Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entrer en ville

 | 
Françoise Michaud-Fréjaville
, 
Noëlle Dauphin
, 
Jean-Pierre Guilhembet

Deuxième partie. Contrôles et discriminations : médiateurs et territoires

Limites et entrées de la Rome antique : quelques rappels et quelques remarques

Jean-Pierre Guilhembet

Texte intégral

  • 1 Nous reprenons à dessein le sous-titre donné par Joël Le Gall à l’une de ses études (« À propos de (...)

1L’étude des entrées et limites de Rome a trop souvent souffert du cloisonnement des spécialités (histoire de la religion, épigraphie, archéologie des murailles, analyse de la fiscalité ou des rituels impériaux comme l’adventus…). Cet écartèlement a conduit à proposer des schémas qui ne prennent pas toujours en compte l’intégralité et la diversité de l’information disponible et tendent à simplifier les réalités antiques par excès de rationalisation. Il ne saurait être question de reprendre ici l’ensemble des problèmes liés au fait d’entrer dans la ville de Rome entre l’essor de la mégapole romaine (au cours du iie s. avant n.è.) et l’édification des murailles d’Aurélien (vers 271-275 de n.è.). Nous nous bornerons à soulever quelques interrogations sur la conscience que pouvaient avoir les Romains ou les visiteurs d’entrer dans l’Urbs et à tenter de repérer les marqueurs paysagers, coutumiers ou officiels qui y contribuaient1.

  • 2 Digeste, 33, 9, 4, 4-5 (avec une insistance sur l’exception romaine) ; 50, 16, 2 pr. ; 50, 16, 87 (...)

2Sans doute faut-il rappeler d’emblée que les deux notions, couramment tenues pour synonymes, d’Urbs et de Roma, ne coïncident pas dans les normes juridiques romaines : la première est incluse à l’intérieur des murs, alors que la seconde englobe les horti liés à la ville et les continentia tecta, mot-à-mot les bâtiments contigus, adjacents, les zones urbanisées sans solution de continuité. Si certaines notices juridiques font référence, à propos de ces catégories, aux « habitudes quotidiennes »2, il n’est pas prouvé qu’il faille expliciter à la lumière de leurs définitions toutes les formulations rencontrées dans les textes littéraires. Ce sont pourtant les représentations fournies par ces derniers qui constituent l’essentiel du corpus exploitable. L’évocation la plus saisissante et la plus connue en la matière est celle donnée par Denys d’Halicarnasse, présent à Rome sous Auguste, dans un excursus relatif aux murailles serviennes. Son témoignage souligne, comme une caractéristique de la mégapole, l’absence de limites franches entre ville et campagne à la périphérie de Rome :

  • 3 Antiquités romaines, IV, 13, 4. L’auteur, qui est en train de traiter de l’enceinte servienne, vie (...)

« Si quelqu’un désire estimer l’étendue de Rome en regardant ces3 faubourgs, il se trompera nécessairement et ne trouvera pas d’indication assurée qui lui permette de distinguer jusqu’où la ville (polis) avance et est encore ville, et à partir de quel endroit elle cesse d’être ville, tant l’espace urbain (astu) est entremêlé avec la campagne (chôra) et donne à l’observateur l’impression d’une ville (polis) qui se prolonge à l’infini. »

  • 4 « Je ne pense pas qu’il arrivait à quelqu’un de dire : ici se trouve le bord des continentia ædifi (...)
  • 5 Voir Pailler (Jean-Marie), « Rome aux cinq régions ? », MEFRA, tome 97, 1985, p. 785-797. Voir tou (...)
  • 6 Strabon, Géographie, V, 3, 8. Voir aussi, infra, Pline l’Ancien, NH, III, 67 où l’on retrouve la m (...)

3Ce sentiment d’indécision, d’imbrication entre ville et campagne, est d’ailleurs repris par les études les plus récentes sur le sujet, qui soulignent les spécificités de la perception romaine des rapports entre les deux réalités4. On peut sans doute l’éclairer, en première approche, par le manque de faubourgs clairement identifiés et individualisés, depuis que la croissance urbaine a provoqué un débordement au-delà des murailles du vie s. refaites au ive s. Il convient cependant de relever tout de suite deux exceptions. La première est séparée du reste de l’agglomération par le fleuve : c’est le Trastévère, l’espace urbain trans Tiberim, mais peut-être reçoit-il une attention particulière des pouvoirs publics qui, au plus tard au début du iie s. avant n.è.5, en assurent le contrôle au même titre que le reste de la Ville. Il est de toute manière partie prenante des « régions » définies sous Auguste, puis peut-être partiellement inclus dans le pomerium – la limite sacrale de la ville – à partir du règne de Vespasien. La seconde est le Champ de Mars, présenté par Strabon, au début du règne de Tibère, comme le principal proasteion dont Rome est pourvue ; mais, non sans paradoxe, l’auteur grec fait de ce faubourg une seconde ville et sa description laisse de côté la ville proprement dite6. On peut concevoir que ce glissement corresponde non seulement au sentiment d’impuissance d’un écrivain qui ne voit pas à sa portée le moyen de brosser le tableau d’une ville proprement indescriptible, mais encore au saisissement du voyageur arrivant de l’ouest, du nord-ouest ou du sud-ouest et confronté à une masse monumentale qui dresse une véritable barrière visuelle en avant de la ville. L’on comprend néanmoins que cette carence et cette focalisation sur le faubourg occidental n’aident pas à percevoir, autour de Rome, des zones différenciées, dotées de limites tangibles.

4C’est donc cette impression première – une ville dont on a du mal à déterminer les limites – qu’il s’agira d’abord d’affiner, en fonction des traditions urbaines romaines, avant de nous efforcer de repérer les indices visuels, physiques ou administratifs, qui pouvaient constituer autant d’indicateurs de l’entrée dans l’agglomération, puis de nous interroger sur la difficulté de reconstituer des limites probablement nettes dans l’Antiquité mais évanescentes aujourd’hui et sur la tentation de restituer des logiques spatiales dont rien ne prouve en fait qu’elles aient jamais existé.

Face à une ville apparemment sans limites : la rémanence de plus en plus anachronique de la référence traditionnelle aux murailles et au pomerium [carte 1, p. V]

5Si l’on s’efforce de déterminer sans a priori, parmi les périmètres qui entouraient la Rome antique, ceux qui pouvaient éveiller la conscience d’entrer dans la Ville, il en est tout d’abord deux que l’on peut écarter sans grand risque d’erreur.

  • 7 Sur cette ligne, souvent nommée pomerium suburbain par les modernes, voir Scheid (John), « Les san (...)

6L’un est ancien et, quoique toujours ponctué de sanctuaires et réactivé par des rituels de confins, il est sans rapport avec les réalités urbaines : la limite de l’ager romanus antiquus garde le souvenir du territoire archaïque de la cité (vers le cinquième mille)7.

  • 8 Frontin, Les aqueducs de la ville de Rome, 19, 1 ; 7, 8 (proprius urbem, a septimo miliario) ; cf. (...)

7L’autre procède d’une suggestion récemment avancée par Christer Bruun à partir du traité de Frontin sur les aqueducs. À plusieurs reprises en effet, le curateur des eaux de la fin du premier siècle de notre ère fait référence au septième mille, notamment de la via Latina, indication qui pourrait être mise en relation avec une autre distinction récurrente dans son œuvre : intra urbem/extra urbem. Toutefois, si le 7e mille est important pour la gestion des aqueducs, en raison notamment de la présence de bassins couverts, il faut y voir, tout au plus, un indice de ce que Frontin considère comme englobé par la ville. Certaines occurrences donnent même franchement à penser qu’il n’y a pas coïncidence entre cette distance et l’étendue de l’Urbs. Ainsi, à propos de l’Aqua Marcia, trouve-t-on un énoncé du type « plus près de la ville, à partir du septième mille », qui implique que les deux réalités ne sont pas superposables8. Il nous semble donc, pour toutes ces raisons, qu’une délimitation au septième mille (soit 10,36 km) repose sur des bases trop fragiles pour être tenue pour opératoire, et, en tout cas, pour représentative de la transition à l’espace urbain.

