Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Victorien Sardou

 | 
Isabelle Moindrot

3 – D’un art à l’autre

Victorien Sardou dans les collections de la Comédie-Française et de la Bibliothèque nationale de France (département des Arts du spectacle)

Joël Huthwohl

Texte intégral

1La question du recensement des sources à la Comédie-Française et au département des Arts du spectacle est sans doute le plus facile à traiter de tous les thèmes programmés dans ce colloque. En effet, il suffit de localiser et de recenser les documents concernant Victorien Sardou dans les deux bibliothèques concernées sans avoir la peine de les analyser, les confronter, de traduire le patrimoine des arts du spectacle en histoire du théâtre. C’est la situation adéquate pour un conservateur, dont le métier est avant tout d’être un passeur entre des collections et des chercheurs, situation idéale aussi que cet entre-deux où est l’auteur, entre le poste de conservateur-archiviste de la Comédie-Française, quitté il y a à peine trois mois et la direction du département des Arts du spectacle prise en septembre 2008. Noëlle Guibert qui a dirigé le département de 1995 à 2008 a eu la générosité de s’effacer pour laisser à son successeur sa place dans ce colloque et lui donner l’opportunité de pouvoir traiter simultanément des deux plus belles collections théâtrales françaises. Toutefois, ce doublé fait sans doute le sujet de cette intervention le plus difficile de tous les thèmes programmés dans ces quatre journées de colloque. Parce que rien de ce qui touche à Victorien Sardou ne lui est étranger et que là où vous pouvez éliminer tel ou tel document parce qu’il est hors sujet, quand il s’agit des sources, il ne faut rien laisser de côté, ni lettres, ni coupures de presse, ni croquis, ni maquettes, ni portraits, ni relevés de mise en scène, ni partitions, ni factures, ni costumes, ni photographies, ni programmes… ni La Taverne des étudiants, ni Séraphine, ni La Tosca, ni Les Premières Armes de Figaro, ni Théodora, ni Divorçons ! ni Thermidor…

2Le propos n’est pas cependant de dresser devant vous le catalogue exhaustif des collections concernant Victorien Sardou, exposé aussi long à rédiger que fastidieux à lire, mais de mettre en regard les richesses de ces deux fonds pour mieux comprendre leur structure et les ressources qu’ils recèlent et mettre au jour ce qui serait la spécificité de la mémoire de l’œuvre de Sardou par rapport aux autres.

À la Comédie-Française

3Les archives de la Comédie-Française sont les plus cohérentes. Elles traitent d’un répertoire bien délimité par les pièces qui sont inscrites au répertoire de ce théâtre. Elles sont au nombre de six : La Papillonne (11 avril 1862, création), Daniel Rochat (16 février 1880, création), Les Pattes de mouche (21 octobre 1884, reprise), Thermidor (24 janvier 1891, création), Patrie ! (11 mars 1901, reprise) et Madame Sans-Gêne (2 septembre 1935, reprise). Hormis ces six spectacles et leurs reprises, très peu de choses concernant Victorien Sardou, sinon un peu de documentation dans le dossier d’auteur : programme de Thermidor à la Porte-Saint-Martin, pièces concernant La Tosca à Bruxelles en 1982, articles, ou par ailleurs, des demandes de place. La Comédie-Française possède aussi un buste de Victorien Sardou par Jules Franceschi offert par la famille en 1910, et qui se trouve côté impair-palier Galerie. La liste des pièces jouées détermine une période de cent ans environ de la première entrée à la dernière reprise dans les années 1950, donc pas d’audiovisuel, ni même d’archives sonores.

4La manière la plus simple pour présenter ces sources est de suivre la chronologie de la production d’un spectacle, de l’idée de le programmer à son exploitation publique en passant par la préparation matérielle, les représentations elles-mêmes, la publicité et la réception. Potentiellement, à la Comédie-Française, tous les documents produits à chacune de ces étapes ont été conservés, d’autant plus qu’à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle la bibliothèque s’organise grâce aux deux bibliothécaires Léon Guillard et Georges Monval.

