Version classiqueVersion mobile

Pratiques performatives

 | 
Josette Féral

Empreintes

À propos de la notion d’état de corps

P. Guisgand

Résumé

La signification de l’expression « état de corps » semble sous-entendue et comme enfouie sous le langage, ni commentée ni explicitée. Elle semble aller de soi et désigne ce qui présiderait à une qualité de danse particulière. Mais son succès démontre aussi ce que peut avoir de chimérique l’idée d’un mouvement neutre dès lors qu’il est exposé à un regard qui l’incorpore et l’interprète. L’expression nous renvoie alors au double sens du terme interprétation : le danseur rend visibles les formes corporelles choisies par le chorégraphe, tout en essayant de retrouver les conditions qui ont présidé à sa création ; ce faisant, le geste dansé prend une « couleur » que le spectateur tente d’interpréter à son tour. L’état devient alors ce qui renseigne le spectateur sur la dynamique intérieure du danseur. Cette dualité fait de la notion d’état un concept flou que cet article tente de préciser.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans son livre Projet de la matière – Odile Duboc, Julie Perrin rend compte de sa perception de la pièce. Elle écrit à propos des trois dernières minutes du spectacle :

« Un peu avant la fin de la pièce, un autre instant improvisé, entre Vincent Druguet et Boris Charmatz cette fois, explore une mêlée compacte, dans un contact permanent des corps qui roulent au sol et l’un sur l’autre. Corps malaxés, pétris, membres mêlés, corps retournés, “comme des monstres changeant incessamment leur absence de forme contre d’autres absences de forme”. Ces corps indissociables évoluent au sol les yeux fermés, imprégnés de la matière dynamique de l’autre, imprimant sans fin l’énergie d’un nouveau mouvement. Leur poids les entraînent et les laissent s’écouler comme des nappes d’eau qui fuiraient à rythmes et vitesses variés […]. Le solo final de Vincent Druguet, nourri par la rencontre qui vient de s’achever, insiste sur la reprise de lignes dans l’espace. Il délaisse les formes rondes de la masse si...

Auteur

Chercheur au Centre d’étude des arts contemporains de Lille. Il est spécialiste de l’œuvre d’Anne Teresa De Keersmaeker à qui il a consacré sa thèse de doctorat et deux livres : Les fils d’un entrelacs sans fin (Septentrion, 2008) et Anne Teresa De Keersmaeker (L’Epos, 2009) et de nombreux articles et communications. Il étudie également les effets de la rencontre de la danse avec les autres arts et mêle son travail aux démarches de création de quelques chorégraphes. Enfin, il a collaboré aux livres Approche philosophique du geste dansé (Septentrion, 2006) et À l(a r)encontre de la danse contemporaine. Résistances et porosités (L’Harmattan, 2009).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search