Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entrer en ville

 | 
Françoise Michaud-Fréjaville
, 
Noëlle Dauphin
, 
Jean-Pierre Guilhembet

Deuxième partie. Contrôles et discriminations : médiateurs et territoires

La garde des entrées des portes de la forteresse d’Orléans à la fin du Moyen Âge*

Françoise Michaud-Fréjaville

Texte intégral

  • * Au delà de mes propres dépouillements, ce travail doit beaucoup aux étudiants de Paris, Orléans et (...)

1Partiellement enclose depuis trois siècles dans des murailles du Bas Empire en état plus que médiocre, Orléans débordait dès l’époque mérovingienne de ce cadre d’une vingtaine d’hectares, beaucoup trop étroit dès l’origine

  • 1 Nous renvoyons aux travaux généraux sur la ville d’Orléans, en particulier Histoire d’Orléans et s (...)
  • 2 Michaud-Fréjaville (Françoise), « Une lettre de Charles VII en faveur des chanoines de Saint-Aigna (...)

21. Les lieux d’habitat extra muros s’allongeaient le long des voies d’accès aux entrées, y compris vers le sud sur la rive gauche du fleuve, ils se regroupaient autour de quelques remarquables édifices religieux (Saint-Avit, Saint-Euverte, Saint-Aignan, Saint-Marceau) et surtout se massaient en un bourg occidental sur la rive nord, longtemps individualisé sans être rattaché à la forteresse, le bourg Dunois avec son église Saint-Paul entre le fleuve et la route vers Châteaudun, Chartres et la Beauce. La totalité de l’espace de la ville du Haut Empire ne fut réoccupée et surtout englobée dans une enceinte qu’à l’époque moderne, mais la forteresse d’Orléans protégeait déjà le bourg Dunois et couvrait 37 ha quand ses dirigeants et ses habitants durent faire face au danger que représentaient les troupes anglaises du xve siècle. Au moins par deux fois la ville murée s’est dressée au-dessus des quartiers extérieurs délibérément rasés : une première fois en 1359-60, lors des chevauchées anglaises de Robert Knowles à la suite desquelles fut inclus le bourg occidental dans les « emparements », et à partir d’octobre 1428 quand les Anglo-Bourguignons du duc de Salisbury assiégèrent la cité. Cette double destruction, paradoxalement, atteste aussi de la vitalité de l’agglomération attachée à reconstituer intégralement dès la première génération l’habitat, les lieux de culte et les ateliers hors des murailles, absolument nécessaires à la survie de la la communauté orléanaise2. En dehors des grandes crises, les travailleurs des vignes (le premier des métiers de la ville par le nombre des ouvriers), les populations des lieux alentours, les artisans et marchands, les voyageurs qui pour leurs affaires avaient à entrer et sortir d’Orléans, ne prenaient la mesure réelle de la forteresse, ses fossés, ses murs, ses tours et enfin ses portes que lorsqu’ils avaient parcouru sur plusieurs centaines de pas les voies des paroisses environnantes, le long de routes bordées de maisons et qu’ils parvenaient à proximité même de la cité fermée. Mieux encore, c’est du pont, avec la succession des murs, des poternes et des tours sur la rive, que la ville manifestait vraiment son caractère de citadelle close, moins nettement perceptible de partout ailleurs.

  • 3 Glenisson (Jean), Higounet(Charles), « Remarques sur les comptes de l’administration financière da (...)
  • 4 Arch. dép. Loiret, fonds 2J (Jarry) et fonds 6J (Joursanvault, cf. Lanette-Claverie, Inventaire an (...)
  • 5 Chevalier (Bernard), Les pays de la Loire moyenne dans le Trésor des Chartes 1350-1502, Paris, CTH (...)
  • 6 Ainsi la tour dite de Sainte-Croix, en 1982, et les restes de la porte Bannier en 1986.

3La garde de cette forteresse fut assumée à partir de la fin du xive siècle par l’alliance de deux éléments : l’autorité des ducs apanagistes, Philippe (1344-1375), Louis Ier (1392-1407), puis Charles (1407-1465) à travers leurs gouverneurs, et la présence d’un corps de ville doté depuis 1385 de quelques pouvoirs administratifs, au-delà de la charge, remontant au xiie siècle, de lever les tailles princières ou royales. Comme pour d’autres villes médiévales – Tours, Rennes, Reims, Dunkerque, Poitiers, Dole de Franche-Comté, Saint-Flour…3 –, c’est surtout, grâce aux registres subsistants des comptes municipaux (ici on peut le dire presque miraculeusement échappés au désastre de 1940) que l’on peut envisager une recherche. Les fragments des archives ducales à Orléans (fonds Joursanvault et Jarry4), Blois, Paris et Londres ouvrent quelques aperçus du côté des princes, le Parlement de Paris apporte des éléments intéressants et parfois anecdotiques5. Depuis longtemps les restes des remparts demeurés visibles et les fouilles archéologiques ont passionné non seulement les érudits mais plus récemment les citoyens et obligé les édiles à des travaux de conservation6. Ainsi peut-on tenter de voir comment fonctionnait la marque dans l’espace du passage dans et hors la ville et comment s’effectuait la surveillance des entrées.

  • 7 Cassini, feuille 8.

4Les plans dressés par les cartographes et historiens anciens donnent un aperçu plutôt décharné des entrées dans la ville murée et des approches du territoire urbanisé ; ils ne vont guère plus loin que les boulevards actuels, c’est-à-dire le dernier état de la muraille (xvie siècle). La situation de la ville se révèle beaucoup mieux avec l’examen de la carte de Cassini7 ; elle a l’avantage de faire ressortir la large bordure fluviale de la cité au sud et le véritable rôle du pont, comme seul passage commode vers la Sologne, qui fait d’Orléans un nœud routier et un point de rupture de charge (carte 1, p. XII). À la fin de l’Ancien Régime, la ville paraît cependant encore peu déborder des mails et semble ne s’accroître que le long des routes ce qui, simple expression cartographique, ne reflète que très partiellement la réalité historique. On doit aussi noter la remarquable masse forestière au nord, trouée de vastes clairières et fendue par les quelques routes qui drainent les arrivants vers des entrées sélectionnées. Presque aussi nettement apparaissent les plateaux (à l’altitude moyenne de 110 mètres) sur lesquels se sont installés des habitats villageois qui n’étaient pas alors à proprement parler péri-urbains. Enfin, les vallées de ruisseaux permanents comme la Bronne à Saint-Loup, la Bionne à Boigny, prouvent l’existence de la cuvette où se niche la ville basse. Ensuite, il faut s’arrêter plus longuement sur le plan reconstitué de la forteresse au temps de la guerre de Cent Ans (Plan 1, p. X).