  • 9 Ad familiares, IX, 19, 1 : « de la porte [Balbus] est venu droit chez moi » (a porta domum meam).
  • 10 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane, IV, 36 et 39. On trouvera sur la carte 1, p. V, le tracé, (...)
  • 11 Tacite, Annales, XV, 58.

8En réalité, la limite la plus fréquemment mentionnée dans les sources textuelles – que nous devons prendre ici comme révélatrices des perceptions de l’espace urbain – est encore et toujours l’enceinte servienne, dont les portes apparaissent comme un jalon essentiel dans les évocations des introitus in urbem. Quelques exemples peuvent illustrer cette prégnance des murailles dans les mentalités et les comportements, tels du moins que la littérature nous les restitue. Ainsi Cicéron, avec son sens de la formule bien connu, toujours prompt à valoriser son rôle et celui de sa domus, met-il directement en relation une porte de la ville et sa résidence pour décrire, en 46 av. n.è., l’arrivée à Rome d’un membre important de l’entourage de César9. Lorsque Philostrate narre la première arrivée à Rome d’Apollonios de Tyane, sous le règne de Néron, il imagine des gardes aux portes, étonnés par la tenue du philosophe et de ses disciples mais peu curieux d’en savoir plus, puis ces derniers descendus dans une auberge au voisinage de la porte. La scène se situe à proximité de la porte Capène, puisque les voyageurs arrivent d’Aricie10. Cette garde placée aux portes est censée arrêter les philosophes ; il faut sans doute y voir, en réalité, un écho des mesures prises sous Néron lors des épisodes de conjuration, durant lesquels l’enceinte est effectivement gardée11.

  • 12 Respectivement : Tacite, Annales, III, 5, 2 ; Hérodien, I, 7, 3. Cf. Flavius Josèphe, Guerre des J (...)

9Sous l’Empire, les entrées à caractère officiel soulignent la solennité du franchissement des portes. L’arrivée des cendres de Germanicus, en 20 de n.è., est ainsi caractérisée par l’absence remarquée de l’empereur Tibère qui ne vient pas à la rencontre du cortège funèbre, pas même jusqu’à la porte de Rome, alors que le prestige de l’adventus du début du règne de Commode, en 180 de n.è., tient au fait que les sénateurs et la foule s’avancèrent « aussi loin de la ville qu’ils le purent »12.

  • 13 Respectivement Contre Pison, 51 (a Brundisio usque Romam agmen perpetuum totius Italiæ ; le texte (...)

10Le déplacement de la foule jusqu’à l’enceinte s’enracine d’ailleurs dans les usages républicains : c’est en tout cas ce que suggère le témoignage exceptionnellement précis de Cicéron lorsqu’il rappelle l’éclat de son retour d’exil le 4 septembre 57 avant n.è. Par la brillante relation qu’il a donnée de son arrivée, à quatre reprises, dans sa correspondance ou dans les discours qu’il prononce dans les semaines et les années qui suivent, l’orateur a indéniablement influencé les auteurs postérieurs. À vrai dire, ses différents récits modulent les notations avec subtilité : d’une certaine façon, certains passages paraissent gommer toute entrée proprement dite dans Rome, puisqu’ils donnent à imaginer une file ininterrompue d’Italiens puis de Romains, entre Brindisi et l’Urbs, le long de la via Appia. Un autre, tout au contraire, différencie, dans les mots à défaut des lieux et des actions, l’adventus et l’introitus. Sous sa forme la plus rhétorique, la narration de l’entrée associe même les murailles, les bâtiments et les temples de la Ville qui participent à la joie de la foule, et « Rome elle-même semblait s’arracher à ses fondations » pour se précipiter vers un seul de ses accès. Quand bien même l’auteur souligne la présence de la foule à l’approche de Rome (ad urbem), trois versions font explicitement référence à la porte, et la narration la plus détaillée situe la scène à la porte Capène, au sud-est de la Ville, où la petite plèbe se masse sur les degrés des temples et applaudit à l’arrivée de Cicéron13.

  • 14 Nous laissons de côté toutefois l’entrée de Néron à son retour de Grèce fin 67, en provenance de l (...)
  • 15 Hérodien, II, 14, 2 : « Le peuple le reçut avec des acclamations et le Sénat vint le saluer à l’en (...)

11Par la suite, le franchissement de l’enceinte, en présence de la foule, censée incarner le peuple romain tout entier, peut donner lieu à des gestes spectaculaires et symboliques des empereurs14, notamment un changement de tenue vestimentaire (que nous serons amené à évoquer de nouveau) et une descente de cheval, dans le cas de Septime Sévère au début juin 193. Deux auteurs, l’un vraisemblablement et l’autre explicitement témoins oculaires, Hérodien et Dion Cassius, évoquent la scène, localisée par l’un à l’entrée de la ville, et par l’autre aux portes, ce qui souligne encore la coïncidence, dans le vocabulaire et dans la topographie, entre les deux réalités15.

  • 16 Op.cit., IV, 13, 5 : « Quant au mur, qui est difficile à repérer, à cause des constructions qui l’ (...)

12Ainsi, on en conviendra, si Rome est bien devenue une « ville ouverte », du fait du bourgeonnement extra muros de l’espace urbain, son rempart est une ligne qui conserve, en apparence, toute son importance. Plusieurs des portes ont été restaurées sous le principat d’Auguste, même si, comme le souligne alors Denys d’Halicarnasse, les murs eux-mêmes ne sont plus très visibles dans le paysage16. Dans la culture urbaine romaine, la valeur et la signification de l’enceinte ne se réduisaient d’ailleurs pas à l’état des portes et des courtines.

  • 17 De la langue latine, V, 143. Sur les cippes pomériaux d’époque impériale qui ont été mis au jour, (...)
  • 18 En l’état actuel de nos connaissances, le cippe le plus imposant mesurait 230 x 80 x 55 cm (CIL, V (...)
  • 19 Le petit monument en forme d’autel de type archaïque représenté sous le pied du génie du peuple ro (...)

13En général à peu de distance des murs, le regard – du moins celui du voyageur attentif – pouvait être attiré par les bornes qui, dès l’époque républicaine comme l’atteste Varron, jalonnent le tracé du pomerium, limite sacrale de l’Urbs. Cette ligne a été modifiée plusieurs fois au cours de la période qui nous intéresse, mais dans la mesure où les pierres antérieures et obsolètes n’étaient ni ôtées ni détruites, le sol de la Ville gardait trace des phases de l’extension, peu nombreuses au demeurant. Dans les zones où le pomerium a été porté bien en avant des murs, ou bien en bordure de l’Aventin jusqu’au règne de Claude, ce matériel urbain devait rappeler ou suggérer l’existence d’un franchissement de limite17. Les exemplaires retrouvés [carte 2, p. VI], qui ne sont pas antérieurs pour l’instant à l’époque de Claude, sont cependant de taille relativement modeste : au maximum, environ deux mètres de hauteur, mais avec une partie fichée dans le sol, et moins d’un mètre pour les deux autres dimensions. Le texte qu’ils portaient était gravé sur la face tournée vers la ville : il ne s’agissait pas de signaler une entrée mais de marquer des confins. En outre, les cippes étaient espacés de plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines de pieds les uns des autres (jusqu’à 140 mètres), car ils se trouvaient seulement placés aux points d’inflexion du tracé, et ne formaient donc qu’une ligne assez lâche18. Contrairement à ce qui est parfois suggéré, il ne semble pas, en tout cas pas de manière irréfutable, que nous ayons conservé de figuration de la ligne pomériale – à supposer qu’il en ait existé dans l’iconographie antique19. La ceinture pomériale ne devait donc sans doute pas constituer, dans le domaine des perceptions des passants et voyageurs, un seuil urbain particulièrement marquant.

