Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Révolution mise en scène

 | 
Francine Maier-Schaeffer
, 
Christiane Page
, 
Cécile Vaissié

2. Réécritures de la révolution d'octobre

La révolution au théâtre, entre histoire et mémoire. Une analyse des Décembristes de Zorine (1967)

Julie Grandhaye

Texte intégral

  • 1 Zorin L. G., « Dekabristy », Pokrovsky vorota. P’esy, Moskva, « Sovetskij pisatel’ », 1979. Accessi (...)

« Qu’importe l’échec – la secousse est indispensable.
La tactique des révolutions se résume à une seule chose : ose1 ! »

  • 2 Voir dans le présent recueil Vaissié C., « Le cinquantenaire de la Révolution d’Octobre et la tril (...)
  • 3 Lénine évoque le rôle historique des Décembristes dans sept articles, rédigés entre mars 1902 et j (...)
  • 4 Lenin V. I., « Rol’soslovoj i klassov v osvoboditel’nom dviženii », PSS, tome XXII, p. 397.

1En 1967, pour célébrer le cinquantenaire de la Révolution d’Octobre, Oleg Éfrémov, directeur artistique du théâtre moscovite Sovremennik (Le Contemporain), commande une trilogie dramaturgique destinée à offrir aux spectateurs une chronique du mouvement révolutionnaire russe, des origines jusqu’au triomphe bolchevique2. Premier volet de ce triptyque, la pièce de L. G. Zorine, Les Décembristes (Dekabristy), s’inscrit dans la déjà longue tradition de commémoration du soulèvement décembriste : l’auteur célèbre l’insurrection du 14 décembre 1825, qui rassembla sur la Place du Sénat une centaine d’officiers refusant de prêter serment au tsar. Le thème n’est pas vierge : dans la réécriture idéologique de l’histoire élaborée par Lénine3, les Décembristes occupent une place primordiale puisqu’ils constituent le premier jalon du « mouvement révolutionnaire de libération » et sont considérés comme les lointains ancêtres des révolutionnaires de 1917. Évoquant ces nobles révolutionnaires, auteurs des premiers mouvements de protestation, Lénine affirme : « La Russie serve est terrorisée et ne bouge pas. La protestation est celle d’une infime minorité de la noblesse, impuissante sans le soutien du peuple. Mais les meilleurs d’entre les nobles ont contribué à réveiller le peuple4. » Zorine se situe dans cette lignée, mais esquisse un portrait complexe des Décembristes, qui met à distance l’hagiographie des « premiers martyrs » de la liberté : il s’agit, pour lui, d’élargir sa réflexion aux dimensions de la condition humaine.

2La pièce se présente sous la forme d’un diptyque, organisé autour de l’acte insurrectionnel, non représenté sur scène. La première partie, qui embrasse les années de formation de 1817 à 1825 et s’achève sur la veille de l’insurrection, tente de représenter, dans une succession rapide de scènes à deux ou trois personnages, les relations entre les Décembristes, leurs accords et leurs dissensions. La seconde partie, centrée sur un laps de temps plus court, est consacrée exclusivement aux six mois d’enquête et d’interrogatoires menés par la Haute Cour de Justice, de janvier à juin 1826 ; cette seconde partie débute par l’évocation, indirecte, de l’insurrection et s’achève sur la pendaison des cinq condamnés à mort. Deux parties (la décision et le procès) reliées entre elle par l’insurrection : l’économie de cette pièce sert efficacement la commémoration de l’acte révolutionnaire.

3La pièce de Zorine constitue un jalon intéressant dans l’évolution du « drame historique » comme genre théâtral en Union soviétique, à la fin de la période du Dégel. Montée au théâtre Sovremennik qui se démarque des canons esthétiques staliniens, née sous la plume d’un auteur volontiers considéré comme contestataire, elle interroge les relations souvent ambiguës qu’histoire et mémoire entretiennent en Union soviétique. Si l’histoire est, à n’en pas douter, la matière principale de cette pièce, comment est-elle représentée sur la scène ? Est-elle instrumentalisée à dessein ou, au contraire, fidèlement retranscrite en fonction des connaissances de l’époque ? Plus largement, cette pièce interroge notre propre rapport à l’histoire : faire acte de commémoration, est-ce reconnaître une vérité historique, faire revivre un passé – ou proposer une interprétation présente d’un événement dont la temporalité nous échappe nécessairement ? Toutes ces questions sont au cœur de l’écriture d’un drame historique – et resurgissent dans toute lecture interprétative d’un texte commémoratif.

