son meilleur sourire. Le mari s’enfuit délivré par toi jusqu’à l’heure où tu fuiras à ton tour, délivré par lui ! Il fait ton bonheur ; tu fais le sien ; madame les deux10

11Petite théorie du parasitisme à la Tartuffe… On sait que les plaisirs de la gourmandise comptent beaucoup pour le personnage de Molière, à qui les meilleurs morceaux et le haut bout de la table étaient réservés. Il y a d’ailleurs un vrai Tartuffe dans le théâtre de Sardou, en la personne de M. Chapelard, sorte de directeur de conscience de La Dévote, dans la pièce qui porta ce titre en 1868 (La Dévote) avant d’être rebaptisée Séraphine pour raisons de censure… Ce M. Chapelard, gouverné par un fin palais de gourmet malgré ses prétentions à l’ascétisme, appartient lui aussi à la catégorie des célibataires doués pour l’infiltration. Allons trouver ce dévot chez sa dévote, dans la scène du marasquin :

  • 11 Sardou V., Séraphine [initialement La Dévote, 1868], acte I scène 7, dans Théâtre complet…, t. VIII (...)

Chapelard, après avoir bu : Ah ! ce marasquin est délicieux ! (Sulpice replace le verre sur la petite table)
Séraphine : Quel bonheur !… il l’aime ! (À Agathe qui revient) Ma chère enfant, vous direz à Dominique de porter demain six bouteilles chez M. Chapelard !
Chapelard : Par exemple ! je ne souffrirai pas !
Le Baron : Si fait !
Chapelard : Donner à ce domestique la peine…
Séraphine : Je le veux !
Chapelard : Non, je dis : pourquoi déranger ce domestique ? Je les emporterai bien dans ma voiture.
Tous : Ah ! bien11.

12Le faux ascète, s’il ne dédaigne pas les liqueurs, s’entend surtout à l’agencement et à l’équilibre d’un bon repas. Et il a soin d’en édicter les règles à ses hôtes :

  • 12 Ibidem, p. 55.

Séraphine : N’oubliez pas que vous dînez demain avec nous ! je vous ferai un bon petit dîner maigre !
Chapelard : Bien simple ! Je vous en prie ! Rien qu’un bon poisson !
Le Baron : Pas de morue !
Chapelard : Non ! je dis un bon poisson ! avec ça, quelque gibier d’eau,
sarcelle, pluvier doré ; un légume quelconque, petits pois, asperges en
branche ; une pâtisserie… un bon fruit… c’est tout ce qu’il faut !
Le Baron, debout : C’est ça ! (À part) J’aime assez qu’il vienne dîner, moi12.

13Pour être dévot, ce personnage n’en est pas moins gastronome, et se range donc parfaitement, pour y occuper une place de choix, dans la catégorie de ces célibataires sardoviens qui convoitent les conforts de la famille.

14Mais Sardou fait place aussi à une autre catégorie de gourmets éloquents dans son théâtre – ceux à qui la gastronomie familiale fait horreur puisqu’elle ne peut rivaliser avec les plaisirs bien supérieurs du restaurant sur le boulevard. On trouve dans une pièce de 1863, Les Diables noirs, l’exemple d’un de ces gastronomes professionnels qui, avec d’autres de ses congénères, a d’ailleurs fondé dans sa jeunesse une société de bons vivants, Le Club des Dévorants où, sous le signe d’un célibat militant, se rassemblaient libertins, gastronomes et amateurs de bons vins. Hélas, jeunesse finit par passer, pour les bons vivants comme pour les autres (et peut-être plus vite que pour les autres) et, avec l’embonpoint, arrive la nécessité d’une vie plus rangée. Voilà pourquoi Roland, Dévorant de la première heure, finit un jour par se résigner au mariage, la mort dans l’âme. Mais ses noces sont interrompues avant que d’avoir commencé, au cours du banquet même, pour cause notamment d’un château-Yquem du mauvais millésime. Il le raconte plusieurs années plus tard à ses anciens compagnons de festivités :

  • 13 Sardou V., Les Diables noirs [1863], acte I scène 13, dans Théâtre complet…, t. XII, p. 533-534.

