Version classiqueVersion mobile

Pantomime et théâtre du corps

 | 
Arnaud Rykner

5. Annexes

Annexe I. Compte rendu de Théophile Gautier

« Shakespeare aux Fumnambules », paru dans La Revue de Paris le 4 septembre 1842

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Le théâtre représente une rue, une place publique, absolument comme dans une pièce de Molière. Pierrot se promène, les mains plongées dans les goussets, la tête basse, le pied traînant. Il est triste, une mélancolie secrète dévore son âme. Son cœur est vide et sa bourse ressemble à son cœur ; Cassandre, son maître, répond aux demandes d’argent qu’il lui fait, par un de ces coups de pied péremptoires qui arrivent si fréquemment dans le dialogue de pantomimes. Pauvre Pierrot, quelle triste situation !… Toujours battu, jamais payé, mangeant peu, mais rarement, il n’est pas étonnant qu’il soit un peu pâli, on le serait à moins. Pour comble de malheur, Pierrot est amoureux, non pas du joli museau noir, de la jupe losangée de Colombine, mais d’une grande dame, d’une très grande dame, d’une Eloa, d’une duchesse ! Qu’il a vue descendre de voiture pour entrer à l’Église, à l’Opéra, nous ne savons plus où1.

Par suite de son amour et de ses jeûnes forcés, Pierrot craint que son physique ne se...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search