Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Victorien Sardou

 | 
Isabelle Moindrot

3 – D’un art à l’autre

Victorien Sardou médium

Jean Louis Gaillemin

Texte intégral

  • 1 Mouly Georges, La Vie Prodigieuse de Victorien Sardou (1831-1908), d’après des documents inédits, P (...)
  • 2 Ibidem, p. 102.

1L’eau-forte de Victorien Sardou parue dans le numéro d’août 1858 de la Revue Spirite s’inscrit dans toute une stratégie de révélation du message spirite. Né en 1848 aux États-Unis, le spiritisme gagne l’Europe au milieu des années 1850. Formulé par Allan Kardec dans son Livre des Esprits (1857), le spiritisme gagne les milieux socialistes et ouvriers où les notions de « progrès » et de « rétribution » dans les vies successives semblent résoudre bien des problèmes nés de la révolution industrielle. À ce progrès indéfini de l’être humain s’ajoute celui des planètes, et à la pluralité des vies la pluralité des mondes où les esprits peuvent s’incarner avant ou après leur passage sur la terre. Georges Mouly, le biographe de Victorien Sardou signale qu’en février 1857, Sardou rencontre chez son père trois médiums qui l’introduisent chez Madame Japhet1. Sardou est intrigué mais sceptique et ne résiste pas à la curiosité d’évoquer par le truchement de Madame Japhet l’esprit de Bernard Palissy sur lequel il vient d’écrire une pièce. Or le crayon répond en termes évidemment faux2. Sardou est séduit, non pas tant par la doctrine que lorsqu’il se voit lui-même le sujet d’automatismes graphiques :

  • 3 Lettre du 5 avril 1857, ibidem, p. 106.

Je crois aujourd’hui à l’existence d’esprits comme à ma propre existence. Esprits supérieurs, esprits inférieurs. Je nie le diable comme absurde en tous points. Les esprits inférieurs tracent mes dessins et font les tours de M. Home. Les supérieurs parlent morale, Dieu, éternité, etc… à la façon des grands philosophes […] Aussi je considère comme le plus beau jour de notre vie celui où j’ai mis les pieds dans cette maison car c’est là que j’ai contracté pouvoir de medium, à moins que je n’aie été le jouet d’un phénomène électrobiologique3 !

  • 4 Ibid., p 107.
  • 5 Ibid.
  • 6 Ibid., p. 108.

2Ces dessins où sa main « est guidée par une main chaude et fluidique4 » représentent des maisons des habitants de la planète Jupiter. Toujours sous l’influence de Palissy a lieu, en mai 1857, la réalisation d’un de ses plus grands dessins : « La Maison du prophète Élie sur Jupiter5 ». C’est alors seulement que, selon Georges Mouly, « [l] e bruit s’étant répandu de l’existence d’un médium dessinateur, Rivail, le futur Allan Kardec, veut faire sa connaissance6 ». Si Sardou n’est pas cité dans Le Livre des esprits qui paraît quelques mois plus tard, son nom apparaît dès le numéro 2 de La Revue Spirite de mars 1858, dans un article sur la pluralité des mondes « Jupiter et quelques autres mondes » :

  • 7 « Jupiter et quelques autres mondes », La Revue Spirite, Paris, mars 1858, [http://spirite.free.fr (...)

Avant d’entrer dans le détail des révélations que les Esprits nous ont faites sur l’état des différents mondes, voyons à quelle conséquence logique nous pourrons arriver par nous-mêmes et par le seul raisonnement. Qu’on veuille bien se reporter à l’échelle spirite que nous avons donnée dans le précédent numéro7.

  • 8 Ibidem.

