Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Rien n'est plus drôle que le malheur »

 | 
Mireille Losco-Lena

Chapitre VI. Drôles de tragédies

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’empreinte comique du sublime

Le comique régénérant exige que le rire ne soit pas un simple exercice de dérision ; que, même s’il trouve une puissante jubilation à rabaisser, voire à détruire, il parvienne toujours à produire quelque chose en échange. La dérision est en elle-même purement nihiliste et ne contient aucun potentiel de transformation : elle ne génère ni vitalité comique ni mobilité critique, et elle ne laisse derrière elle qu’une immense amertume. Certes, le comique en passe toujours par un moment destructeur, mais la destruction ne s’y meut pas en désolation. Il est porté par une énergie de réinvention qui tantôt remet les choses à leur place et leur redonne une seconde vie, tantôt les déplace (ou les « déglingue ») pour leur donner une autre vie. Toute chute comique doit être ainsi pensée comme le moment négatif d’une élévation. Les esthéticiens du XIXe siècle, qui ont beaucoup réfléchi à cette relation entre la chute et l’élévation dans le comique, soulignent que ce ...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540