Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Victorien Sardou

 | 
Isabelle Moindrot

3 – D’un art à l’autre

De Sardou à Lubitsch : du vaudeville mélancolique à la comédie du remariage

Françoise Zamour

Texto completo

  • 1 Sardou Victorien et Najac Émile de, Divorçons !, Paris, Calmann-Lévy éditeur, 1883. Les références (...)

1Lorsque, le 6 décembre 1880, le rideau du Théâtre du Palais-Royal s’ouvre sur la première de Divorçons !1, la question de l’adoption d’une nouvelle loi sur le divorce est en plein débat.

  • 2 Alfred Naquet, Le Divorce, Paris, Dentu, 1877.

2À partir du milieu des années 1870, et plus intensément après 1877, date de la publication de son ouvrage intitulé Le Divorce2, dans lequel il prône un retour pur et simple au régime très libéral de la Révolution, Alfred Naquet et ses partisans se sont lancés dans un tour de France du divorce, organisant conférences et banquets républicains. La question, dont la presse s’est emparée, a pris souvent une tournure polémique, conduisant à prendre publiquement parti pour Alfred Naquet, Émile Augier ou Alexandre Dumas fils. Ainsi en 1876, Émile Augier fait représenter au Vaudeville Madame Carvelet, comédie en trois actes où une femme, outrageusement trompée par un mari volage, mais aimée par un honnête homme, choisit de demander la nationalité suisse pour pouvoir divorcer.

3C’est dans le contexte de ce débat public assez vif que Victorien Sardou, qui avait déjà, en février de la même année, livré au public une pièce d’intervention avec Daniel Rochat, propose, en collaboration avec Émile de Najac, Divorçons !.

  • 3 Noël Édouard et Stoullig Edmond, Les Annales du théâtre et de la musique, volume VI, année 1880, Pa (...)
  • 4 Lemaitre Jules, Impressions de théâtre, 2e série, Sceaux, Imprimerie Charaire et fils (dernier text (...)
  • 5 Ibidem, p. 136.
  • 6 54 représentations d’avril à juin 1907 au Wallack’s Theater, puis 29 représentations en août et se (...)

4La comédie connaît autant de succès qu’elle suscite de commentaires, et le salut des critiques se montre, dès la création de la pièce, sinon unanime, du moins général. Ainsi dès 1881, dans Les Annales du théâtre et de la musique, on relève au sujet de la pièce donnée comme un « succès incontestable et incontesté » qu’il s’agit d’« un des plus jolis actes, des plus neufs et des plus amusants, que nous ayons jamais vus au théâtre3 ». Quelques années plus tard, Jules Lemaitre4 écrira que « Patrie et Divorçons ! ressemblent fort à des chef-d’œuvres », avant de déclarer à propos de Georgette : « C’est bien quelque chose, quoique je préfère Divorçons !5 » La pièce de Victorien Sardou est d’ailleurs créée à Broadway, à l’Abbey’s Park Theater le 14 mars 1882. Reprise en 1897 au Fifth Avenue Theatre, puis en 1902, 1907, 1909, elle est donc jouée régulièrement sur les scènes de Broadway et de Manhattan. On peut même signaler l’année 1907, où la pièce est jouée deux fois, dans deux théâtres différents de New York6.

5La fortune américaine du texte de Sardou est donc bien établie, lorsque Lubitsch et ses scénaristes s’attaquent à une première adaptation, puis, en 1941, à une seconde version, parlante, intitulée That Uncertain Feeling, qui nous intéressera plus particulièrement.

Une rencontre féconde

6Tout en évitant de se fourvoyer dans les fausses questions de fidélité ou de trahison, qui parasiteraient la relation aux films sans pouvoir apporter d’information, ni sur Lubitsch, ni sur Sardou, il convient cependant de se pencher un peu sur la fortune scénaristique de la pièce de Victorien Sardou.

7À partir de la mélancolie spécifique et paradoxale qui paraît se dégager de la pièce de Victorien Sardou, on pourra s’interroger sur la place qu’occupe That Uncertain Feeling au sein des comédies d’Ernst Lubitsch et, à la lumière de la pensée de Stanley Cavell, se poser la question du genre du film.