Première étape : de l’idée de programmer à la décision de le faire

5L’essentiel se trouve dans le dossier de l’auteur pour la correspondance entre lui et l’administrateur, correspondance depuis 1862 jusqu’aux discussions avec les ayant-droits dans les années 1950 pour Sardou et dans une moindre mesure dans le dossier de l’administrateur, en l’occurrence, Édouard Thierry, Émile Perrin et Jules Claretie, ce dernier étant un proche de Sardou.

Deuxième étape : le comité de lecture et la censure.

6L’entrée au répertoire réclamant une procédure particulière, celle-ci laisse des traces dans les registres du comité, éventuellement un rapport de lecteur. Notons que l’on trouve peu de traces directes des débats au comité. Une fois le texte accepté, deux copies sont établies et envoyées à la censure, un exemplaire revient au théâtre, éventuellement coupé ou modifié, cet exemplaire correspond au « manuscrit de souffleur », c’est le texte officiel de la pièce qui servira de référence pendant les répétitions.

Troisième étape : la préparation du spectacle

7Quatre éléments : la distribution, les maquettes de décor et de costumes, les éventuelles partitions. Sur les distributions et les éventuelles hésitations ou tractations, on peut se reporter, outre les dossiers d’auteurs et d’administrateurs, aux dossiers de comédiens, mais les informations en ce domaine sont rares. On peut suivre le calendrier des répétitions dans les registres journaliers. On trouve aussi des éléments dans les registres de la figuration.

8Pour les décors et costumes, les maquettes sont généralement conservées, encore qu’il en manque, soit qu’elles aient été perdues, soit qu’on n’ait pas créé de décor spécifique. On note par exemple pour Les Pattes de mouche, une maquette de décor de Philippe Chaperon ; pour Thermidor, les maquettes de l’acte II et de l’acte III, annotées « maquette et indications de M. Victorien Sardou. J[ules] C[laretie] » ; pour Madame Sans-Gêne, la maquette de décor de Léo Devred, actes II et III. S’y ajoutent pour les périodes les plus récentes, les plantations de décors et les registres des tapissiers pour les meubles. Pour les costumes, on recense pour Patrie ! des maquettes de Chaîneux, de Charles Bétout, auxquelles on peut joindre un portrait de Léon Bernard par Lucien Jonas, et des lithographies de Mesplès d’après les aquarelles de Bianchini. De même, pour Thermidor, on recense une soixantaine de maquettes et pour Madame Sans-Gêne, vingt-deux maquettes. S’y ajoute pour les costumes à partir de 1880, les livrets des costumiers, qui donnent le détail de la composition des costumes par spectacle.

9Le relevé de la mise en scène vient clore cette étape. Au XIXe siècle, il donne principalement la plantation des décors et meubles et les mouvements des comédiens. Il s’enrichit à partir de l’entre-deux guerres d’éléments techniques sur la lumière ou les bruitages. À noter que pour la période considérée, il n’y a pas de conduites techniques conservées. Ont été conservés les relevés de Patrie ! des Pattes de mouches et la plantation pour Daniel Rochat.

Quatrième étape : la représentation

10De cet épisode central subsistent peu d’éléments concrets si ce n’est quelques costumes. Pour mémoire, le magasin des costumes de la Comédie-Française est principalement constitué de pièces datant d’après la seconde guerre mondiale, mais on trouve des éléments de costumes pour Thermidor et pour Madame Sans-Gêne. Il est certain aussi que la plupart des meubles utilisés dans ces spectacles sont toujours dans les magasins de la Comédie-Française, mais le travail d’identification est en cours. En revanche, pas d’éléments de décor, peu d’accessoires.

11En revanche, les documents de diffusion (programmes et affiches) ont été soigneusement conservés. Les registres journaliers indiquent les représentations et les recettes. Ils peuvent être complétés d’un point comptable par la série AC (3 AC pour le XIXe, 4 AC pour le XXe) mais celle-ci n’est pas très riche pour la période où il n’y a pas de dossiers de production.