  • 8 Debal (Jacques), « Le plan d’Orléans à travers les siècles », Bull. S.A.H.O., 1981, (Hors série) ; (...)
  • 9 Mirot (Léon), Les insurrections urbaines au début du règne de Charles VI (1380-1383), Paris, 1905. (...)
  • 10 Une série de lettres de rémission de 1382-1384 évoque ces troubles. Cf. Chevalier (Bernard), Les p (...)

5Les entrées possibles sont au nombre de onze : le pont et son système (les Tourelles du Portereau sur la tête et la première pile méridionale du pont, l’île centrale et deux accès à la tête du côté de la ville), quatre portes (appelées alors Renart, Bernier, Parisie, de Bourgogne ou Saint-Aignan), quatre poternes et deux guichets8. Si en temps de paix on peut ainsi librement descendre sur la rive par la poterne Chesneau, celle de l’Abreuvoir ou le guichet Saint-Benoît, et aborder la cité de tous les points de l’horizon, en cas de guerre c’est beaucoup trop d’ouvertures et c’est coûteux en hommes et aussi en défenses supplémentaires de filtrage. En temps de révolte et après la répression, le bris des entrées fait en revanche de la cité une ville grande ouverte. C’est ce qui s’est passé à Orléans après 1382 et les violentes « manifestations et injures » contre la levée des aides qui eurent lieu dans plusieurs grandes villes, et dans la cité ligérienne précisément entre le 1er et le 15 mars 13829. Les officiers du roi, alors redevenu seigneur de la ville après la mort du duc Philippe Ier (†1375), furent l’objet de paroles et de gestes fort violents10. Après avoir fait des exemples à Paris et à Rouen, Charles VI, via Chartres, vint en avril 1383 à Orléans

  • 11 Chroniques du religieux de Saint-Denys, Belhaguet éd. et trad., Paris, 1839, t. I, ch. XIX, p. 260 (...)

« dont les habitants, dit le Religieux de Saint-Denis, le reçurent avec une magnificence digne de la majesté royale, et le comblèrent de présents, chacun suivant ses moyens [euphémisme pour une répartition modulée mais autoritaire de l’amende]. Mais avant de s’éloigner, il fit, comme à Paris, abattre les portes de la ville, enlever les chaînes de fer et décapiter plusieurs des principaux rebelles qui s’étaient opposés à la levée des aides mais encore s’étaient jetés sur les collecteurs et en avaient tués quelques uns au mépris de la majesté royale »11.

  • 12 BNF, ms fr. 11988, fol. 32 et suiv. : ordonnance du 2 mars 1385 (n. st.). Sur les conséquences fin (...)
  • 13 Truelles et palissades, 10 ans d’archéologie à Orléans, Orléans, IBM, 1988, p. 72 : schéma restitu (...)
  • 14 Debal (Jacques), « Les fortifications et le pont d’Orléans au temps de Jeanne d’Arc », dans Jeanne (...)
  • 15 Alibert (Marc), Orléans et la vallée des rois, Paris, 1999, p. 43.

6Les habitants obtinrent ensuite, contre une très forte amende, de pouvoir constituer un corps de ville, étroitement surveillé, et le droit, voire le devoir, de veiller à la sûreté des Orléanais en levant les sommes nécessaires et autorisées pour la fortification. Deux tiers de l’argent étaient réservés pour la forteresse et son entretien, un tiers pour les dépenses communes12. Nulle part dans le texte accordé par le souverain on ne parlait de refermer les portes. Il semble néanmoins que très vite on ait réussi à assurer la sécurité des ouvertures, mais en 1391 quand Louis, frère du roi, prit possession de la capitale de son nouveau duché, les bâtiments mêmes des entrées, et en particulier de celle qui se présentait en venant de Paris ou de Chartres, la « porte Bernier » par laquelle avaient pénétré avant lui le roi et son escorte, et ceux de la porte de Bourgogne portaient encore les marques du démantèlement et devaient faire l’objet de gros travaux. L’ » abattage des portes » avait donc bien été plus qu’un simple bris de vantaux symbolique. Les bases du massif d’entrée de la porte Bannier, édifice qui disparut en 1498 lors de la dernière accrue des murailles urbaines, ont été retrouvées en 1986 lors de travaux de parking et on a alors constaté qu’il s’agissait d’une porte dont le massif était de section rectangulaire13. La porte de Bourgogne existait encore en grande partie au début du xxe siècle et nous avons des photographies de ses restes, des fragments de base intérieure circulaire subsistent dans des caves14. La reconstitution graphique de cette porte a été tentée par un architecte des bâtiments de France, avec ses tours de huit mètres de diamètre, six mètres cinquante de hauteur en dessous des corbeaux et ses décors héraldiques, telle que les comptes de 1401 (avant la guerre civile des Armagnacs et des Bourguignons) permettent de l’imaginer15. Nous n’avons aucune raison de penser que les allures anciennes de ces entrées aient été profondément modifiées par le duc Louis Ier. En revanche l’entrée du pont fut très largement refaite en 1409-1411, sur les bases antérieures certes, après l’assassinat de Louis. Il faut y voir non seulement la prise en compte de menaces militaires bourguignonnes très réelles, mais aussi, en raison du soin qui fut pris de prendre modèle pour le pignon sur celui de la porte de Bourgogne et le souci porté à la décoration et la sculpure, la volonté des conseillers du jeune duc Charles de placer les travaux marquant les entrées de la ville dans la continuité princière paternelle. Le gouverneur avait tenu à faire lui-même l’inspection des travaux. Écus et panonceaux d’azur au lambel d’argent et trois lys d’or rappelaient aux entrants l’appartenance de la ville à un prince des fleurs de lys, jusque sur le moindre guichet.