8Avant d’en venir à Lubitsch, il convient toutefois de noter qu’en 1918, sous le titre de Let’s Get a Divorce, Charles Giblyn réalisa une première adaptation de Divorçons !, co-écrite par Anita Loos et John Emerson. Il semble impossible de voir le film aujourd’hui, mais on devine, d’après le générique dont nous pouvons encore disposer, que l’action suit d’assez près l’intrigue de la pièce, puisque les personnages de des Prunelles, d’Yvonne des Prunelles et d’Adhémar figurent au générique. La présence au générique d’Helen Tracy dans le rôle de la mère supérieure laisse toutefois planer un doute, impossible à lever pour l’instant.

  • 7 Lubitsch Ernst, Design for living [Sérénade à trois], 1933.
  • 8 Lubitsch E., The Shop around the Corner [Rendez-vous], 1940.

9Dans quelle mesure ce film a-t-il pu influencer le choix de Lubitsch ? La question reste assez mystérieuse. Ce choix s’inscrit dans la tendance générale du cinéaste à préférer les adaptations de pièces de théâtre européennes, le plus souvent hongroises ou britanniques, comme c’est le cas en 1933 pour Design for Living, librement adapté de Noël Coward7, ou en 19408 de The Shop Around the Corner, dont on trouve la source dans une pièce de Miklós László par exemple.

10Pour Divorçons !, on peut supposer que le canevas de la pièce a intéressé tout particulièrement le cinéaste, puisqu’il en a réalisé deux adaptations, l’une en 1925 sous le titre de Kiss Me Again, l’autre en 1941 intitulée That Uncertain Feeling.

  • 9 Paul William, Ernst Lubitsch’s American Comedy, New York, Colombia University Press, 1983.

11La première version, muette, est écrite par Hans Kräly, scénariste traditionnel de Lubitsch depuis sa période allemande. Jusqu’à la fin des années vingt, Kräly a écrit quasiment tous les scenarii de Lubitsch, avant d’être cause de son premier divorce, lorsque le réalisateur découvre l’histoire d’amour que Kräly entretenait avec Madame Lubitsch. Kiss Me Again sera l’une des dernières collaborations entre les deux hommes. Grâce à l’ouvrage très complet que William Paul9 a consacré au réalisateur, faute de pouvoir disposer d’images du film, nous en connaissons à la fois le casting et le synopsis. L’auteur résume l’intrigue ainsi :

  • 10 Paul W. op. cit., p. 339.

Gaston accepte de divorcer d’avec sa femme Loulou, qu’il soupçonne d’être amoureuse du pianiste Maurice Ferrière. L’avocat Dubois, qui a pris en main le divorce, tente de mettre en scène un incident, avec pour témoin sa secrétaire Grisette, au cours duquel Dubois doit battre sa femme. Mais Gaston ne peut s’y résoudre. À la place, il affirme à Loulou avoir une relation avec quelqu’un d’autre. Pendant quelque temps, il semble que cette tierce personne soit Grisette, une erreur que Gaston encourage, parce qu’elle avive la jalousie de Loulou. Fatiguée de Maurice, Loulou finit par apprendre la vérité au sujet de la prétendue relation entre Gaston et Grisette, mais afin de préparer sa réconciliation avec son mari, elle fait semblant d’y croire, parvenant ainsi à ménager la susceptibilité de Maurice, et son sentiment de supériorité10.

12Sans retrouver l’ensemble de la pièce de Sardou, on constate cependant que la structure de la pièce se retrouve du théâtre au film et reste constante, malgré le changement de scénariste intervenu entre les deux films, de Kiss Me Again à That Uncertain Feeling.

13L’actualité de la pièce de Sardou, son insertion comme un élément dans le débat public assez vif que nous avons décrit disparaissent cependant presque entièrement.