  • 20 Voir, même si toutes les suggestions n’emportent pas la conviction, les remarques de Ziolkowski (A (...)
  • 21 Rodriguez-Almeida (Emilio), « Il Campo Marzio settentrionale : solarium e pomerium », RPAA, tomes (...)

14Il est toutefois vraisemblable que d’autres repères, plus monumentaux, aient été utilisés par les augures installés sur l’Arx pour contrôler, depuis l’auguraculum, que leur regard n’outrepassait pas le pomerium, limite fixée aux auspicia urbana, mais il ne s’agissait pas nécessairement de signaux ad hoc20 et leur usage devait probablement échapper à ceux qui n’appartenaient pas aux cercles restreints confrontés à la question technique de la prise des auspices. En revanche, sur certains points exceptionnels, par exemple sur la via Lata, prolongement de la via Flaminia sur le Champ de Mars, un monument particulièrement important, un arc triomphal, pouvait scander le passage de la ligne pomériale : c’est du moins une hypothèse tout à fait vraisemblable21 et peut-être en était-il de même sur d’autres axes d’accès à la Ville, comme nous le verrons. Dans l’un et l’autre cas, aucun témoignage antique ne vient éclairer la perception des passants, habitués ou occasionnels.

  • 22 Nous ne pouvons toutefois entrer ici dans le détail de l’exposé des idées d’Adalberto Giovannini q (...)
  • 23 Cicéron, De la nature des dieux, II, 10-11 et De la divination, I, 33 ; Valère-Maxime, Faits et di (...)
  • 24 Voir Dion Cassius, 53, 32, 5 et les analyses éclairantes de Ferrary (J.-Louis), « À propos des pou (...)
  • 25 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, VII, 4. Sur la volonté de Vespasien et Titus de « renouer avec (...)
  • 26 Coarelli (Filippo), Il Campo Marzio. Dalle origini alla fine della Repubblica, Rome, Quasar, 1997, (...)

15Les pourtours de la Ville que nous avons examinés jusqu’à présent concernent directement les prêtres chargés de la prise des auspices urbains et les détenteurs de l’imperium22. C’est dans la pratique de ces derniers en effet que l’on relève le souci le plus scrupuleux de respecter les règles de franchissement du pomerium pour ne pas entacher certains actes publics, accomplis au nom du peuple romain, de nullité. L’exemple le plus évocateur, maintes fois commenté dans les sources antiques, est celui de Tiberius Sempronius Gracchus, père des Gracques et consul en 163, dont l’inadvertance lors de son retour en ville, le jour des élections consulaires, entraîne la démission des deux consuls mal élus l’année suivante23. Si Auguste s’est très vite fait officiellement affranchir des conséquences institutionnelles de l’entrée dans Rome, déliant ainsi le statut du princeps des contraintes inhérentes au périmètre sacral24, on ne peut manquer de noter, là encore, que plusieurs de ses successeurs se sont efforcés de respecter, et avec ostentation, les formes traditionnelles. Bornons-nous à mentionner ici, outre Septime Sévère déjà évoqué, Vespasien et Titus qui passent la nuit précédant leur triomphe hors du pomerium, près du temple d’Isis, à l’emplacement de l’ancienne villa publica, au Champ de Mars, alors qu’ils sont auparavant entrés dans l’Urbs25. L’entrée solennelle dans l’Urbs définie selon ses limites archaïques reste un moment capital de la cérémonie triomphale selon le mos maiorum : le passage sous la « porte triomphale », au pied du Capitole, est un instant privilégié, parfois immortalisé sur les bas-reliefs26.

  • 27 Voir, en dernier lieu, Pisani Sartorio (Giusippina), « Mutatorium Cæsaris », Steinby (Eva-Margheri (...)

16Dans le même ordre d’idées, on a supposé que le mutatorium, littéralement le local de change ou de changement, attesté dans la première région, non loin de la porte Capène, pouvait être, parmi d’autres hypothèses, un bâtiment destiné à pourvoir au changement de tenue (mutatio vestis) des empereurs lorsque ceux-ci abordaient leur capitale en provenance du sudest27. Depuis l’époque royale probablement, notamment parce qu’elle mène au sanctuaire latin des Monts Albains, cette entrée de Rome est, à l’instar de la porte triomphale, au premier rang des accès privilégiés de l’Urbs. C’est elle qui, au moins depuis la fin du ive s. avant n.è., voit passer, le 15 juillet, la parade des chevaliers romains, la transvectio equitum, partie du temple de Mars sur la voie Appienne. Pour nous en tenir à une seule formulation significative : Tite Live, emploie, lors de l’évocation d’une hypothétique entrée dans Rome de Hiéron de Syracuse remonté des Enfers, pour localiser le sanctuaire d’Honos et Virtus situé près de la porte Capène, l’expression « le vestibule de la Ville ». Il est bien connu enfin que la tradition fixe là le sanctuaire de Rediculus, qui défendit l’entrée de Rome en faisant rebrousser chemin à Hannibal, effrayé par des visions, et que Septime Sévère édifie un prestigieux Septizodium dans le but de magnifier l’accès au Palatin

  • 28 Histoire romaine, 26, 32, 4 (in vestibulo urbis) ; voir, en dernier lieu, Coarelli (Filippo), « Po (...)

17– devenu palais – aux yeux des voyageurs qui ont franchi cette même porte28.

  • 29 Dans le même sens, Andreussi (Maddalena), « Roma : il pomerio », ScAnt, tome 2, 1988, p. 219234 et (...)

18À regarder les choses sur le temps long, malgré les quelques mises en scène significatives ou propagandistes que nous avons relatées, il faut conclure à une tendance à l’évanescence, voire à l’anachronisme, du pomerium comme franchissement urbain au cours de l’époque impériale. L’indubitable réduction de l’importance politique de cette ligne sacrale sous l’Empire n’était pas compensée par des cérémonies qui auraient régulièrement rappelé et souligné sa portée à la population urbaine29.

  • 30 Sur l’amburbium ou amburb(i)ale sacrum, voir aussi SHA, Aurélien, 20, 3 et Apulée, Métamorphoses, (...)

19En effet, il ne faut pas s’y méprendre, seule la procession de l’amburbium, par une circumambulation des victimes à sacrifier, aurait pu remplir cette fonction d’actualisation du tracé et d’érection d’une « barrière invisible que ne franchiront pas, pourvu qu’elle soit gardée, non seulement les ennemis humains […] mais les puissances malignes, elles aussi invisibles et d’abord celles qui causent les maladies ». Cette cérémonie de purification et de préservation, dont il nous faut dire quelques mots pour préciser sa nature, reste toutefois assez obscure et rien ne prouve qu’elle ait été régulière. Le mot lui-même est très rare dans les sources dont nous disposons, car il n’est pas employé pour toutes les lustrations de la Ville, et les notations sont, somme toute, à la fois allusives et contradictoires. L’amburbium est parfois assimilé, certainement à tort, aux ambarvalia (cérémonie de lustration des champs). La science moderne a parfois pensé qu’il pourrait s’agir d’une fête annuelle ; cependant les passages qui le mentionnent évoquent plutôt une cérémonie exceptionnelle, célébrée en cas de prodiges particulièrement effrayants. Les notices, très brèves, évoquent une procession des victimes autour des limites de la Ville (circum terminos urbis, Festus 5 L), un sacrifice qui fait faire le tour de la ville aux victimes (urbem circuit et ambit victima, Servius auct., Ad Verg. Ecl., III, 77). En fait, c’est dans un poème épique, la « Pharsale » de Lucain (I, 592sqq.), composée sous Néron, avant 65, que l’on trouve l’évocation la plus vivante et la plus précise de la cérémonie, prescrite par un vates étrusque, face aux prodiges qui annoncent la pire des guerres civiles : si le mot amburbium n’apparaît pas lui-même, la périphrase poétique est sans ambiguïté (totam…Urbem/ambiri, v. 593/4). Ce qui nous importe ici, c’est moins la composition de la procession que les repères spatiaux qui apparaissent dans le texte : le tour de la Ville entière (v. 592/3), les mœnia à purifier (v. 593, où le mot ne désigne pas forcément les murailles, comme nous aurons l’occasion de le voir bientôt sur d’autres exemples), les longs pomeria (avec un pluriel poétique au v. 594), « le long des limites extrêmes » (per extremos…fines, v. 594), et surtout « ils font le tour de la Ville étendue en de longues sinuosités » (effusam longis anfractibus Urbem/circumeunt, avec un enjambement expressif aux v. 605/606). Cette dernière formulation semble bien renvoyer au tracé du pomerium dont nous avons dit les multiples brisures, plus qu’à celui des murailles : il s’agirait donc bien d’un rituel propre à dessiner au sol, de manière solennelle, le pourtour de la Ville. Faute d’indication irréfutable, c’est toutefois le caractère extraordinaire de cette mise en exergue rituelle et processionnelle des limites urbaines qui nous paraît devoir être retenu, malgré les propositions aventureuses de certains historiens de la religion romaine, prêts à admettre sa répétition annuelle, au mois de février, sans date fixe30.

