Version classiqueVersion mobile

Pantomime et théâtre du corps

 | 
Arnaud Rykner

4. Théâtre mutant, théâtre rêvé

Pantomine et cinéma : jeux corporels et génériques dans Drôle de drame de Marcel Carné

Catherine Dousteyssier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cet article a pour but d’examiner les liens parfois étroits entre pantomime et cinéma, à travers l’exemple de Drôle de drame (1937). Certes, cette problématique évoquerait davantage un autre grand film de Marcel Carné, Les Enfants du Paradis, où la pantomime est inscrite au cœur du film et en constitue le sujet principal. Mais Drôle de drame est un précurseur à plus d’un titre et nous allons voir par quelles stratégies la pantomime va contaminer l’univers de cette fantaisie baroque et surréaliste afin de participer à une parodie multigénérique.

Pantomime, cinéma muet et cinéma parlant

Commençons par quelques réflexions préliminaires sur les liens qui unissent pantomime, cinéma muet et cinéma parlant. La pantomime, on le sait, a connu une très grande vogue au XIXe siècle, du Deburau du Théâtre des Funambules aux multiples incarnations du Pierrot fin de siècle. À tel point qu’elle s’est infiltrée et a influencé toutes les productions culturelles de l’époque : le roman de la seconde moit...

Auteur

Professeur à l’université de Durham.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search