Version classiqueVersion mobile

Entrer en ville

 | 
Françoise Michaud-Fréjaville
, 
Noëlle Dauphin
, 
Jean-Pierre Guilhembet

Troisième partie. Entrées cérémonielles et passages ritualisés

Introduction

Jean-Pierre Guilhembet

Texte intégral

1En dernier lieu, il convient d’adopter la frontière urbaine, prise dans l’histoire de sa ville – et dans l’histoire tout court –, comme poste d’observation des évolutions de l’espace dont elle assure à la fois la protection et la perméabilité : la métamorphose des limites, leurs avatars ou leurs violations, en disent long sur l’histoire des villes et de la ville.

2Ainsi l’épisode final de l’entrée du christianisme dans Gaza, au début du ve s., est-il placé sous le signe de l’irruption violente. Par l’analyse de leur lecture de la ville et, surtout, de la stratégie spatiale qui, selon eux, doit permettre d’en expulser les résistances païennes, T. Bauzou dévoile comment les auteurs chrétiens, dans leur antagonisme avec les cultes anciens, pensent la ville sainte du dieu Marnas. Elle est d’abord conçue comme un espace à circonscrire en l’encerclant de monastères à défaut de pouvoir y pénétrer, puis comme un dipôle – ville et port – qu’il faut disjoindre en fondant une cité chrétienne à partir du port, véritable tête de pont des adeptes du Christ, ensuite comme un lieu qu’il faut arriver à prendre pour y annihiler les signes de l’ancienne religion, et enfin comme une série d’espaces emboîtés : seule l’entrée dans le « saint des saints », la cella de Marnas, est à même d’assurer définitivement l’emprise du christianisme sur la ville – en signant en fait l’arrêt de mort de la cité.

3Si l’on se place à La Villette au début du xixe s., au moment de la mise en eau du bassin vers lequel converge tout un réseau de canaux, on constate tout d’abord qu’une des entrées de la métropole, connue comme voie commerciale et barrière fiscale, est aménagée en fonction des besoins vitaux de cette dernière. Signe de succès, le rapport de dépendance ne fait même que s’accentuer au cours du siècle. Mais ce qui est le plus frappant, c’est que l’on voit cette entrée septentrionale de Paris s’urbaniser et devenir ville elle-même, et ce quels que soient les indicateurs que l’on prenne en considération. En 1860, l’intégration de La Villette est sanctionnée par son incorporation pure et simple à Paris : le seuil est donc annexé et englobé dans la ville ; la notion même d’entrée devrait ipso facto se dissoudre et disparaître. Pourtant, comme le démontre I. Backouche, les rémanences sont fortes, tant sur le plan économique que dans les représentations : cette partie du xixe arrondissement, en positif ou en négatif, reste bel et bien décrite comme une périphérie, à tous les sens du terme ; l’ancienne entrée ne devient pas un quartier comme les autres.

  • 1 Formule extraite d’un documentaire inspiré par le fameux Paris et le désert français de Jean-Franç (...)

4Avec le discours et les images des grands ensembles que véhiculent les films documentaires décryptés par A. Borrell, c’est presque plus d’entrée dans l’urbain que dans la ville qu’il faudrait parler. En effet, la croissance anarchique des périphéries urbaines durant les années de la Reconstruction ayant eu pour corollaire une véritable dissolution de la notion d’entrée de ville, une perte de seuil en quelque sorte, face à des réalités morphologiques et humaines « qu’il faut bien appeler une ville, puisqu’il faut [leur] donner un nom »1, une réaction, largement dictée par les pouvoirs publics, s’est imposée. L’incertitude lexicale, mais aussi sémantique, devait alors être levée, grâce à un corpus de métaphores ou de slogans, pour pouvoir esquisser une nouvelle définition de l’urbanité. Il importe de sortir, en le rejetant radicalement, d’un univers urbain – la ville du passé ou la banlieue monstrueuse du présent, devenues l’une et l’autre inhabitables – pour entrer dans un autre – celui de demain, une civilisation urbaine nouvelle, qui certes n’a pas encore d’âme, mais qui représente, sans l’ombre d’un doute, l’avenir. Ainsi, dans le grand élan utopiste et propagandiste français des années cinquante et soixante, la ville, confondant pratiquement l’espace et le temps, se réinvente, parfois sur un mode onirique, et se planifie, en quête de cohérence, d’ordre et d’harmonie, des marges sur lesquelles elle croit déjà pouvoir bâtir une société moderne et projeter son propre futur… Faut-il rappeler que, dès 1960, quelques doutes s’exprimaient déjà à l’égard de cette marche vers des lendemains urbains enchanteurs ?

Notes

1 Formule extraite d’un documentaire inspiré par le fameux Paris et le désert français de Jean-François Gravier : voir infra, p. 309, n. 14.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search