Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Victorien Sardou

 | 
Isabelle Moindrot

Les auteurs

Texte intégral

1Olivier Bara est professeur de littérature française du XIXe siècle et d’arts de la scène à l’université Lyon 2, membre de l’équipe de recherche Lire. Ses travaux concernent le théâtre et l’opéra au XIXe siècle, ainsi que les liens entre littérature romantique et arts du spectacle. Il a notamment publié Le Théâtre de l’Opéra-Comique sous la Restauration : enquête autour d’un genre moyen (Olms, 2001), dirigé Boulevard du Crime : le temps des spectacles oculaires (Orages, 2005) et Hernani / Ruy Blas de Victor Hugo (Atlande, 2008), réédité le roman de comédiens de George Sand Pierre qui roule (Paradigme, 2007). Il a collaboré à l’anthologie de l’Avant-Scène Le Théâtre du XIXe siècle.

2Patrick Besnier est professeur émérite à l’université du Maine. Il a consacré des travaux à Alfred Jarry (dont une biographie chez Fayard) et à Mallarmé (Le Théâtre de la rue de Rome, éd. du Limon). Il a publié plusieurs œuvres de Raymond Roussel (dont La Vue et La Seine chez Pauvert) ainsi que d’Edmond Rostand (Cyrano de Bergerac et L’Aiglon chez Gallimard coll. « Folio »).

3Alain Carou est conservateur à la Bibliothèque nationale de France (département de l’Audiovisuel). Vice-président de l’Association française de recherche sur l’histoire du cinéma (AFRHC), il est l’auteur de Le Cinéma français et les écrivains, histoire d’une rencontre, 1906-1914 (2002) et d’articles portant principalement sur les rapports entre cinéma et fait littéraire en France. Ses dernières publications portent sur Le Film d’Art, Ceux de chez nous de Sacha Guitry, et Toute la mémoire du monde d’Alain Resnais.

4Chantal Cazaux, docteur en musicologie et agrégée de musique, est également diplômée d’État en technique vocale. Elle enseigne l’analyse musicale et le chant à l’université de Lille 3. Ses recherches et publications concernent le répertoire lyrique, principalement du XIXe siècle – dramaturgie, écriture vocale, interprétation (www.chantalcazaux.fr). Elle est rédactrice en chef de la revue L’Avant-Scène Opéra (Paris).

5Marion Chénetier-Alev, docteur en Études Théâtrales, maître de conférences en arts du spectacle à l’université de Tours est spécialiste de l’oralité au théâtre. Elle a publié de nombreuses études sur les dramaturges contemporains et collaboré à plusieurs ouvrages sur le théâtre contemporain, dont Valère Novarina, théâtres du verbe, Corti, 2001 ; Nouveaux territoires du dialogue, Louvain-la-Neuve, 2005 ; La Réinvention du drame, Louvain-la-Neuve, 2007. Elle publie régulièrement dans les revues Europe, L’Annuaire théâtral, la Revue d’Études théâtrales, Le Nouveau recueil. Avec Marc Duvillier et Didier Plassard, elle participe actuellement à l’édition critique bilingue des pièces pour marionnettes d’E. G. Craig, The Drama for Fools (Le Théâtre pour les fous), à paraître en 2011.

6Guy Ducrey, professeur de littérature comparée à l’université de Strasbourg, a consacré l’essentiel de ses travaux aux relations entre la littérature et les arts de la scène à l’époque 1900, et en particulier aux représentations de danseuses dans les textes fin-de-siècle (Corps et Graphies. Poétique de la danse et de la danseuse à la fin du XIXe siècle, Champion, 1996). Plus récemment, il a dirigé un ouvrage sur Victorien Sardou (Presses universitaires de Strasbourg, 2007), à l’occasion du centenaire de la mort de l’auteur dramatique.

