Version classiqueVersion mobile

Théâtre et nation

 | 
Jeffrey Hopes
, 
Héléne Lecossois

Les auteurs

Texte intégral

1Delphine Aebi prépare les concours de l’enseignement, après une maîtrise de Lettres modernes sur le traitement de l’Histoire dans le théâtre de Shakespeare et de Corneille. En 2007, elle enseigne dans le secondaire, tout en faisant un Master 2 : sa passion pour le théâtre l’amène à travailler sur le scandale dans l’œuvre dramatique de Jean Cocteau. À l’issue de sa soutenance, elle obtient une bourse ministérielle lui permettant de commencer une thèse ; suivi par le même directeur, M. Claude Coste, son doctorat prolonge et élargit ses recherches antérieures et porte sur le scandale dans le théâtre français des années quarante à soixante.

2Élisabeth Angel-Perez est professeur à l’université de Paris-Sorbonne (Paris IV). Elle est rédactrice en chef associée de la revue Études Anglaises et directrice adjointe de l’équipe d’accueil VALE. Son domaine de spécialité est le théâtre anglais contemporain. Elle est notamment l’auteur de Voyages au bout du possible : Les théâtres du traumatisme de Samuel Beckett à Sarah Kane (Paris, Klincksieck/Les Belles Lettres, 2006) et, co-signé avec Alexandra Poulain, de Endgame : Le théâtre mis en pièces (Paris, PUF/Cned, 2009). Elle a également dirigé de nombreux volumes collectifs comme Howard Barker et le Théâtre de la Catastrophe (Paris, Éditions Théâtrales, 2006) et, avec Nicole Boireau, Le Théâtre anglais contemporain 1985-2005 (Paris, Klincksieck, 2007) ou avec Alexandra Poulain, Hunger on the Stage (Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2008). Traductrice de pièces de Martin Crimp, de Caryl Churchill et de Howard Barker, elle a également coordonné la traduction des Arguments pour un théâtre de H. Barker (Besançon, Solitaires Intempestifs, 2006) et co-traduit La Mort, l’unique et l’art du théâtre (Solitaires Intempestifs, 2008) ou encore Vrai et Faux de David Mamet (L’Arche, 2010).

3John S. Bak is professor at the University of Nancy 2 in France, where he teaches courses in literary journalism, American drama, and American Gothic. His articles have appeared in such journals as Theatre Journal, Mississippi Quarterly, Journal of American Drama and Theatre, The Tennessee Williams Literary Journal, American Drama, Journal of Religion and Theatre, South Atlantic Review, Studies in Musical Theatre, Cercles, and Coup de Théâtre. His edited books include Post/modern Dracula : From Victorian Themes to Postmodern Praxis (Cambridge Scholars, 2006), New Selected Essays : Where I Live (New Directions, 2009), and Literary Journalism across the Globe : Journalistic Traditions and Transnational Influences (University of Massachusetts Press, 2011). He is the author of the monographs Ernest Hemingway, Tennessee Williams, and Queer Masculinities (Fairleigh Dickinson University Press, 2009) and Tennessee Williams : A Literary Life (Palgrave, forthcoming 2011).

4Marion Denizot est maître de conférences en études théâtrales à l’université de Haute-Bretagne-Rennes 2. Diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris, ses travaux portent, d’une part, sur les héritages du théâtre populaire et, d’autre part, sur l’histoire des politiques et le fonctionnement des institutions théâtrales. Elle a publié en 2005 à La Documentation française, Jeanne Laurent. Une fondatrice du service public pour la culture. 1946-1952, avec une préface de Robert Abirached. Elle a coordonné un ouvrage collectif intitulé Théâtre populaire et représentations du peuple, Presses universitaires de Rennes, 2010. Parmi ses derniers articles : « Molière ou la métaphore de la création théâtrale selon Ariane Mnouchkine » dans Pierre-Henry Frangne, Gilles Mouëllic et Christophe Viart (dir.), Filmer l’acte de création, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 211-219 ; « Théâtre(s) populaire(s) : quels héritages ? », Inter-lignes, numéro spécial L’Héritage en question(s), Toulouse, Institut catholique de Toulouse, janvier 2009, p. 369-376 ; « 1968, 1998, 2008 : le théâtre et ses fractures générationnelles », [www.sens-public.org], février 2009 ; « Crise de légitimité du théâtre public et mobilisation des idéaux de la décentralisation », Revue d’Histoire du Théâtre, 2009-4, p. 343-358 ; « Une généalogie méconnue du théâtre populaire en France : Jacques Copeau, le régime de Vichy et l’influence de la tradition barrésienne », L’Annuaire théâtral, Montréal, no 45, printemps 2010, p. 137-151.

