Version classiqueVersion mobile

Pantomime et théâtre du corps

 | 
Arnaud Rykner

2. Corps fantastiques, corps fantasmés

Paradoxe de l’immobilité : histoire d’une statue en mouvement

Thibaut Triquenaux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La création de La Statue du Commandeur, pantomime en trois actes parue en 1892 et jouée pour la première fois au Cercle Funambulesque en janvier 1892, est emblématique des conditions d’écriture fragiles de ce type d’œuvres et du statut particulier du « texte » de pantomime. En effet l’élaboration de l’œuvre aura nécessité trois temps. Champfleury l’envisagea d’abord comme « […] comédie mêlée de pantomime […]. Il en avait publié le plan, vingt ans auparavant, dans La Vie Parisienne [numéro du 17 mars 1866], sous la forme d’une nouvelle intitulée La Statue du Commandeur. On y trouvait le scénario de deux actes1 ».

Plus de vingt ans après, en 1888, le même Champfleury décrit ce canevas à Félix Larcher en en modifiant cependant un élément essentiel :

Dans cette première version Champfleury avait fait parler le Commandeur. Mais lorsqu’il m’entretint de la pièce, il était revenu sur cette idée, et il avait ôté la parole au Commandeur ; il était tout naturel, en effet, que la statue ne profé...

Auteur

Ancien élève de l’ENS Lyon, est attaché culturel à Stuttgart.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search