3On y lit que les esprits y sont classés en trois ordres et neuf classes. Les Esprits imparfaits (troisième ordre) se caractérisent par ces traits : « Prédominance de la matière sur l’esprit. Propension au mal. » Les esprits du second ordre sont de « Bons esprits », et parmi leurs traits de caractère : « Prédominance de l’Esprit sur la matière ; désir du bien. » Enfin au sommet de la hiérarchie, les Esprits de premier ordre ou Purs Esprits forment une classe unique. Classification utile puisque chaque monde est habité par un certain type d’esprits. Au sommet se trouve Jupiter : « De toutes les planètes, la plus avancée, sous tous les rapports, est Jupiter. Là, est le règne exclusif du bien et de la justice, car il n’y a que de bons Esprits8. » S’il faut réserver le concept de vrai paradis à la sphère où règneraient les purs esprits, on peut deviner déjà que le séjour des bons esprits, qu’ils soient bienveillants, savants, sages ou supérieurs, ne peut être qu’idyllique :

  • 9 Ibid.

Le degré d’épuration auquel ils sont arrivés exclut chez eux toute pensée du mal, et ce seul mot nous donne l’idée de l’état moral de cet heureux pays. La législation y est bien simple, car les hommes n’ont point à se défendre les uns contre les autres ; nul ne veut du mal à son prochain, nul ne s’approprie ce qui ne lui appartient pas, nul ne cherche à vivre au détriment de son voisin. Tout respire la bienveillance et l’amour9.

4Loin de se contenter d’idées générales, l’article précise la nature des Jupitériens :

  • 10 Ibid.

La supériorité de Jupiter n’est pas seulement dans l’état moral de ses habitants ; elle est aussi dans leur constitution physique. […] La conformation du corps est à peu près la même qu’ici-bas, mais il est moins matériel, moins dense et d’une plus grande légèreté spécifique. Tandis que nous rampons péniblement sur la Terre, l’habitant de Jupiter se transporte d’un lieu à un autre en effleurant la surface du sol, presque sans fatigue, comme l’oiseau dans l’air ou le poisson dans l’eau. La matière dont le corps est formé étant plus épurée, elle se dissipe après la mort sans être soumise à la décomposition putride. […] Sous cette enveloppe légère les Esprits se dégagent facilement et entrent en communication réciproque par la seule pensée, sans exclure toutefois le langage articulé ; aussi la seconde vue est-elle pour la plupart une faculté permanente10.

  • 11 Ibid.

5Jupiter se pare ainsi des charmes d’un monde idéal, voire idéel. C’est le paradis des « somnambules lucides11 ». D’ailleurs si ses habitants nous en font volontiers la description, c’est

[…] afin de nous inspirer l’amour du bien par l’espoir d’y aller un jour. C’est dans ce but que l’un d’eux, qui a vécu sur la terre sous le nom de Bernard Palissy, le célèbre potier du seizième siècle, a entrepris spontanément et sans y être sollicité une série de dessins aussi remarquables par leur singularité que par le talent d’exécution, et destinés à nous faire connaître, jusque dans les moindres détails, ce monde si étrange et si nouveau pour nous.

6C’est ici qu’est cité Sardou :

  • 12 Ibid.

Quelques-uns retracent des personnages, des animaux, des scènes de la vie privée ; mais les plus remarquables sont ceux qui représentent des habitations, véritables chefs-d’oeuvre […]. M. Victorien Sardou, jeune littérateur de nos amis, plein de talent et d’avenir, mais nullement dessinateur, lui a servi d’intermédiaire12.

  • 13 La Revue Spirite, Paris, mai 1858.

7Dans son numéro d’avril 1858, un entretien spirite avec Palissy daté du 9 mars entretient le suspens. D’une patience de prosélyte, Palissy répond ainsi à 82 questions sur l’état moral et physique des habitants ou sur le système social de Jupiter. Dans le numéro suivant (mai 1858), c’est au tour de l’Esprit de Mozart de nous entretenir de Jupiter. Le musicien est particulièrement sensible à l’harmonie qui y règne : « Nous n’avons pas d’instruments ; ce sont les plantes, les oiseaux qui sont les choristes ; la pensée compose, et les auditeurs jouissent sans audition matérielle, sans le secours de la parole, et cela à une distance incommensurable13. »

  • 14 Bordeaux, 24 juin 1858, lettre de Marius M. employé retraité, La Revue Spirite, Paris, juillet 185 (...)