Cinquième étape : témoignages et réception

12Ces documents-là ne sont pas produits directement par le théâtre. Ils ont été achetés, que ce soient les photographies ou les journaux. Là aussi, on peut avoir des traces (félicitations, commentaires divers) dans la correspondance.

13Les photographies sont relativement nombreuses. Pour Thermidor, on peut trouver celles de la répétition du 24 janvier 1891 (5 de A. Bert, 6 de Van Bosch). Pour Madame Sans-Gêne en 1935 : 5 Manuel frères, 6 B. Arnoux, 2 portraits Lipnitzki, 2 photographies « timbres postes » de Napoléon ; et en 1950 : 42 images sur des planches Bernand.

14Concernant la presse, on trouve à la Comédie-Française un beau dossier pour Thermidor, avec de nombreuses caricatures, deux volumes généraux couvrant la période 1870 à 1935, le registre no 23 de la nouvelle série pour la reprise de Madame Sans-Gêne, salle Luxembourg, 14 mars 1951. Notons dans la série des Albums du collectionneur Édouard Pasteur (15 et 17), la presse sur Thermidor, mais aussi des billets et invitations.

15Pour mémoire, il faut joindre à cet ensemble les éditions des textes de Victorien Sardou et les études sur sa vie et son œuvre.

16Si l’on faisait un tableau croisant les spectacles et l’ensemble des documents cités, qui constituent une typologie des traces laissées par un spectacle, on aurait un reflet assez juste et pratiquement exhaustif des collections de la Comédie-Française sur le sujet. Cette grille d’accès est-elle transposable telle quelle au département des Arts du spectacle ?

À la Bibliothèque nationale de France

17Le domaine que couvrent ou peuvent couvrir les collections du département des Arts du spectacle est sans limite touchant Sardou. La mémoire de toutes ses pièces y a sa place, quel que soit le théâtre et la période, voire même le pays où se joue le spectacle. Le domaine étranger, s’il n’est pas totalement absent, est toutefois marginal. Cependant la logique est tout autre : où la Comédie-Française avait une logique de collecte continue et cohérente d’archives en lien direct avec le théâtre lui-même dont elle est un service à part entière, la Bibliothèque nationale reçoit des dons ou achète des documents avec une logique de collectionneur. Elle n’a pas de lien organique avec les théâtres, même si elle est en relation constante avec eux, elle cherche la plus grande représentativité possible dans ses enrichissements mais ne peut atteindre l’exhaustivité, elle doit parfois faire des choix, en fonction de ses moyens, et privilégier la qualité d’un document par rapport à un autre.

18Aussi les documents sont-ils répartis dans diverses séries par type de support (manuscrits, imprimés, iconographie, maquettes, presse, costumes, etc.), ou dans des ensembles ou fonds liés à un lieu ou un artiste ou encore un collectionneur (collection Rondel, fonds du Théâtre du Palais-Royal ou des Variétés, etc.). Le moyen imaginé par les bibliothécaires pour faire le lien entre tous ces documents, qui trouvent leur cohérence, comme nous l’avons vu pour la Comédie-Française, dans un rattachement à un spectacle, ce moyen est la « notice de spectacle ». Cette notice, cette fiche pour ainsi dire, réunit les éléments d’identification du spectacle (auteur, titre, générique, date et lieu de première, etc.). On peut ensuite y rattacher des notices ou fiches décrivant les documents eux-mêmes. Ainsi dans le Catalogue général de la Bibliothèque nationale de France trouve-t-on 91 notices de spectacles de 1853 à 2005. La plupart sont actuellement liées à des documents iconographiques (62), une petite partie n’est encore pas liée à des documents, d’autres encore ont été créées pour des spectacles récents à partir de la presse et des programmes. Un cas exemplaire de fédération de documents, quoique un peu marginal par rapport à Sardou : La Maréchale Sans-Gêne, opérette mise en scène par Maurice Lehmann en 1948 : coupures de presse, lot de 30 photographies noir et blanc (4-ICO THE-4723), un autre de 15 de George-Henri (4-PHO-4-0142). L’idéal serait naturellement que tous les documents soient catalogués de cette manière et qu’en quelques clics, chacun puisse avoir la liste de ce qui concerne Théodora ou Divorçons !. Ce n’est pas encore le cas. Il faut donc en passer par une petite visite guidée des ensembles les plus importants et des principaux types de sources disponibles.

