Version classiqueVersion mobile

Pratiques performatives

 | 
Josette Féral

Empreintes

La voix atopique : présences de l’absence

H. Finter

Résumé

L’unité conventionnelle du corps et de la voix, garantie par la présence de l’acteur sur scène et garante du présent de sa représentation, a subi depuis plus de soixante ans les assauts d’un théâtre d’art qui finit par remettre en question la notion de présence. Interrogée dès 1945 par les radiophonies d’Artaud et, de surcroît, vingt ans plus tard, par l’introduction par Beckett du magnétophone sur les planches (Krapp’s Last Tape, That time), cette unité et son effet de présence sont alors entamés par l’évolution de la technologie – l’invention du microport, du vocodeur et du sampler – à partir des années 1970, un processus qui permet de citer sur les planches à la fois l’œil et la voix cinématographiques, à travers l’utilisation de voix acousmatiques, d’une part, et de gros plan visuels et auditifs, d’autre part. Le théâtre réagit et donne de nouvelles réponses à un phénomène de société, influencé par les médias. C’est à partir de l’interpellation des pulsions scopique et invocative que se crée la présence de l’absence vocale comme imaginaire. Mettre en scène cette absence de la présence peut aboutir à un théâtre sans acteurs (Stifters Dinge de H. Goebbels).

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Technologies et crise de la représentation

Depuis les radiophonies d’Antonin Artaud, les expériences vocales au théâtre avaient ciblé ce qui dans une voix, fait présence de corps. Mais à partir des années 1970, l’utilisation de média comme le micro-port, les haut-parleurs et plus tard les sound computer, les vo-coder ou les sampler contribuait à radicaliser l’exhibition d’une altérité de la voix et de la parole : en séparant la voix émise du corps de l’acteur, l’unité du personnage fut alors mise à disposition. Artaud cependant nous avait déjà fait entendre avant toute intervention d’appareillage technique une telle séparation par un travail sur l’intervocalité1 : celle-ci suggéra d’appréhender la voix au théâtre comme toujours déjà autre, multiple et à la recherche de son lieu. Elle se distingua toutefois de l’intervocalité des acteurs virtuoses. Tandis que ceux-ci faisaient entendre la multiplicité des voix d’écriture selon une vraisemblabilité expressive rhétorique, Artaud injecta...

Auteur

Professeure d’esthétique et de théorie théâtrale à l’institut d’études théâtrales de l’université de Giessen qu’elle a dirigé jusqu’en 2002. Elle a publié des livres sur la poésie futuriste italienne (Semiotik des Avantgardetextes, 1980), sur les utopies théâtrales de Mallarmé, Jarry, Roussel et Artaud (Der subjektive Raum, 2 vol. , 1990 ; El espacio subjetivo, 2006) et a édité des ouvrages sur Bataille (Bataille lesen, 1992), le théâtre contemporain (Grenzgänge, 1998) et la théorie et la pratique de l’image après le 11 septembre (Das Reale und die (neuen) Bilder, 2008). Elle a publié de nombreux articles en allemand, anglais, français, espagnol et italien sur la littérature, le théâtre et les médias et l’esthétique de la voix dans des ouvrages collectifs et des revues. Elle a contribué à l’édition critique de Tout Jarry (collection « Bouquins ») et aux ouvrages du CNRS sur Claude Régy et sur le théâtre allemand après 1968.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search