Les Décembristes ou l’histoire au théâtre

La fascination soviétique pour les Décembristes

  • 5 Gercen A. I., Kolokol : gazeta A. I. Gercena i N.P. Ogarëva, vol’naja russkaja tipografija, 1857-18 (...)
  • 6 Vosstanie dekabristov (coll.), Moskva, Leningrad, Gosudarstvennoe izdatel’stvo, 1925-2008, tomes I (...)
  • 7 Syroečkovskij B. E., Mežducarstvie 1825 g. i vosstanie dekabristov v perepiske i memuarah členov ca (...)
  • 8 Nečkina M. V., Obŝestvo soedinënnyh slavjan, Moskva, Leningrad, Gosudarstvennoe izdatel’stvo, 1927  (...)

4La pièce de Zorine traite, pourrait-on dire, d’un sujet de prédilection pour les Soviétiques. En effet, le mouvement décembriste est un des thèmes qui fascineront le plus durablement l’historiographie, la littérature et la dramaturgie soviétiques. La raison de cet engouement jamais démenti est à chercher dans la conception téléologique de l’histoire, défendue par Lénine. Considérés comme les pères du mouvement révolutionnaire russe, célébrés par Herzen sous les traits des premiers martyrs de la liberté5, les Décembristes ont joué, en 1825, ce que l’on pourrait appeler « la tragédie des origines » de la Révolution. Modèles de tout révolutionnaire et, par conséquent, vecteurs efficaces de propagande, les Décembristes ont fasciné des générations d’historiens. L’Union soviétique n’a jamais manqué de célébrer les nombreux anniversaires de l’insurrection de 1825. Pour mémoire, nous citerons celui de 1925 qui permit le lancement des « dekabristovedy » (spécialistes du mouvement décembriste), ceux de 1955 et 1965, et surtout le cent-cinquantième anniversaire, fêté en 1975 avec un éclat particulier et marqué par de nombreuses publications consacrées au mouvement décembriste. La première moitié du XXe siècle voit émerger de très grands spécialistes : I. A. Fédossov, M. V. Netchkina, N. A. Eidelman, N. M. Droujinine ou encore B. E. Syroetchkovski. Les historiens parviennent à reconstituer très précisément le déroulement de l’insurrection et contribuent grandement à rendre ce mouvement populaire auprès du grand public en éditant les dossiers d’instruction de la Commission d’enquête. Ainsi naît la collection L’Insurrection des Décembristes (Vosstanie dekabristov) qui contient vingt-huit volumes à ce jour6 et édite tous les documents conservés dans la Chancellerie secrète de l’Empereur. Par ailleurs, les historiens s’attachent à publier les mémoires des Décembristes et ceux de leurs épouses – qui connaissent un grand succès auprès du public ; les mémoires de la famille impériale sont également publiés7. Dans les années 1950, on publie en recueils les textes de prose et de poésie des Décembristes, ainsi que leurs projets constitutionnels. Les éditeurs régionaux font preuve d’un intérêt marqué pour le destin des Décembristes après 1825 et publient des études sur leurs années de bagne et de réclusion aux confins de l’Empire. Toutes ces sources mises à la disposition de la communauté scientifique ont permis d’alimenter de nombreuses et fécondes recherches sur le mouvement décembriste8. Rapidement, il est établi que trois sociétés secrètes ont été formées dès 1821 : la Société du Nord, la Société du Sud et la Société des Slaves Unis.

  • 9 Un enregistrement de 1958 est disponible : Shaporin, The Decembrists, Orchestra and Chorus of the (...)
  • 10 Les vers repris sont empruntés à la poésie K Čaadaevu (texte de 1818). Puškin A. S., « K Čaadaevu  (...)

5Si le mouvement décembriste est bien connu des chercheurs soviétiques, il inspire également le milieu artistique. Dès 1925, Iouri Chaporine songe à écrire un opéra consacré aux Décembristes. Le drame lyrique initial, centré sur la figure romantique de Pauline Goebble qui rejoint en exil son fiancé, le Décembriste Annenkov, est abandonné au profit d’une image collective des Décembristes. Cet opéra est créé à Moscou le 23 juin 1953 et à Léningrad le 4 juillet de la même année9. Chaporine insère dans les répliques des Décembristes de nombreux extraits de leurs poésies. Il crée également ce que l’on appelle « l’hymne des Décembristes », à partir de vers de Pouchkine10.

  • 11 Zorin L. G., op. cit., première partie, dernière scène.
  • 12 Ibidem, deuxième partie, scènes 2 et 3.
  • 13 šTrajh S. D., Zapiski, stat’i i pis’ma I. D. Jakuškina, Sankt-Peterburg, Nauka, 2007 (dernière rééd (...)

