Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Victorien Sardou

 | 
Isabelle Moindrot

1 – Victorien Sardou et l’art du théâtre

Sardou et les femmes

Odile Krakovitch

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Deux constatations pour commencer, sur le sujet des femmes dans le théâtre de Sardou : la permanence de la pensée du dramaturge, tout d’abord. Sa vision, son jugement sur le rôle et le pouvoir des femmes ne changent pas, de ses premières pièces (Les Femmes fortes notamment en 1860) aux dernières (Pamela en 1898, ou encore L’Espionne en 1905). Je pensais, en commençant cette étude, que les personnages féminins avaient probablement évolué en fonction des événements, des secousses de la vie privée du dramaturge, à l’exemple de ce qui s’est produit chez Dumas fils par exemple. Rien de tel chez Sardou : tout juste peut-on remarquer que les trois héroïnes vraiment « noires », diaboliques, à savoir Séraphine (dans le drame éponyme, renommé par la suite La Dévote), Dolorès (dans Patrie !) et Clotilde (dans Fernande), créées en 1869 et 1870, coïncident avec la fin d’une difficile période d’un peu moins de deux ans (de février 1867 à décembre 1868), durant laquelle Sardou voit sa femme, attei...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540