Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Victorien Sardou

 | 
Isabelle Moindrot

3 – D’un art à l’autre

Sardou à l’antique

Sylvie Humbert-Mougin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’antiquité n’est sans doute pas la période historique de prédilection de Victorien Sardou. Deux pièces seulement, Théodora (1884) et Cléopâtre (1890), se situent dans l’Antiquité – à condition de prendre la notion d’antiquité dans une acception extensive et d’y inclure le Bas-Empire byzantin puisque l’action de Théodora se situe au VIe siècle de notre ère, après la chute de Rome considérée en principe comme le terminus ad quem. À ces deux titres bien connus il convient d’ajouter Les Barbares (1901), tragédie lyrique mise en musique par Camille Saint-Saëns dont Victorien Sardou a co-signé le livret avec Pierre-Barthélémy Gheusi, ainsi que des œuvres qui, sans être situées dans l’antiquité, y font incursion à des titres divers. Tel est le cas de la féerie Le Roi carotte (1872) dont un tableau recrée le forum de Pompéi et de Gismonda (1894) dont l’action est située à Athènes en 1451, à l’extrême fin de l’empire d’Orient, et qui donne à voir des décors antiques en particulier celui de ...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540