  • 16 La lettre est mentionnée par les comptes de ville (Arch. dép. Loiret, CC 543 (1411), fol. 4 : « po (...)
  • 17 Fournier (Marcel), Les statuts et privilèges des universités françaises, t. I, Orléans, Paris, 189 (...)
  • 18 Arch. dép. Loiret, CC 539 (1401), fol. 25 : la poterne a dû être « despecee pour faire passer des (...)
  • 19 Arch. dép. Loiret, CC 542, fol. 20v.

7Qui assurait la garde de ces entrées ? Il était coûteux de maintenir une véritable petite garnison à chaque ouverture, surtout en période d’insécurité. Le duc Charles ordonna au début de 1411 la fermeture permanente de certaines portes de la ville16. En particulier, la porte Parisie, qui donnait accès vers l’intérieur au quartier cathédral et à celui de l’université et à l’extérieur aux couvents des Mendiants où se tenaient des cours et où habitaient certains des maîtres, devait être désormais close en permanence. L’Université protesta et par lettres patentes (12 mars 1411) un gardien dut se tenir prêt à ouvrir « à aucun docteur, licencié ou gens d’église voulant entrer ou issir à cheval, la dite porte […] et [qu’elle soit] après eulx reclose17 ». En effet les gens à pied pouvaient passer par une poterne près de l’actuelle tour « de Sainte-Croix » dont la base fut mise au jour il y a une vingtaine d’années et conservée. Cette poterne, en raison de son étroitesse, ne pouvait laisser passer que des piétons18. Pour dire vrai, on trouve en effet en 1411 la trace d’un paiement de deux personnes pour cette garde de la porte Parisie, et même une ouverture spéciale pour un « jacobin qui fut fait docteur19 » et la procession qui dut s’en suivre. Ces versements disparaissent par la suite. On doit penser que cet accès, qui n’ouvrait plus directement sur le grand chemin de Paris qui lui avait donné son nom, resta fermé pendant des dizaines d’années.

  • 20 Arch. dép. Loiret, CC 544 (1413), fol. 13v.
  • 21 Il ne s’agit pas de conciergerie récompense, forme de pension, comme celle du palais ducal en 1393 (...)

8Chaque année la ville rémunère en temps normal, sur les dépenses de la forteresse, quatre concierges : ceux des portes du Pont, de Bourgogne, Renart, et Bernier avec des sommes fort minimes : 64 sous pour l’année, versées par moitié chaque semestre, soit à Noël et la Saint-Jean. En 1413 on paya en plus Guillemin Martin, cordonnier, pour ouvrir et fermer la poterne de l’Abreuvoir, une tour-porte sur la rive nord, en aval du pont20. Ces concierges ou « gardes des clefs » ont réellement mission d’ouvrir et de fermer. On peut penser qu’il s’agissait d’une sorte de petite cérémonie publique, qui n’était pas forcément spectaculaire mais attestait de la responsabilité du corps de ville à la fois en ce qui concernait la liberté d’entrer et de sortir de jour et la garantie de la sécurité nocturne21. Les gens qui détenaient les clefs ne pouvaient pourtant pas vivre de ce seul office qui ne rapportait que deux deniers par jour, une misère.

  • 22 Arch. dép. Loiret, CC 542 (1409), fol. 7 et 26v. et CC 546 (1418), fol. 32 : « du deuxieme terme j (...)
  • 23 Arch. dép. Loiret, CC 542, fol. 13v, mandement du 18 août 1410. Guillaume apparaît par ailleurs po (...)
  • 24 Arch. dép. Loiret, CC 542 (1409), fol. 7 et 26v.
  • 25 Arch. dép. Loiret, CC 538 (1399), fol. 8.
  • 26 Arch. dép. Loiret, CC 545 (1417), fol. 24 : « tant pour aler par nuit faire ouvrir les portes à ce (...)

9On ne peut pas énumérer ni nommer tous ces concierges, cependant on relève certains patronymes qui ne sont pas sans intérêt : Jean de Saint-Aignan de 1405 à 1418 à la Porte Renart22 venait d’une famille marchande édilaire, Guillaume Voisin était un des gros fêvres de la ville et géra la porte Parisie avec Colin des Forges quand elle fut ouverte23, Colin Thironneau, un paveur, tint la porte du Pont sur la rive nord de 1405 à 141324, Jean Archambaut, important vigneron, officia Porte Bourgogne de 1399 à 140525. On a vu un cordonnier à la porte de l’Abreuvoir. Sans pouvoir l’assurer pour chaque occurrence, on peut ici considérer que c’est l’assise sociale de ces gens, Orléanais intéressés à la fortune et la sécurité de la ville, qui a dicté le choix des édiles et la longévité de certaines tenues de charges. On peut penser que la fonction réelle, c’est-à-dire faire jouer les serrures, étant bi-quotidienne, il y avait pour les gens de métier des moyens de se faire remplacer. Dans les années 1415-1417, c’est le valet de la ville lui-même, Jacquet le Prestre, qui se levait la nuit pour surveiller les ouvertures et fermetures extraordinaires des portes, en fait pour faire rentrer les chevaucheurs de la ville que l’on envoyait presque tous les jours aux nouvelles. C’est aussi le valet de ville qui conservait alors les clefs des poternes de la rive dont personne ne voulait se charger26.

  • 27 Arch. dép. Loiret, CC 546 (1419), fol. 59, à la poterne Chesneau et CC 541 (1406), fol. 14 v : rem (...)
  • 28 Arch. dép. Loiret, CC 542 (1410) fol. 31 : Thomas d’Ivoy « refit la cheminee de la chambre aux por (...)
  • 29 Arch. dép. Loiret, CC 538 (1399), fol. 9v.
  • 30 Arch. dép. Loiret, CC 551 (1435).

