Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Chine sur la scène française au XIXe siècle

 | 
Shih-Lung Lo

Préface

Yvan Daniel

Texte intégral

1Cet ouvrage éclaire le moment d’une prise de contact, la première dans ces proportions et ces conditions, entre deux histoires, deux ensembles de traditions, l’une chinoise – et plus largement asiatique –, l’autre occidentale – et plus exactement française –, histoires des textes dramatiques, de leurs auteurs, de leurs traducteurs et médiateurs, et dans une perspective plus vaste, des arts de la scène, des créateurs, des acteurs et des artistes, des images et des pratiques du théâtre et du spectacle. Ce contact, montré si fécond du point de vue de la créativité dramatique et artistique, a lieu dans le bouillonnement des échanges permis par la première mondialisation, marquée par l’ouverture de l’Empire du Milieu au monde à partir des années 1840. La période, comme tout le XIXe siècle, voit se multiplier les traductions savantes du chinois, qui forment une source parfaitement originale, dans l’élan de ce que Raymond Schwab, après Edgar Quinet, avait appelé une « Renaissance orientale ». Déjà au siècle précédent le drame célèbre de Voltaire, souvent cité et étudié, L’Orphelin de la Chine (1755), se fondait sur une traduction du père Joseph de Prémare – le même qui plus tard inspirera Paul Claudel – du Tchao-Chi-Cou-Eulh, ou l’Orphelin de la maison de Tchao de Ji Junxiang, et cette création pionnière indique comme un point de départ dans la perspective de ce travail, qui est aussi une histoire vivante de la traduction dramatique du chinois au français. Le lecteur découvre dans ces pages la richesse, alors si nouvelle, d’un orientalisme théâtral qui voit se mêler l’érudition des traductions et des lectures savantes et les fantaisies plus ou moins libérées d’adaptations pour la scène. L’ouvrage de M. Lo Shih-Lung permet chemin faisant de découvrir les réseaux intellectuels et les sociabilités littéraires qui irriguent la création de textes dramatiques et de spectacles spécialement originaux dans le répertoire français de l’époque. Mais il montre aussi que l’apparition de la Chine sur la scène mondiale, dont Paris est alors un passage obligé, ne se limite plus aux cercles assez restreints de l’orientalisme ou de la sinologie savante, même si elle est occasionnellement montée sur la scène et médiatisée pour le grand lectorat ou le grand public. Les relations internationales, l’histoire de la colonisation – notamment dans ce qui deviendra l’Indochine –, plusieurs événements ou conflits d’envergure historique, attirent en effet de façon plus générale et plus diffuse l’intérêt du public français vers l’Asie orientale. Ces événements, scrupuleusement pris en considération dans le livre qu’on va lire, inscrivent l’histoire du théâtre dans celle, plus vaste, de la France, de la Chine et des relations franco-asiatiques. Ils trouvent dans le moment leurs échos dans la presse, dont le développement est considérable pendant la période envisagée ici. Cette presse porte aussi bien son attention sur ce qu’elle appelle habituellement les « événements de Chine » (les guerres de l’Opium ou les expéditions internationales en 1860 ou 1900, par exemple) que sur la « conquête du Tonkin », et dans le même temps s’intéresse souvent aux spectacles « chinois » ou « annamites » que l’on monte à Paris. Dans cette perspective, l’expérience impériale de la France en Indochine, et l’intense propagande coloniale dont elle bénéficie, constitue une manière de relais spécialement actif, aussi bien culturel que médiatique, et souvent théâtral, vers la Chine et la culture chinoise, ainsi que le montre si précisément ce travail. Bien des domaines des arts de la scène se trouvent donc concernés, car on trouve des exemples de ces références originales dans tous les styles : dans le spectacle populaire, au cirque, dans la comédie, dans le théâtre érudit (à considérer parfois comme du « théâtre à lire »), dans la chorégraphie et la pantomime, mais aussi dans les formes du théâtre chanté ou du théâtre colonial.

2C’est tout l’intérêt de l’ouvrage d’avoir alors élargi son propos à l’ensemble de la vie théâtrale, dans une perspective d’histoire culturelle, en se fondant sur des sources originales qui ouvrent à une approche nouvelle de ces premiers contacts, si peu connus encore. Les archives des théâtres, c’est-à-dire les programmes, les affiches, et différents autres documents scéniques permettent de (re) découvrir l’intense activité de la scène orientaliste, y compris dans sa créativité et sa richesse iconographiques, comme en témoignent les très belles illustrations inédites qui accompagnent ce volume. Les formes et les pratiques sont diverses et variées ; les représentations les plus populaires – « chinoiseries parisiennes », adaptations dramatiques du « voyage en Chine », représentations dans les décors éphémères des Expositions universelles, danses, jongleries, variétés ou « spectacles patriotiques » valorisant la conquête coloniale de l’Indochine – côtoient des expériences théâtrales plus érudites, souvent confidentielles, rarement montées sur les tréteaux, inspirées des traductions de Stanislas Julien ou d’Antoine Bazin dans les textes de Judith Gautier, par exemple, ou chez d’autres pour d’étonnantes expériences de théâtre « taoïste »… L’histoire des troupes et des acteurs – et aussi bien de certains médiateurs, comme le Chinois « parisien » Tcheng-Ki-tong (Chen Jitong) –, s’enrichit aussi de cette documentation inédite, riche en anecdotes significatives ; elle permet de découvrir plusieurs figures atypiques de « vrais » ou de « faux » Chinois acteurs, acrobates ou artistes, étonnants médiateurs d’une « Chine » inventée ou adaptée pour la scène parisienne. Les archives de la presse théâtrale de l’époque viennent de plus compléter cette riche histoire culturelle du référent chinois et de ses comédiens dans le théâtre et le spectacle français. Les programmes et les annonces, les comptes rendus, les articles critiques journalistiques montrent la présence médiatique de ce nouvel imaginaire dramatique chinois et asiatique. En utilisant cette documentation, ce travail parvient à éclairer parfaitement de nombreux aspects méconnus et sans doute essentiels de la réception du théâtre chinois en France, et par conséquent permet de mieux comprendre comment s’est élaborée en France une image nouvelle de la Chine – toujours liée aux événements de l’actualité –, par le truchement d’un ensemble de transferts et de médiations qui voit interagir et collaborer les cercles de l’orientalisme et de la sinologie savante, le monde du théâtre, celui de la presse et de la littérature. De façon plus profonde encore, au-delà de l’apport aux études de réception et d’imagologie sur la Chine en France au XIXe siècle, ce livre montre comment s’est progressivement élaborée, avec bien des incertitudes, une « culture chinoise » adaptée à la langue et souvent aux attentes culturelles d’un public francophone, dans le domaine de l’écriture dramatique comme des arts de la scène.

3À travers ces riches perspectives, La Chine sur la scène française au XIXe siècle de M. Lo Shih-Lung répond de façon passionnante à une lacune dans l’histoire du théâtre en France, en restituant méticuleusement l’archéologie d’un souffle orientaliste qui restera vivant sur les scènes françaises du XXe siècle, et dont on retrouverait encore les souvenirs dans les expériences les plus contemporaines de création dramatique franco-chinoise. Sans équivalent dans les bibliographies regardant ces domaines, cet ouvrage pionnier stimulera très certainement bien des lectures et bien des prolongements, dans la recherche académique, ou même sur la scène.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540