Version classiqueVersion mobile

Pantomime et théâtre du corps

 | 
Arnaud Rykner

3. L'Europe du silence

Quelle scène pour quelle parole ?

Le pantomimique dans Le Grand Théâtre du monde salzbourgeois de Hugo Hofmannsthal

André Combes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’été 1920, le festival de Salzbourg ouvre ses portes pour la première fois. Au programme, le Jedermann de Hofmannsthal, écrit en 1911 et tramé sur le Everyman anglais. Il est mis en scène sur le parvis de la cathédrale par Max Reinhardt avec qui Hofmannsthal, qui admirait son travail, collaborait régulièrement depuis le début du siècle. C’est pour ce même festival que le dramaturge écrira entre 1919 et 1922, en réécrivant cette fois-ci la pièce de Calderón de 1645, Le Grand Théâtre du monde salzbourgeois qui sera créé en 1922, toujours dans une mise en scène de Reinhardt, dans la collégiale baroque de Salzbourg. Les années suivantes (entre 1923 et 1928), Hofmannsthal écrira trois pantomimes qu’il prévoira dans un premier temps d’intégrer au Grand Théâtre et qui étaient destinées d’abord à un public américain, la langue pantomimique des signes ayant, pour lui comme pour Reinhardt, vocation apparente à universaliser l’expression des signifiés1. Après maints projets de réalisation s...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search