8Dans le numéro de juillet, un lecteur bordelais qui a eu dans son cercle l’occasion d’assister à des communications avec les habitants de la planète Jupiter s’inquiète de la parution des dessins de Monsieur Victorien Sardou. Nous apprenons en passant que la planète Jupiter est en passe de devenir le paradis des spirites : « Quand, dans notre petit cercle, quelqu’un de nous semble avoir des pensées trop matérielles, nous lui disons : “Prenez garde, vous n’irez pas dans Jupiter.”14 » Dans sa réponse, Allan Kardec annonce la publication d’une gravure directement réalisée par Sardou (la publication d’un dessin aurait nécessité le recours à un graveur, opération infidèle et onéreuse).

  • 15 La Revue Spirite, Paris, août 1858.

9La gravure représentant la « Maison de Mozart » paraît en août 1858 précédée d’une « Description des Habitations de la planète Jupiter » par Sardou, présenté ainsi par la revue : « L’auteur de cette intéressante description est un de ces adeptes fervents et éclairés qui ne craignent pas d’avouer hautement leurs croyances, et se mettent au-dessus de la critique des gens qui ne croient à rien de ce qui sort du cercle de leurs idées15. »

10Ce texte est précédé d’une véritable profession de foi de Sardou, renvoyant les sceptiques à une interrogation des esprits eux-mêmes :

  • 16 Sardou Victorien, « Observations à propos des dessins de Jupiter », loc. cit.

Cette réserve faite et la confiance aux Esprits une fois admise, si l’on accepte comme vérité la seule doctrine vraiment belle et sage que l’évocation des morts nous ait révélée jusqu’ici, c’est-à-dire la migration des âmes de planètes en planètes, leurs incarnations successives et leur progrès incessant par le travail, les habitations dans Jupiter n’auront plus lieu de nous étonner16.

  • 17 Ibidem.

11Sardou nous décrit d’abord l’« organisation sociale » de la planète des bons esprits selon laquelle les plus « épurés » laissent aux esprits inférieurs le soin d’administrer la planète avec l’aide des animaux humanisés (à la fois serviteurs et ouvriers de la planète), pour s’occuper uniquement de « travaux d’intelligence ». Effleurant à peine le sol, capables de se transporter à de grandes distances, communiquant à distance par la pensée, les esprits supérieurs de la planète Jupiter n’ont pas à proprement parler besoin de demeure fixe : « ce que notre corps fluidique et lumineux exige, c’est un logis aérien comme lui, presque impalpable et mobile au gré de notre caprice », affirme Palissy à Victorien Sardou17. Une demeure d’oiseau ou plutôt un ovni spirite, une habitation volante, flottante au gré des vents et de la volonté de leur propriétaire, un oiseau enfin. Des châteaux dans les airs, qui se réunissent et voisinent selon les affinités au-dessus de la capitale jupitérienne Julnius :

  • 18 Ibid.

À certaines fêtes, par exemple, tu verrais ici le ciel obscurci par la nuée d’habitations qui nous viennent de tous les points de l’horizon. C’est un curieux assemblage de logis sveltes, gracieux, légers, de toute forme, de toute couleur, balancés à toute hauteur et continuellement en route de la ville basse à la ville céleste : Quelques jours après, le vide se fait peu à peu et tous ces oiseaux s’envolent18.

  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid.

