Version classiqueVersion mobile

L’objet pauvre

 | 
Jean-Luc Mattéoli

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ainsi, à la question de savoir si l’objet au théâtre, peut, lui qui est inerte et sans vie, « éveiller le sens de l’humain », il me semble que l’on peut désormais répondre de façon positive. Dépositaire d’histoires personnelles, quasi vivant, c’est à lui que l’on doit l’inspiration souvent très intime des spectacles du théâtre d’objet. Il est devenu celui qui « parle » (pour Michel Laubu), celui qui « apporte quelque chose » (pour Pascal Rome) : pour Tadeusz Kantor, déjà, il appelait « la pitié et l’émotion » car il était ce témoin et ce martyr qui vaut pour les êtres humains comme lui menacés de disparition ou effectivement disparus. Dans les premières lignes de Rue Ordener, rue Labat, Sarah Kofman écrit, à propos d’un stylo-plume ayant appartenu au père disparu dans les camps d’extermination nazis :

De lui, il me reste seulement le stylo. Je l’ai pris un jour dans le sac de ma mère où elle le gardait avec d’autres souvenirs de mon père. Un stylo comme l’on n’en fait plus, et qu’il ...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search