7Jean-Louis Gaillemin, fondateur de Beaux-Arts Magazine et de L’Objet d’Art, enseigne l’histoire de l’art à l’université de Paris-Sorbonne (Paris 4). Il a publié La folie d’Artois (Les Antiquaires de Paris, 1988), Décorateurs des années quarante (Norma, 1999, avec Bruno Foucart), Salvador Dali. Désirs inassouvis. Du Purisme au Surréalisme. 1925-1935. (Le Passage, 2002). Dali : le grand paranoïaque (Gallimard, 2004), Egon Schiele (Gallimard, 2005), André Dubreuil : poète du fer (Norma, 2006). Direction d’ouvrage : Design contre Design : deux siècles de créations (2007 RMN), Alfons Mucha (1860-1939) (Somogy, 2009).

8Albert Gier a fait ses études à Bonn et Montpellier ; après avoir enseigné à Heidelberg et Frankfurt/M., depuis 1988 il est professeur de philologie romane à l’université de Bamberg. Il travaille sur les littératures française, italienne et espagnole du Moyen Âge, la littérature italienne de la Renaissance, la littérature française des XIXe et XXe siècles, et sur le livret d’opéra.

9Pauline Girard est archiviste paléographe et conservateur au Département de la musique et à Bibliothèque-musée de l’Opéra (Bibliothèque nationale de France). Elle s’est intéressée aux musiques de scène à la suite de la rédaction de l’inventaire du fonds de matériel de musiques de scène du théâtre de la Gaîté. Elle est l’auteur d’articles sur l’opéra et le ballet au XIXe siècle et a édité deux dossiers de presse autour des opéras Jean de Nivelle et Lakmé de Léo Delibes. Elle prépare une biographie de ce compositeur.

10Olivier Goetz est maître de conférences en Arts du Spectacle à l’université Paul-Verlaine de Metz et critique d’art. Il a publié de nombreux articles sur le théâtre et les spectacles de la Belle Époque. Derniers ouvrages parus : Le Gant Rouge, d’Edmond Rostand (édition critique) suivi de Lettres à sa fiancée, éditions Nicolas Malais, 2009, et Art et usages du costume de scène, éditions Lampsaque, 2007.

11Sylvie Humbert-Mougin, ancienne élève de l’ENS, agrégée de lettres classiques, est maître de conférences à l’université François-Rabelais de Tours où elle enseigne la littérature comparée. Ses travaux portent sur les questions de réception théâtrale et plus particulièrement sur la réception du théâtre antique aux XIXe-XXe siècles. Elle a notamment publié Dionysos revisité. Les tragiques grecs en France de Leconte de Lisle à Claudel (Belin, « L’Antiquité au présent », 2003).

12Joël Huthwohl, archiviste paléographe et historien du théâtre. Il a été conservateur de la Bibliothèque-musée de la Comédie-Française de 2001 à 2008. Depuis septembre 2008, il est directeur du département des arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France. Il est l’auteur de nombreux articles sur l’histoire de la Comédie-Française et celle de l’Odéon.

13Pascal Jouan, professeur agrégé de lettres modernes, enseigne à l’IUFM de Créteil (université de Paris 12). Sous la direction de Jean-Marie Thomasseau (université de Paris 8), il termine une thèse de doctorat sur le théâtre de Joseph Bouchardy.

14Odile Krakovitch, archiviste paléographe, conservateur général honoraire du patrimoine, docteur en histoire, docteur ès lettres, a publié notamment : Hugo censuré. La liberté du théâtre au XIXe siècle, Calmann-Lévy, 1985 ; Les Femmes bagnardes, Olivier Orban, 1990 ; Les Imprimeurs parisiens sous Napoléon Ier, Commission des travaux historiques de la ville de Paris, Paris-Musée, 2008, ainsi que des éditions de textes et de nombreux inventaires. En préparation : La Plume et les ciseaux : censeurs et dramaturges au XIXe siècle ; Les Femmes, la grande peur du XIXe siècle vue à travers le théâtre ; Édition des procès-verbaux de censure des pièces de théâtre (1807-1906) ; Les Peurs sociales et politiques du XIXe siècle : enquête à travers le théâtre.