10Les entrées, dans leur complexité d’approche, n’étaient pas sous le seul regard bi-quotidien des concierges et closes par des seuls vantaux de portes, même doublés de barres de fer : les plus simples des entrées comportaient en sus des éléments mobiles, « coulants » disent nos sources, comme à la poterne Chesneau sur la rive amont par exemple27. Ces barrières permettaient de filtrer un par un les arrivants par une chicane légère, au premier chef pour la perception des droits : les gens qui s’en occupaient relevaient de la fiscalité des octrois, des fermes du vin ou du sel, et disposaient d’une salle de garde dans la porte, autant qu’on puisse le savoir garnie d’une cheminée, comme à la porte de Bourgogne28. Même en temps de paix, des sergents de la prévôté ou leurs hommes d’armes surveillaient le bon déroulement des opérations et intervenaient dans la saisie des marchandises illicites. Les gens de marque, ou qui le paraissaient, ou simplement d’honorable allure, pouvaient être reçus, et même sans doute retenus pour d’éventuelles vérifications, dans une salle plus accueillante : celle de la porte de Bourgogne était ornée d’une somptueuse fenêtre29 ; celle de la porte de l’Abreuvoir, introduisant les arrivants par bateaux, fut même qualifiée, avec sa cheminée, de « loge de courtoisie30 ».

  • 31 Arch. dép. Loiret, CC 541 (1407) fol. 19v : à la barrière du Portereau, c’est-à-dire des Tourelles (...)
  • 32 Arch. dép. Loiret, CC 545 (1415), fol. 12v : quatre fenêtres à la loge de la porte Bernier (cf. Le (...)
  • 33 Arch. dép. Loiret, CC 545 (1417), fol. 21v : on pave de terre glaise la chambre de la barrière de (...)
  • 34 Sur le chantier permanent des murailles urbaines, voir les pages toujours pertinentes dans Chevali (...)
  • 35 Contamine (Philippe), « Observations sur le siège d’Orléans (1428-1429) », Enceintes urbaines, 121 (...)
  • 36 Michaud-Fréjaville (Françoise), « Essai de chronologie des travaux effectués sur l’enceinte d’Orlé (...)
  • 37 Arch. dép. Loiret, CC 543 (1411-1413), fol. 9 : 23 septembre 1412 : pots de vin pour « ceulx qui o (...)

11Avec les événements politiques et dès 1408, après l’assassinat de Louis d’Orléans en novembre 1407, de nouveaux types de barrières apparaissent, dont les comptes retracent l’édification. Les unes furent placées en avant des grandes portes : ce sont des soliveaux de belle taille (soulevés par un système de fléau à bascule, d’où le terme de barrières « volantes ») que l’on doublait ou triplait généralement et liait de pièces de fer ou de chaînes. Elles sont dressées, quand on entre, après un pontet de bois amovible, en travers d’un fossé creusé en avant de la porte et rejoignant le fossé principal. Cette sorte d’avant-poste était cerné parfois par des fascines de bois, voire de grands pieux. En arrière de la barrière proprement dite, de véritables guichets en palissade apparurent, parfois surmontés d’un étage de charpenterie en surplomb (ici appelé « beffroy »), pour lesquels on utilisa, ce qui n’est pas sans intérêt, dans l’urgence de 1408 des douelles de tonneaux déja bien calibrées31. Dans ces petites enceintes, fort réduites, se dressaient de nouveaux corps de garde permanents, certains avec fenêtre et cheminée32, et l’on croit comprendre que des récriminations des hommes d’armes, relevant du gouverneur, ont pu amener les édiles à devoir faire les frais de carrelage, de chauffage des loges et de nettoyage assez régulier des fossés en raison « de la puanteur »33. Ce sont ces barrières qui furent transformées en boulevards à partir de 1417. Élargis, fossés recreusés, murets de pierre doublés de grands pieux fichés par des moyens mécaniques et noyés dans de la terre pour amortir les jets d’artillerie, les boulevards devinrent de vrais petits forts, entièrement aux mains des gens d’armes qui filtraient les arrivants et refoulaient les indésirables, voire les arrêtaient34. Leur efficacité militaire peut être discutée : si les Anglais ne purent ou n’osèrent s’attaquer à ceux des portes, les Orléanais enlevèrent non sans brio celui des Tourelles qu’ils avaient eux-mêmes élevé, puis détruit en abandonnant ces mêmes Tourelles en octobre 142835. Quand les circonstances l’exigeaient, le guet organisé, inscrit sur le rôle des dizeniers et cinquanteniers, imposait aux habitants ayant maison de se placer de nuit aux barrières des portes sous la direction des sergents du guet36. Malheureusement, ces rôles qui l’on voit régulièrement être tenus à jour à partir de 1411 par des tournées de notaires allant de porte en porte dans la ville ne nous sont pas parvenus37. La question du guet est d’ailleurs récurrente pendant toute la génération de la guerre civile (1407-1436) et spécialement dans les années 1427-1430.

  • 38 Arch. dép. Loiret, A 1981 (1383-1384), fol. 86 v : Guillaume, venant de Beaugency, avait soutenu q (...)
  • 39 Fournier (Marcel), op. cit., p. 150, n° 196, 25 mai 1383 : confirmation des privilèges de l’Univer (...)

12Les paiements de taxes s’effectuaient toujours à la vraie porte d’entrée. Les sergents au service des fermiers des tailles sur les marchandises, et surtout de la taille municipale sur le pain et le vin qui datait du xiie siècle, tenaient comme de juste un compte très rigoureux de la nature des entrées et sorties : les registres du bailliage conservent la trace de marchandises introduites sous prétexte de servir à la consommation domestique – et donc exemptes de taxes – et ensuite vendues publiquement, le vin en particulier. Ainsi Guillaume Trori ne put-il échapper à la saisie d’un des ses trois tonneaux au bénéfice du roi38. Les conflits identiques avec les étudiants et les maîtres de l’Université sont fort nombreux, toujours résolus à l’avantage des clercs en vertu de leurs privilèges, ce qui ne semble pas décourager les tracasseries des gens de l’octroi à leur égard39.