14Surtout, l’action de la pièce est déplacée d’un film à l’autre : dans Kiss Me Again elle est située en France, comme en témoigne la présence au générique d’un personnage nommé Grisette, secrétaire de Fleury, un nom qui connote la France à lui tout seul ; en revanche, celle de That Uncertain Feeling a lieu aux États-Unis. Il faut d’ailleurs noter que, si nous ignorons le détail du film, le casting nous donne une idée de l’équilibre des rôles. En effet le rôle principal est tenu par Marie Prévost, actrice d’origine française dont la carrière à l’époque du cinéma muet fut importante à Hollywood, mais celui de Grisette échoit à Clara Bow, jeune première caractéristique de la comédie américaine, et qui jouissait véritablement, en 1925, du statut de star. On peut donc légitimement supposer que le rôle de Maurice, le pianiste, et celui de Grisette devaient s’équilibrer dans cette première adaptation.

15Pour ce qui est de la séquence centrale (celle du motif du divorce), elle est directement inspirée de Divorçons !, plus précisément de la scène 4 de l’acte II, qui suggère la violence comme seul motif susceptible de permettre à la fois aux époux des Prunelles de divorcer rapidement, et à Cyprienne d’épouser Adhémar. On retrouvera d’ailleurs cet épisode développé dans That Uncertain Feeling, toujours en présence de la secrétaire de l’avocat. Avec quelques différences notables : Sardou évoque la solution de la gifle publique sans y recourir, Kiss me again montre un Fleury incapable de s’y résoudre, et That Uncertain Feeling au cours d’une longue séquence située dans le bureau de l’avocat, présente Baker giflant Jill, encouragé par son avocat et le pianiste impatients d’en finir.

16Pour ce qui est du dénouement, c’en est fini du dîner en cabinet particulier et des confusions entretenues autour du rôle de Cyprienne, des retours d’Adhémar, de plus en plus mouillé, et de l’intervention de la maréchaussée, mais le récit conserve un certain nombre de quiproquos et de portes fermées sur des secrets imaginaires. Une fois encore Lubitsch, fidèle à sa réputation de spécialiste des portes, ne pouvait manquer de conserver du dénouement de Sardou le mystère principal : qui se cache derrière la porte ?

Une comédie en crise

17Toutefois, il semble qu’entre Kiss me Again et That Uncertain Feeling, s’installe la distance qui sépare la comédie joyeuse et brillante, à laquelle le cinéaste allemand devait ses plus grands succès, d’une forme nouvelle de comédie, mûrie par la crise et plus consciente du monde social, qui émerge dans le cinéma hollywoodien des années trente. Une comédie à laquelle l’univers paradoxal de Lubitsch s’adapte difficilement.

18Tout au long de That Uncertain Feeling, et le choix du titre en témoigne, se développe une mélancolie qui n’est certes pas étrangère à la pièce de Sardou, mais qui atteste de la fragilité du cinéma de Lubitsch, comme sommé de s’ajuster à l’Amérique. Cette impression n’est pas seulement propre au film de Lubitsch, elle révèle une tonalité discrète, mais présente, dans la pièce de Sardou.

19Comédie au rythme rapide, aux répliques cinglantes, destinée à faire rire le parterre au moins autant qu’à affirmer un point de vue dans le débat public, Divorçons ! n’est pas toujours non plus si drôle qu’on pourrait le croire.

20Selon un argument en vigueur, sans doute directement issu de Naquet, des Prunelles s’affirme comme un partisan du divorce, dans la mesure où celui-ci garantit la stabilité du mariage. Noble intention, contredite à la fois par le comportement des personnages et par le ton de la pièce.

  • 11 Sardou V., Divorçons !, op. cit., acte I scène 7, p. 50.

21On peut en effet lire Divorçons ! comme la deploratio du Vaudeville. Le discours de Sardou sur le mariage, ses comparaisons, relèvent de la condamnation la plus totale : « …la morne solitude du marécage, l’eau plate et croupissante ! Le tic-tac régulier du coucou domestique, le ronron monotone du pot au feu conjugal qui mijote à feu doux, et que j’écume avec ennui, d’une main nonchalante…11 » Autrement dit, à deux, l’on s’ennuie. Et l’ennui conjugal n’est pas conjoncturel, lié à la personnalité du partenaire ou aux circonstances du mariage, il est structurel : son seul intérêt tient en ce que le mariage est la condition de possibilité de l’adultère, et donc, du vaudeville.