Roland : Le jour où je reconnus avec horreur comme trop étroit un gilet trop large la veille, je me dis : Roland, mon ami, assez chassé ; voici le froid, la neige n’est pas loin ! Rentre tes chiens et ne va pas gagner des rhumatismes à courir plus longtemps la perdrix. Le rôti domestique a son bon côté ! Et une légère atteinte de goutte venant à propos souligner cette réflexion, je me laissai marier avec une riche héritière étrangère, blonde, svelte, en ce temps-là ! et qui m’était du reste parfaitement indifférente […] Quand il fallut dire oui ! mes chers enfants du bon Dieu, je sentis toutes les affres de la mort. Pourtant je dis (lugubrement) : Oui ! avec cette gaieté-là. Je passe la noce ! (Avec épouvante.) Je passe la noce, qui fut aux frais du beaupère ! Un dîner, mes enfants ! et des vins ! (Il va tomber sur la table d’un air désolé en cognant dessus avec le poing.) Un château-Yquem entre autres, un château Yquem…
Gaston (allant à lui) : Pauvre garçon !
Roland, assis sur la table : Ne te marie jamais, cher enfant ! Le repas de noce est l’emblème de tout ce qui va suivre. Le potage froid, les glaces chaudes, le café tiède, c’est tout le mariage ! – Ma femme est une Américaine, mais élevée à Paris, heureusement. Mon beau-père, arrivé de l’Ohio pour la cérémonie, est un quaker réformé… […] Au dessert, il nous fit un sermon… Ah ! Dieu ! sur les devoirs du mariage ! Et qu’il fallait croître ! et que la femme est une vigne féconde… etc., etc. Je regardais Mme Roland, qui ne me faisait jusque-là que l’effet d’un sarment… […] Je ne sais comment j’ai la folie de lui dire (les mauvais vins font toujours faire des sottises…) : Mais soyez donc tranquille, ô mon père, je suis comme la fiancée du roi de Garbe ! Il avait lu les contes de La Fontaine, quoique quaker ; il comprend, s’emporte ! « Ma fille, à un libertin, à un vigneron qui a grappillé sur tous les coteaux ! jamais ! » La vigne pleure, je veux l’enlacer… Elle se jette dans ses bras, en criant « Papa ! » Je me sauve ! et je cours au café Anglais où je fais seul un petit souper ! (Avec enthousiasme.) Un Château-Yquem. À la bonne heure13 !

15Là où tout à l’heure la famille était l’horizon gastronomique rêvé du célibataire, elle est ici, à l’inverse, son repoussoir absolu. Mais dans l’un et l’autre cas, Sardou offre à ses personnages (et l’on pourrait en choisir d’autres innombrables) le langage, et surtout le savoir discriminant et nuancé qui fait le propre du gastronome à l’époque. Son théâtre est bien ainsi la plaque sensible où parmi les nombreux enjeux d’une ville en pleine mutation (la famille, le divorce, la maison, le confort…) s’inscrit celui du bien manger bourgeois et de sa codification.

16Encore ne suffit-il pas, bien entendu, de repérer ces personnages de gastronomes, de citer leur discours et de montrer leur compétence. Il faut voir brièvement ce qu’ils deviennent dans les pièces de Sardou, – ce que Sardou les fait devenir une fois qu’il les a campés et fait parler. Destins fort significatifs, et de nature à mieux éclairer peut-être le propos même de notre auteur.

Destins de gastronomes

17Il faut revenir au marquis de Campanilla dans Marquise, – celui de la poularde truffée et du mariage intéressé. Loin de triompher, il est, au terme de la pièce, éconduit comme parasite et voit ses prétentions refusées. La belle Lydie Garousse ne sera donc pas marquise : un mariage avec un voisin fortuné lui suffira. Adieu, gastronome intéressé et titre grandiose : le mariage bourgeois est propre à combler tout autant une actrice retirée.

18On se souvient aussi du dévot de Séraphine, M. Chapelard, si porté sur le marasquin et les menus délicats pour jours maigres. Il est démasqué au dernier acte de cette pièce consacrée à l’hypocrisie : le jeune homme, lui-même confit en dévotion, qui lui servait de factotum depuis le début de la pièce, se révèle soudain n’être autre que son propre fils, et cette paternité soudaine est peu compatible avec l’abstinence dont il faisait preuve, si ostensiblement, en toutes choses.

