Version classiqueVersion mobile

L’objet pauvre

 | 
Jean-Luc Mattéoli

Histoire et géographie de l’objet pauvre

Chapitre I. L’objet dans l’art

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

D’une avant-guerre à l’autre

Si l’on se fonde sur ce qu’en disent les créateurs interrogés pour les besoins de cette étude, c’est dans l’histoire de l’art qu’il faut chercher l’une des origines de leur pratique. C’est en effet dans ce domaine qu’on appelle encore les « Beaux-Arts » que l’objet en tant que tel fait ses premières apparitions, au tournant des XIXe et XXe siècle. En une dizaine d’années s’accomplissent quelques évolutions irréversibles : non que l’ensemble de la nébuleuse artistique se règle soudain sur le même pas, loin de là, mais les principes néoclassiques hérités des siècles précédents cèdent brutalement, en certains endroits du champ plastique, devant des désirs d’expérimentation nombreux, variés et centrifuges, dont l’un des points communs est, entre autres, l’appropriation d’éléments empruntés au réel. Il convient donc de s’attacher à cerner au plus près ce moment.

L’appropriation a été pratiquée d’abord par Georges Braque et Pablo Picasso dès 1912 avec des matièr...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search