22Alors, si le divorce règle la question de l’adultère, il assassine le théâtre, comme le montre Cyprienne elle-même dans la scène 4 de l’acte III :

  • 12 Ibidem, acte I scène 4, p. 36.

Ah certes je comprends qu’une honnête femme, rivée au mariage perpétuel, comprime les élans de son cœur, qu’elle dompte sa passion ! qu’elle dise à celui qui l’aime (à l’adresse d’Adhémar) Non ! Je ne faillirai pas ! Car si nous étions découverts, ce serait le scandale, le déshonneur, la mort peut-être… Mais avec le divorce… (gaiement) Eh ! bien quoi, Monsieur, je vous ai trompé, Divorçons !, voilà tout, et n’en parlons plus12.

  • 13 Ibid., acte II scène 7, p. 111.

23Le changement de ton, de registre, l’adresse, la manière dont Sardou met en scène les paroles de Cyprienne de façon à lui permettre de décliner tous les registres de l’adultère, du drame à la tragédie, en passant bien sûr par le vaudeville, et le changement de ton final, simplement indiqué par le « gaiement » de la didascalie, enfin la conclusion « n’en parlons plus » indiquent bien le danger du divorce : la fin de l’intrigue, la fin du récit, la fin du théâtre. Une fois le mot « divorce », traité comme un performatif, prononcé : plus de parole possible. D’où le dépit de madame de Valfontaine qui s’écrie, devant le fameux télégramme : « On a tué la galanterie13. »

24C’est en la ressuscitant à l’acte III, dans l’atmosphère égrillarde d’un cabinet particulier, et en retournant la situation jusqu’au constat d’adultère que Sardou parvient à ressusciter le théâtre. Pour que le théâtre renaisse, il faut passer de deux protagonistes à trois…

  • 14 Ibid., acte III scène 6, p. 171-173.

25L’acte III utilise en effet toutes les ficelles du vaudeville classique et adopte un rythme qui s’apparente aux comédies de Feydeau : Cyprienne, par deux fois, se cache dans un cabinet de toilette pour échapper non à son mari, mais à celui qui a failli devenir son amant, le serveur du restaurant lui propose son habit pour qu’elle puisse fuir la police, et l’excitation monte jusqu’au déshabillage en scène de des Prunelles, puis de Cyprienne14. On notera encore l’emballement comique de la scène VII de l’acte III qui parodie le drame bourgeois jusqu’aux exclamations grandiloquentes de l’héroïne qui s’écrie : « Le voilà, mon mari… Le voilà, celui que j’aime ! », se cramponne à des Prunelles en criant « Non, avec lui, jusqu’à la mort », avant de qualifier les agents de police de « sbires, sicaires, alguazils » sur un ton digne des plus grands drames romantiques.

26On retrouve, au cœur du film de Lubitsch, une mise en question du mariage qui prend des formes différentes, mais relève de la même vision assez pessimiste du couple, et du monde social.

  • 15 Lubitsch E., Bluebeard’s Eighth Wife [La Huitième Femme de Barbe-Bleue], 1938.

27Dans la filmographie de Lubitsch, William Paul rapproche judicieusement That Uncertain Feeling de Bluebeard’s Eighth Wife15. Dans les deux films, un personnage dépressif perd le contrôle de sa vie, et son corps prend le pouvoir sur lui. Dans le premier film, Gary Cooper, ligoté dans sa camisole de force, ne cesse de répéter les paroles magiques du Professeur Urganzeff : « I feel fine, I feel fine, I feel very fine » ; dans That Uncertain Feeling, Merle Oberon, épouse saisie par l’ennui d’un mariage trop sage, se trouve envahie par le hoquet. Convaincue de s’adresser à un psychanalyste, elle lui déclare à propos de ce hoquet dévastateur : « Quand il est là, je ne suis pas là, et quand il s’en va, je suis là de nouveau. » Comme si l’image de « happy Mrs Baker » diffusée dans les journaux la jetait hors d’elle-même, la laissait en proie au débordement du corps.

