Version classiqueVersion mobile

Victorien Sardou

 | 
Isabelle Moindrot

1 – Victorien Sardou et l’art du théâtre

Sardou et ses interprètes masculins

Patrick Besnier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est une évidence : il y a des rôles masculins dans le théâtre de Sardou ! La remarque paraît absurde. Mais il se trouve que la destinée posthume du dramaturge a été durement affectée par la prééminence donnée à Sarah Bernhardt, l’œuvre n’ayant survécu au XXe siècle qu’associée à l’actrice, ce qui entraîne une réduction à des images élémentaires et en particulier à la mythologie de « Sarah1 ». De la diversité, de la longue évolution de la création de Sardou, ne subsistent alors que deux ou trois rôles, en images figées dans la redoutable hideur des affiches de Mucha. Il faut discuter l’assertion d’Henry Gidel lorsqu’il écrit que Sarah considérant qu’elle était la vedette unique n’engageait que des seconds couteaux qu’elle n’avait pas à payer énormément2. Sardou contrôlait de près les spectacles, même lors des reprises, et l’on sait l’énergie et l’attention qu’il accordait à la mise en scène et au choix des acteurs3.

Ni Tosca, ni Fédora ne sont des one woman shows ! N’y aurait-t-il e...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search