Version classiqueVersion mobile

Pratiques performatives

 | 
Josette Féral

Dispositifs

Comment réactiver le processus d’individuation par la participation

Exemple du projet XY, installation sonore immersive et interactive1

V. Tiffon

Résumé

Dans le domaine des arts sonores, l’invention de l’enregistrement, à la fin du XIXe siècle, a conduit à une désinstrumentation de l’oreille par l’œil. L’écoute acousmatique est une écoute à l’aveugle, qui mène notamment à une perte de participation (A. Leroi-Gourhan) de l’auditeur. Face à ce risque de « misère symbolique » (B. Stiegler), des stratégies compositionnelles des musiciens électroacoustiques, fondées notamment sur la pensée de Pierre Schaeffer, permettent de créer une musique qui vise à atteindre des dimensions symboliques fortes (cf. le concept d’i-son – ou d’images de sons – de François Bayle). Pour autant, l’auditeur amateur, à défaut de formation, reste largement en dehors du processus d’appropriation, ce qui implique un risque de perte dans le processus d’individuation psychique et collective (G. Simondon). Il convient alors de créer des effets de présence pour réactiver le processus d’individuation. À l’intérieur de ce cadre théorique, l’équipe EDESAC a réalisé une installation sonore immersive et interactive : le projet XY. Le déplacement dans une salle obscure permet à des visiteurs munis d’une diode lumineuse de générer ou de transformer, via une caméra et une interface logicielle, des sons spatialisés en quadriphonie dans l’espace physique de l’installation. Les visiteurs, par une présence active et par le jeu sur un ou plusieurs scénarios, sont amenés à développer des compétences créatrices rendant l’écoute des « musiques du son » plus effective. Ce projet est donc un dispositif qui permet aux visiteurs de « participer pour sentir » (A. Leroi-Gourhan). Par l’expérience de ce projet, l’équipe EDESAC questionne de manière pratique le rôle des visiteurs devenus « musiquants » (G. Rouget), les effets de leur présence physique dans un dispositif de type artistique, le statut d’une installation dans notre rapport à l’œuvre, le rapport entre un dispositif technique de type « associatif » (B. Stiegler) et le sensible et, enfin, la transmission dans les arts médiatiques.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les technologies de l’enregistrement et la perte d’individuation psychique et collective

Notre champ spécifique d’investigation (et de compétence) est celui du sonore, dans son acception la plus large, à savoir les formes d’expressions artistiques issues de l’émergence de l’enregistrement sonore à la fin du XIXe siècle : les « arts des sons fixés sur support », par essence des sons invisibles, qui donnent l’illusion d’une présence. Ce champ s’inscrit donc pleinement dans le domaine plus large des « arts médiatiques » définis précisément par le Dictionnaire des arts médiatiques2. Pour autant, dans le domaine sonore comme pour les autres domaines, la technologie a toujours été détournée au profit des artistes, quand ce ne sont pas les artistes eux-mêmes qui inventent de nouveaux procédés techniques pour rendre opérationnelles leurs créations. Notre questionnement concernera davantage le statut de ces technologies contemporaines et des dispositifs qu’elles mettent en œuvre. Sont-elles c...

Auteur

Agrégé et docteur en musicologie, est professeur de l’université de Lille-Nord de France, chercheur au CEAC (Centre d’étude des arts c ontemporain/université Lille-Nord de France) et chercheur associé à l’Ircam (Paris). Spécialiste de l’histoire, de l’esthétique et de l’analyse génétique des musiques électroacoustiques et mixtes, il développe parallèlement des travaux liés à la médiologie musicale, pour une étude critique des interactions entre les innovations techniques (notamment l’enregistrement sonore) et les inventions musicales. Il est publié dans AAA/TAC (Acoustic Arts & Artifacts/Technology, Aesthetics, Communication), Analyse musicale, Apparence(s), Les Cahiers du Cirem, Les Cahiers de Médiologie, Circuit, DEMéter, MEI (Médiation et communication), Musurgia, Nunc. Il a dirigé la publication La Musique électroacoustique : un bilan (Éditions du Conseil scientifique de l’université de Lille 3). Son prochain ouvrage consacré à la médiologie musicale sortira aux éditions du Septentrion. Il est responsable de l’équipe EDESAC, fondateur de la revue électronique DEMéter.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search