Version classiqueVersion mobile

Pratiques performatives

 | 
Josette Féral

Images et corps

Hypothèse # 4 : le cinéma fait son spectateur

L. Goldring

Résumé

Laurent Goldring retrace son parcours et son processus de création dans le spectacle Is You Me, à partir d’un travail sur la représentation du corps par l’image et, notamment, des stratégies possibles pour repenser tant l’image en soi que la représentation du corps lui-même. Après avoir observé que la représentation du corps en art était toujours genrée (sexuée), Goldring s’est attaché à fabriquer, par l’image, des corps qui échappent à cette taxinomie (masculin, féminin, androgyne, etc.) et, de ce fait, remettent en question la notion de mimesis dans la représentation du réel. Parmi ces stratégies, Goldring a exploité les caractéristiques des médias vidéographiques en vue de créer de nouveaux corps, de nouvelles perceptions du corps. Ce travail s’est prolongé dans le spectacle Is You Me, au niveau pas tant du corps que des espaces, puisqu’il y fabrique, en direct, des formes, mouvements, surfaces, etc., qui interagissent avec les danseurs. Les technologies ne servent pas non plus à représenter des corps, mais à entrer en interaction avec ceux, bien réels – en chair et en os – présents sur scène. Elles constituent également le vecteur des gestes et des mouvements du dessinateur (sur la palette graphique) et, de ce fait, virtualisent la présence de celui-ci sur le plateau. Une présence, certes en négatif, mais bel et bien performative puisqu’elle agit en direct sur l’espace et interagit avec les danseurs. Au fond, Is You Me se présente comme le point de rencontre entre des danseurs dont la chorégraphie se déroule sur le plateau et un artiste visuel qui chorégraphie ses mouvements sur sa palette graphique. La scène devient alors espace de visibilité d’une rencontre où la notion de performativité (du geste en direct) tend à éprouver (mettre à l’épreuve) la notion de représentation (la répétition du geste).

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Préambule à la retranscription

J’avais l’intention de construire une généalogie du spectateur de cinéma, comme matrice des transformations actuelles du spectacle (encore) vivant.

Pour que la séance de cinéma comme déroulement technique du temps et répétition à l’identique du même arrive à s’imposer, il a fallu qu’un très lourd dispositif immobilise les spectateurs. Ce dispositif n’est pas seulement architectural et disciplinaire – salles imposantes où l’on cesse progressivement d’avoir le droit de bouger, d’entrer et de sortir, où la norme oblige à regarder en silence du début à la fin (posture encore ridiculement Verdurin au temps de Proust et de Chaplin) – ce dispositif est également narratif, avec le primat du « suspens » comme suspension tétanisée de tout mouvement de la part du spectateur (Hitchcock et Selznick d’accord pour couper les scènes où les fauteuils osent grincer), et éthique : c’est l’unisson des spectateurs qui construit l’étayage réciproque et nécessaire d’une lisibi...

Auteur

Normalien, philosophe et plasticien, travaille depuis 1995 sur la représentation du corps en remettant en question la domination actuelle de l’image analogique (photo, cinéma, vidéo) par la mise en évidence de sa très grande pauvreté, ce qui le conduit à démontrer que le corps n’a jusqu’ici que très peu été vu ou montré. Son travail se poursuit aujourd’hui autour du portrait et du monde avec les mêmes attentes et les mêmes effets. Ces images ont intéressé de nombreux chorégraphes aux questionnements similaires, elles ont permis l’émergence d’un nouveau corps dans le champ de la danse avec des spectacles devenus des références : Germana Civera, Xavier Le Roy et Benoît Lachambre ont été les premiers à se confronter à cette nouvelle donne. Is You Me en est la continuation sur le plan du dessin et de la scénographie et a conduit directement à Unturtled en collaboration avec Isabelle Schad, sur le « devenir-dessin » des corps. Les vidéos ont été exposées, entre autres, au Centre Pompidou à Paris et à la Fondation Gulbenkian à Lisbonne.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search