12Qu’on n’imagine pas pour autant Julnius, la ville basse ou ville matérielle, taillée à même le roc. Elle est formée sur un méandre de rivières et de canaux alimentés par plusieurs lacs : « De là résulte une sorte de ville amphibie, comme votre Venise, et dont on ne saurait dire, à première vue, si elle est bâtie sur la terre ou sur l’eau19. » La maison de Mozart est donc construite sur une rive où il voisine avec Cervantès. Ses quatre façades (Palissy nous fait comprendre que certaines maisons se contenteraient de moins) est construite « avec une certaine pierre que les animaux tirent des carrière du nord20 ». Bien loin de ressembler à nos minéraux, la pierre de Jupiter est d’un vert léger et d’une texture si fine « qu’elle fondrait sous nos doigts humains aussi vite qu’un flocon de neige ; encore est-ce là une des matières les plus résistantes de la planète ! Sur ce mur les Esprits ont sculpté ou incrusté les étranges arabesques que le dessin cherche à reproduire21 ».

  • 22 Riegl Alois, Stilfragen : Grundlegungen zu einer Geschichte der Ornamentik Berlin 1893. Questions d (...)
  • 23 Semper Gottfried, Der Stil in den technischen und tektonischen Künsten, oder praktische Aesthetik, (...)

13Jupiter répond à toutes les interrogations contemporaines. Non seulement la question sociale y est résolue mais les interrogations des architectes du XIXe siècle sur les matériaux, la forme, l’ornement, le style, n’ont plus de raison d’être. Un Viollet-le-Duc ou un Ruskin n’y trouverait aucune raison de s’emporter, Sullivan s’embrouillerait dans ses trois F « Form Follow Function » et Eiffel lui-même utiliserait la pierre verte pour construire sa tour. Destinée à abriter des esprits épurés, invulnérables, presque immatériels, l’architecture jupitérienne est libérée du fardeau de construire et se soucie fort peu de la solidité. Sur cette planète, il n’y a pas plus de pesanteur qu’il n’y a de volcans ou de secousses sismiques, le climat est d’une douceur pérenne. Impondérable, la pierre jupitérienne n’est pas plus porteuse qu’elle n’est portée, l’architecture n’est qu’un enclos translucide et coloré, le pied-à-terre occasionnel des esprits supérieurs qui daignent descendre sur la planète pour se rendre compte de sa bonne administration. On comprendra que dans ces conditions la question du style, pour reprendre le titre d’Alois Riegl22, n’a plus d’importance. Loin de devoir signifier la construction, indiquer les articulations de la structure ou proclamer la nature du matériau, l’ornement est pur arbitraire, pur plaisir. Il est même pure parure, pour reprendre le concept de Gottfried Semper23, pure signification de l’espace et du temps.

  • 24 Sardou V., art. cit.
  • 25 Ibidem.

14Et pour mieux s’affranchir encore du dessein d’orner, du souci de styliser, les architectes et les artisans de Jupiter ont inventé la « pétrification des végétaux24 ». Les ornements sont ou « fouillés dans la pierre et coloriés ensuite, ou des incrustations ramenées à la solidité de la pierre verte, par un procédé qui est en grande faveur maintenant et qui conserve aux végétaux toute la grâce de leurs contours, toute la finesse de leurs tissus, toute la richesse de leur coloris25 ». Finies les interrogations sur la nature de l’ornement, apaisée l’angoisse du choix dans les grammaires et autres répertoires. La maison jupitérienne accomplit le rêve apparu lors de la première Exposition universelle en 1851 avec la gigantesque serre du Crystal Palace cherchant à marier le métal et le végétal, le mécanique et l’organique.

15Concernant la maison de Mozart, Palissy fait remarquer :

  • 26 Ibid.

La longue fenêtre de droite présente un exemple de ce genre d’ornementation : l’un de ses bords n’est pas autre chose qu’un roseau énorme dont on a conservé les feuilles. Il en est de même du couronnement de la fenêtre principale, qui affecte la forme de clefs de sol : ce sont des plantes sarmenteuses enlacées et pétrifiées. C’est par ce procédé qu’ils obtiennent la plupart des couronnements d’édifices, des grilles, des balustres, etc.26

16Mais n’est-ce pas encore trop que de devoir composer une façade ? pourquoi ne pas laisser la nature opérer elle-même ? assister à la croissance de l’édifice ?

  • 27 Ibid.

