Version classiqueVersion mobile

L’objet pauvre

 | 
Jean-Luc Mattéoli

Fictionnements

Chapitre VIII. Des esthétiques du quotidien ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Ce qui se passe vraiment, ce que nous vivons, le reste, tout le reste, où est-il ? Ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel, comment en rendre compte, comment l’interroger, comment le décrire ? »
Georges Perec, « Approches de quoi ? », 1973.

Restaurer un art théâtral devenu « paresseux » aux dires de Macha Makeïeff, « confiné1 » ou à bout de souffle : nombreuses sont les compagnies de notre corpus susceptibles de souscrire à ce constat et à engendrer des hétérotopies où l’image du théâtre sera « représenté[e], contesté[e], inversé[e] ». L’objet pauvre dans ce cadre semble œuvrer à l’actualisation de cette « référence à double foyer2 » dont parlait Georges Banu à propos des metteurs en scène des années 1920. Certains d’entre eux, écrivait-il en 1983, « ne limitent pas leurs projets à la subversion par le “bas” ou le “mineur”3 », mais conjuguent ces formes (cabaret...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search