  • 40 Arch. dép. Loiret, CC 543 (1411), fol. 4 et CC 546 (1417-1419), fol. 47, 66, 70.

13Pour surveiller mieux encore les arrivants, éviter la pression des réfugiés, empêcher les espions d’inspecter les défenses, des avant-postes se dressent toujours plus loin dans les faubourgs, scandant et ralentissant les progressions vers la ville. Durant l’été de 1412, onze nouvelles barrières au nord et cinq au sud furent dressées en travers des voies d’accès40. Ce furent de véritables portes de bois barrant entièrement chacun des passages vers la forteresse, à cinq cents mètres environ des boulevards des portes et prenant appui sur des maisons ou des angles de murs. Plus nombreuses rive droite qu’au sud, elles ne permettaient guère qu’un filtrage diurne (plan 2, p. XI). L’approche de nuit par les vignes, vergers et jardins n’était cependant pas susceptible d’être enrayée, c’est bien pourquoi on détruisit totalement les faubourgs en octobre 1428. Les barrières alors les plus éloignées, autant qu’on puisse en juger, se situaient à environ cinq cent mètres des portes, à des points hauts, telles les barrières de Saint-Pouar (Paterne), de Saint-Vincent, ou aux jonctions de routes comme la croix Buisé et au Portereau de Saint-Marceau. Sur chaque route il fallait passer deux barrières, un boulevard et une porte, donc quatre obstacles avant d’entrer en ville ou d’avoir quitté l’emprise urbaine. Ainsi les emplacements stratégiques de la série la plus éloignée, aux lieux élevés ou dégagés qui permettaient de voir la ville et d’en être vu, offrirent aux Anglais la ligne de leurs bastilles de 1428 car, bien évidemment, tous ces avant-postes furent abandonnés lors de l’avancée ennemie, si jamais ils furent gardés autrement que de jour.

  • 41 Ley (François), Les fortifications d’Orléans de 1436 à 1463, Mémoire de maîtrise, Université de Pa (...)
  • 42 La décision du roi Louis XI de ne protéger que le quartier de Saint-Aignan et Saint-Euverte par un (...)

14Mais dès 1430 les barrières reprirent leur place et même se multiplièrent – en s’éloignant de plus en plus de la ville – jusqu’à atteindre le nombre très important d’une cinquantaine dans les années 145041. Il s’agissait bien de rendre systématique un filtrage militaire afin de protéger non seulement la cité murée mais aussi les faubourgs que l’on reconstruisait avec ardeur et pour lesquels les souverains ne se montrèrent pas très enclins à autoriser avant 1467 un accroissement de l’espace fortifié42. L’entrée dans le domaine urbain fut ainsi ainsi avancée fort loin jusqu’à une bonne demi-lieue surtout vers la route de Paris, au rebord du plateau, à la croix de Fleury et au quartier de la barrière de Semoy vers la forêt.

  • 43 Gasnier (Agnès), L’œuvre du pont d’Orléans et de l’hôpital Saint-Antoine d’après les registres des (...)

15Sur le pont, une fortification supplémentaire sur l’île obligeait depuis longtemps, tant ceux qui entraient que les sortants, à une étape intermédiaire. L’hospice saint-Antoine gardait pour la nuit les gens arrivés trop tard pour loger en ville, ce qui fut sans doute autant le cas des pèlerins que des mendiants et des voyageurs étrangers, que l’on avait admis à pénétrer dans un espace à la fois surveillé et protégé43.

16Ainsi, pendant au moins deux générations, entrer à Orléans a entraîné la nécessité de passer devant trois à cinq corps de garde successifs. S’il est certain que cela ralentissait les convois, les groupes armés et les individus inconnus, il est aussi sûr que les Orléanais ordinaires, les travailleurs des vignes, les bourgeois et les familiers des nombreuses maisons religieuses de la cité, insérés dans les réseaux de connaissances locales, passaient sans encombre plusieurs fois par jour devant eux sans formalités excessives.

  • 44 Arch. dép. Loiret, CC 547 (1419-1421), fol. 51, paiement à Naudin Bouchart de 61 l. t. pour quatre (...)
  • 45 Les heures d’embauche et de débauche étaient sonnées par Saint-Paul.

17Si les barrières les plus lointaines permettent de mettre un coup d’arrêt à l’entrée d’un ou deux malfaiteurs ou de refouler des gens douteux (qui parlent une autre langue par exemple, ou des mendiants sans aveux, des gens sans sauf-conduits, des filles sans vertu) elles ne permettent pas d’annoncer le danger aux gardiens des portes. Les guetteurs urbains ordinaires, aux frais de la ville et abrités sous sa bannière, qui se tenaient sur la tour Saint-Paul pour le bourg Dunois (tour qui précéda l’actuelle) et sur la tour de Saint-Père-Empont, pour la cité stricto sensu, sont plus efficaces par l’appel de leurs tocsins. Mais les entrées elles-mêmes furent dotées à partir de 1421 d’un moyen de prévenir du danger : quatre cloches, de poids variés -assez moyen- et de sons différents, furent accrochées à des beffrois de bois installés sur les portes (au Pont – en fait à la bastille Saint-Antoine –, sur les portes Bernier, Parisie et Saint-Aignan)44. Ainsi, aux timbres différents qui résonnaient, on devait savoir de quel horizon arrivait le danger, et où se diriger pour apporter son renfort. Une sonnerie de fermeture et d’ouverture des portes permettait de choisir où aller pour sortir ou entrer selon les heures45. C’était sans doute autant la direction du son que la note elle-même qui servait de guide.

  • 46 Cet aspect a déjà été abordé dans Michaud-Fréjaville (Françoise), « Une cité face aux crises : les (...)
  • 47 Arch. dép. Loiret, CC 539 (1401), fol. 36.
  • 48 Les plans hypsométriques montrent clairement la bosse de la cote 112,20 m, sur laquelle on avait é (...)
  • 49 Arch. dép. Loiret, CC 547 (1420), fol. 19 v : « huit lances pointees et aferrees pour mettre es po (...)