5Laïli Dor est maître de conférences en littérature et civilisation britanniques à l’université du Maine. Auteur d’une thèse sur Rudyard Kipling, elle travaille actuellement sur la période victorienne (notamment les problématiques coloniales et la littérature de jeunesse) ainsi que les relations anglo-japonaises.

6Marianne Drugeon est maître de conférences en littérature britannique à l’université Paul Valéry-Montpellier 3. Normalienne, titulaire d’une thèse de doctorat sur le théâtre de David Edgar, elle poursuit ses recherches sur le théâtre contemporain britannique, et a également dirigé un numéro des Cahiers Victoriens et Edouardiens sur le théâtre d’Oscar Wilde, paru en décembre 2010.

7Drew Eisenhauer is 2010-2011 City of Paris Postdoctoral Fellow at the University Paris Diderot – Paris VII, where he is researching French influences on plays by and about American visual artists, such as Robert Henri and Everett Shinn, through the lens of Benjamin’s conception of the artist as flâneur. Drew is a Ph. D. in Literature (2009) from the University of Maryland, College Park ; his dissertation, « “Something Sweetly Personal and Sweetly Social” : Modernism, Metadrama, and the Avant Garde in the Plays of the Provincetown Players », was directed by Jackson R. Bryer. Drew is currently co-editing with Brenda Murphy « Intertextual Exchanges », a collection of essays on American dramatists from members of the American Literature Association and has also published a number of articles on American drama and performance. He has presented papers at national and international conferences, such as « La traduction/la transmissibilité », École des hautes études en sciences sociales, Paris, France (2010) ; American Literature Association Conference, Boston, Massachusetts (2009) ; and « Violence on Stage : III International Conference on American Theatre and Drama », Universidad de Cadiz, Cadiz, Spain (2009).

8Andreas Hacker, professeur agrégé d’allemand et docteur en lettres et arts, enseigne l’allemand et le français langue étrangère, notamment par l’improvisation et le jeu théâtral, dans les centres de ressources de langues de l’université de Strasbourg et ses écoles d’ingénieurs affilées. De 2003 à 2007, il a été attaché temporaire d’enseignement et de recherche en études germaniques à l’IUT du Mans et à l’université du Maine. Après ses expériences de conseiller dramaturgique dans deux théâtres régionaux en Allemagne et de correspondant culturel au journal Ouest France, il est chroniqueur de théâtre sur les ondes de Radio Bienvenue Strasbourg. Ses travaux de recherche actuels engagent des perspectives interculturelles et portent sur le théâtre des XXe et XXIe siècles, le cinéma germanophone ainsi que l’humour audiovisuel et l’image satirique. Publications récentes (choix) : articles sur Samuel Beckett, ses productions audiovisuelles et ses liens avec l’Allemagne, dans le Dictionnaire Beckett, Hubert M.-C. (dir.), Paris, Honoré Champion, 2011 ; « Starved clowns in George Tabori’s Holocaust Memory Play The Cannibals », Angel-Perez E. et Poulain A. (dir.), Hunger on the stage, Cambridge Scholars Publishing, Newcastleupon-Tyne 2008, p. 228-256 ; « Suchtfaktor kulinarischer Realismus. Thomas Bernhards Hommage an Schauspieler und Theatermacher », Thomas Bernhard-Jahrbuch 2007/08, p. 119-135.

9Jeffrey Hopes est professeur à l’université d’Orléans. Ses travaux portent principalement sur le XVIIIe siècle britannique et notamment sur le théâtre, auquel il a consacré plusieurs études, dont un chapitre intitulé « Staging national identities : the English theatre viewed from France in the mid-eighteenth century », dans “Better in France ?” The Circulation of Ideas across the Channel in the 18th Century, Ogée F. (dir.), Lewisburg, Pa., Bucknell University Press, 2005 et « L’ombre du mal : la tragédie bourgeoise en Angleterre au dix-huitième siècle », dans Théâtre anglophone. De Shakespeare à Sarah Kane : l’envers du décor, Claude Coulon et F. March (dir.), Montpellier, Éditions Entretemps, 2008.

