Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Rien n'est plus drôle que le malheur »

 | 
Mireille Losco-Lena

Chapitre I. Le démon de la destruction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Voir sombrer les natures tragiques et pouvoir en rire. »
Friedrich Nietzsche

Quand le tragique fait rire

Le dramaturge et metteur en scène George Tabori est né à Budapest en 1914, il s’est exilé en Grande-Bretagne en 1935 puis aux États-Unis en 1945, échappant ainsi au génocide juif dans lequel une grande partie de sa famille – et notamment son père, Cornelius Tabori – a péri pendant la Seconde Guerre mondiale. Si la Shoah hante toute son œuvre, c’est pourtant par le comique qu’il tente de l’approcher, de la représenter, de la réfléchir – et de la surmonter. Ce comique, qui a une évidente fonction thérapeutique1, a aussi un enjeu mimétique fondamental : Tabori parie sur sa capacité à exprimer quelque chose de l’histoire de la déportation et de l’extermination. Ce comique se fonde toujours sur le même principe, qui est chez Tabori d’abord un vécu intime, et qui relève probablement du traumatisme : l’horrible crime nazi est foncièrement invraisemblable, impossible à penser, et c’est ce...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540