6Lorsque Zorine s’attelle à la rédaction de sa pièce, la question décembriste est donc d’actualité. De nombreux documents ont permis de nuancer l’image idéalisée héritée de Herzen : les historiens soviétiques ont désormais identifié avec certitude les dissensions qui fragilisent le mouvement décembriste, et ont cerné au plus près les profils psychologiques des protagonistes. Zorine s’appuie très largement sur tous ces documents et s’attache à retranscrire fidèlement, sur scène, l’histoire du mouvement décembriste. Dans la première partie de sa pièce, il restitue patiemment l’évolution de ce mouvement. L’écriture dramaturgique lui permet d’insister sur les moments fondamentaux. Il met donc en lumière plusieurs jalons : les premières rencontres de 1817, les sociétés intermédiaires entre 1818 et 1821, puis la création de la Société du Nord et de la Société du Sud, enfin la rencontre avec la Société des Slaves Unis. Il retrace également avec précision la soirée du 13 décembre 1825 : à la veille de l’insurrection, les protagonistes s’étaient retrouvés à Saint-Pétersbourg, dans l’appartement de Ryleev, afin de discuter de l’action du lendemain. Zorine met en scène ces discussions animées, le choix de Troubetskoï comme dictateur, les hésitations de certains officiers, l’ardeur au régicide de Kakhovski11. La précision historique conduit Zorine à rédiger le second acte entièrement à partir des dossiers d’instruction rédigés par la Commission d’enquête, publiés par les historiens soviétiques dans l’édition L’Insurrection des Décembristes. Il montre ainsi les différents masques que prend Nicolas Ier : protecteur avec Ryleev, amical avec Kakhovski, mais impitoyable envers Troubetskoï et Iakouchkine12. Les réactions prêtées à l’Empereur sont empruntées aux mémoires des Décembristes. Lorsque Zorine fait dire à Nicolas Ier : « Qu’on le mette aux fers de sorte qu’il ne puisse plus bouger ! », il reprend cette citation des mémoires de Iakouchkine13. Enfin, si Zorine restitue fidèlement la teneur du procès, il en restitue également les formes : il met en scène le Comité secret, chargé de mener l’enquête et composé du grand-duc Michel, de Tchernychev, Benkendorf, Golénichtchev-Koutouzov, Adlerberg, Bloudov et Lévachov. La pièce de Zorine propose donc une fresque historique très exacte de l’évolution du mouvement décembriste.

Faire résonner les textes des Décembristes

7Le matériau de cette pièce est donc bien l’histoire : celle-ci s’invite dans le texte lui-même, émaillé d’extraits de poèmes des Décembristes, d’extraits de mémoires ou de correspondances, de citations officielles ou de discours politiques. La pièce tout entière fonctionne comme une mise en abîme des textes des Décembristes, leur permettant ainsi de résonner sur une scène de théâtre. L’auteur a recours à deux types de documents : des documents officiels à teneur politique, mais aussi des textes intimes (correspondance, journaux privés, mémoires). Il esquisse ainsi avec justesse le profil psychologique de ces « premiers révolutionnaires ».

  • 14 Cet article était connu des historiens et des écrivains russes et soviétiques. On rappellera pour (...)
  • 15 Zorin L. G., op. cit., deuxième partie, scène 1.
  • 16 Murav’ëv N. I., « Ljubopytnyj razgovor », dossier d’instruction de N. Murav’ëv, Vosstanie dekabrist (...)