Souvent même la plante est placée dans le mur, avec ses racines et dans des conditions à croître librement. Elle grandit, se développe ; ses fleurs s’épanouissent au hasard, et l’artiste ne les fige sur place que lorsqu’elles ont acquis tout le développement voulu pour l’ornementation de l’édifice : la maison de Palissy est presque entièrement décorée de cette manière27.

  • 28 Viollet-le-Duc Eugène-Emmanuel, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe si (...)

17Le rêve de l’architecte est ici accompli. Loin de devoir mesurer, calculer, composer, choisir, il plante et voit croître l’ornement, se lever la façade, se réaliser la maison. On pense à Viollet-le-Duc, angoissé par la forme à donner aux nouveaux matériaux industriels, obnubilé par les styles du passé et se refusant à choisir ceux du moment, fasciné finalement par l’idée d’un « principe générateur », d’un principe qui viendrait « comme un souffle » animer les matériaux, d’une architecture qui se développerait devant lui sous son regard, comme d’elle-même28.

18Dans l’article « Style » de son Dictionnaire Raisonné, il rêve d’un « organisme de pierre », d’une architecture qui se développerait comme une plante, comme l’avaient fait au Moyen Âge, les « maîtres laïcs » dans le secret de leurs associations :

  • 29 Viollet-le-Duc E.-E., article « Style », ibidem.

La jeune plante, à peine entrevue d’abord, mais cultivée avec persistance, s’éleva bientôt au-dessus de toutes les autres, eut son allure, son port, ses fleurs et ses fruits. Elle étouffa pour longtemps les tristes débris qui gisaient sous son ombre29.

  • 30 Ibid.
  • 31 Ibid.

19L’architecte idéal ne ferait que provoquer cette agitation palpitante d’un organisme qui prend forme. Il espère trouver « tout naturellement » ce style, « qui n’est qu’une émanation non cherchée de la forme, […] que le parfum naturel, non cherché, d’un principe, d’une idée suivie conformément à l’ordre logique des choses de ce monde », qui « se développe avec la plante qui croît suivant certaines lois », ce style « qui est, pour l’œuvre d’art, ce que le sang est pour le corps humain30 ». Dans son enthousiasme, Viollet-le-Duc évoque Saint-François d’Assise « amant passionné de la nature, [qui] passait des heures en contemplation devant une fleur ou un oiseau », et qui aimait « communiquer la vie à l’œuvre de ses mains31 ». Progrès universel, fantasme socialo-darwinien, mains démiurgiques, fantasme spirite, pétrification du végétal, corail, fantasme érectile.

  • 32 Sardou V., art. cit.

20Comme le remarque lui-même Palissy, la pétrification était d’abord destinée aux meubles seuls, puis « ce genre d’ornement s’est perfectionné peu à peu et a fini par envahir toute l’architecture32 ». Alors que sur notre planète ce parasitage de l’architecture par l’ornement est déjà à cette époque une infamie, sur Jupiter c’est une qualité. Peut-on même parler ici de parasitage ? certes le terme « sarmenteux » employé par Sardou exprime bien cette idée de plante grimpante, envahissante, mais les architectes de Jupiter semblent avoir prévu cet argument et de la liane, ils sont passés à l’arbre lui-même :

  • 33 Ibidem.

Aujourd’hui ce n’est pas seulement la fleur et l’arbuste que l’on pétrifie de la sorte, mais l’arbre lui-même, de la racine au faîte ; et les palais comme les édifices n’ont plus guère d’autres colonnes33.

21Et nous voilà de retour aux origines de l’architecture. Cabane en rondins ou ogives végétales, le souvenir de la forêt primitive affleure à la conscience. Les controverses du siècle sur l’imitation, la stylisation, ou l’abstraction de l’ornement, sur les relations de l’ornement à l’architecture sont sublimées par ce recours à l’arbre colonne.

