Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Chine sur la scène française au XIXe siècle

 | 
Shih-Lung Lo

Conclusion

Texte intégral

1La Chine joue un rôle incontournable sur la scène française du XIXe siècle. Elle est présente dans tous les différents courants théâtraux de l’époque. De la comédie à la revue, en passant par le mélodrame et l’opéra-comique, la Chine se retrouve à la fois dans les genres parlés et lyriques. Dans l’imaginaire des spectateurs, la Chine classique et la Chine contemporaine se mélangent pour constituer une Chine à la fois fantastique et réaliste. Si loin mais en même temps si proche, la Chine apparaît dans les nombreuses pièces orientales et extrême-orientales de cette période. Des contes arabo-persans à la mode du japonisme, la Chine est parfois orientalisée ou, au contraire, elle « chinoise » l’autre. Ce pays est ainsi très présent sur scène, même si on ne lui affecte pas toujours le rôle-titre.

2La Chine sur la scène du XIXe siècle se distingue nettement des spectacles chinois créés auparavant, grâce au développement de la sinologie d’une part et au recours à l’actualité d’autre part. La sinologie formule un discours raisonné sur la Chine et les Chinois, d’un côté en traduisant les œuvres dramatiques des Chinois, ce qui permet aux spectateurs de découvrir les mœurs chinoises ; d’un autre côté en formulant des observations (pseudo) scientifiques vues à travers le prisme du colonialisme. Quant à l’allusion à l’actualité, en raison de la démocratisation de la presse et des progrès de la circulation des informations, les événements qui se déroulent en Chine sont introduits sur la scène du théâtre et l’on parodie souvent la politique française au travers de personnages chinois allégoriques. Par ailleurs, l’apparition de rubriques consacrées à la critique théâtrale dans la presse contribue, elle aussi, à la formation de l’image de la Chine. Les opinions des chroniqueurs et leurs jugements peuvent souvent décider du succès de telle ou telle représentation de la Chine. Ainsi, sous leur plume naît un autre gisement de l’imaginaire chinois.

3Considérant le lien entre le répertoire chinois et l’actualité, nous avons divisé notre travail selon les événements décisifs de la relation franco-chinoise au XIXe siècle. De l’ouverture de l’empire chinois jusqu’à la fin du siècle, nous avons traité des spectacles à sujet chinois, des pièces traduites et/ou adaptées du répertoire chinois, ainsi que des activités des artistes chinois sur la scène française. Notre exploration se termine en 1900, mais l’image du Chinois ne disparaît pas pour autant du théâtre à cette date. La thématique du « péril jaune », par exemple, commence alors à se développer dans les écrits des auteurs littéraires et des critiques de l’époque. En 1902, la pièce Le Chat et le Chérubin permet de découvrir l’aspect sombre de Chinatown. Dans le registre comique, la salle du Femina monte une féerie chinoise intitulée Sin (1921), et Sacha Guitry (1885-1957) présente Le Voyage de Tchong-Li (1932) à la Madeleine. Par ailleurs, l’art cinématographique, inventé en 1895 et qui se développe au XXe siècle, ne cesse de nous fournir des images (au sens littéral et au sens large) de personnages chinois. On peut ainsi y rencontrer tour à tour un héros qui maîtrise l’art martial du « couteau volant », un bouffon risible ou encore une princesse à la fois séduisante, froide et cruelle. Ne serait-ce pas là des fantaisies issues de la Chine théâtrale du XIXe siècle ?

4Il ne faut cependant pas présupposer des ressemblances entre les personnages chinois sans avoir une connaissance globale des spectacles auxquels ils appartiennent. Au long de cet ouvrage, nous avons régulièrement découvert des éléments chinois propres à une époque en particulier : alors que la liqueur nommée Chinois est une invention du Second Empire, les désordres suscités par les anarchistes évoquent la justice promise par l’empereur Taï-Tsoung sous la Troisième République.

5Si l’image de la Chine ne cesse d’évoluer au cours du siècle, le thème ne quitte pas la scène de théâtre. Tout au long du XIXe siècle, le monde situé au-delà de l’Occident constitue une grande part des sujets traités par le théâtre français, et la Chine est sans doute l’un des pays les plus importants de ce répertoire de pièces exotiques. Il est intéressant de noter qu’à l’exception de Paul Claudel, qui commence à concevoir ses pièces chinoises à la fin du XIXe siècle, aucun dramaturge de cette époque ne s’est rendu en Chine. Ils ne sont pourtant pas dans la même situation que les dramaturges des siècles précédents, qui évoquaient un empire entièrement fermé : en raison de l’ouverture de la Chine, les Chinois s’exposent de plus en plus aux yeux des Français.

6C’est une époque de transition de laquelle découle la problématique de la recherche de cet ouvrage. Alors que la Chine et les Chinois connaissent les plus grands changements de leur histoire, les dramaturges français décomposent et recomposent les images qui habitent leur esprit depuis plus d’un siècle. Pour les spectateurs du XIXe siècle comme pour les lecteurs d’aujourd’hui, cette « Chine » de théâtre est un sujet à la fois familier et étrange, proche et éloigné, cliché et varié, épuisé mais exploitable : tous ces paradoxes concourent à créer sur la scène française une Chine kaléidoscopique.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540