28L’ennui conjugal de ces personnages à qui leur propre corps s’impose dans la violence constitue l’un des leitmotive de l’œuvre de Lubitsch. Il se manifeste de manière comique dans That Uncertain Feeling où Melvyn Douglas, alias M. Baker, trouve spirituel d’enfoncer ses doigts dans le ventre de sa femme en criant « kicks » chaque fois qu’il souhaite lui manifester sa tendresse. Le mari ne manque pas de conseiller à Alexander Sebastian (Burgess Meredith), le très romanesque pianiste dont Jill Baker s’est éprise, d’en faire autant avec elle dès qu’il l’aura épousée. Les signes de conjugalité sont dérisoires, déplaisants, et tuent l’amour plus qu’ils ne l’entretiennent.

29Le caractère cyclique, l’éternel recommencement du couple qui, par le miracle du divorce, transforme l’amant en mari, se retrouve aussi bien dans That Uncertain Feeling que dans Divorçons !. On pourrait noter que chez Lubitsch comme, pour ce qui est de Divorçons !, chez Sardou, la condition d’existence du plaisir, de l’aventure, du désir, c’est le trio. Le message provocateur de Design for Living pourrait se retrouver dans That Uncertain Feeling, mais l’atmosphère du film est empreinte de plus de cynisme, d’une sorte de violence à l’égard des personnages, dont témoigne par exemple la séquence du dîner avec les Hongrois, qui laisse apparaître la fragilité du film − et de son auteur.

  • 16 Lubitsch E., That Uncertain Feeling, [Illusions perdues], 1941.
  • 17 Lubitsch E., Trouble in Paradise [Haute Pègre], 1932.
  • 18 Lubitsch E., The Shop Around the Corner [Rendez-vous], 1940.

30À travers cette mélancolie se manifeste la tentative de Lubitsch de produire un film qui corresponde à son époque. Ainsi l’ouverture d’Illusions perdues16 apparaît comme une forme d’équivalence de l’actualité de Divorçons !. De même que la pièce de Sardou intervenait, on l’a vu, dans un contexte politique et social particulier, That Uncertain Feeling, à travers le traitement de la dépression, témoigne du choix de Lubitsch de quitter le monde imaginaire, fantasmé, de la jet-set européenne17 ou le cocon chaleureux de la petite boutique de Varsovie18, pour évoquer cette middle class américaine qui constituera le sujet des principales comédies des années quarante. Quelle meilleure approche du monde réel que la psychanalyse, dont l’influence grandissante sur la société se manifeste massivement dans le cinéma hollywoodien tout au long des années de la guerre et de l’après-guerre ?

31Choisir la psychanalyse comme mode d’entrée dans le récit, c’est choisir l’Amérique, et mettre, avec That Uncertain Feeling, la « Lubitsch touch » à l’épreuve de l’Amérique.

Vers une nouvelle comédie, l’horizon du remariage

32La relation à l’Amérique constitue en effet l’une des questions fondamentales qui traversent That Uncertain Feeling. Comme le note Charles Tesson :

  • 19 Tesson Charles, « Le paradis des eaux troubles », dans Ernst Lubitsch, Paris, Cahiers du cinéma, 19 (...)

Même en Amérique, Lubitsch n’a eu de cesse de reconstituer des bouts d’Europe, tant au niveau de l’image (le studio) que du récit (le vaudeville).19

33Tous les films de Lubitsch, depuis son arrivée aux États-Unis situent leur action en Europe à l’exception d’un tiers de Design For Living, où pour la première fois, Lubitsch situe l’action de son film dans un immeuble bourgeois de Manhattan, les relations des deux protagonistes avec l’Europe n’étant plus que lointaines. Ce qui est en jeu dans ce choix de localisation de l’action, c’est, plus que le détail d’une adaptation vaudevillesque, plus qu’un effet indirect de la guerre, la question de la relation à l’Amérique : autrement dit la question du point de vue, à l’origine de la fameuse Lubitsch touch.

  • 20 Bourget Jean-Loup et O’Neil Eithne, Lubitsch et la satire romanesque, Paris, Champs Flammarion, 198 (...)
  • 21 Tesson Ch., art. cit., p. 107.