19Les gastronomes célibataires chez Sardou auraient-ils pour destin d’être punis ? C’est ce qui arrive aussi aux membres du Club des Dévorants dans Les Diables noirs, tous cruellement punis dans l’une des rares pièces, parmi celles consacrées au monde contemporain, à se terminer sur une note irrémissiblement sombre. Comme si l’on devait être châtié pour avoir un jour appartenu à des cercles de libertins bons vivants.

20Mais, plus souvent encore que d’être punis, les gastronomes sont à vrai dire convertis, dans un retournement qui garantit le comique. Ainsi le personnage de Mortemer, que l’on voyait au début des Vieux Garçons donner de si hautes leçons de célibat et de gourmandise, est-il capable de professer, presque simultanément, la leçon inverse, et de donner en bon dialecticien un éloge appuyé de la vie de famille :

  • 14 Sardou V., Les Vieux Garçons [1865], acte I scène 10, dans Théâtre complet…, t. X, p. 323-325.

Mortemer : Il n’y a pas au monde liberté plus douce que la nôtre… Mais comme les fruits les plus savoureux ont leur ver caché… notre cher célibat a le sien, qui se révèle ordinairement vers la fin de l’automne, et dans les circonstances que je vais dire… (Debout) Un beau jour de ces premiers froids, où tout Paris rentre à Paris… vous êtes seul, le cigare aux lèvres, sur le boulevard, à la hauteur du Café Riche, entre six et sept heures du soir… Le brouillard tombe… et les voitures roulent sans fin ! c’est l’heure du repas, et vous pensez : Où irai-je dîner ? Au cabaret ! j’en suis las ! Au cercle ?… Écouter, répondre ! c’est assez d’y passer la soirée ! Où irai-je dîner ? – Vient un ami tout courant ! Vous l’arrêtez ! Dîne avec moi ! – Non, ma femme m’attend ! – Bah, elle attendra ! – Merci ! et le bébé qui est à sa troisième dent ; non ! non, une autre fois ! Bonsoir ! Et de courir ! – Vous souriez : « Sa femme l’attend ! son petit fait ses dents ! Pauvre homme !… » Et peu à peu, cependant, ce sourire s’éteint… car vous apercevez dans une douce vision la salle à manger appétissante et claire, et le bon feu qui flambe en l’honneur du maître ! […] Un bon feu ! – Un bon repas… ce calme, ce bien-être délicat et fin que la femme exhale autour d’elle, et que l’empressement du garçon d’hôtel imite à peu près comme la parfumerie rappelle les fleurs14 !

  • 15 Ibidem, acte V scène 8, p. 500.

21Serait-ce qu’après tout, même pour les fins palais de célibataires, la nourriture familiale aurait ses attraits ? De fait, c’est la leçon même de cette comédie, au cours de laquelle ce personnage va se découvrir un fils insoupçonné, qu’il va aimer, et grâce à qui les plaisirs popotes de la famille vont se révéler désirables et merveilleux : « Enfin ! Enfin ! je vais donc dîner en famille15 ! » La dernière réplique de la pièce, prononcée justement par notre célibataire converti, donne toute la mesure de cette évolution.

22Faut-il donc soupçonner à partir de ces quelques exemples que la vraie leçon de Sardou n’est pas dans la profession de gastronomie raffinée pour célibataires viveurs, mais au contraire dans les valeurs d’une cuisine familiale ? Une pièce en particulier, petit chef-d’œuvre en la matière, le montre mieux que toute autre : il s’agit de Maison neuve, l’une des comédies les plus réussies de notre auteur, et dont tout le propos est d’opposer, en 1865, le vieux Paris des probes commerçants au nouveau Paris frelaté des grands boulevards. Système d’opposition très marqué qui touche tous les domaines : architecture, valeurs sociales – mais aussi la gastronomie. Le premier acte se déroule en effet dans le vieux Paris de marchands enrichis, servis par une domestique de grand âge, Bastienne, sorte de déesse tutélaire des vieux fourneaux provinciaux français, et qui préfigure un peu la Françoise de Proust. De la gastronomie ancienne, elle n’a pas seulement le savoir, elle a aussi le discours. La voilà donc discourant de la daube provençale, là où, chez Proust, Françoise sera maîtresse reconnue de la daube bordelaise :

  • 16 Sardou V., Maison neuve (1866), acte I scène I, dans Théâtre complet…, t. IX, p. 225.