Collection Rondel

19Rf 47571 à 47899, soit 328 cotes rassemblant des éditions, les traductions, des recueils factices de coupures de programmes et de coupures de presse sur les spectacles et sur l’auteur (discours, biographies, études, etc.), depuis La Taverne des étudiants (édition de chez D. Giraud de 1854 Rf 47579 et un article dans le recueil 47843) jusqu’aux années 1920. Tous ces documents sont décrits dans le Catalogue général en ligne. La suite de la partie « coupures de presse et programmes » se trouve dans les séries Rsupp (Rondel supplément) et SW. Pour les textes et études postérieurs à Rondel, il faut consulter le Catalogue général (séries Y et W).

  • 1 Le département des Arts du spectacle a acquis en 2009 un ensemble de lettres et de documents conce (...)

20Ms 2541 à 2567. Principalement des textes (copies manuscrites) parfois annotés, ou joints à des lettres, avec notamment un beau dossier pour Divorçons ! au Palais-Royal : textes, lettres, conventions, actes de procédure (ms 2566). À cet ensemble, on peut ajouter 95 lettres de la collection personnelle d’Auguste Rondel (R Mn) principalement adressées à Pierre Berton, Montigny et H. de Pène, mais aussi à Sarcey ou Jambon (dessin des pyramides d’Égypte pour Cléopâtre1).

Iconographie

21Une partie de l’iconographie par théâtre (ICO-THE) est inventoriée et liée à 62 notices de spectacle. Le reste des estampes et des photographies est accessible par lieu ou par personnalité.

22Notons la présence de dessins originaux : Victorien Sardou et Sarah Bernhardt, 4 croquis de Louise Abbéma ; L’auteur de Séraphine, caricature d’André Gill ; Victorien Sardou, Lemercier de Neuville ; Victorien Sardou, Henry Sornin ; Victorien Sardou, Lhéritier (1809-1885). Parmi les dossiers iconographiques des personnalités, celui de Sarah Bernhardt est sans conteste le plus épais. Ces images sont en partie reproduites dans Portrait (s) de Sarah Bernhardt (BnF, 2000), notamment les photographies pour Théodora, Gismonda, Cléopâtre, La Sorcière, Fédora et La Tosca, l’aquarelle de Walter Spindler la représentant à l’acte III de Fédora, les dessins de Louise Abbéma et des dessins de répétition avec Sardou pour Fédora.

23Pour les maquettes, on recense douze maquettes de décors et soixante-dix de costumes : Théodora, costumes de Théophile Thomas et décors de Lemeunier, Jambon et Bailly ; Théodora, croquis de décor de Victorien Sardou lui-même, La Sorcière au Théâtre Sarah Bernhardt le 15 décembre 1903, 3 maquettes d’Émile Bertin ; La Sorcière, Opéra-comique, 15 décembre 1912, 1 maquette de décor de Bailly ; La Haine, Porte-Saint-Martin, 13 mars 1923, 4 maquettes de décor d’Émile Bertin ; Madame Sans-Gêne, Odéon, 1930, reprise à la Renaissance en 1943, décor d’Émile Bertin ; Madame Sans-Gêne, Théâtre Sarah-Bernhardt, 19 décembre Wakhévitch, 19 décembre 1957 ; La Tosca, 1 décor de François Ganeau ; La Fille de Tabarin, Opéra-Comique, 20 février 1901, 1 décor de Jusseaume ; Madame Sans-Gêne, Londres, Lyceum Théâtre, 10 avril 1897, 55 costumes de Doucet, Cornu et Karl ; Madame Sans-Gêne, Wakhévitch, 1957, 15 costumes.