22Mais il est encore un point où l’architecte du XIXe siècle se bat : ce sont les portes et fenêtres. Doivent-elles être symétriques et proportionnées ou correspondre aux besoins de la distribution ? Palissy renonce à s’exprimer sur ce point : « l’histoire de l’architecture dans Jupiter demanderait un volume entier », affirme-t-il, mais il a l’amabilité de nous préciser comment sont réalisées les ouvertures :

  • 34 Ibid.

Une pétrification de même nature sert aussi à la décoration des fenêtres. Des fleurs ou des feuilles très amples sont habilement dépouillées de leur partie charnue : il ne reste plus que le réseau des fibres, aussi fin que la plus fine mousseline. On le cristallise ; et de ces feuilles assemblées avec art on construit toute une fenêtre, qui ne laisse filtrer à l’intérieur qu’une lumière très douce : ou bien encore on les enduit d’une sorte de verre liquide et coloré de toute nuance qui se durcit à l’air et qui transforme la feuille en une sorte de vitre. De l’assemblage de ces feuilles résultent, pour fenêtres, de charmants bouquets transparents et lumineux34 !

  • 35 Viollet-le-Duc E.-E., ibid.

23Des vitraux des cathédrales aux verrières des bâtiments industriels contemporains, le verre gagne du terrain et proclame cette transparence qui gagnera le XXe siècle avec l’architecture de verre multicolore d’un Bruno Taut. Ici les « tapisseries lumineuses35 » imaginées par Viollet-le-Duc sont réalisées sans grand effort puisque les végétaux sur Jupiter sont eux aussi affectés de cette qualité de légèreté aérienne qui leur permet même de flotter dans l’espace. Palissy évoque

  • 36 Sardou V., art. cit.

[…] ces touffes de fleurs énormes, dont vous ne sauriez imaginer ni les formes ni les nuances, et d’une légèreté de tissu qui les rend presque transparentes. Balancées dans l’air, où de larges feuilles les soutiennent, et armées de vrilles pareilles à celles de la vigne, elles s’assemblent en nuages de mille teintes ou se dispersent au gré du vent36.

24Ce traitement général de l’ornementation ne manque pas pour autant de correspondre à un programme rappelant plus ou moins directement « la mission » que les habitants de Jupiter ont vécu sur terre. Symbolisme naïf qui nous fait reconnaître, dans la maison de Mozart, des éléments musicaux (partitions, notes et clés, voire instruments de musique) ou dans celle de Zoroastre, « des astres ou des flammes ». Mais symbolisme plus élaboré parfois :

  • 37 Ibidem.

Nos vieux architectes employaient aussi le symbolisme dans la décoration de leurs cathédrales et la tour de Saint-Jacques n’est rien moins qu’un poème hermétique, si l’on en croit la tradition. Il n’y a donc pas à nous étonner de l’étrangeté de la décoration architectonique dans Jupiter37.

25Symbolisme qui permet à l’architecture de chuchoter des secrets que les bons esprits nous expliqueront peut-être un jour.

26Mais il existe également sur Jupiter des esprits inférieurs moins légers et moins mobiles qui ont besoin d’un abri plus ferme :

  • 38 Ibid.

Aussi toutes les maisons qui reposent sur le sol n’ont-elles généralement qu’un rez-de-chaussée et un étage : l’un, destiné aux Esprits qui agissent sous la direction du maître, et accessible aux animaux ; l’autre, réservé à l’Esprit seul, qui n’y demeure que par occasion38.

  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid.

27Ce rez-de-chaussée, souvent surélevé, est accessible par un escalier et sa rampe, fort utile aux esprits inférieurs qui « ne s’élèvent que par secousses39 », et indispensable aux animaux serviteurs. « De là ces constructions bizarres, qui par la base tiennent encore de nos édifices terrestres et qui en diffèrent absolument par le sommet40. »

28Cette polarité, qui introduit un caractère commun à l’architecture terrestre et à l’architecture jupitérienne, s’accompagne d’un élément étrange qu’on pourrait appeler « l’ornement en hors d’œuvre ». Ce sommet, nous dit Palissy

  • 41 Ibid.