  • 31 Sur cette délicate question, voir, par exemple, Hinard (François), « L’élargissement du pomerium. (...)
  • 32 Sénèque, De la brièveté de la vie, 13, 8 ; voir Andreussi (Maddalena), art.cit., spécialement p. 2 (...)

20Une fois éclaircie et ramenée à de justes proportions la portée de ce parcours civique, tout à fait exceptionnel, des délinéaments de l’Urbs, il faut de surcroît relever que, sur le plan symbolique, s’est produit un glissement significatif dans la définition de la frontière sacrale de la Ville, bien antérieur à la dévaluation entraînée par l’émancipation du pouvoir impérial à son égard. Selon une tradition difficile à dater, probablement introduite à Rome en même temps que le concept d’Italie, mais manifestement réinterprétée et élargie, non sans polémique, à partir du principat de Claude, peut-être à l’initiative de ce prince érudit, le lien exclusif entre le pomerium et l’Urbs s’est distendu. En effet, si les traditions les plus anciennes, dont Tite Live se fait l’écho, semblaient lier directement la dilatation du pomerium à la croissance urbaine, l’amplification de la limite sacrée est désormais subordonnée à une amplification de l’emprise sur l’Italie, puis, de manière plus générale, à une extension de l’empire du peuple romain31. Les limites de Rome sont donc, d’une certaine façon, conçues comme un contour homo-thétique de celui de la zone de puissance romaine et non plus seulement comme la lisière de la Ville : c’est le lien entre urbs et orbs qui est présenté comme déterminant32. Même si, dans la pratique, cette nouvelle motivation idéologique n’annule évidemment pas l’intention d’ajuster le pomerium aux réalités géographiques, le contour traditionnel, pour ne pas dire primitif, de Rome se trouve ainsi doté d’une signification spéculative et abstraite ; son lien avec l’agglomération concrète se distend.

21Après avoir évoqué les avatars et le relatif étiolement des deux limites les plus classiques de la Ville, il nous faut donc maintenant cerner avec plus de pertinence les limites et les entrées de la métropole.

Où commence la Ville ?33 Les pourtours de l’agglomération, le changement de paysage et la rupture de charge

  • 33 Pour pasticher le titre de S. Panciera, art. cit.

22Si l’on s’efforce de déterminer les délimitations de l’espace urbain qui pouvaient signifier et marquer de manière tangible l’entrée dans Rome, l’on doit rassembler des indications de différentes natures. En effet, les indices utilisables pour reporter sur un plan les entrées dans la Ville, hormis les portes des murailles et le tracé du pomerium qui ne correspondent ni l’un ni l’autre, comme nous l’avons vu, à la ville réelle, sont rares. Pour tenter d’identifier les continentia, territoire annexé à la Ville et caractérisé par la continuité et la densité du bâti, à défaut d’une improbable carte archéologique exhaustive et diachronique, plusieurs séries d’informations, à valeur statistique ou d’ordre qualitatif, semblent pertinentes, quoique d’ampleur inégale et souvent d’interprétation délicate.

23La première idée qui vient à l’esprit pour retrouver ce que les Anciens eux-mêmes délimitaient comme « Rome » est de se reporter aux représentations cartographiques antiques, hélas fort rares et lacunaires. Sur la Forma Urbis Marmorea, le plan de marbre de l’époque sévérienne dont on a retrouvé à ce jour des lambeaux qui ne couvrent qu’un dixième de l’ensemble originel, on ne repère aucune indication de périmètres religieux (pomerium) ou administratif (vici ou regiones), tout au moins aucune trace gravée dans la pierre. Il n’y a sans doute pas lieu de s’étonner outre mesure de cette absence si l’on songe que le travail des mensores ædificiorum, les arpenteurs chargés des relevés au sol, s’attache logiquement aux seuls bâtiments (ædificia). Ce constat effectué, l’on doit néanmoins s’interroger sur la limite virtuelle qui a pu déterminer le découpage de l’espace urbain retenu pour être ainsi exposé, sur plusieurs dizaines de mètres carrés de plaques de marbre, au public romain. Autant que l’on puisse en juger, non pas tant en fonction des fragments conservés qu’à partir de la taille du dispositif d’exposition, la Forma Urbis n’embrassait pas la totalité des quatorze régions augustéennes et ne représentait pas exactement l’intégralité de la superficie englobée par le pomerium tel qu’il avait été fixé au ier s. Elle couvrait cependant l’essentiel de la surface incluse dans le pomerium, et, sans être parfaite, la coïncidence entre ce dernier et les bordures du plan est approximative.

  • 34 Voir, sur cette question, Lugli (Piero-Maria), « Considerazioni urbanistiche sulla pianta marmorea (...)
  • 35 Voir, en dernier lieu, Castrèn (Paavo), « Vici and insulæ : the homes and addresses of the Romans  (...)

24En tout état de cause, rien ne la visualisait ni ne l’explicitait – à moins d’admettre que des indications peintes aient complété la carte incisée ou qu’une inscription dédicatoire ait précisé les confins assignés à la Rome ciselée dans le marbre34. Ce plan, et ses probables versions antérieures, certainement une d’époque flavienne, peut-être même une première dès le principat d’Auguste, ne fournissaient donc pas une image de l’espace urbain dans sa globalité. Sans trop nous écarter de notre propos, il nous faut essayer de saisir les raisons de ce possible défaut de délimitation du plan exposé au temple de la Paix. Le contexte d’affichage du document est incontestablement le seul à même de nous mettre sur la voie d’une explication. Il est vraisemblable que le complexe monumental construit par Vespasien, puis restauré sous les Sévères, abritait les services de la préfecture de la Ville, les bibliothèques qui y sont attestées servant aussi de dépôts d’archives. Or du point de vue juridictionnel, la compétence du préfet de la Ville, comme auparavant celle du préteur urbain, s’étendait jusqu’au centième mille à partir de Rome et rien n’incitait donc à marquer une coupure spatiale autour de l’espace urbain de la capitale. Cela a même permis à certains savants de subodorer qu’un autre plan faisait pendant à celui de Rome, afin de présenter le reste du territoire placé sous l’autorité de la préfecture35 : l’absence de tout vestige connu à ce jour suscite toutefois la perplexité.

  • 36 Digeste, 1, 12, 1sq. (præfectus urbi cum terminos urbis exierit, potestatem non habet : extra urbe (...)

