Version classiqueVersion mobile

Pantomime et théâtre du corps

 | 
Arnaud Rykner

4. Théâtre mutant, théâtre rêvé

La pantomime revisitée : Samuel Beckett et Jean Genet, entre abstraction et spécularité

Pierre Piret

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si la pantomime française connaît un essor particulier à la fin du XIXe siècle et s’impose alors comme un art à part entière, reconnu par l’institution littéraire et théâtrale, elle ne survit pas comme tel à cet âge d’or. C’est pourquoi, passée cette période, elle ne se présente plus comme un objet de recherche allant de soi : elle ne disparaît pas à proprement parler, mais semble perdre sa spécificité générique, dès lors qu’elle se fond dans d’autres arts (cinéma, cirque, etc.), qui conservent son héritage en le transformant. Le spectre de la pantomime continue également de hanter le théâtre ; si elle ne se perpétue pas comme art distinct, elle contribue en effet à souligner la valeur théâtrale du corps, du geste, de la mimique, participant ainsi à l’émergence d’un mot d’ordre qui se formule à l’aube du XXe siècle : il faut rethéâtraliser le théâtre.

La pantomime théâtrale au sens strict n’est pas pour autant totalement abandonnée, pas même par les dramaturges. Certains d’entre eux ...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search