10Dominique Laporte, professeur associé à l’université du Manitoba (Canada), a dirigé un ouvrage collectif, L’Autre en mémoire (Québec, Les Presses de l’université Laval, 2006), et publié plusieurs articles sur le théâtre et le roman français du XIXe siècle. Il se charge maintenant d’une édition critique du Théâtre complet d’Eugène Labiche (à paraître aux Éditions Classiques Garnier) et collabore à une édition critique du Théâtre complet de George Sand (à paraître chez Honoré Champion). Il travaille aussi sur le rôle de la censure dans les relations culturelles entre le Canada français et la France, et notamment dans l’importation des œuvres de Paul Féval et d’autres auteurs populaires du XIXe siècle.

11Franck Laurent est professeur de littérature française à l’université du Maine, directeur du laboratoire Langues, Littératures et Linguistique des universités d’Angers et du Maine (Labo 3L.AM). Ses travaux de recherche portent principalement sur les rapports entre littérature, histoire et politique en France aux XIXe et XXe siècles, et sur les liens entre littérature et phénomène colonial. Il est membre fondateur et membre du conseil de rédaction de la revue Écrire l’histoire (éditions Gaussen). Derniers ouvrages parus : Victor Hugo : espace et politique (Presses universitaires de Rennes, 2008), Le Voyage en Algérie. Anthologie de voyageurs français dans l’Algérie coloniale (1830-1930) (Paris, Robert Laffont, 2008).

12Hélène Lecossois est maître de conférences l’université du Maine et membre du Labo 3L.AM. Elle a écrit plusieurs articles sur le théâtre irlandais du XXe siècle – Samuel Beckett, en particulier. Elle a co-édité avec H. Aji, B. Félix et A. Larson L’Impersonnel en literature. Explorations critiques et théoriques (Presses universitaires de Rennes, 2009) et est l’auteur d’une étude sur Endgame de Samuel Beckett (Paris, Atlande, 2009). Ses recherches portent actuellement sur les formes de la réécriture dans le théâtre irlandais contemporain. Elle travaille également sur les petites revues modernistes (1900-1950).

13Véronique Lochert, ancienne élève de l’ENS, agrégée de lettres modernes, docteur en littérature comparée, est maître de conférences en littérature comparée à l’université de Haute-Alsace (Mulhouse). Elle est l’auteur de L’Écriture du spectacle. Les didascalies dans le théâtre européen aux XVIe et XVIIe siècles (Genève, Droz, 2009) et a co-dirigé Jeux d’influences. Théâtre et roman de la Renaissance aux Lumières (Paris, PUPS, 2010).

14Cécile Marshall est maître de conférences à l’université de Nantes, Centre international des langues, département d’anglais. Ses axes de recherches : poésie et théâtre contemporains, identité, mémoire. Elle a traduit de la poésie de Tony Harrison (éditions Arfuyen [Paris] et Pétropolis [Paris]).

15Lionel Pilkington is a senior lecturer in English at the National University of Ireland Galway. He is the author of Theatre and the State in 20th Century Ireland : Cultivating the People (London and New York, Routledge, 2001) and Theatre & Ireland (London, Palgrave MacMillan, 2010).

16Thierry Robin est enseignant chercheur à l’université de Brest (HCTI-CEIMA EA 4249), auteur d’un ouvrage sur Flann O’Brien publié aux Presses universitaires de Rennes en 2008 intitulé Flann O’Brien, Un voyageur au bout du langage. Il concentre ses recherches d’une part sur la littérature irlandaise contemporaine, d’O’Brien à Banville en passant par Beckett et d’autre part à la civilisation irlandaise. Il a notamment codirigé Political Ideology in Ireland from the Enlightenment to the Present, ouvrage paru chez Cambridge Scholars Publishing en 2009. Ses problématiques gravitent autour des notions ontologiques et épistémologiques de la représentation du réel, du savoir et de la connaissance dans un cadre spéculaire postmoderne.

17Priscilla Wind est agrégée d’allemand et maître de conférences en langues et littératures germaniques et scandinaves à l’université de Franche-Comté. Auteur d’une thèse sur « La notion de mise en scène dans les pièces d’Elfriede Jelinek », elle a rédigé plusieurs articles sur le rapport entre les médias de masse et la scène contemporaine ainsi que sur l’influence des médias sur l’individu postmoderne et sa perception de l’espace-temps.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search