8Zorine s’ingénie à représenter l’évolution de la pensée politique des Décembristes en ayant recours à leurs projets constitutionnels clandestins, mais aussi à la lecture officielle autorisée par l’Empereur lui-même. Ainsi, la deuxième partie de cette pièce s’ouvre sur une scène particulièrement intéressante : Bloudov se rend dans le cabinet de l’Empereur afin de lui faire lecture de l’article offi-ciel, destiné à être publié le lendemain dans le journal Les Nouvelles de Saint-Pétersbourg (Sankt-Peterbourgskie Vedomosti) ; en quête d’approbation, il note les modifications que l’Empereur lui enjoint de faire. Cet épisode, fascinant parce qu’il met en scène le traitement idéologique d’un événement, se fonde sur des documents historiques : Zorine reprend, mot pour mot, l’article officiel publié dans les annexes des Nouvelles de Saint-Pétersbourg le 15 décembre 182514. Il s’autorise quelques coupes dans les détails chiffrés, mais reprend textuellement la description, extrêmement précise, de l’article de 1825. Il se livre même à un jeu de mise en abîme, puisqu’il met en scène Nicolas Ier qui corrige la description de la foule accompagnant les Décembristes – des « hommes en frac », et, ajoute Nicolas Ier, « la lie du peuple »15. Autre texte historique restitué tel quel, Une curieuse conversation, sorte de catéchisme politique que Nikita Mouraviov rédigea en 1825 à des fins de propagande16. Comme pour le récit officiel de l’insurrection, Zorine a recours aux possibilités que lui offre la dramaturgie pour faire résonner ce texte : nouvelle mise en abîme, c’est Mouraviov lui-même qui prononce ce texte, au moment même de l’exécution de ses cinq compagnons. Pris d’un accès de désespoir, Mouraviov a besoin de vérifier que les idées répandues par ses compagnons n’ont pas été vaines : il reprend le catéchisme politique, et un homme du peuple lui donne la réplique. Mais, suprême ironie de l’auteur, cet homme du peuple tient le rôle de professeur, et Mouraviov celui de l’élève appliqué. Et lorsque son interlocuteur lui rappelle qu’il doit prendre l’initiative, Mouraviov se tait. L’homme lui adresse un cruel « Tu as peur ? », et se retire – laissant Mouraviov douter de sa propre détermination.

  • 17 Voir Wolff T. et Bayley J., Pushkin on Literature, Stanford, Stanford University Press (California (...)
  • 18 Zorin L. G., op. cit., deuxième partie, scène 6.
  • 19 Ryleev K. F., « Ispoved’Nalivajki », Dekabristy – Izbrannye sočinenija v dvuh tomah, Moskva, izdate (...)
  • 20 Zorin L. G., op. cit., première partie, dernière scène.
  • 21 Ibidem, première partie, avant-dernière scène.

9Zorine utilise également d’autres textes rédigés par les Décembristes : la correspondance et les mémoires, mais aussi les nombreux textes poétiques de Ryleev et Bestoujev-Marlinski sont sollicités pour donner aux personnages une réelle épaisseur psychologique. Là encore, Zorine utilise ces textes historiques à bon escient et fait preuve d’une certaine érudition. Ainsi, lorsque Pestel et Mouraviov se retrouvent à l’automne 1824, Pestel évoque une conversation qu’il eut avec Pouchkine. Cette conversation eut réellement lieu : Pouchkine note cette rencontre dans son journal intime, à la date du 9 avril 1821, et rapporte textuellement la phrase que Pestel prononça en français17. La pièce est émaillée de ces rencontres intimes que l’on retrouve au détour des pages d’un journal ou dans la correspondance des Décembristes. Zorine utilise à plusieurs reprises des détails familiaux : la maladie de l’épouse de Mouraviov en 1825, la réaction de sa fille, alors âgée d’un an. Il présente Ryleev sous les traits d’un père attentionné, tendrement dévoué à sa fille et à son épouse18. Enfin, ultime mise en abîme, Zorine fait réciter aux Décembristes écrivains leurs propres vers. Sollicité par son ami Bestoujev, Ryleev déclame ainsi – et cela devient prophétique, dans sa bouche : « Je le sais : mon sort est scellé./ Mais, dis-moi, où et quand la liberté/Sans victime a-t-elle été achetée19 ? » Il s’agit d’un extrait du poème Nalivaïko, dans lequel le personnage, un héros de l’indépendance ukrainienne, médite sur son existence juste avant de mourir. Ce texte connut un tel succès lors de sa publication qu’il fut réédité à part sous le titre Confession de Nalivaïko (Ispoved’Nalivaïki). Lorsque Ryleev l’avait dit à Bestoujev, celui-ci lui avait fait remarquer – avec justesse – que ces vers reflétaient peut-être bien leur destin à tous. Les textes personnels des protagonistes de ce mouvement (journaux intimes, dédicaces, correspondance) sont utilisés par Zorine pour donner corps et chair aux personnages de sa pièce, dotés d’une réelle épaisseur psychologique. Ainsi, Zorine montre la dégradation progressive des relations entre Pestel et Mouraviov. Il montre également, dans une scène intime entre Troubetskoï et son épouse, la faiblesse psychologique du prince, désigné comme chef de l’insurrection en raison de sa gloire passée. Mais Troubetskoï avoue à son épouse : « Je suis seul au milieu d’eux. Je suis seul. Seul avec mon âme, ma vie, mon amour pour toi, et ce titre inepte de dictateur qui ne rime à rien. Mon Dieu, quelle terrible nuit… Mais le plus terrible, c’est qu’elle arrivera à sa fin20. » Parallèlement à cette confidence, Zorine met en scène une autre confidence, elle aussi faite pendant la nuit précédant l’insurrection. Dans ses appartements personnels, Nicolas Ier confie à sa mère Maria Fiodorovna ses angoisses pour le lendemain. Mais l’Impératrice douairière ne voit dans l’appréhension de son fils rien que de très normal. Ce qui provoque chez Nicolas des réflexions amères sur l’irresponsabilité de feu l’Empereur Alexandre : « Tout ce qui arrive est le fruit de ses enfantillages, il a joué au libéral. Il a lui-même provoqué cette effervescence des esprits, lui-même ! Et désormais, c’est moi qui dois porter cette croix. Tout repose sur mes épaules, tout21 ! » À travers cette scène très intime, l’auteur esquisse un portrait nuancé des empereurs Alexandre et Nicolas, en parfaite corrélation avec les avancées de la recherche historique dans les années 1960. Il est donc fondé de dire qu’avec cette pièce historique, Zorine a tenté de restituer fidèlement le devenir du mouvement décembriste.