15Hervé Lacombe est professeur de musicologie à l’université Rennes 2. Spécialiste de la musique au XIXe et au XXe siècle, particulièrement de l’opéra et de l’histoire du concert en France, il a participé à de nombreux colloques ainsi qu’à des ouvrages collectifs en France et à l’étranger. Il a publié ou dirigé plusieurs livres, dont Les Voies de l’opéra français au XIXe siècle (Fayard, 1997) et Bizet (Fayard, 2000), qui ont été récompensés par plusieurs prix. Son dernier livre, Géographie de l’opéra au XXe siècle, a été publié chez Fayard en octobre 2007.

16Jean-Marc Leveratto est professeur de sociologie à l’université de Metz et directeur du Laboratoire Lorrain des Sciences Sociales (2L2S). Ses recherches portent sur l’histoire et la sociologie de l’industrie du spectacle (cinéma et théâtre) étudiées sous l’angle de l’interaction entre professionnels et spectateurs, des échanges interculturels et de l’expertise culturelle (l’étude des instruments de mesure de la qualité artistique). Il est notamment l’auteur de La Mesure de l’art. Sociologie de la qualité artistique (Paris, La Dispute, 2000), Introduction à l’anthropologie du spectacle (Paris, La Dispute, 2006), Internet et la sociabilité littéraire (Paris, BPI/CCI Beaubourg, 2008, avec Mary Leontsini).

17Sophie Lucet est maître de conférences à l’université Paris-Diderot (Paris 7). Ses travaux portent sur la littérature fin-de-siècle et sur le symbolisme, ainsi que sur l’histoire du théâtre au tournant des XIXe et XXe siècles, envisagée sous différents aspects : spectacle, histoire des institutions théâtrales, théâtre et idéologie, critique théâtrale, réception du théâtre étranger.

18Aline Marchadier, auteur d’une étude sur Le Roi Carotte (Victorien Sardou, Jacques Offenbach), prépare une thèse de doctorat sur le théâtre de Victorien Sardou. Elle participe à l’édition en cours de son Théâtre complet chez Garnier.

19Hélène Maurel-Indart est professeur de littéraire française du XXe siècle à l’université de Tours. Elle est reconnue comme une spécialiste des questions de plagiat, d’influence et d’intertextualité auxquelles elle a consacré, outre de nombreux articles, deux essais, Du plagiat (Paris, PUF, 1999) et Plagiats, les coulisses de l’écriture (Paris, La Différence, 2007). Ses recherches portent sur la notion d’auteur ainsi que sur l’emprunt et l’originalité dans le processus de la création littéraire. Site internet : leplagiat.net.

20Isabelle Moindrot, professeur d’histoire du Théâtre à l’université Paris 8, était professeur à l’université de Tours lors des manifestations du Centenaire de Victorien Sardou. Ses intérêts se portent essentiellement sur la dramaturgie lyrique, la mise en scène d’opéra et le spectaculaire théâtral. Elle a publié L’Opéra seria ou le règne des castrats (Fayard, 1993), La Représentation d’opéra : poétique et dramaturgie (PUF, 1993) et a dirigé le volume Le Spectaculaire dans les arts de la scène du Romantisme à la Belle Époque (CNRS-Éditions, 2006). Elle dirige actuellement l’édition complète du théâtre de Victorien Sardou (Garnier, à paraître).

21Florence Naugrette, professeur à l’université de Rouen, a publié Le Théâtre romantique (Seuil, 2001) et Le Plaisir du spectateur de théâtre (Bréal, 2002) ; elle a coordonné le no 7 des Cahiers Hugo chez Minard-Lettres Modernes Le Théâtre et l’exil (2009) ; elle a co-dirigé Victor Hugo et la langue (Bréal, 2005) avec Guy Rosa, Corneille des romantiques (PURH, 2006) avec Myriam Dufour-Maître, et Le Théâtre français du XIXe siècle (L’Avant-Scène Théâtre, 2008) avec Sylvain Ledda et Hélène Laplace-Claverie.

22Romain Piana est maître de conférences à l’Institut d’Études Théâtrales de Paris 3. Spécialiste de la réception d’Aristophane et du théâtre antique en France, il est l’auteur de plusieurs travaux sur le théâtre du XIXe siècle, la presse et l’illustration.

