Version classiqueVersion mobile

Pratiques performatives

 | 
Josette Féral

Images et corps

Le spectacle du corps à l’ère d’Internet. Entre virtualité et banalité1

B. Gervais et M. Desjardins

Résumé

L’importance de plus en plus grande accordée à l’image, fixe ou animée, surdétermine une représentation de plus en plus explicite du corps. Or, le numérique et le cyberespace n’ont rien fait pour contrer cette adéquation. Au contraire, le régime de l’image et du regard est même entré dans une nouvelle mutation : à l’accessibilité sans fin d’Internet correspond une surabondance, une surexposition du corps érotisé. Dans le contexte, il devient important d’analyser la présence du corps sur Internet et plus précisément du corps dénudé tel qu’il est photographié et mis en scène sur ce support numérique. Pour en rendre compte, Bertrand Gervais et Mariève Desjardins ont porté leur attention sur cinq œuvres (tirées de l’exposition virtuelle « Le nu », organisée par Incident.net). Elles permettent d’illustrer certains des éléments fondamentaux de la représentation numérique, ainsi que les jeux auxquels ils donnent lieu : ce sont la nature pixellisée des photographies, leur transmission par un réseau, le traitement numérique qu’elles peuvent subir, l’interactivité qu’elles mettent en jeu et, de manière plus globale, la multiplicité de l’offre. Les œuvres choisies permettent d’examiner les conditions d’une présence du corps sur Internet et de poser un regard critique sur un aspect singulier de notre imaginaire contemporain, à savoir la prépondérance du corps et de ses fictions.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Si la création artistique est une mise à nu, un dévoilement et un voilement dans un seul et même geste, où se trouve aujourd’hui notre nudité ? Que devient le nu lorsque le corps peut être industriellement cloné et que les nanotechnologies investissent notre chair ? Quelle est la relation entre la nudité généralisée et cette autre forme de mise à nu à laquelle l’expérience esthétique nous convie ? », Reynald Drouhin.1

Le XXe siècle a mis le corps en scène. Il l’a porté à l’écran, il l’a peu à peu dénudé, puis montré sous ses aspects de plus en plus privés et secrets. Il l’a violenté et marqué, il a abusé de ses atours et il a fait de ses transformations, les unes souhaitées, les autres redoutées, un spectacle de tous les instants.

Le corps est notre unique réalité. Il est, pour les uns, l’incarnation de la conscience et, pour les autres, notre ultime seuil, ce dont nous ne pouvons nous libérer, malgré toutes les fictions contemporaines. Si les arts du XXe siècle ont innové, c’est bi...

Auteurs

Directeur de Figura, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire, ainsi que du NT2, le laboratoire de recherche sur les œuvres hyper-médiatiques. Il coordonne l’équipe de recherche sur l’imaginaire contemporain (ERIC LINT) et il est professeur titulaire au département d’études littéraires de l’université du Québec à Montréal. Il s’intéresse au roman contemporain, aux arts et aux littératures hypermédiatiques, de même qu’à l’imaginaire et à ses figures. Il a publié des essais sur la lecture littéraire, la littérature américaine et l’imaginaire, de même que des romans, récits et nouvelles. Il vient de faire paraître les trois tomes de ses Logiques de l’imaginaire : Figures, lectures. Tome I (Le Quartanier, 2007) ; La ligne brisée. Labyrinthe, oubli et violence. Tome II (2008) ; L’imaginaire de la fin. Temps, mots et signes. Tome III (2009) ; ainsi que les trois tomes du conte philosophique de l’île des Pas perdus : L’île des Pas perdus (2007), Le maître du Château rouge (2008), et La mort de J. R. Berger (éditions XYZ, 2009).
Après des études en communication à l’UQAM, en arts numériques à l’université de Thames Valley et en art contemporain et nouveaux médias à l’université Paris 8, poursuit actuellement un doctorat en sémiologie (UQAM). Parallèlement, elle a travaillé en vidéo et cinéma en tant que réalisatrice, chargée de production et monteuse, ainsi que pour une agence de presse télévisuelle comme recherchiste pour des reportages. Elle a également œuvré dans la création Web, discipline qu’elle a enseignée à Maidenhead, en Angleterre, à l’ISCOM de Paris et au Studio XX de Montréal, sur le conseil d’administration duquel elle siège depuis 2010. Elle a participé à divers projets collectifs d’installations interactives et vidéo. Sa thèse porte sur les problématiques liées aux dispositifs d’interactivité dans les œuvres de l’art des nouveaux médias.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search