Version classiqueVersion mobile

L’objet pauvre

 | 
Jean-Luc Mattéoli

Histoire et géographie de l’objet pauvre

Chapitre III. Vers une histoire de l’objet pauvre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Deux malentendus à lever avant d’aborder l’objet pauvre

Au moment où, dans les années 1960, les pays européens voient la consommation devenir le vecteur privilégié de la croissance et le bonheur par l’opulence se constituer en objectif ultime de ce développement, le terme « pauvre » apparaît. Il semble bien en effet qu’avant Jerzy Grotowski qui, en 1964, définit le « théâtre pauvre1 », l’adjectif ne soit pas apparu avec le sens que le metteur en scène polonais lui confère et qu’il inscrit d’ailleurs dans une démarche de nature essentialiste : une forme de résistance, née dans une « atmosphère spécifique », au spectacle fondé sur l’alliance du divertissement et de la technologie, et un retour corollaire à ce qui fait la spécificité du théâtre en tant qu’art. C’est entre 1964, donc, et 1967, date à laquelle Germano Celant théorise l’« Arte Povera2 » en référence à Grotowski, que les artistes des sociétés de l’ouest semblent s’être emparés de la notion de « pauvreté ». C’est pourtant de...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search