Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Rien n'est plus drôle que le malheur »

 | 
Mireille Losco-Lena

Chapitre II. Et vogue la galère !

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Chantons a gueulle bee
Et nous resjouissons,
Sans entrer en pensee.
Tant qu’aurons au monde duree,
Joyeulx et esbattans serons,
Et pourtant, soir et matinee,
Toujours grant chere ferons.
La chose est ordonnee
Que ainsi nous requerons
Ey vaugue la gallee ! »
Sottie des sots triumphans qui trompent Chascun, XVe siècle

Par-dessus bord

Il y a probablement un lien fondamental entre l’expérience de l’opacité du réel – son idiotie – et le point de vue comique. Chez Tabori, c’est l’Histoire de la Shoah qui en fait surgir la conscience tragique ; chez Valletti, c’est la force du désordre qui en délivre l’intuition jubilatoire. Chez Michel Vinaver, l’un des plus grands auteurs de comédies de notre temps, ce pourrait être la sensation intime de la précarité du quotidien, sensation qui s’origine dans son enfance. Le dramaturge s’en explique dès la fin des années 70, dans un important texte théorique intitulé « Le théâtre et le quotidien » :

« À l’égard du quotidien, j’ai un rapport ancien, un rapport enfa...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540