Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entrer en ville

 | 
Françoise Michaud-Fréjaville
, 
Noëlle Dauphin
, 
Jean-Pierre Guilhembet

Troisième partie. Entrées cérémonielles et passages ritualisés

Introduction

Jean-Pierre Guilhembet

Texte intégral

  • 1 Les grandes lignes en ont été rappelées supra, p. 24-25.

1Avant le déploiement de la grille de lecture historique savamment élaborée ces dernières décennies au sujet des entrées épiscopales, pontificales, royales ou impériales1, une salutaire contre-épreuve est offerte, pour une entrée qui ne se révèle ni exceptionnelle ni solennelle, par le constat que dresse C. Pérol, à partir des Ricordanze d’un « capitaine » du milieu du xve siècle. Dans les cités soumises à la République de Florence, dans la mesure où ville et contado se confondent et ne sont pas dissociés, l’entrée dans l’espace urbain proprement dit se trouve minimisée. La cérémonie d’arrivée, avec un cortège dont l’apparat est décrit par le menu, est bien l’occasion de mettre en scène et de reconnaître le nouveau pouvoir, mais il y a ellipse du récit au moment du franchissement des murailles : de toute évidence, le « passage » essentiel ne se situe pas là.

2Les entrées royales ayant suscité une très abondante littérature – et donnant lieu à plusieurs enquêtes encore en cours, pour l’Antiquité comme pour l’époque moderne –, il ne s’agissait pas, malgré la valeur paradigmatique qu’il faut souvent leur reconnaître, d’en reprendre ici l’étude en tant que telle. Ce qu’A. Bande donne à lire dans les « funérailles de cœur » ou les simples entrées de cœur dans les villes du Val de Loire aux xve-xvie s., ce sont des cérémonies qui, indéniablement, par certains côtés, reposent sur le modèle des entrées royales, mais, fondamentalement, fonctionnent sur le langage de l’analogie. Le cœur est accueilli en tant que substitut du corps, par une procession solennelle et majestueuse, qui veut montrer au défunt l’attachement de la ville à son endroit, surtout quand cette dernière a été choisie par lui comme lieu d’élection de sépulture. L’entrée, parfois prolongée par un parcours dans la ville entière, est le moment où s'énonce une ultime fois un lien de fidélité réciproque. Elle peut aussi dire autre chose que ce qui est apparent : à l’échelle régionale par exemple, elle permet de (re)dessiner une géographie du pouvoir.

3Dans ses multiples facettes, l’entrée solennelle dit la ville à un instant donné, en tant que territoire et collectivité, mais elle a ceci de particulier qu’elle est parfois capable de nous livrer un semblant de palimpseste de l’histoire urbaine. La traditionnelle entrée des évêques d’Orléans aux xviie-xviiie siècles, telle que la dissèque G. Rideau, est intéressante à plusieurs titres : elle donne lieu à libération de prisonniers ; elle propose une image du clergé de la ville ; elle expose une représentation de toute la société urbaine composée en fonction des relations de celle-ci avec son prélat ; elle démultiplie les entrées dans les édifices religieux. C’est ainsi un véritable abrégé de l’histoire ecclésiastique de la ville, à tel point que l’entrée est ici, pourrait-on dire, à la fois événement et monument (ou « lieu de mémoire » si l’on préfère) et qu’elle est, pour une bonne part, frappée du sceau de l’anachronisme, ne serait-ce qu’en raison d’une forte rémanence de la cité antique encore lisible dans l’itinéraire suivi.

4Ainsi la cérémonie d’entrée en ville, combinatoire de paroles, de gestes et de parcours, est-elle toujours un peu plus – ou beaucoup plus – que ce que le simple processus rituel a prévu et décrit.

Notes

1 Les grandes lignes en ont été rappelées supra, p. 24-25.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540