Version classiqueVersion mobile

Pantomime et théâtre du corps

 | 
Arnaud Rykner

3. L'Europe du silence

La nostalgie de la transparence

La pantomime dans l’Autriche fin-de-siècle (Richard Beer-Hoffmann, Hugo Von Hoffmannsthal et Arthur Schnitzler)

Catherine Mazellier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La crise du langage verbal est au centre des préoccupations des auteurs viennois à la fin du XIXe siècle, et tout particulièrement dans le domaine du théâtre, où le mot est suspecté d’être un médiateur mensonger, au service de l’esthétique plutôt que de la vie dans sa réalité immédiate. Que la pantomime connaisse un renouveau à Vienne n’est pas un hasard. Le théâtre populaire viennois, du Baroque jusqu’au XXe siècle, perpétue la tradition de la commedia dell’arte et la pantomime jouit, dans la première moitié du XIXe siècle (le Vormärz), d’une grande popularité dans les théâtres des faubourgs de Vienne, les Vorstadttheater, qui mettent à l’honneur le personnage comique de Hanswurst1. Cette popularité décline progressivement dans la seconde moitié du siècle, sans que la pantomime ne disparaisse pour autant. Mais c’est au tournant du XXe siècle qu’elle connaît un regain d’intérêt, en particulier parmi les écrivains regroupés, sous l’impulsion de Hermann Bahr, au sein du mouvement Jung...

Auteur

Maître de conférences à l’université de Toulouse-Le Mirail.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search