18Enfin, les entrants et les sortants savaient au moment du passage précis du seuil que des êtres supérieurs les regardaient et les suivaient dans leurs mouvements46. Gardien traditionnel des portes, saint Michel surveillait les deux extrémités de la grande rue qui traversait la cité d’est en ouest : en 1404 sur la porte de Bourgogne « une grande ymage du saint » est repeinte par Étienne le Normant tandis que, plus haut sur le côteau que la Porte Renart, la tour la plus voisine, celle de « Michau Quantau », était sommée d’une autre image du saint, en airain47. L’archange gardait également la porte Parisie : l’église qui lui était dédiée se situait sur une petite éminence au point haut le plus proche des murailles48. La ville n’avait pas attendu que le saint soit le protecteur particulier de la royauté française pour placer ses entrées sous la puissance de sa lance, mais le soin mis à raviver les couleurs des statues pouvait bien être un hommage au patron royal. La route vers Saint-Jacques était marquée par une statue de l’apôtre d’environ un mètre de haut, elle aussi peinte, dans une niche, un « tabernacle », polychrome du Portereau. Enfin, les armes du duc brillaient sur les pommeaux de chaque tour, sur les lucarnes de la porte de Bourgogne, de la porte Bernier et des Tourelles. Mais la ville en 1420, – il est vrai en un moment de grande douleur, le duc et son frère cadet prisonniers, le troisième, Philippe comte de Vertus, mort, leur frère Jean, le jeune bâtard, pas encore affirmé, la peste rôdant –, se tourne vers son défenseur traditionnel : l’évêque qui l’avait sauvée des Huns en 451, Saint-Aignan. Le corps des procureurs fait faire pour son sanctuaire une rouelle de cire à l’image de la cité et multiplie les processions. Alors les bourgeois placent aux portes huit fortes lances portant de grands « pavas », de lourds écus de démonstration et non d’usage, « paints aux armes de la ville »49. Les gardiens des entrées se présentent ainsi, tels les servants des chevaliers de pas d’armes, défendant le passage, la vertu des dames, la vie des enfants et des vieillards.

  • 50 Chronique de la Pucelle, éd. Vallet de Viriville, Paris, 1869, p. 285 : « On luy avoit faict appar (...)

19La garde des entrées, en temps de grandes alarmes, n’est pas seulement affaire de lourdes barres, de herses et de groupes de soldats vigilants. La beauté des décors, le langage des images et des couleurs, le claquement des bannières, l’écho de l’airain, l’étalage de la solidarité de la cité avec son prince et les marques de sa cohésion interne assurent, ou voudraient tout au moins assurer, tout autant que les formidables barrières et boulevards, la réputation et la défense de la cité. C’est « pour la seurete et [pour l’]honneur » proclamait Girart Groussart le receveur de la ville de 1420, dans ses comptes, en se justifiant de se montrer pour se défendre quand il fit dresser les pavois armoriés aux entrées de sa ville. L’efficacité militaire et morale de la parade, à première vue, paraît peu évidente quand on songe que les Anglais de Salisbury circonvinrent la ville sans grande peine, qu’ils s’emparèrent des Tourelles et que les Orléanais détruisirent les arches du pont et les églises de leurs saints protecteurs Euverte et Aignan qui avaient le malheur de se situer hors des murailles. À y regarder de plus près cependant, on peut lire dans les récits qui furent faits de l’entrée de Jeanne d’Arc dans la ville le soir du 29 avril 1429 quelques-uns des éléments qui peuvent assimiler son entrée à celles de ces champions qui se présentaient dans des joutes alors encore largement rêvées : à l’accueil d’abord froid et cérémonieux des autres combattants vaincus (ici le bâtard d’Orléans), puis enthousiaste de la foule orléanaise, succède pour le héros/héroïne la rigueur de la veille militaire50, prélude à la victoire pour sa dame, au salut de la ville.

Notes

* Au delà de mes propres dépouillements, ce travail doit beaucoup aux étudiants de Paris, Orléans et Tours qui ont œuvré depuis plus de trente ans sur les archives orléanaises pour leurs diplômes ou leurs maîtrises, leurs noms et leurs travaux sont cités dans les notes.

1 Nous renvoyons aux travaux généraux sur la ville d’Orléans, en particulier Histoire d’Orléans et son terroir, Debal (Jacques) éd., Roanne, Horvath, 3 vol. 1982-1983, en particulier pour nous le tome I : Des origines au xvie siècle, 1983. On consultera également la Revue Archéologique du Loiret dans ses numéros concernant l’Archéologie de la ville : Orléans 1 = n° 9, 1983, Orléans 4 = n° 16, 1992, Orléans 5 = n° 19-20, 1994 et Orléans 6 = n° 25, 1999.

2 Michaud-Fréjaville (Françoise), « Une lettre de Charles VII en faveur des chanoines de Saint-Aignan (1446) », Bulletin de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, nelle série, t. VIII, 1987, n° 75, p. 18-29 : après le siège, les terrains ont tout de suite été réoccupés, mais la reconstruction fut inégale.

3 Glenisson (Jean), Higounet(Charles), « Remarques sur les comptes de l’administration financière dans les villes française entre Loire et Pyrénées (xive-xvie siècles) », Finances et comptabilités urbaines du xiiie au xvie siècle, Actes du colloque de Blankenberg, 6-9 septembre 1962, Bruxelles, 1964, p. 31-67.

4 Arch. dép. Loiret, fonds 2J (Jarry) et fonds 6J (Joursanvault, cf. Lanette-Claverie, Inventaire analytique de la série 6J, Orléans, 1978).

