Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Rien n'est plus drôle que le malheur »

 | 
Mireille Losco-Lena

Chapitre III. Rapport sur la banalité d’Ubu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« … torsion du nez, arrachement des cheveux, pénétration du petit bout de bois dans les oreilles, extraction de la cervelle par les talons, lacération du postérieur, suppression partielle ou même totale de la moelle épinière […] sans oublier l’ouverture de la vessie natatoire et finalement la grande décollation renouvelée de saint Jean-Baptiste […] Ça te va-t-il, andouille ? »
Alfred Jarry, Ubu Roi

Le sacre d’Ubu

En 1967, Jean-Marie Domenach publie un essai intitulé Le Retour du tragique, qui fait écho à l’ouvrage de George Steiner paru en France deux ans auparavant, La Mort de la tragédie (The Death of the Tragedy, 19611). En cette époque d’après-guerre, qui a vu l’apparition de nouvelles dramaturgies – notamment celles de Beckett, Ionesco ou Dürrenmatt –, il apparaît clairement que les modèles aussi bien tragique que comique hérités de la tradition sont en panne. Contrairement à Steiner, Domenach a l’intuition qu’ils ne sont pas morts, mais qu’ils sont redistribués d’une façon insoli...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540