23Patricia Rondet, agrégée de Lettres Modernes, prépare une thèse sur la représentation du complot sur les scènes lyriques en Europe au XIXe siècle. Elle est actuellement artiste lyrique et participe à plusieurs productions d’opéra et de chœurs de chambre professionnels.

24Stefan Schmidl a fait des études de musicologie et d’histoire de l’art à l’université de Vienne (Autriche). Depuis 2004 il est collaborateur scientifique à la commission de recherches musicales de l’Académie des sciences en Autriche. Ses domaines de recherche sont la Vienne fin de siècle (opérette, Gustav Mahler, Paul Kammerer), la musique de l’après-guerre, les cultures populaires.

25Alexandre Tchepourov, après une formation en études théâtrales à l’Institut de Théâtre, de Musique et de Cinéma de Léningrad, est professeur à l’Académie Théâtrale de Saint-Pétersbourg, où il enseigne l’histoire du théâtre russe, l’histoire de l’opéra, la théorie du drame et l’analyse du spectacle théâtral. Au théâtre Alexandrinski, il dirige le service scientifique sur l’histoire du théâtre, et il collabore au service de documentation de l’Institut d’Histoire des Arts de Saint-Pétersbourg. Critique de théâtre, il est aussi l’auteur de Ignaty Dvoretsky : le dramaturge et son affaire (1989), La Mouette au Théâtre Alexandrinski (2002), « L’Inspecteur » de Valéry Fokine au Théâtre Alexandrinski, et de Tchekhov et le Théâtre Alexandrinski (2006).

26Nina Taylor-Terlecka, polonisante et comparatiste, veuve de l’écrivain et théâtrologue Tymon Terlecki, enseigne la littérature polonaise à l’université d’Oxford et à l’université Polonaise d’Outre-Mer. Elle est l’auteur de nombreux articles, essais et interventions en anglais et (surtout) en polonais sur l’œuvre de Tadeusz Konwicki, le paysage littéraire de l’ancien Grand-duché de Lituanie et d’Ukraine, la prose et la poésie du Gulag, la littérature émigrée et le drame romantique. Traductrice inter al. de Janusz Anderman et de L’Umschlagplatz de Jarosław Marek Rymkiewicz. Elle a édité notamment Gułag polskich poetów. Od Komi do Kołymy. Wiersze (Le Goulag des poètes polonais. De Komi à Kołymie. Poésies, Londres, 2001), et quatre tomes posthumes de l’œuvre de Terlecki.

27Fedora Wesseler, d’origine allemande, a fait des études de littérature comparée, musicologie et italien à Mayence, Dijon et Paris où elle prépare à présent une thèse sur le théâtre et l’opéra au tournant des XIXe et XXe siècles. Essayant de lier théorie et pratique, elle a été assistante à la mise en scène au festival de la Ruhrtriennale ainsi qu’au festival de Salzbourg et au Teatro de la Zarzuela à Madrid. Traductrice de plusieurs pièces de théâtre, elle travaille entre autres à une traduction française des écrits de Richard Beer-Hofmann.

28Jean-Claude Yon, directeur adjoint du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (CHCSC) de l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, est spécialiste de l’histoire du théâtre dramatique et lyrique du XIXe siècle. Auteur d’ouvrages sur Scribe, sur Offenbach (Gallimard, 2000) et sur le Second Empire (Armand Colin, 2005), il publiera en 2010 une Histoire culturelle de la France au XIXe siècle, ainsi qu’un ouvrage collectif consacré aux spectacles sous le Second Empire.

29Françoise Zamour enseigne l’esthétique et la théorie du cinéma à l’École Normale Supérieure. Elle a publié des travaux consacrés principalement à La Nouvelle Vague (François Truffaut), au cinéma classique Hollywoodien (King Vidor, John Ford) au cinéma italo-américain (Martin Scorsese). Ses recherches actuelles portent sur les formes du mélodrame dans le cinéma contemporain.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site