Version classiqueVersion mobile

L’objet pauvre

 | 
Jean-Luc Mattéoli

Fictionnements

Chapitre VII. Les esthétiques populaires

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Y aurait-il donc un lien secret entre la foire et le musée ? »
Georges Didi-Huberman, Phasmes.

Le théâtre populaire

La culture populaire constitue un tropisme particulier de certaines entreprises artistiques du XXe siècle, qu’il s’agisse de musique, de peinture, de sculpture ou de photographie : et le théâtre n’y est pas resté imperméable. L’exemple de deux des fondateurs du « théâtre de l’avenir » le démontre amplement. En 1906, Meyerhold s’intéresse de très près au « balagan » russe, cette « baraque dressée, les jours de foire, dans les villes et les bourgs, à des fins commerciales1 » où une même troupe de comédiens jouait toutes les formes d’art théâtral, depuis le théâtre d’animaux jusqu’au théâtre dramatique, en passant par la jonglerie, l’acrobatie, la prestidigitation, les panoramas, et autres attractions. Quant à Bertolt Brecht, dès sa jeunesse, il aime les foires et les fêtes populaires ainsi que les formes d’expression qu’on y trouvait, comme le « Bänkelsang2 ». Les songs, ...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search