L’Aubépin : Quel parfum ! Il n’y a que toi pour la daube. Tout leur bœuf à la mode que je mange ailleurs… je leur dis : « Ce n’est pas ça… vous ne vous en doutez pas. C’est à mille lieues de la daube de Bastienne ! »
Bastienne, donnant un coup de balai sur le seuil de la cuisine : C’est qu’il y faut le temps, voyez-vous. Ça mijote là depuis huit heures, sous la cendre.
L’Aubépin, assis à droite : À la bonne heure !
Bastienne, après avoir déposé le balai dans la cuisine : Mais ce n’est plus d’aujourd’hui, ces cuisines-là. On se presse trop ! Je vois ces jeunesses vous trousser un plat à la vapeur. V’lin ! v’lan… la mine y est… mais c’est dur. – et la daube demande à fondre sous la dent16.

23Hélas, si exquise soit la cuisine lente de Bastienne, elle ne suffit pas à retenir les jeunes mariés de cette histoire qui s’installent bientôt dans un immeuble du boulevard Malesherbes : vie mondaine, dîners de traiteurs, amours illicites, le Paris moderne les happe. Mais les affaires périclitent, leur ménage se distend et, ruinés, défaits, ils font retour piteusement dans l’ancienne maison où les accueillent l’honnête oncle commerçant et l’immuable divinité de la cuisine ancienne. Voyons les dernières répliques de la pièce :

  • 17 Ibidem, acte V scène 6, p. 462.

Genevoix : […] À table, mes enfants ! (À Bastienne, et donnant le bras à Claire et à Gabrielle.) Quand je te le disais, Bastienne, qu’ils nous reviendraient un jour ! Les revoilà ! à la vieille maison !
René : La plus solide, car c’est la plus honnête.
Claire : Et la plus jeune, car c’est là que l’on aime le mieux17 !

  • 18 Réponse de M. Charles Blanc, Directeur de l’Académie française, au discours de réception de M. Vict (...)

24Tel est le dernier mot, parfaitement édifiant comme on le voit, d’une comédie qui plaide pour le vieux monde contre le neuf, pour le sage bas de laine contre la brutale spéculation, pour la famille unie contre les dangers de l’adultère, et pour la daube doucement mijotée contre la cuisine expresse à la vapeur. La gastronomie ne serait alors qu’une des manifestations de l’ordre moral bourgeois auquel l’histoire littéraire, depuis un siècle, n’a cessé de ramener notre auteur, et que soulignait déjà le directeur de l’Académie française au moment où il y recevait Sardou : « Vous avez su nous conseiller la vertu sans ennuyer personne, et prêcher la morale aux infidèles en tenant votre public éveillé et sous le charme18. » Et assurément, pour qui lit Odette, ou Andréa, ou La Papillonne, l’image de ce Sardou-là, édifiant et moral, n’est pas sans fondement. Rien de plus cruel d’ailleurs que de confronter ces pièces à celles d’Oscar Wilde qui lui doivent tant, mais qui toutes esquissent un ordre nouveau, plus ouvert et tolérant, du monde. Presque tout chez Sardou consiste à restaurer le vieux monde et à redresser les torts du nouveau.

  • 19 Sardou V., Divorçons ! [1880], acte III, scène 6, dans Théâtre complet…, t. XI, p. 177.