5 Chevalier (Bernard), Les pays de la Loire moyenne dans le Trésor des Chartes 1350-1502, Paris, CTHS, 1993.

6 Ainsi la tour dite de Sainte-Croix, en 1982, et les restes de la porte Bannier en 1986.

7 Cassini, feuille 8.

8 Debal (Jacques), « Le plan d’Orléans à travers les siècles », Bull. S.A.H.O., 1981, (Hors série) ; Michaud-Fréjaville (Françoise), « La forteresse d’Orléans (xive-xve siècles) », Le paysage urbain au Moyen Âge, Acte du XIe Congrès des Historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur, Lyon 1980, Lyon 1981, p. 61-78. Voir également Thibault (Jean), Orléans à la fin du Moyen Âge, vers 1380-vers 1450, Thèse dact., Paris IV, 1997, t. I, p. 69-78.

9 Mirot (Léon), Les insurrections urbaines au début du règne de Charles VI (1380-1383), Paris, 1905. Vulliez (Charles), « Pouvoir royal, Université et pouvoir municipal à Orléans dans les années “80” du xive siècle », Les pouvoirs de commandement, Actes du 105e Congrès national des Sociétés savantes, avril 1980, Paris, 1984, p. 187-200.

10 Une série de lettres de rémission de 1382-1384 évoque ces troubles. Cf. Chevalier (Bernard), Les pays de la Loire moyenne, op. cit., n° 1048, 1054, 1068, 1070, 1077, 1086, 1094, 1114.

11 Chroniques du religieux de Saint-Denys, Belhaguet éd. et trad., Paris, 1839, t. I, ch. XIX, p. 260 et suiv.

12 BNF, ms fr. 11988, fol. 32 et suiv. : ordonnance du 2 mars 1385 (n. st.). Sur les conséquences financières pour les villes révoltées de 1382 : Lardin (Philippe), « La vie municipale à Rouen au lendemain de la révolte de la Harelle, à travers le plus ancien registre de délibérations (1389-1390) », La ville médiévale en deçà et au delà de ses murs, Mélanges Jean-Pierre Legay, Rouen, 2000, p. 260-290.

13 Truelles et palissades, 10 ans d’archéologie à Orléans, Orléans, IBM, 1988, p. 72 : schéma restituant la porte Bannier (Bernier au xive siècle), et p. 154 : la conservation des vestiges. Michaud-Fréjaville (Françoise), « Vie et mort de la porte Bannier. Note sur l’enceinte médiévale d’Orléans », dans Bull. SAHO, nlle série, t. XI, 1987, n° 76, p. 8-16.

14 Debal (Jacques), « Les fortifications et le pont d’Orléans au temps de Jeanne d’Arc », dans Jeanne d’Arc, l’archéologie de la guerre de Cent Ans, Archéologia, n° 34, mai 1979, p. 85 : photographie de la tour sud (ronde) de la porte de Bourgogne lors de sa démolition en 1902.

15 Alibert (Marc), Orléans et la vallée des rois, Paris, 1999, p. 43.

16 La lettre est mentionnée par les comptes de ville (Arch. dép. Loiret, CC 543 (1411), fol. 4 : « pour l’ordonnance sur l’ouverture des portes de la ville, soit que les gens d’arme n’entrassent sinon du consentement du capitaine et des bourgois).

17 Fournier (Marcel), Les statuts et privilèges des universités françaises, t. I, Orléans, Paris, 1890, p. 194.

18 Arch. dép. Loiret, CC 539 (1401), fol. 25 : la poterne a dû être « despecee pour faire passer des charrois » ; il s’agissait alors de faciliter les travaux de réparation de la tour dont la base est visible aujourd’hui et qui s’appelle à cette époque dans les comptes « tour de la greille ou au droit de Sainte-Croix » (Ibid., fol.12 à 23v).

19 Arch. dép. Loiret, CC 542, fol. 20v.

20 Arch. dép. Loiret, CC 544 (1413), fol. 13v.

21 Il ne s’agit pas de conciergerie récompense, forme de pension, comme celle du palais ducal en 1393 (Arch. dép. Loiret, 6J 21, n° 32 : le duc Louis confirme la conciergerie du Châtelet à Jehan de Potot, valet de chambre du roi).

22 Arch. dép. Loiret, CC 542 (1409), fol. 7 et 26v. et CC 546 (1418), fol. 32 : « du deuxieme terme jusqu’au 22 octobre que lesdites clefs lui furent hostees pour la guerre ».

23 Arch. dép. Loiret, CC 542, fol. 13v, mandement du 18 août 1410. Guillaume apparaît par ailleurs pour des travaux aux frais de la ville, id., fol. 21v à 28. Au retour de la paix, la porte fut réouverte et en 1450 elle était confiée à un potier d’étain, Girard le Varron (Arch. dép. Loiret, CC 556).

24 Arch. dép. Loiret, CC 542 (1409), fol. 7 et 26v.

25 Arch. dép. Loiret, CC 538 (1399), fol. 8.

26 Arch. dép. Loiret, CC 545 (1417), fol. 24 : « tant pour aler par nuit faire ouvrir les portes à certaines personnes qui survenoient et pour les fermer, comme d’avoir fermé et ouvert les portes de l’Abreuvouer et de la Herse et en avoir gardé les clefs pour ce qu’on ne trouvoit personne qui s’en vouloient charger ». Ces dépenses qualifiées de dons sont cancellées car elles ne relevaient pas de la forteresse et furent renvoyées au compte parallèle « de dépense commune ».

27 Arch. dép. Loiret, CC 546 (1419), fol. 59, à la poterne Chesneau et CC 541 (1406), fol. 14 v : remplacement de la barrière de la porte Renart, « toute moisie ».

28 Arch. dép. Loiret, CC 542 (1410) fol. 31 : Thomas d’Ivoy « refit la cheminee de la chambre aux portiers de la porte Saint-Aignan ». La porte avait changé de nom après 1407 pour ne pas célébrer les ennemis assassins.

29 Arch. dép. Loiret, CC 538 (1399), fol. 9v.

30 Arch. dép. Loiret, CC 551 (1435).

31 Arch. dép. Loiret, CC 541 (1407) fol. 19v : à la barrière du Portereau, c’est-à-dire des Tourelles en plein quartier vigneron. La description de ces barrières-guichets en bois a été tentée au xixe siècle (Buzonnière (Charles de), Histoire architecturale de la ville d’Orléans, Paris-Orléans, 1849, t. II, p. 242-243).

