Version classiqueVersion mobile

Pantomime et théâtre du corps

 | 
Arnaud Rykner

2. Corps fantastiques, corps fantasmés

Le « corps imprononçable » de la pantomime fin-de-siècle : de la défection du verbe à l’absolu de l’image

Arnaud Rykner

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Par « pantomime non pervertie » j’entends la pantomime directe où les gestes au lieu de représenter des mots, des corps de phrases […], représentent des idées, des attitudes de l’esprit, des aspects de la nature, et cela d’une manière effective, concrète […]. Je sais bien d’ailleurs que le langage des gestes et des attitudes, que la danse, que la musique sont moins capables d’élucider un caractère, de raconter les pensées humaines d’un personnage, d’exposer des états de conscience clairs et précis que le langage verbal, mais qui a dit que le théâtre était fait pour élucider un caractère, pour la solution de conflits d’ordre humain et passionnel, d’ordre actuel et psychologique comme notre théâtre contemporain en est rempli ? Antonin Artaud, « La mise en scène et la métaphysique »,
Le Théâtre et son double.

Un art de la régression

Retours à l’origine

D’un mime de génie nommé Charlot, mais dont l’art n’était sans doute que la quintessence de celui des disciples de « Polymnie », Jean Prévo...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search