Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Victorien Sardou

 | 
Isabelle Moindrot

3 – D’un art à l’autre

Victorien Sardou médium

Jean Louis Gaillemin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’eau-forte de Victorien Sardou parue dans le numéro d’août 1858 de la Revue Spirite s’inscrit dans toute une stratégie de révélation du message spirite. Né en 1848 aux États-Unis, le spiritisme gagne l’Europe au milieu des années 1850. Formulé par Allan Kardec dans son Livre des Esprits (1857), le spiritisme gagne les milieux socialistes et ouvriers où les notions de « progrès » et de « rétribution » dans les vies successives semblent résoudre bien des problèmes nés de la révolution industrielle. À ce progrès indéfini de l’être humain s’ajoute celui des planètes, et à la pluralité des vies la pluralité des mondes où les esprits peuvent s’incarner avant ou après leur passage sur la terre. Georges Mouly, le biographe de Victorien Sardou signale qu’en février 1857, Sardou rencontre chez son père trois médiums qui l’introduisent chez Madame Japhet1. Sardou est intrigué mais sceptique et ne résiste pas à la curiosité d’évoquer par le truchement de Madame Japhet l’esprit de Bernard Palis...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540