Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Shakespeare dans la maison de Molière

 | 
Estelle Rivier

2. L'Art en scène : le triomphe de la mise en scène

Chapitre V. Visions décalées et visions dérangeantes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« La vie n’est qu’une ombre en marche ;
Un pauvre acteur,
Qui se pavane et se démène son heure
Durant sur la scène,
Et puis qu’on n’entend plus : c’est un récit
Conté par un idiot, plein de bruit et de fureur
Et qui ne signifie rien1. »

Macbeth dirigé par Jean-Pierre Vincent « et que seul [soit] ce qui n’est pas2 »

Avec Jean-Pierre Vincent, et plus tard Luca Ronconi, s’opère le retour à des œuvres plus controversées, non seulement pour le propos de la pièce mais aussi – et surtout – pour les tours et les détours par lesquels voyage la mise en scène. Autrement dit la richesse de ces spectacles ainsi que leur troublante construction tiennent majoritairement de l’audace dont leur mise en œuvre fait preuve.

Macbeth, comment ? Macbeth, qui ?

En 1985, voici que surgit l’ambitieux projet de Jean-Pierre Vincent : mettre en scène La Tragédie de Macbeth avec la troupe du Français3. Un pari jugé périlleux principalement en raison des superstitions qui, de tout temps, ont enveloppé cette pièce d’une aura...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540