[…] se distingue surtout par une originalité que nous serions bien incapables d’imiter. C’est une sorte de flèche aérienne qui se balance sur le haut de l’édifice, au-dessus de la grande fenêtre et de son singulier couronnement. Cette frêle nacelle, facile à déplacer, est pourtant destinée, dans la pensée de l’artiste, à ne pas quitter la place qui lui est assignée, car sans reposer en rien sur le faîte, elle en complète la décoration et je regrette que la dimension de la planche ne lui ait pas permis d’y trouver place41.

29Cette flèche, volatile, nous la retrouvons sur d’autres maisons dessinées par le maître. Sorte de plate-forme externe, elle se rapproche du groupe des nacelles-oiseaux qui peuplent et colorent à certains moments le ciel de Jupiter. À mi-chemin de la flèche gothique et des acrotères antiques, émanation de la bâtisse, elle achève la tripartition de l’architecture, reflet de la tripartition de la société jupitérienne en trois ordres d’Esprits, des plus matériels aux plus épurés.

30Jupiter continue à apparaître régulièrement dans la Revue Spirite, de même que l’Esprit de Mozart qui se plaît à évoquer sa nouvelle résidence. Victorien Sardou revient en mai 1859 nous relater ses entretiens avec un esprit errant, puis c’est un illustre savant, Camille Flammarion, qui sous le nom de Galilée nous entretient sur la vie universelle et également sur la pluralité des mondes.

31Un demi-siècle plus tard, en 1909, Camille Flammarion publie Les Forces naturelles inconnues où il publie deux dessins de Sardou et en profite pour donner son point de vue sur ce type de médiumnité :

  • 42 Flammarion Camille, Les Forces naturelles inconnues, Paris, Ernest Flammarion, 1909, p. 43.

Notre cerveau ne reste pas étranger à ce que nous produisons, ses cellules fonctionnent et agissent, sans doute par un mouvement réflexe sur les nerfs moteurs. Nous croyions tous alors Jupiter habité par une race supérieure : ces communications étaient le reflet des idées générales. Aujourd’hui, on n’imaginerait rien de pareil sur ce globe, et jamais d’ailleurs les séances spirites ne nous ont appris quoi que ce soit en Astronomie42.

  • 43 Breton André, « Le message automatique », Minotaure, no 3 – 4, Paris, décembre 1933.
  • 44 Breton A., Écrits sur l’art et autres textes, dans Œuvres Complètes, t. IV, Paris, Gallimard, bibli (...)

32Nous avons vu que l’architecture jupitérienne elle-même pouvait s’analyser à la lumière des controverses contemporaines, Viollet-le-Duc n’étant à cet égard qu’un exemple parmi d’autres. Elle témoigne d’audaces dont on rêvait sur terre mais qui ne pouvaient éclore que dans un monde onirique. Ici interviennent aussi deux facteurs supplémentaires. Tout d’abord, le fait que Sardou à l’époque se soit passionné pour Bernard Palissy et ait cherché, en vain, à faire jouer le drame qu’il avait écrit sur ce héros prométhéen par excellence, figure mythique de l’histoire des sciences et des arts décoratifs au XIXe siècle. La planète Jupiter ne participe-t-elle pas dès lors de ce fantasme d’un paradis terrestre tel que Palissy a essayé de l’évoquer dans sa Recette véritable ? À sa façon, Sardou invente un « Style rustique » où la pétrification jupitérienne évoque l’exécution rêvée d’un moulage d’après nature. D’autant plus que certaines maisons dessinées par Sardou sont composées, non pas seulement de végétaux mais aussi d’animaux, insectes, papillons, oiseaux. On peut même penser que le monde jupitérien réalise le fantasme d’un décor théâtral aux dimensions d’une planète. Un monde où les matériaux les plus légers, toiles, tulles, papiers, cartons réalisent en trompe-l’œil des architectures qu’un habile emploi de la lumière va transfigurer. La planète Jupiter comme scène idéale du théâtre intérieur de Sardou à la fin des années 1850 ? André Breton publiera deux fois La Maison de Mozart, d’abord en 193343 dans son article de Minotaure intitulé « Le message automatique », puis en 195444 dans son texte sur Joseph Crépin. Aujourd’hui encore, ses gravures sont surtout présentées dans les expositions qui ressortissent au domaine qu’il est convenu depuis Jean Dubuffet d’appeler « l’art brut ».