25Cette mise en contexte et cette hypothèse ont le mérite de donner un sens à une carence apparente qui paraissait quelque peu paradoxale pour un document cartographique exceptionnel par son ampleur et sa précision, et assurément établi à partir de relevés officiels. Qu’Ulpien, à l’époque sévérienne, rappelle que la potestas du préfet ne s’exerce plus lorsque ce dernier dépasse les termini de la Ville ne change rien à l’affaire : il ne faut pas confondre la zone où un magistrat peut exercer sa fonction (quand le préfet quitte la Ville – ce qui n’est guère attesté – il perd son autorité) et le ressort sur lequel s’exerce sa compétence (le préfet peut ainsi désigner des juges hors de Rome ou trancher à Rome des procès issus de la zone des cent milles)36.

  • 37 Vigneaux (Paul-Émile), op.cit., p. 145 n.1, suggère d’utiliser la périphrase « sol urbain » pour d (...)

26Ces termini, qui ne limitaient donc que les déplacements du préfet, ne sont pas repérables, redisons-le, du moins sur la partie de la Forma qui a traversé les siècles, quelle que soit l’interprétation que l’on donne à cette limite37.

  • 38 Les autres ponts de Rome mériteraient aussi une étude du même type, restituant le sentiment des vo (...)

27Faute de carte, l’analyse des sources historiographiques – une enquête que nous n’avons évidemment pu mener de manière exhaustive et qui mériterait assurément une recherche plus systématique – peut sans doute fournir des points de repère intéressants, mais les indications sont souvent grevées d’incertitudes et sujettes à interprétation. En général, elles se focalisent sur la portée symbolique de l’entrée dans Rome, plus que sur un souci d’exactitude topographique. Un premier dossier, pourtant nourri, qui attribue à un point de passage précis une signification particulière, à savoir le pont Milvius (ou Mulvius), situé en amont de la Ville, permettra au lecteur d’en juger – malgré l’éviction, purement chronologique, de la mêlée qui a assuré sa postérité38.

  • 39 Plutarque, Vie de Galba, 15, 5 et 8 (… ton oiônon eisionti dia pollon phonou kai nekrôn tosoutôn e (...)
  • 40 Tacite, ibid., II, 89, 1 (Ipse Vitellius a ponte Mulvio insigni equo, paludatus accinctusque, sena (...)
  • 41 Tacite, ibid., III, 82, 1 (…ut castris iuxta pontem Mulvium positis postera die urbem ingrederetur(...)
  • 42 Tacite, Annales, XIII, 47, 2 : « le pont Mulvius, en ce temps-là, était fréquenté pour les plaisir (...)
  • 43 Dion Cassius, 53, 22, 1 : lors de la restauration opérée par Auguste, arc et statues sont érigés a (...)
  • 44 Cicéron, Lettres à Atticus, XIII, 33a, 1 ; Martial, Épigrammes, III, 14 (Romam petebat esuritor Tu (...)
  • 45 Sur les monnaies sévériennes et un bas relief probablement de la même époque, voir les analyses su (...)

28Le récit par Plutarque des événements de la guerre civile de 68/69 paraît associer explicitement l’entrée dans la capitale de Galba et de ses troupes « au milieu d’un si grand carnage et parmi tant de cadavres » et un combat qui se déroule, précise-t-il, à 25 stades (quatre kilomètres environ) de la Ville. L’épisode, qui concerne une bataille livrée à proximité du pont Milvius, est surtout considéré comme une conjoncture tout à fait fâcheuse pour l’arrivée du nouvel imperator dans l’Urbs et, de fait, le témoignage des autres auteurs est plus flou sur le point d’entrée lui-même. Suétone et Tacite associent l’événement à l’entrée dans Rome de manière beaucoup plus lâche et Dion Cassius situe l’affrontement à l’approche de la Ville. Tacite revient toutefois sur l’épisode, en en accentuant la portée symbolique et politique, dans le discours qu’il prête ensuite à Othon et à qui il fait évoquer « une funèbre entrée et une décimation des hommes sous les yeux de la Ville », puis, de manière redondante et rhétorique, un prince entré « sous de tels auspices »39. Dans la suite de son récit, l’auteur des Histoires semble d’ailleurs suggérer, à plusieurs reprises, que le pont Milvius était tenu pour l’orée de la ville. Ainsi est-ce à partir de là que Vitellius met en scène, probablement le 17 juillet 69, son entrée : « depuis le pont Mulvius, monté sur un cheval superbe, vêtu du manteau de guerre, ceint de son épée, poussant devant lui le Sénat et le peuple, il aurait fait son entrée comme dans une ville prise, si les conseils de ses amis ne l’en avaient détourné : il revêtit alors la prétexte et s’avança avec une troupe en ordre »40. Le mouvement même de la phrase souligne bien que l’irréparable n’est pas commis et que le pont lui-même n’est pas l’entrée de l’Urbs. De même, en décembre 69, le chef de guerre Antonius Primus, partisan de Vespasien, essaie de convaincre ses légions qui vont fondre sur Rome de « camper au pont Mulvius et de n’entrer dans Rome que le lendemain »41. On a donc affaire, sans l’ombre d’un doute, à un lieu situé hors de la Ville, comme le confirme un autre passage du même auteur, quand il s’agit de dénoncer les turpitudes de Néron qui trouvent là un cadre de prédilection42. Il n’en constitue pas moins un signe avant-coureur, un ouvrage à valeur proleptique pour parler comme les sémioticiens de la ville – d’ailleurs orné d’un arc et de statues depuis 27 avant n.è.43, même si sa fonction première n’était évidemment pas celle-là. En effet, au-delà de sa valeur stratégique, en tant que point de passage obligé, tous ces textes, par leur ambivalence, y compris chez un même auteur, suggèrent un statut particulier, non seulement parmi les ponts de l’Urbs, mais surtout comme pseudo-seuil de Rome. Le grand projet césarien d’extension de la Ville (de urbe augenda), en 45 avant n.è., prévoyait un détournement du cours du fleuve à partir de ce point-là et ce n’est pas un hasard non plus si Martial campe, en quelques vers, le personnage d’un Espagnol affamé qui s’approchait de Rome mais rebrousse chemin sur le pont Milvius, parce qu’il vient d’apprendre ce que sont les sportules44. Nous ne tenons certainement pas ici, au sens strict, une des entrées dans l’agglomération, mais au moins un franchissement qui est perçu comme une limite significative. Il n’est certainement pas indifférent en tout cas que l’auteur de l’Histoire auguste ait prêté à Gallien le projet, inabouti, d’édifier un impressionnant portique jusqu’à ce pont, le long de la voie Flaminienne45.

29À défaut d’un recensement systématique de tous les monuments ou sites similaires, qui pouvaient donner le sentiment d’entrer, ou d’être sur le point d’entrer, dans Rome, on peut tenter de relever dans les textes quelques mentions qui peuvent y suppléer pour repérer les seuils de la Ville. Nos sources sont, hélas, assez avares en la matière. Seuls quelques lieux communs rappellent les traits saillants du paysage périurbain (les routes, les aqueducs) et du front urbain romain : principalement la verticalité et la hauteur des édifices. En effet, outre l’impression d’aborder un territoire urbain infini, avec un paysage intermédiaire qui estompe toute limite nette entre ville et campagne, ils mettent surtout en valeur le sentiment d’entrer dans une ville « suspendue » : le thème est trop connu pour nous retenir ici.

30Un texte tout à fait original, mais à notre connaissance isolé, mentionne le bruit de la ville comme la caractéristique qui de loin frappe les oreilles du voyageur et annonce l’approche de Rome. Il appartient à la littérature rabbinique et concerne une visite effectuée vers la fin du règne de Domitien. Il mérite au moins une brève citation de l’une de ses versions : « R. Gamliel,

  • 46 Denys d’Halicarnasse, op.cit., III, 67, 5. Sur les textes rabbiniques et leurs références précises (...)