Archives du XIXe siècle

24Le département possède aussi des séries de partitions provenant de différents théâtres du XIXe siècle.

25Pour Victorien Sardou, on explorera par exemple celui du Théâtre des Variétés qui contient les musiques de L’Homme aux pigeons (1861), Les Merveilleuses (1873, musique de Marius Boullard), Les Prés Saint-Gervais (1874, musique de Charles Lecocq, matériel d’orchestre et voix), et Le Roi Carotte (1872, musique de Jacques Offenbach).

26Dans le fonds du Théâtre du Palais-Royal, les partitions des Gens nerveux (1859), du Magot (1874, avec le texte), ainsi que le texte censuré de Divorçons ! (1880).

27Pour le Théâtre du Vaudeville, le texte annoté de Nos intimes !. On pourrait continuer pour l’Ambigu ou les Folies-Dramatiques. Pour ces théâtres, nous avons aussi un certain nombre d’archives administratives ou comptables, comparables à celles que l’on trouve à la bibliothèque-musée de la Comédie-Française. À relever aussi 275 lettres dans la Correspondance.

Archives du XXe siècle

28Outre les fonds photographiques, on notera par exemple le Fonds Casadesus pour Madame Sans-Gêne, comédie en 3 actes, mise en scène de Pasquali à l’Ambigu en 1959 : contrats, programmes, correspondance, presse, photographies, comptabilité des archives de Christian Casadesus. 4-COL-6 (2031-2091).

29Méritent aussi d’être explorées les fonds de la Radio et de la Télévision pour La Haine, adaptation d’après de Victorien Sardou par Gabriel Boissy, 1942. 4° YA RAD 2 et Madame Sans-Gêne, mise en scène de Michel Roux, pour Au théâtre ce soir, 1974. 4° YA TV 5155.

Programmes et affiches

30Les programmes de toutes époques dans les séries du Théâtre de l’Ambigu (WNA 303), Déjazet (WNA 042), Renaissance (WNA 132), Odéon (WNA 104), Gymnase (WNA 068), etc. Beaucoup d’affiches existent et sont recensées à part.

Costumes

31Le département des Arts du spectacle conserve aussi les costumes du Théâtre Sarah Bernhardt (fonds Dullin). Dans ce magnifique ensemble, quatre spectacles sont représentés : Théodora, Gismonda, Fédora et La Sorcière. Pour ce dernier spectacle, seul subsiste la robe à traîne en jersey blanc, avec fragments de mousseline chair brodés de motifs floraux en lamé doré, pour le rôle de Soraya, interprété par Sarah Bernhardt. En revanche, pour Théodora, la collection est composé de quatre cuirasses, d’une tunique, et surtout des costumes de Brésaire, Euphratas, de De Max et naturellement de Théodora / Sarah Bernhardt : deux éléments de pans de soie crème, franges lamés or avec chenillettes de soie crème, motifs en lames dorées avec perles blanches, panneau de satin rouge avec des personnages religieux peints, entourés de lamé or, cabochons de couleur et perles blanches, deux pans de jupe en satin vert d’eau parsemé d’abeilles brodées en lames dorées et yeux en perles blanches…

32Ce recensement, qui donne les principales pistes de recherches, ne doit pas faire oublier les richesses des autres départements : Musique, Bibliothèque-musée de l’Opéra, Estampes et photographies, Manuscrits et département Littérature et art pour les imprimés. Il montre un foisonnement, parfois difficile à appréhender dans son ensemble, plus hétérogène que les collections de la Comédie-Française, mais mine d’informations sur les pièces de Victorien Sardou du XIXe siècle à aujourd’hui.

Notes

1 Le département des Arts du spectacle a acquis en 2009 un ensemble de lettres et de documents concernant Victorien Sardou : sur la famille impériale, Réjane et Porel, les coulisses de l’Académie Française, et trente-huit lettres de Constant Coquelin à Victorien Sardou.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site