32 Arch. dép. Loiret, CC 545 (1415), fol. 12v : quatre fenêtres à la loge de la porte Bernier (cf. Leduc (Jean), La forteresse d’Orléans, 1391-1430, D. E. S. d’histoire, Paris, 1967, t. II, Pièce justificative, transcription du registre CC 545, p. 44).

33 Arch. dép. Loiret, CC 545 (1417), fol. 21v : on pave de terre glaise la chambre de la barrière de la porte Bernier « pour ce qu’elle estoit toute orde et pouldreuse et pour ce que n’y vouloit plus estre le dit portier ». Du coup on se préoccupa aussi de la chambre de la barrière du Portereau (ibid., fol. 22).

34 Sur le chantier permanent des murailles urbaines, voir les pages toujours pertinentes dans Chevalier (Bernard) dans Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Paris, 1982, chapitre V : « L’autonomie militaire : son prix, ses limites », p. 113-118 et 124-128.

35 Contamine (Philippe), « Observations sur le siège d’Orléans (1428-1429) », Enceintes urbaines, 121e congrès des sociétés historiques et scientifiques, Archéologie, Nice 1996, p. 331-345.

36 Michaud-Fréjaville (Françoise), « Essai de chronologie des travaux effectués sur l’enceinte d’Orléans (1391-1427) », Bull. SAHO, nlle série, t. VIII, 1982, n° 58, p. 16 et 19.

37 Arch. dép. Loiret, CC 543 (1411-1413), fol. 9 : 23 septembre 1412 : pots de vin pour « ceulx qui ont gardé la porte du pont pour les Anglois » (une ambassade anglaise après la crise de l’été 1412 où les Bourguignons et le roi Charles VI ont fait le siège de Bourges au mois d’août). CC 549 (1425-1427) : Philippot le Tixier va « prendre les noms des gens pour asseoir le guet et portes et commander ledit guet et portes », en trois exemplaires.

38 Arch. dép. Loiret, A 1981 (1383-1384), fol. 86 v : Guillaume, venant de Beaugency, avait soutenu qu’il habiterait désormais l’hôtel de Saint-Jacques (comme on sait, ce saint prête plutôt à la pérégrination). Cf. Noguet (Odile), Le tribunal du bailliage d’Orléans, mémoire de maîtrise, Université d’Orléans, 1993, p. 138.

39 Fournier (Marcel), op. cit., p. 150, n° 196, 25 mai 1383 : confirmation des privilèges de l’Université (version en français pour les illiterati) « et peussent vendre vin sur chantiers en la dite ville d’Orlians, nonobstant le privilege ou coustume que ceux de la dite ville d’Orlians dient avoir au contraire ». Les chantiers sont les cales où repose le tonneau mis à l’horizontale.

40 Arch. dép. Loiret, CC 543 (1411), fol. 4 et CC 546 (1417-1419), fol. 47, 66, 70.

41 Ley (François), Les fortifications d’Orléans de 1436 à 1463, Mémoire de maîtrise, Université de Paris IV, 1989, t. I, p. 33 carte II.

42 La décision du roi Louis XI de ne protéger que le quartier de Saint-Aignan et Saint-Euverte par une nouvelle enceinte, repoussant ainsi l’entrée de la porte de Bourgogne vers l’est et créant des bourgs « neufs », fut très mal accueillie par les édiles (cf. Histoire d’Orléans et de son terroir, t. I, p. 428). Le rôle des barrière lointaines est affirmé dès 1436 : « a ceulx du forbour de la porte Renart, pour leur aider a faire la maçonnerie de leur barriere pour eulx fortiffier afin que le dit forbour en soye plus seurement… » (Arch. dép. Loiret, CC 551, 1436).

43 Gasnier (Agnès), L’œuvre du pont d’Orléans et de l’hôpital Saint-Antoine d’après les registres des comptes (1386-1437), Mémoire de maîtrise, Université de Tours, 1990.

44 Arch. dép. Loiret, CC 547 (1419-1421), fol. 51, paiement à Naudin Bouchart de 61 l. t. pour quatre cloches respectivement d’un poids de 107, 66, 55 et 78 livres. La plus grosse était celle du Pont.

45 Les heures d’embauche et de débauche étaient sonnées par Saint-Paul.

46 Cet aspect a déjà été abordé dans Michaud-Fréjaville (Françoise), « Une cité face aux crises : les remparts de la fidélité, de Louis d’Orléans à Charles VII, d’après les comptes de forteresse (1391-1427) », Jeanne d’Arc. Une époque, un rayonnement. Colloque d’histoire médiévale, Orléans, octobre 1979, Paris, 1982, p. 43-57.

47 Arch. dép. Loiret, CC 539 (1401), fol. 36.

48 Les plans hypsométriques montrent clairement la bosse de la cote 112,20 m, sur laquelle on avait élevé le sanctuaire. Cf. Debal (Jacques), Le plan d’Orléans à travers les siècles, Orléans, Bull. SAHO, 1980, p. 9, fig. 5. Cette petite éminence fut arasée sous la Monarchie de Juillet lors des travaux de la place de l’Étape.

49 Arch. dép. Loiret, CC 547 (1420), fol. 19 v : « huit lances pointees et aferrees pour mettre es portes de la ville pour la seurete et honneur de la dite ville ». Les armes qui y figuraient étaient peut-être déjà celles des « cœurs de lis », nom qui désigne alors le messager-héraut de la ville, mais la devise Hoc vernant lilia corde (« Par ce cœur refleurissent les lis ») doit être postérieure au siège de 1429 et au sacre de Charles VII.

50 Chronique de la Pucelle, éd. Vallet de Viriville, Paris, 1869, p. 285 : « On luy avoit faict appareiller à souper bien et honorablement ; mais elle fist seulement mettre du vin dans une tasse d’argent où elle mist la moitié d’eau, et cinq ou six soupes dedans, quelle mangea et ne prist pas autre chose ».

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540