31R. Josué, R. Eléazar ben Azaria et R. Aqiba vinrent à Rome. Ils entendirent le bruit de cette dernière depuis Puteoli ( ?), à une distance de 120 milles. Ils se mirent à pleurer alors que R. Aqiba se mit à rire… ». Du fait de l’incertitude des manuscrits, les spécialistes hésitent sur l’identification du toponyme transcrit dans le passage : il semble toutefois difficile qu’il s’agisse d’autre chose que de Puteoli, Pouzzoles, port distant d’environ 170 kilomètres à vol d’oiseau. Cette sphère sonore de l’Urbs se révèlerait alors tout à fait extraordinaire, et, pour tout dire, invraisemblable, mais la correction parfois suggérée, qui substitue « Palatin » à Puteoli, paraît arbitraire, car la notice évoque bien le vacarme perçu avant l’entrée dans la ville. Il vaut mieux lire dans cette formulation saisissante la volonté de suggérer la taille hors norme de l’agglomération désormais placée à la tête du monde — sans oublier du reste que l’axe Pouzzoles-Rome demeure, même après la création du port d’Ostie sous Claude, une voie d’approvisionnement vitale pour la capitale, grâce à une incessante noria de navires longeant la côte et que Puteoli est bien, sous les Flaviens, un avant-port de Rome46.

  • 47 Lo Cascio (Elio), « Registrazioni di tipo censuale e stime della popolazione delle Mégapoles nell’ (...)

32Si le cosmopolitisme de Rome est souvent évoqué, voire dénoncé, l’arrivée des foules d’étrangers est pratiquement absente des textes : les notices rapportant les « premières impressions » sont tout aussi rares, pour ne pas dire inexistantes, dans la littérature antique. Nous sommes donc bien en peine pour proposer, ou même seulement esquisser, une véritable typologie sociale des entrées qui distinguerait les perceptions et les conduites de l’immigrant, du voyageur de passage, du marchand, du citoyen romain venant accomplir ses devoirs dans l’Urbs ou appelé dans la capitale pour une affaire judiciaire, de l’habitant du « suburbium » se rendant fréquemment dans la Ville proprement dite, du résident ou du natif de Rome… S’agissant des résidents de ce que quelques rares textes nomment le suburbium, il est probable que seuls les habitants des continentia pouvaient participer aux privilèges octroyés à un grand nombre de citoyens résidant dans l’Urbs, notamment les distributions frumentaires ; pour ceux-là, l’entrée dans la ville était donc au moins mensuelle47. Pour les travailleurs de la terre, les allées et venues nécessaires pour vendre les productions agricoles sur les marchés de la Ville étaient plus fréquentes – selon la tradition tous les neuvièmes jours comme disent les Romains, c’est-à-dire tous les huit jours pleins. Comme les macella étaient situés pour l’essentiel dans la partie orientale, c’est cette dernière qui devait être la plus fréquentée, même si les marchés ne concentraient pas toutes les activités du commerce de détail. C’est seulement la figure – ou plutôt la silhouette – du paysan qui tire profit du jardin (hortus) joint à son modeste logis (casula) qui apparaît au détour de quelques vers de l’Appendix vergiliana, en général datés du ier s. de n.è., que nous ne résistons pas au plaisir de citer dans la savoureuse traduction de Joachim Du Bellay :

  • 48 Pseudo Virgile, Appendix vergiliana, Moretum, vers 77-80 : Verum hic non domini (quis enim contrac (...)

Son revenu au peuple estoit utile,/ Il en portoit certains jours à la ville,/ Et puis au soir retournoit à grand joye/Léger d’espaule, et chargé de mon-noye/Bien peu souvent de la chair achetoit48

  • 49 Le péril de l’intervention armée, sacrilège du fait de l’intrusion des armes à l’intérieur du pome (...)
  • 50 Cicéron, Lettres à Quintus, III, 1, 24 et 2,2.
  • 51 Ainsi Agricola, de retour de sa province en 84, pour ne pas indisposer l’empereur Domitien si l’on (...)
  • 52 Ainsi le retour d’un promagistrat en Gaule transalpine, candidat au consulat, accueilli par la fou (...)
  • 53 Tacite, Annales, III, 9,2 : « il accrut encore la colère de la foule parce qu’il avait fait aborde (...)
  • 54 Sur l’entrée par le Tibre, voir Görler (Woldemar), « Tiberaufwärts nach Rom. Ein Thema und seine V (...)

33Rien de concret, de « spatialisé » dans cette évocation qui se rapporte certainement à l’urbs par excellence, mais il faut avouer que la plupart des passages relatifs au comportement des grands ne sont guère plus diserts. Ceux-ci soulignent surtout l’effet de foule qui accompagne le retour en ville d’un personnage important de l’ordre sénatorial49. Ils évoquent même, a contrario, le souci de dissimuler un introitus grâce à une arrivée nocturne : cette dernière change d’ailleurs de valeur, car, de honteuse qu’elle était sous la République50, elle devient signe de simplicité ou de prudence sous l’Empire51. Ces récits, en général elliptiques, s’attachent rarement à situer les scènes dans l’espace urbain, sauf circonstances particulières52. Outre le récit du retour de Cicéron, déjà analysé, la narration par Tacite du retour, en 19 de n.è., de Cn. Piso dans l’Urbs, jugé provocateur pour l’assassin présumé de Germanicus, détaille quelque peu les modalités de la pénétration dans l’espace urbain : il s’agit d’une arrivée par voie fluviale, après une descente du Tibre, le débarquement s’effectuant au nord de la plaine du Champ de Mars, près du mausolée d’Auguste devenu sépulture des Césars, au milieu d’une foule nombreuse53. Tous les détails enregistrés par l’historien latin visent à exprimer ou suggérer que cette arrivée constitue une intrusion tout à fait regrettable. Outre un fâcheux atterrissage à proximité du tombeau de la victime supposée, l’entrée de Pison cumule des caractéristiques notables : elle est diurne et tout sauf discrète ; elle mène directement au cœur d’un quartier dont l’une des vocations est de servir de cadre aux grandes cérémonies civiques ; elle s’effectue après une descente du Tibre, alors que c’est la remontée du fleuve depuis Ostie qui constitue la forme légitime et valorisante de l’adventus en bateau54.

  • 55 Sur la problématique de la circulation dans l’Empire romain, voir les propositions et suggestions (...)

34Au total, la relative discrétion de nos sources littéraires reflète probablement la fluidité des entrées dans la ville de Rome55 et ce sont surtout les événements militaires ou politiques survenus aux marges de l’espace urbain qui ont été le plus fidèlement enregistrés dans les textes.

  • 56 Tacite, Histoires, III, 79, 4 : haud procul urbe inter ædificia hortosque et anfractus viarum, quæ (...)
  • 57 Ibid., III, 82, 8 : Ii tantum conflictati sunt, qui in partem sinistram urbis ad Sallustianos horto (...)
  • 58 Sur la ceinture des horti, voir Jolivet (Vincent), « Croissance urbaine et espaces verts à Rome », (...)

35Les indications les plus suggestives sur le changement de paysage aux parages de la Ville sont en effet fournies par les récits des combats de la guerre civile de « l’année des quatre empereurs », décidément riches en notations concrètes. Ainsi Tacite narre les luttes qui se déroulent, en 69, « non loin de la Ville », dans la partie nord de l’agglomération, à la limite des continentia et des jardins, entre les partisans de Vitellius et les troupes flaviennes. Dans l’évocation du paysage, on relève alors surtout des bâtiments sans doute isolés, des jardins et des chemins sinueux, dont la familiarité constitue un atout déterminant56. Le récit du mauvais sort subi ensuite « devant la ville » par les troupes flaviennes, près des jardins de Salluste, précise les potentialités militaires des lieux : les murs des jardins permettent aux Vitelliens, qui tiennent Rome, de se trouver en position dominante par rapport aux arrivants. Ces derniers constatent à leur grand dam combien est délicat le franchissement de la ceinture de jardins qui, de manière plus ou moins ininterrompue, signale les abords immédiats de la Ville57. Cela nous rappelle, s’il en était besoin, l’importance de cette couronne discontinue d’espaces verts aménagés dans la dialectique urbain/rural qui est au cœur de notre propos58.