Le « temps » de la commémoration : solliciter le passé pour une lecture du présent

  • 22 Alors même que, dans son opéra de 1953, Šaporin en a fait un épisode d’une grande intensité dramat (...)

10Peut-on conclure de cette fidélité à l’égard des documents historiques que Zorine a cherché, avant tout, à proposer une restitution historique du mouvement décembriste ? Le contexte dans lequel la pièce a été rédigée nous encourage à proposer une autre lecture de cette pièce. Rappelons, en effet, que la pièce Les Décembristes avait été commandée à Zorine pour célébrer le cinquantième anniversaire de la Révolution d’Octobre, et constituait à ce titre le premier jalon d’une trilogie consacrée au mouvement révolutionnaire russe. Elle s’éloigne pourtant, à bien des égards, d’une célébration enthousiaste et univoque de la révolution : nulle torsion de l’histoire, nulle utilisation orientée des textes historiques et surtout – nulle représentation de l’insurrection décembriste, l’acte révolutionnaire par excellence22. C’est que le sujet de cette pièce n’est pas l’insurrection : comme chez Brecht, le sujet de la pièce n’est pas l’acte révolutionnaire, mais l’engagement révolutionnaire. Zorine met en scène l’avènement des Décembristes à une conscience révolutionnaire, leur acquiescement progressif à la révolution. Les Décembristes peuvent donc être lus comme une sorte de réponse soviétique à La Décision.

La décision ou l’engagement révolutionnaire

  • 23 Zorin L. G., op. cit., deuxième partie.

11Les Décembristes, une pièce consacrée à la révolution mais qui se refuse à en parler, qui refuse de faire de la révolution un spectacle… Une lecture brechtienne est à même de lever l’apparent paradoxe de la pièce de Zorine : l’auteur met en scène le parcours initiatique que les Décembristes auront à faire afin de mûrir leur engagement révolutionnaire. Certes, Zorine sacrifie à l’imaginaire révolutionnaire en insistant sur l’agir. Ryleev souligne, à plusieurs reprises, cette primauté de l’action : « La tactique des révolutions se résume à une chose : ose ! » Et le poète de poursuivre : « Il faut commencer. Le commencement et l’exemple portent leurs fruits. » L’agir devient le symbole de la révolution, par opposition à l’inertie des conservateurs qui cherchent à pérenniser l’ordre autocratique. Le général Tchernychev affirme sans détour : « L’idée de l’État est, avant toute chose, l’idée de la stabilité des formes. Si vous retirez une brique, c’est tout l’édifice qui s’ébranle, et à l’intérieur une fissure apparaît. » Il conclut avec assurance : « C’est pourquoi toute tentative de changement de forme est criminelle23. » Mais cette opposition, relativement classique, entre mouvement et inertie, coexiste avec une autre vision de la révolution : celle-ci n’est pas autre chose qu’un engagement, corps et âme, qui se décide dans le quotidien des vies humaines.

  • 24 Ibidem, première partie.
  • 25 Ibid., deuxième partie, scène 6.

