Version classiqueVersion mobile

Pratiques performatives

 | 
Josette Féral

Empreintes

Voix et voies de la présence dans Aujourd’hui c’est mon anniversaire de Tadeusz Kantor

V. Lachaise

Résumé

Virginie Lachaise aborde ici l’un des spectacles emblématiques de Kantor, Aujourd’hui c’est mon anniversaire, dernier spectacle présenté du vivant de l’artiste. Par le biais d’une analyse de la voix, l’auteur interroge les différentes manifestations de la présence de Kantor sur scène et met en lumière comment une voix off induit nécessairement l’image d’un corps, d’une personne qui fait écran à l’identification du spectateur. Cette voix off, perçue comme un simulacre de présence, prend la place du performeur, s’immisce entre l’image du performeur et le spectateur au lieu d’introduire ce dernier à l’univers du performeur. Mais l’imaginaire, que cette voix met en branle, dépasse en puissance la réalité de l’être et sa perception en acte. Si Aujourd’hui c’est mon anniversaire, constitue un exemple édifiant de différents régimes de présence scénique c’est parce que Kantor, emporté par la mort, n’a pu y tenir son propre rôle et n’en a pas moins été « présent » pour autant. La disparition physique, charnelle, du performeur sur le plateau a alors permis de mettre en avant le fait que l’absence est, en soi, l’écrin de la présence.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 8 décembre 1989, Tadeusz Kantor décède, à quelques jours de la première d’Aujourd’hui c’est mon anniversaire. Prémonition d’artiste ? Il a imaginé pour la séquence finale de cette création plus que jamais autobiographique, le spectacle de ses propres funérailles. Jamais il ne s’est autant engagé, spirituellement et physiquement, dans une œuvre, envisageant même, ce qui est tout à fait inédit de sa part, de jouer en direct son propre texte sur la scène. Comme à son habitude, il a prévu donc d’être présent sur l’aire de jeu, assis sur le devant du plateau, accoudé à sa petite table. Mais cette fois, habillé en Kantor, portant théâtralement le chapeau qui le désigne comme personnage, il ne sera plus seulement une personne réelle, un auteur-performer : il sera aussi son propre représentant.

La mort ne lui permettra malheureusement pas de satisfaire cette dernière tentation… À moins que, au contraire, en complice éternelle1, la Mort ne l’aide ici, pour la dernière fois, à parachever un...

Auteur

Virginie Lachaise a soutenu une thèse de doctorat en études théâtrales, à l’université de Nanterre-Paris X (L’invention d’un espace allégorique de la mémoire et de la mort dans le théâtre de Tadeusz Kantor). Elle a enseigné comme chargée de cours à l’UQAM (École supérieure de théâtre et département des arts visuels) et à l’École nationale de théâtre de Montréal. Elle participe au séminaire « Théâtralité, Performativité, Présence », et collabore à la recherche internationale « Intermédialité et spectacle vivant. Les technologies sonores et le théâtre – XIXe - XXIe siècle » qui réunit, en partenariat, une équipe du CRI (Montréal) dirigée par Jean-Marc Larrue et une équipe d’ARIAS/CNRS (Paris) dirigée par Marie-Madeleine Mervant-Roux.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search