  • 59 Hérodien, I, 12, 5-8 : « Brusquement, sans que le peuple s’y attendît, apparurent, sur ordre de Kl (...)

36De même, le récit de l’émeute péri-urbaine de 190, sous le règne de Commode, alors que l’empereur est en villégiature dans une villa suburbaine, est révélateur d’une mutation du paysage, d’une inflexion dans la silhouette de la ville59. Les cavaliers de la garde n’ont aucun mal à faire reculer la foule tant que l’affrontement se déroule dans les continentia, mais dès lors que les habitants peuvent monter sur les bâtiments urbains et utiliser les tuiles comme projectiles, le rapport de force s’inverse. La densité du bâti et la hauteur des constructions manifestent clairement, en quelques dizaines de mètres, que l’on entre dans la ville. Le texte, une fois encore, prend les portes comme point de repère, mais il est vrai que, selon toute vraisemblance, la scène se déroule le long de la via Appia, donc ensuite dans la zone de la porte Capène, accès à Rome tout à fait particulier comme nous l’avons déjà relevé.

  • 60 Selon la formule de Goudineau (Christian), Duby (Georges) éd., Histoire de la France urbaine. Tome (...)
  • 61 Sur les activités artisanales, voir Morel (J.-Paul), « La topographie de l’artisanat et du commerc (...)

37Dans les deux cas, les zones décrites appartiennent juridiquement à Rome et elles annoncent l’entrée dans la Ville, dont l’approche avait été signalée, au voyageur attentif arrivant par l’est, par la densification de l’habitat rural sous des formes parfois précaires, la présence de jardins maraîchers et d’élevages spécialisés, puis, surtout à partir du iie s., d’énormes villæ, la multiplication des sépultures sur le bord des routes au voisinage de l’Urbs « rempart où vient butter l’assaut des disparus »60, ou par la convergence des aqueducs, éventuellement par l’augmentation du trafic et la présence des industries du feu et activités artisanales nauséabondes reléguées hors de la zone la plus densément peuplée61. Leur paysage les différencie de l’espace urbain proprement dit, mais on est bien là dans la zone des continentia des textes juridiques.

  • 62 Pour l’époque augustéenne, voir désormais la carte proposée dans Haselberger (Lothar) éd., op.cit. (...)

38Si l’on s’efforce de dépasser ces données subjectives – ou du moins liées à des perceptions de l’espace urbain, de son paysage visuel ou auditif – pour tenter de déterminer l’extension de la ville sous le Haut-Empire, un texte se détache et s’impose, même s’il entremêle des réalités hétérogènes et s’il est rédigé sur un mode plutôt allusif. Il s’agit de la fameuse notice consacrée à Rome par Pline l’Ancien et contenant des mesures de l’espace urbain. Le passage doit être cité in extenso, sans en proposer un séquençage préliminaire qui aurait immanquablement pour effet d’en gauchir le sens, d’en réduire les aspérités… et d’en faciliter l’interprétation par fractionnement de l’information. Il n’est pas possible d’en donner ici une explication détaillée, largement défrichée, en dernier lieu, par Hubert Zehnacker, dans son édition du livre III de l’Histoire naturelle et dans un article spécifique62. Il faut ici se contenter d’expliciter au préalable certaines des notions employées par l’auteur, de pointer sans faux semblant les interrogations que soulève la lecture, avant de pouvoir prétendre extraire, après quelques détours obligés, les renseignements qu’il fournit à notre enquête sur les lignes qui pouvaient donner la sensation d’entrer dans la Ville.

  • 63 La fin du passage n’est pas en rapport direct avec les questions qui nous préoccupent, mais mérite (...)

« Le pourtour des murs (mœnia), sous la censure des empereurs Vespasiens, l’année 826 de la fondation, a atteint le chiffre de 13 200 pas, embrassant sept collines. La Ville elle-même (ipsa) est divisée en 14 régions, avec 265 carrefours des Lares. Si l’on fait courir la mesure à partir du milliaire érigé à l’extrémité du Forum romain jusqu’à chacune des portes (ad singulas portas), qui sont actuellement au nombre de 37, – nous ne comptons qu’une fois (chacune) des 12 portes (doubles) et nous excluons 7 des anciennes portes qui ont cessé d’exister – les dimensions de la Ville (eiusdem spatium) font en ligne droite (per directum) un total de 20 765 pas. Mais jusqu’aux derniers immeubles (ad extrema…tectorum), y compris le camp des prétoriens, en partant du même milliaire et en traversant les uici (per uicos), la mesure de l’ensemble des rues atteint un peu plus de 60 ( ?) milles63. »

  • 64 Purcell (Nicholas), « The City of Rome », Jenkyns (Richard) éd., The Legacy of Rome : a new apprai (...)

39S’il ressortit indubitablement à ce que Nicholas Purcell nomme la « rhétorique du nombre »64, il est non moins évident que cet extrait mérite une lecture attentive. Pline évoque en effet deux périmètres concentriques, clairement identifiables dans le paysage : d’une part trente-sept points de passage, appelés portes, qui définissent un premier contour, d’autre part la périphérie de l’espace bâti. La difficulté réside dans l’identification de ces deux limites, surtout la première et, secondairement pour notre propos, dans le fait de savoir si le périmètre global indiqué initialement correspond à l’une ou à l’autre de ces deux étendues (voire à aucune des deux ?).

  • 65 Cf., par exemple, Tite Live, 1, 44, 5, sur le déplacement du pomerium avec la croissance de la vil (...)

40Il faut sans doute écarter tout de suite une fausse difficulté, depuis longtemps reconnue : le sens de mœnia ici ne doit pas susciter de perplexité quant à l’emploi du mot, qui n’étonne que si l’on oublie que l’une de ses acceptions peut être « la ville en tant que volume global, avec ses constructions planifiées et circonscrites »65. C’est assurément la valeur qu’il faut lui conférer ici, sans chercher à imaginer une véritable enceinte, impossible pour des raisons chronologiques, ou, a fortiori, à relier ce périmètre aux murailles serviennes (comme en dissuade d’ailleurs la longueur totale de 13200 pas, soit environ 19,5 km contre environ 11 km pour ces dernières). Mais alors, de quelle délimitation s’agit-il ici ? Il semble clair en tout cas que le mesurage est de nature officielle, puisqu’il est mis en relation avec la censure de Vespasien et Titus en 73/74 : il doit donc résulter des multiples travaux d’arpentage réalisés à cette occasion, peut-être concrétisés par la réalisation d’un plan urbain à grande échelle. La phrase suivante évoquant les 14 régions et les 265 micro-quartiers (autour des carrefours des Lares), ce pourrait être la définition administrative de la Ville (les 14 régions augustéennes) qui serait ainsi prise en compte : comme l’attestent ultérieurement les Régionnaires qui, pour chaque région, indiquent une mesure en pas, cette préoccupation n’a pas échappé aux autorités romaines.

  • 66 De toute manière, la lex de imperio Vespasiani envisageait déjà l’extension pomériale, que l’on pe (...)
  • 67 En dehors des segments où il suit de près la muraille et des cas particuliers, comme celui de l’ar (...)

41Il pourrait s’agir aussi de la nouvelle ligne pomériale, définie à peu près au même moment par les deux empereurs. La relative concomitance entre les deux opérations, l’arpentage et l’extension de la ligne sacrée, est en effet frappante, l’érection des nouveaux cippes, entre la mi-mars et la fin juin 75, s’effectuant quelques mois après l’achèvement de la censure exercée par l’empereur et son fils aîné du premier juillet 73 à la fin de 74, censure qui est mentionnée sur les cippes66. Si l’on s’en tient à cette hypothèse et si la troisième phrase se rapporte au périmètre cité dans la première, s’ensuit une question : le pomerium possède-t-il réellement des portes67 ?