12Pour Zorine, la décision est un drame – un drame à hauteur d’homme, entre sentiment et raison. Pénétré de cette conviction, il met donc en scène les multiples débats qui animent la communauté décembriste, montre les indécisions et les hésitations de ces hommes, souligne la trahison des uns, la fidélité indéfectible des autres à la parole donnée. L’auteur souligne à dessein les erreurs des Décembristes et les dépeint sous les traits d’hommes davantage que de héros. Dans ces dialogues souvent intimes entre deux personnages – Mouraviov et Pestel, Troubetskoï et son épouse, mais aussi l’Empereur Nicolas et sa mère – l’auteur montre les hésitations et les revirements, les rancœurs et les élans qui poussent les hommes à prendre des décisions. Aussi Zorine dépeint-il avec justesse et retenue les relations entre Pestel et Mouraviov, deux amis de longue date : si les rencontres de 1820 à 1823 se déroulent dans une ambiance de confiance toujours renouvelée, la jalousie et les doutes apparaissent dès 1824. Devant la détermination de Pestel et son refus du consensus, Mouraviov constate avec amertume : « Cela fait longtemps qu’on ne s’est pas vu. Les années passées nous ont marqués différemment24. » Le drame de l’indécision touche de plein fouet le prince Troubetskoï, qui n’ose avouer sa peur du lendemain, sinon en se déclarant esclave d’un mouvement qui ne lui appartient plus. Lorsque son épouse s’écrie : « Tu n’es pas un esclave, tu es un héros », Troubetskoï lui répond : « Tu ne me comprends pas, tu ne peux pas comprendre. » En définitive, désigné comme responsable de l’insurrection, Troubetskoï ne paraîtra pas sur la Place du Sénat et se réfugiera chez ses beauxparents, par crainte d’être arrêté. Dans les personnages des Décembristes, on retrouve le combat, cher à Zorine, entre sentiment et raison : Ryleev en offre une poignante illustration, qui refuse de dénoncer ses compagnons d’infortune à l’Empereur par aversion profonde envers la délation. Mais lorsque l’Empereur lui fait remarquer que d’autres victimes peuvent être à déplorer, des hommes chargés de famille, Ryleev se plie à cette raison et accepte d’indiquer où siège la deuxième société secrète25.

Une relecture éthique de la révolution

  • 26 Ibid., première partie, conversation entre Murav’ëv et Pestel’, automne 1824.
  • 27 Ibid., deuxième partie, interrogatoire de Ryleev.

13La relecture que propose Zorine de la révolution – car c’est bien de cela qu’il s’agit – porte la trace des interrogations et de l’esthétique du Dégel. Centrée sur l’individu et non plus uniquement sur l’acte insurrectionnel, cette pièce témoigne des problématiques nouvelles qui ont émergé dans la littérature soviétique de la fin des années 1960. Si Zorine accepte de mettre en scène le « oui » révolutionnaire, l’acquiescement à la révolution, c’est uniquement pour le traiter sur un mode éthique. En effet, les deux parties de la pièce – la décision et le procès – traitent du même problème fondamental : la mort d’un homme. Zorine propose donc une relecture éthique de l’acte révolutionnaire : la révolution justifie-t-elle la mort d’un homme ? Cette question agite profondément les Décembristes qui hésitent sur la conduite à suivre : faut-il aller jusqu’au régicide pour s’assurer de la victoire ? À la veille de l’insurrection, les Décembristes désignent l’un des leurs pour assassiner le tsar. Ryleev s’adresse à Kakhovski : « Mon ami ! Tu es orphelin, seul au monde ! Tu dois te sacrifier pour la Patrie. Tue l’Empereur ! » À quoi Kakhovski répond : « Pour le bien de ma Patrie, je suis prêt à sacrifier mon propre père ! » S’ensuit une scène intime où Kakhovski évoque ses dernières années et la rencontre décisive avec Ryleev ; tous communient une dernière fois autour des vers de Ryleev, La Confession de Nalivaïko. Le régicide ne fait cependant pas l’unanimité parmi les Décembristes : Zorine montre les dissensions entre Mouraviov, opposé au régicide, et Pestel, révolutionnaire convaincu que le régicide est le seul remède à l’autocratie. À la proposition de ce dernier d’exterminer toute la famille impériale, Mouraviov s’écrie : « Mais c’est affreux ! Il y a là des femmes, des enfants presque… » Et d’ajouter : « Jamais ! Tu entends ? Pestel, ça nous mènera au Comité de salut public26 ! » Le scandale de la mort donnée par l’homme traverse cette pièce dans son intégralité. Mort du comte Miloradovitch, gouverneur militaire général de Saint-Pétersbourg, mort de soldats, mort de l’Empereur Alexandre. La mort d’un homme – tel est bien le principal grief de Nicolas Ier envers les Décembristes. Face aux véhéments reproches de l’Empereur qui l’accuse d’avoir versé le sang de ses compatriotes le jour même de son avènement, Ryleev s’exclame : « Sire, ce ne sont pas des criminels, ce ne sont pas des buveurs de sang. » Mais l’Empereur insiste : « Dis-moi où le sang peut-il encore couler ! Ou bien es-tu encore capable d’attendre de nouvelles victimes ? Ou bien la vie humaine n’est rien à tes yeux ? Ryleev ! Ceux qui sont tués peuvent avoir des enfants27 ! » Touché en son cœur de père de famille, Ryleev se rend aux raisons de l’Empereur. Tuer un homme pour des convictions politiques – tous les Décembristes connaissent les affres de cette question éthique et, dans la pièce de Zorine, aucun d’entre eux ne trouve de réponse définitive ni satisfaisante.