25Mais faut-il s’en tenir là ? Ces vieilles vérités d’histoire littéraire, trop ressassées, et qui font de notre écrivain le suppôt de l’idéologie bourgeoise, ont l’inconvénient de manquer l’essentiel, qui est l’extrême ambiguïté de ce théâtre, et sa capacité inépuisable à être rusé, et même retors à l’égard de principes moraux si hautement proclamés. Car tous les épilogues édifiants des pièces de Sardou (Divorçons !, Séraphine, La Famille Benoîton, Andréa et jusqu’à Spiritisme) arrivent bien artificiellement, et bien tard, pour se prétendre la leçon ultime de leur auteur. Et à vrai dire, pour qui considère d’un regard en surplomb toutes les comédies et tous les drames de Sardou traitant du monde contemporain, ce qui prédomine n’est pas le propos édifiant mais bien plutôt la crise. Ce qui prédomine encore n’est pas le repas familial servi autour d’une table bien entourée, mais au contraire le dîner qui n’arrive pas et désigne, par ce retard, le profond dysfonctionnement de cette société. Ce qui prédomine enfin n’est pas la daube provençale, mais l’attrait irrésistible et coupable pour quelque cabinet particulier du Café Anglais, pour la poularde truffée et ces « coquines d’écrevisses » qui, comme dans Divorçons !, vous mettent « la bouche en feu19 ». Ce qui fait théâtre, ce dont le corps du théâtre de Sardou est fait, c’est l’attrait pour des plaisirs un peu coupables, mais détaillés avec complaisance et fort éloignés de ces épilogues artificiels et édifiants qui tombent bien tard pour rétablir l’ordre moral et la modestie du bien manger. Voilà pourquoi notre dramaturge peut sans contradiction faire, comme d’autres à l’époque, la réclame de la bénédictine, des biscuits LU, du chocolat – et non pas servir de porte-parole aux ligues d’abstinence de son temps. Il y a chez cet efflanqué trop d’attention portée à la bonne chère, et dans son théâtre trop de sacrifices au discours gastronomique, pour qu’il ne soit pas suspect de duplicité – comme le veut d’ailleurs l’art où il excelle, le théâtre, tout de dialectique et de polyphonie. À l’examiner de près, Victorien Sardou, sous ses dehors de redresseur moral, appartiendrait plus justement au club des bons vivants qu’il peint dans Les Diables noirs : un Dévorant.

Bibliographie

Bibliographie critique

Le Discours gastronomique français des origines à nos jours, présentation par Pascal Ory, Paris, Gallimard, 1998.

Ducrey Guy (dir.), Victorien Sardou, un siècle plus tard, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2007.

Notes

1 Paris-Premières, Revue illustrée des théâtres : Le Crocodile, Arts du spectacle, s. d., Coll. « Rondel », Rf 47763.

2 Ibidem.

3 Chromo publicitaire des biscuits Lefèvre-Utile (LU) à l’occasion de la reprise de Patrie ! à la Comédie-française, 1901.

4 Publicité pour la bénédictine, sans date, collection particulière. Reproduite dans : Victorien Sardou, un siècle plus tard, éd. par G. Ducrey, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2007, ill. 67.

5 Vanity Fair, Londres, 25 décembre 1880, reproduit dans : Victorien Sardou, un siècle plus tard, op. cit., ill. 65.

6 Ory Pascal, « Présentation », Le Discours gastronomique français des origines à nos jours, éd. par P. Ory, Paris, Gallimard, 1998.

7 Sardou Victorien, Marquise [1889], acte II scène 2, dans Théâtre complet, éd. en 15 vol. par Jean Sardou, Paris, Albin Michel, 1934-1961, t. V, p. 233.

8 Ibidem, acte II scène 9, p. 269.

9 Si l’on songe par exemple à toute la fin joyeuse de sa comédie La Paix (421 av. J.-C.).

10 Sardou V., Les Vieux Garçons [1865], acte I scène X, dans Théâtre complet…, t. X, p. 326.

11 Sardou V., Séraphine [initialement La Dévote, 1868], acte I scène 7, dans Théâtre complet…, t. VIII, p. 51.

12 Ibidem, p. 55.

13 Sardou V., Les Diables noirs [1863], acte I scène 13, dans Théâtre complet…, t. XII, p. 533-534.

14 Sardou V., Les Vieux Garçons [1865], acte I scène 10, dans Théâtre complet…, t. X, p. 323-325.

15 Ibidem, acte V scène 8, p. 500.

16 Sardou V., Maison neuve (1866), acte I scène I, dans Théâtre complet…, t. IX, p. 225.

17 Ibidem, acte V scène 6, p. 462.

18 Réponse de M. Charles Blanc, Directeur de l’Académie française, au discours de réception de M. Victorien Sardou du 23 mai 1878, Paris, Didier, 1878, p. 42.

19 Sardou V., Divorçons ! [1880], acte III, scène 6, dans Théâtre complet…, t. XI, p. 177.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site