Version classiqueVersion mobile

Pratiques performatives

 | 
Josette Féral

Dispositifs

Le paradigme scénique dans les centres d’appels : dispositifs, voix et présences paradoxales

C. Dehove

Résumé

Claire Dehove décrit ici comment les expériences et les activités que WOS/Agence des hypothèses mène dans des centres d’appels et autres espaces de travail conduisent à des procédures artistiques qui récusent les impératifs de visibilité et contestent le régime spectatorial constitutifs des attentes habituelles de l’art contemporain ou des arts de la scène. Elle présente le rôle de l’hypothèse comme outil de création et celui du Bureau Virtuel WOS comme plate-forme de performativité autant que de négociation. Les notions de représentation ou d’exposition étant évacuées, l’enjeu devient la réinscription de la proposition artistique dans la valeur d’usage investie par son potentiel fictionnel. À partir d’investigations sur l’instrumentalisation des techniques théâtrales par le neo-management ainsi que des projets faits par l’agence WOS dans ces secteurs les plus emblématiques de la surmodernité, sont produits des énoncés, récits et micro-séquences audiovisuelles. Ce corpus met en jeu la relation entre les dispositifs physiques et les dispositifs numériques de contrôle de la production ou encore les incidences des logiciels infiltrants sur les biorythmes des salariés. Il est intégré dans le Bureau Virtuel WOS dont chaque activation publique est l’occasion d’interroger les différents régimes de présence des corps et de circulation de la parole.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« L’invisible précède le visible et c’est imperceptiblement que le monde change de base1 »

La question (complexe) des présences réelles, médiatisées et virtuelles est abordée ici depuis l’art comme activité micro-artistique opérant dans une extra-territorialité, c’est-à-dire dans des secteurs d’activités du monde commun et en tout cas périphériques à celui de l’art.

Ces pratiques exogènes abordent les contextes par les usages réels ou supposés. Loin d’être purement utilitaristes, elles en délivrent le devenir fictionnel. Le travail d’enquête et de repérage, autorise à faire des hypothèses sur des agissements susceptibles de proposer des espaces dont les usages sont à inventer, ou de modifier des espaces en les dépliant là où on ne les attend pas. Ou encore de restituer, même très modestement, aux espaces leurs qualités premières que sont la vacuité et l’inutilité.

« L’art micro-artistique, […] à la fois minimum et maximum d’art […] peut être aussi autre chose qu’artistique et présenter...

Auteur

Artiste plasticienne et scénographe. Elle est agrégée d’arts plastiques, docteur en esthétique et sciences de l’art de l’université Sorbonne-Paris 1 et diplômée en scénographie de l’ENSATT (Paris). De 1990 à 2010, elle a été maître de conférences et directrice du département de scénographie (Lyon). Elle est actuellement chargée du cours « Art contemporain et sociopolitique » à Sciences Po-Paris. Elle ne produit plus d’objets d’art autonomes après avoir participé à des expositions dans les galeries et institutions d’art contemporain aux niveaux national et international. Certaines de ses œuvres ont été acquises par le FNAC et les FRAC. Son activité, basée sur l’extradisciplinarité, se développe surtout dans des espacesprojets, comme LMX étapes (Marseille) puis WOS/Agence des hypothèses qu’elle a créé en 2002. Les expériences écosophiques menées dans des contextes publics (marchés, lieux de travail, d’étude ou de passage) utilisent l’hypothèse en tant qu’outil générateur d’architectures utopiques, d’énoncés-affichages, de séquences audiovisuelles et de documents. Claire Dehove privilégie une politique des usages et de leurs fictions, conduisant à des dispositifs matérialisés ou non. Elle a réalisé des commandes publiques dont la Coop du Don (objets, services, « gestes gracieux ») en cours à Bobigny. En 2011, elle est en résidence à l’Institut français de Saint-Louis du Sénégal et à l’Espace d’art contemporain de HEC/Paris où elle dirige le métaprojet « Diapalante » avec des femmes de l’association Xhar-Yalla et des étudiants en alter-management. Elle a publié plusieurs textes relatifs à ses projets artistiques et aux contextes d’énonciation qui favorisent des stratégies infiltrantes.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search