  • 28 Hruŝëv N. S., XX S’’ezd KPSS. Stenografičeskij otčët, Moskva, Gospolitizdat, 1956, tomes 1 et 2.

14Cette relecture éthique de l’acte révolutionnaire n’a rien d’anodin ni de fortuit : elle est profondément ancrée dans la réalité soviétique de la décennie 1955-1965. Le Dégel et son cortège de dénonciations des crimes staliniens28 ont fissuré le monolithe de l’idéologie historique – brèche par laquelle histoire et mémoire se sont rencontrées, rencontre fragile mais féconde dont témoigne la pièce Les Décembristes. Zorine choisit, non pas de célébrer, mais de commémorer la révolution de façon éthique, à la lumière des événements contemporains : la duplicité de l’être humain – fût-il empereur ou révolutionnaire –, le sacrifice d’une vie au nom d’un idéal politique, la parodie de justice sont des éléments d’une comédie humaine universelle, que Zorine transpose de 1825 en 1967. Toute la deuxième partie de cette pièce, centrée sur le faux procès des Décembristes, rappelle les faux procès staliniens et la justice expéditive des grandes purges. Dans cette pièce, le contemporain soviétique fait brutalement irruption dans un passé lointain – rappelant la distinction fondamentale entre célébration et commémoration. Pour autant, les interrogations demeurent identiques, parce qu’elles sont reliées à l’expérience humaine la plus radicale qui soit – le pouvoir de donner la mort.

15La pièce de Zorine surprend un lecteur du début du XXIe siècle : destinée à célébrer le cinquantième anniversaire de la Révolution d’Octobre, elle n’a cependant rien d’un texte de propagande, aveuglement dévoué à la cause révolutionnaire. On chercherait en vain, ici, une torsion de la réalité historique à des fins de propagande, ni un schéma simpliste de l’opposition entre les Décembristes et l’autocrate. Mais on ne saurait s’y tromper : la fidélité aux événements historiques n’est pas à mettre au crédit d’un respect aveugle de l’historiographie soviétique. Le but de Zorine n’est pas de créer une fresque historique au service du régime. Renonçant à une lecture politique, Zorine traite la révolution sur le mode éthique : la fin justifiet-elle les moyens ? Pièce davantage initiatique que purement didactique, elle pose en filigrane la question des moyens au service de l’idéal révolutionnaire : un idéal politique, quel qu’il soit, justifie-t-il la mort d’un homme ? Ce faisant, Zorine rejoint l’expérience de tout être humain et donne à l’acte insurrectionnel une dimension esthétique et humaine qui dépasse son échec politique immédiat. En définitive, Les Décembristes reflètent fidèlement les attentes des contemporains de Zorine : l’esthétique du Dégel renvoie la littérature à un processus intérieur et personnel et laisse une large place à l’individu. Drame intimiste, la révolution quitte la scène politique pour investir le cœur des hommes. Loin d’un idéal pur et sans tache, la révolution esquissée dans cette pièce s’éloigne de la solennité d’un drame historique pour revêtir l’ambiguïté d’un drame humain.

Notes

1 Zorin L. G., « Dekabristy », Pokrovsky vorota. P’esy, Moskva, « Sovetskij pisatel’ », 1979. Accessible sur Internet à l’adresse suviante : [http://ocr.krossw.ru/html/zorin/zorin-dekabristy-ls_1.htm]. Ces paroles sont prononcées par Ryleev.

2 Voir dans le présent recueil Vaissié C., « Le cinquantenaire de la Révolution d’Octobre et la trilogie du théâtre Sovremennik ».

3 Lénine évoque le rôle historique des Décembristes dans sept articles, rédigés entre mars 1902 et janvier 1917. Voir : Polnoe sobranie sočinenij V. I. Lenina (plus loin : PSS), Moskva, RAN, 1966, 5e édition, tome VI, p. 303-348 ; tome XII, p. 348-364 ; tome XXI, p. 255-262 ; tome XXII, p. 397-399 ; tome XXV, p. 93-101 ; tome XXVI, p. 106-110 ; tome XXX, p. 306-328. Pour une analyse de la position de Lénine, se reporter à Grandhaye J., La République des décembristes. Pour une histoire de la modernité politique en Russie (1760-1870), Lille, Atelier de reproduction des thèses, 2009, p. 21-25.