34Si, comme le remarque Jean-Loup Bourget20, la satire constitue la dominante de l’œuvre américaine du réalisateur, une satire qui porte autant sur la société et son fonctionnement que sur les mœurs, c’est que Lubitsch adopte le plus souvent un point de vue extérieur. Cette technique lui permet, indirectement, de mieux toucher le public américain. Il ne fait aucun doute, écrit encore Charles Tesson, que « l’Amérique offre pour Lubitsch l’image de la norme tandis que la France, dans son théâtre personnel, en constitue les coulisses, le hors-champ obligé21 ». C’est depuis ce hors-champ que Lubitsch porte son regard malicieux sur le monde.

35La question de la position d’énonciation, et du regard porté sur le monde se pose tout autrement dans le cas de That Uncertain Feeling.

  • 22 Lubitsch E., Ninotchka, 1939.
  • 23 Cukor George, The Philadelphia Story [Indiscrétions], 1940.
  • 24 Cavell Stanley, À la recherche du bonheur, Hollywood et la comédie du remariage, Paris, Cahiers du (...)

36Pour ce premier film new-yorkais, le duo crédité au générique pour l’adaptation et le scénario est composé de Walter Reich et Charles Ogden Stewart. Viennois qui conut un début de carrière brillant et important dans le cinéma autrichien et hongrois, Walter Reich a émigré assez tôt aux États-Unis ; avec Billy Wilder, il a participé à l’écriture de Ninotchka22 et il collabore avec Lubitsch jusqu’à la fin de sa carrière. Pour Charles Ogden Stewart, dont la vie professionnelle se déroule exclusivement aux États-Unis, il paraît essentiel de signaler qu’il est l’auteur du scénario de The Philadelphia Story23 de George Cukor en 1940, un film que Stanley Cavell considère comme le paradigme de la comédie du remariage24.

  • 25 Capra Frank, It happened one night [New-York-Miami], 1934.

37Le philosophe américain situe en effet en 1934, avec It Happened One Night25, l’apparition du genre de la comédie du remariage. Un genre qui renouvelle profondément les données esthétiques et sociales de la comédie hollywoodienne et impose à la fois une nouvelle génération de personnages principaux féminins, plus mûrs, plus autonomes, et une nouvelle vision des enjeux du dialogue cinématographique. Dans ce contexte, où Lubitsch cherche une place pour son cinéma, on peut se demander si That Uncertain Feeling ne constitue pas une tentative d’adapter la comédie du remariage à l’univers du réalisateur, ce qui ferait de Divorçons ! l’une des pièces sources de ce genre si typiquement américain.

  • 26 Cf. Frye Northop, Shakespeare et son Théâtre, Paris, éditions Boreal, 1988.

38Reprenant les distinctions de Nothrop Frye sur les comédies shakespeariennes anciennes et sur les comédies nouvelles26, Cavell classe la comédie du remariage parmi les secondes.

  • 27 Cavell S., À la recherche du bonheur…, op. cit., p. 23 sq.

39Il met en relation la naissance du genre de la comédie du remariage avec la naissance « d’une nouvelle femme27 » et situe la création du genre dans le cadre de ce qu’il appelle la « création de la femme ». Le genre de la comédie du remariage manifeste le moment historique du choix du progrès, de l’émancipation et du refus de l’aliénation. En choisissant de se marier à nouveau, le personnage féminin s’affirme comme adulte, indépendant et responsable, et donne sens à la comédie.

40Trouve-t-on quoi que ce soit de tel chez Lubitsch ? Y a-t-il, dans le texte de Sardou, possibilité de voir naître cette nouvelle femme dont parle le philosophe américain ?

41Le seul élément, à ce stade, qui peut paraître certain, c’est le lien que Sardou met en évidence entre les aspirations de la femme (et, de manière plus extensive, le désir féminin et sa légitimité) et la question du divorce. Cavell note à juste titre l’absence des parents des protagonistes, et spécialement de ceux de la femme, dans les bonnes comédies du remariage. On pourrait également mettre l’accent sur l’absence des enfants.

42L’enjeu de Divorçons !, c’est justement la possibilité d’une renaissance, de l’existence d’une nouvelle femme, ou tout au moins d’une femme susceptible de vivre différemment :

  • 28 Sardou V., Divorçons !, op. cit., acte I scène VII, p. 52.