Bibliographie

Bibliographie critique

Breton André
– « Le message automatique », Minotaure, no 3-4, Paris, décembre 1933.
– « Joseph Crépin », Écrits sur l’art et autres textes, Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, t. IV, 2008.

Flammarion Camille, Les Forces naturelles inconnues, Paris, Ernest Flammarion, 1909.

Mouly Georges, La Vie prodigieuse de Victorien Sardou, Paris, Albin Michel, 1931. La Revue Spirite, Paris, [http://spirite.free.fr/telechargement.htm].

î Alois, Stilfragen : Grundlegungen zu einer Geschichte der Ornamentik [Berlin, 1893], Questions de style : fondements d’une histoire de l’ornementation, Paris, Hazan, 2002.

Semper Gottfried, Der Stil in den technischen und tektonischen Künsten, vol. 1, Munich, 1860.

Notes

1 Mouly Georges, La Vie Prodigieuse de Victorien Sardou (1831-1908), d’après des documents inédits, Paris, Albin Michel, 1931, p. 98. Cet ouvrage consacre le chapitre VII à Sardou spirite : « Sardou spirite », « Les trois prophètes », « Le salon de Mme Japhet », « La loi de vie », « Révélations », « Sardou medium dessinateur ».

2 Ibidem, p. 102.

3 Lettre du 5 avril 1857, ibidem, p. 106.

4 Ibid., p 107.

5 Ibid.

6 Ibid., p. 108.

7 « Jupiter et quelques autres mondes », La Revue Spirite, Paris, mars 1858, [http://spirite.free.fr/telechargement.htm].

8 Ibidem.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 La Revue Spirite, Paris, mai 1858.

14 Bordeaux, 24 juin 1858, lettre de Marius M. employé retraité, La Revue Spirite, Paris, juillet 1858.

15 La Revue Spirite, Paris, août 1858.

16 Sardou Victorien, « Observations à propos des dessins de Jupiter », loc. cit.

17 Ibidem.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Riegl Alois, Stilfragen : Grundlegungen zu einer Geschichte der Ornamentik Berlin 1893. Questions de style : fondements d’une histoire de l’ornementation, Paris, Hazan, 2002.

23 Semper Gottfried, Der Stil in den technischen und tektonischen Künsten, oder praktische Aesthetik, Frankfurt am Main, 1860. Sur le concept de parure (« Schmuck »), voir p. 13 sq.

24 Sardou V., art. cit.

25 Ibidem.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Viollet-le-Duc Eugène-Emmanuel, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, Paris, B. Bance (A. Morel), 1854-1868. [Voir http://fr.wikisource.org/wiki/Dictionnaire_raisonné_de_l’architecture_française_du_XIe_au_XVIe_siècle_-_Tome_8,_Style.].

29 Viollet-le-Duc E.-E., article « Style », ibidem.

30 Ibid.

31 Ibid.

32 Sardou V., art. cit.

33 Ibidem.

34 Ibid.

35 Viollet-le-Duc E.-E., ibid.

36 Sardou V., art. cit.

37 Ibidem.

38 Ibid.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 Flammarion Camille, Les Forces naturelles inconnues, Paris, Ernest Flammarion, 1909, p. 43.

43 Breton André, « Le message automatique », Minotaure, no 3 – 4, Paris, décembre 1933.

44 Breton A., Écrits sur l’art et autres textes, dans Œuvres Complètes, t. IV, Paris, Gallimard, bibliothèque de la Pléiade, p. 710, 1954.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site