4 Lenin V. I., « Rol’soslovoj i klassov v osvoboditel’nom dviženii », PSS, tome XXII, p. 397.

5 Gercen A. I., Kolokol : gazeta A. I. Gercena i N.P. Ogarëva, vol’naja russkaja tipografija, 1857-1867, London-Ženeva (édition fac-similée en douze volumes), Moskva, AN SSSR, 1962-1964.

6 Vosstanie dekabristov (coll.), Moskva, Leningrad, Gosudarstvennoe izdatel’stvo, 1925-2008, tomes I à XXI.

7 Syroečkovskij B. E., Mežducarstvie 1825 g. i vosstanie dekabristov v perepiske i memuarah členov carskoj sem’i, Moskva, Leningrad, Gosudarstvennoe izdatel’stvo, 1926. Pour les mémoires et la correspondance des Décembristes, voir Azadovskij M. K., Dekabristy : novye materialy, Moskva, Goskul’tprosvetizdat, 1955.

8 Nečkina M. V., Obŝestvo soedinënnyh slavjan, Moskva, Leningrad, Gosudarstvennoe izdatel’stvo, 1927 ; Fedosov I. A., Vosstanie dekabristov i ego istoričeskoe značenie, Moskva, « Znanie », 1953.

9 Un enregistrement de 1958 est disponible : Shaporin, The Decembrists, Orchestra and Chorus of the Bolchoï Theatre, Moscow, conducted by A. S. Melik-Pashaev, Edward Clark, 1958, reprinted by EMI Classics.

10 Les vers repris sont empruntés à la poésie K Čaadaevu (texte de 1818). Puškin A. S., « K Čaadaevu », Polnoe sobranie sočinenij v 10 tomah, Leningrad, Nauka, 1977-1979, tome I, p. 307.

11 Zorin L. G., op. cit., première partie, dernière scène.

12 Ibidem, deuxième partie, scènes 2 et 3.

13 šTrajh S. D., Zapiski, stat’i i pis’ma I. D. Jakuškina, Sankt-Peterburg, Nauka, 2007 (dernière réédition).

14 Cet article était connu des historiens et des écrivains russes et soviétiques. On rappellera pour mémoire que D. S. Merežkovskij l’utilise dans son roman Le 14 décembre 1825, publié en 1918, troisième volet d’une trilogie consacrée au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. Merežkovskij D. S., Carstvo zverja : trilogija, Moskva, ÈKSMO, 2007.

15 Zorin L. G., op. cit., deuxième partie, scène 1.

16 Murav’ëv N. I., « Ljubopytnyj razgovor », dossier d’instruction de N. Murav’ëv, Vosstanie dekabristov, Moskva, Leningrad, Gosudarstvennyj Arhiv, 1925, tome I, p. 321-322.

17 Voir Wolff T. et Bayley J., Pushkin on Literature, Stanford, Stanford University Press (California), 1986, p. 39 : « Mon cœur est matérialiste, mais ma raison s’y refuse. »

18 Zorin L. G., op. cit., deuxième partie, scène 6.

19 Ryleev K. F., « Ispoved’Nalivajki », Dekabristy – Izbrannye sočinenija v dvuh tomah, Moskva, izdatel’stvo « Pravda », 1987, tome I, p. 172-173.

20 Zorin L. G., op. cit., première partie, dernière scène.

21 Ibidem, première partie, avant-dernière scène.

22 Alors même que, dans son opéra de 1953, Šaporin en a fait un épisode d’une grande intensité dramatique.

23 Zorin L. G., op. cit., deuxième partie.

24 Ibidem, première partie.

25 Ibid., deuxième partie, scène 6.

26 Ibid., première partie, conversation entre Murav’ëv et Pestel’, automne 1824.

27 Ibid., deuxième partie, interrogatoire de Ryleev.

28 Hruŝëv N. S., XX S’’ezd KPSS. Stenografičeskij otčët, Moskva, Gospolitizdat, 1956, tomes 1 et 2.

Auteur

Ancienne élève de l’ENS Lyon, agrégée de russe et docteur en histoire, enseigne dans le secondaire et est chercheur associé à Triangle (Lyon). Elle a publié : Les Décembristes. Une génération républicaine en Russie autocratique, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, et Russie : la république interdite. Le moment décembriste et ses enjeux, XVIIIe-XXIe siècles, Seyssel, éditions Champ Vallon, 2012.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540