Je veux qu’au lieu d’enfermer la jeune fille on lui permette de courir à son aise, comme le jeune garçon !... Quand elle aura un peu vécu, elle pourra se reposer comme vous, dans le mariage : et vous aurez une épouse vertueuse et fidèle, car elle n’aura plus de grandes curiosités à satisfaire28.

43Pourtant, comme le fait remarquer Stanley Cavell :

  • 29 Franklin Sidney, Private Lives [Vies privées], 1931.
  • 30 Cavell S., ibidem.

… il ne suffit pas que la conversation possède, disons, une charge sexuelle. Autrement le genre serait né en 1931 avec le film tiré d’une comédie de Noel Coward : Private Lives29 ; cette œuvre raconte très clairement le divorce et le remariage d’un couple riche et raffiné, qui dialogue intelligemment et qui a une relation privilégiée, faite d’irritation et d’estime réciproques. Mais leurs scènes pleines d’esprit, de sentiment et de violence, ne les mènent nulle part […] Ils sont condamnés à tourner à jamais autour du désir et du mépris30.

44Dans une comédie du remariage, la réconciliation est si profonde qu’elle demande la métamorphose que constituent la mort et la résurrection ; c’est-à-dire qu’il faut y acquérir une perspective nouvelle sur l’existence. Les enjeux, le dénouement de That Uncertain Feeling, comme ceux de Divorçons !, restent nettement sexuels. Le couple de Sardou retrouve le désir en jouant l’adultère dans un cabinet particulier et en se faisant arrêter par les gendarmes. Celui de Lubitsch se reforme grâce à la jalousie éveillée par Baker sur la relation qu’il entretient avec la secrétaire de son avocat. L’une des dernières images montre le personnage masculin, en pyjama, retournant gaiement au lit conjugal après avoir chassé l’amant rentré à la maison, comme un mari tranquille, et poussant son éternel cri de guerre : « Je suis Wotan, le Dieu des Dieux. » Il n’y pas de nouveau contrat. Pas de vrai remariage.

45Manquent également aux personnages de Lubitsch, comme à ceux de Sardou, un lieu intime, à l’écart du monde, qui constituerait le « vert paradis » de leur mariage, et son horizon rêvé, son avenir idéal.

  • 31 Sardou V., Divorçons !, op. cit., acte III scène 4, p. 151.
  • 32 Ibidem, p. 154.

46Dans Philadelphia Story de Cukor, Cary Grant vient offrir à Catherine Hepburn une maquette de bateau. Elle symbolise ce « vert paradis », ce passé commun hors du monde qu’il suggère de faire renaître. Dans la pièce de Sardou, la particularité du couple des Prunelles, c’est qu’il s’aperçoit justement qu’il n’a pas de passé. Ainsi dans la scène 4 de l’acte III, des Prunelles évoque une coutume suisse qui consiste à enfermer les candidats au divorce seuls pendant huit jours, et il ajoute : « … et puis, pendant ces huit jours-là, nous pourrions faire connaissance31 », avant d’expliquer, crayon en main : « En deux ans de mariage, nous avons eu quinze jours et quatre heures d’intimité32. »

47Un bref moment de l’avant-dernière séquence montre le couple Baker penché sur les photos de leur mariage et de leur lune de miel que Jill vient rendre à Larry, mais ce très bref attendrissement ne permet pas de définir un lieu commun du couple.

48Si ce vert paradis ne parvient pas à exister, il semble que ce ne soit pas faute de talent, mais faute de conviction.

Un pessimisme invincible

49Comme le note Stanley Cavell, il existe un lien organique autant qu’historique entre le genre spécifique de la comédie du remariage et l’Amérique. L’histoire de la société américaine, c’est en effet l’histoire d’un remariage, celle d’une nation née à nouveau, d’une alliance scellée à l’issue de la guerre civile, et dont la comédie du remariage constitue, en quelque sorte, le miroir intime.

50En termes de récit, comme en termes de genre, That Uncertain Feeling aurait pu constituer le film de l’adoption de l’Amérique pour un Lubitsch qui obtient, au moment du tournage du film, la nationalité américaine. Il reste, teinté de mélancolie, et même d’une certaine noirceur, plus près de l’inspiration traditionnelle du cinéaste. De façon quelque peu paradoxale, Victorien Sardou aura permis à la fois à Lubitsch de raconter l’Amérique, pour la première fois de sa carrière, et de choisir l’Europe, comme en témoignera son film suivant : To Be or Not to Be.

Bibliografía

Bibliographie critique

Lemaître Jules, Impressions de théâtre, 2e série, Sceaux, imprimerie Charaire et fils (dernier texte daté de juin 1887).

Paul William, Ernst Lubitsch’s American Comedy, New York, Colombia University Press, 1983.

Bourget Jean-Loup et O’Neil Eithne, Lubitsch et la satire romanesque, Paris, Champs Flammarion, 1987.

Eisenschitz Bernard et Narboni Jean (dir.), Ernst Lubitsch, Paris, Cahiers du cinéma, 1985.

Cavell Stanley, À la recherche du bonheur, Hollywood et la comédie du remariage, Paris, Cahiers du Cinéma, 1993.

Notas

1 Sardou Victorien et Najac Émile de, Divorçons !, Paris, Calmann-Lévy éditeur, 1883. Les références de ce texte renvoient à cette édition.

2 Alfred Naquet, Le Divorce, Paris, Dentu, 1877.

3 Noël Édouard et Stoullig Edmond, Les Annales du théâtre et de la musique, volume VI, année 1880, Paris, Charpentier éditeur, 1881. La remarque porte plus particulièrement sur le deuxième acte de la pièce.

4 Lemaitre Jules, Impressions de théâtre, 2e série, Sceaux, Imprimerie Charaire et fils (dernier texte daté de juin 1887), p. 121.

5 Ibidem, p. 136.

6 54 représentations d’avril à juin 1907 au Wallack’s Theater, puis 29 représentations en août et septembre 1907 au Lyceum Theater.

7 Lubitsch Ernst, Design for living [Sérénade à trois], 1933.

8 Lubitsch E., The Shop around the Corner [Rendez-vous], 1940.

9 Paul William, Ernst Lubitsch’s American Comedy, New York, Colombia University Press, 1983.

10 Paul W. op. cit., p. 339.

11 Sardou V., Divorçons !, op. cit., acte I scène 7, p. 50.

12 Ibidem, acte I scène 4, p. 36.

13 Ibid., acte II scène 7, p. 111.

14 Ibid., acte III scène 6, p. 171-173.

15 Lubitsch E., Bluebeard’s Eighth Wife [La Huitième Femme de Barbe-Bleue], 1938.

16 Lubitsch E., That Uncertain Feeling, [Illusions perdues], 1941.

17 Lubitsch E., Trouble in Paradise [Haute Pègre], 1932.

18 Lubitsch E., The Shop Around the Corner [Rendez-vous], 1940.

19 Tesson Charles, « Le paradis des eaux troubles », dans Ernst Lubitsch, Paris, Cahiers du cinéma, 1985, p. 106.

20 Bourget Jean-Loup et O’Neil Eithne, Lubitsch et la satire romanesque, Paris, Champs Flammarion, 1987.

21 Tesson Ch., art. cit., p. 107.

22 Lubitsch E., Ninotchka, 1939.

23 Cukor George, The Philadelphia Story [Indiscrétions], 1940.

24 Cavell Stanley, À la recherche du bonheur, Hollywood et la comédie du remariage, Paris, Cahiers du Cinéma, 1993.

25 Capra Frank, It happened one night [New-York-Miami], 1934.

26 Cf. Frye Northop, Shakespeare et son Théâtre, Paris, éditions Boreal, 1988.

27 Cavell S., À la recherche du bonheur…, op. cit., p. 23 sq.

28 Sardou V., Divorçons !, op. cit., acte I scène VII, p. 52.

29 Franklin Sidney, Private Lives [Vies privées], 1931.

30 Cavell S., ibidem.

31 Sardou V., Divorçons !, op. cit., acte III scène 4, p. 151.

32 Ibidem, p. 154.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Acceso exclusivo

open access

Brindado por L’éditeur de ce site