  • 68 Voir Steinby (Eva M.) éd., op. cit., LTUR II, p. 219. Le toponyme est attesté dès 42 avant n.è. (O (...)

42Le mot « porte », qui apparaît ensuite, doit en effet être manié avec autant de précaution que mœnia, pour plusieurs raisons. La référence à des portes qui ont disparu (au nombre de sept) doit-elle inciter à considérer qu’une partie au moins des 25 portes « simples » et des 12 « doubles », pour garder la formulation d’H. Zehnacker, serait incluse dans l’enceinte servienne, dans la mesure où la fin de la description évoque l’agger, la terrasse orientale de Tarquin, et que l’on aurait ainsi un composé de vraies portes urbaines et de fausses portes de faubourgs – selon la terminologie de l’époque moderne ? Par ailleurs, il est possible que la référence particulière à « 12 portes » soit à comprendre tout à fait différemment, si elle concerne en fait les duodecim portæ, une structure, dotée d’une valeur toponymique, en relation avec la partie occidentale du Circus Maximus et, peut-être, les murailles archaïques (il faudrait alors traduire par « en ne comptant les douze portes que pour une »)68. Plusieurs possibilités s’ouvrent alors si l’on veut identifier la nature de cette « enceinte ».

  • 69 Sur les sources et la méthode de Pline, voir, de manière générale, Naas (Valérie), Le projet encyc (...)

43Si l’on concède à la notice une certaine cohérence interne, il faut comprendre que s’y trouvent distinguées deux définitions de la Ville, l’une, la plus restreinte, repérable grâce à ses 37 points d’entrée – coïncidant éventuellement avec le nouveau pomerium – et l’autre, la limite de l’espace urbain continu, au-delà de la ville proprement dite. La seconde est fixée avec précision, au moins pour la partie nord-est de la ville. Le camp des prétoriens (et des cohortes urbaines), édifié sous le règne de Tibère aux confins de la zone urbanisée, tout à la fois pour des raisons pratiques de disponibilité de terrain constructible, pour ne pas encourir la critique d’avoir installé un casernement permanent dans Rome et pour tenir les soldats à l’écart des tentations de la Ville, fournit un repère commode de l’extension urbaine dans les années soixante-dix. Il semble logique de rapprocher cette extrémité de la zone construite (ad extrema… tectorum) et la notion de continentia (ædificia ou tecta) : il s’agirait alors du front extérieur de ces derniers. La construction paratactique du texte, qui compile et accumule les informations sans expliciter absolument les relations qui les unissent, ne permet pas de savoir, en toute rigueur, si le périmètre mentionné en premier lieu dans le passage correspond à la ligne aux 37 portes ou à cette extension maximale : même si le premier terme de l’alternative paraît de loin le plus plausible, l’administration impériale peut très bien avoir la volonté de connaître, à un moment donné, la seconde mensuration, par essence mobile, ne serait-ce qu’à des fins d’exaltation du prestige de l’Urbs et de ses merveilles69.

  • 70 Suétone, Domitien, 13 (ianos arcusque cum quadrigis et insignibus triumphorum per regiones urbis t (...)
  • 71 Épigrammes, VIII, 65, 11-12 : Hæc est digna tuis,Germanice, porta triumphis/Hos aditus urbem Marti (...)

44Dans ces conditions, la seule hypothèse que l’on peut raisonnablement avancer, dans la mesure où la mention des portes, l’estimation du périmètre et l’extension pomériale relèvent incontestablement d’un seul et même moment historique, c’est que 37 points d’entrée, peut-être, au moins pour une partie d’entre eux, marques de franchissement de la ligne pomériale, ont été enregistrés officiellement sous Vespasien pour servir de points de repère, qu’ils aient été déjà précédemment monumentalisés ou qu’il s’agisse de créations ex nihilo sous la forme d’arcs. Il est alors tentant de rapprocher ces multiples « portes » des sentiments d’exaspération exprimés contre Domitien, le troisième des Flaviens, critiqué par certains pour avoir édifié « des passages et des arcs, surmontés de quadriges et d’insignes de ses triomphes, dans diverses régions de la Ville ». L’indication de Suétone est relayée, de manière générique, à propos des mauvais princes, mais dans un contexte qui n’exclut nullement le dernier des Flaviens, par le Panégyrique de Trajan prononcé par Pline le Jeune : « comme si les frontières de l’empire avaient été reculées, c’étaient tantôt d’énormes arcs et des inscriptions capables de dépasser du fronton des temples… »70. La dispersion des constructions dans l’espace urbain, les décors et les formulations en relation avec l’extension de l’imperium conviendraient bien à des monuments décidés dans le contexte d’une amplification pomériale. L’achèvement tardif d’un programme ambitieux de mise en valeur des entrées de la Ville, seulement sous Domitien, qui a lui-même revêtu la censure à partir de 85, expliquerait l’ampleur des critiques sous un principat dont les campagnes militaires ont été vite dénigrées. Une épigramme de Martial, datée de 93/94, peut-être relative à la porta triumphalis, peut très exactement illustrer ce type de construction. Il y est question d’une place naguère fortunée (felix area), à proximité d’un temple de Fortuna Redux, qui s’est trouvée dotée d’un arc surplombé de deux chars et d’éléphants : « Voici, Germanique, une porte digne de tes triomphes/Il convient à la ville de Mars de posséder de telles entrées »71.

45Si l’on suit cette hypothèse, les sept portes « anciennes », déclassées ou disparues, pourraient appartenir à la muraille servienne et avoir été touchées par la « vétusté » souvent évoquée dans les inscriptions de restauration ou aux lieux qui ont perdu leur valeur pomériale du fait de l’extension opérée par Vespasien.

  • 72 Ce passage de Pline n’est d’ailleurs pas sous-tendu par une conception circulaire de l’espace urba (...)
  • 73 Sur la walking city, ou ville du piéton, et ses dimensions, voir par exemple Allain (Rémy), Morpho (...)

46La partie la plus délicate du passage de Pline – pourtant précieuse dans sa volonté de mesurer l’emprise de la Ville au sol – est évidemment celle qui donne des chiffres de distances cumulées depuis le milliaire d’or établi par Auguste à l’extrémité septentrionale du forum romain, au pied du Capitole. Outre que la transmission des nombres est possiblement corrompue et exige des corrections, la méthode d’évaluation de l’auteur, à coup sûr fondée sur des données officielles, peut-être rendues publiques sur un monument, ne manque pas de nous plonger dans la perplexité. En effet, elle nous donnerait un rayon moyen (en adoptant l’hypothèse que l’étendue de la ville est comparable dans toutes les directions, ce qui constitue en soi une première approximation72) tout à fait faible de 561 pas, soit 830 m (voir le cercle 1 sur la carte 4, p. VIII). Même s’il ne s’agit là que d’une étendue isotrope et théorique de l’espace défini par le franchissement des fameuses « portes », on a du mal à comprendre à quoi elle pourrait correspondre sur le terrain – même en admettant que l’agger constitue bien la limite orientale de l’aire considérée. On est alors contraint de supposer que, dans son calcul de la somme cumulée des distances, Pline a évité les doubles comptes, en ne comptabilisant qu’une seule fois le tronçon en partie commun menant à plusieurs « portes » proches. Autrement, on doit admettre que le total a été mal retranscrit et qu’il faut prendre en considération, comme le suggère par exemple l’un des manuscrits, 30 765 (au lieu de 20 765) : il vient alors 831 pas, soit 1 230 m – résultat plus conforme à nos attentes (cercle 1* de la carte 4, p. VIII)73.

  • 74 En divisant (60 000 – 20 765) par 37, soit 1,06 mille romain, ou bien, en suivant la lecture 30765 (...)

47Si l’on se livre au même calcul approximatif avec le second total cumulé, on obtient un rayon moyen (1 620 pas, soit 2,4 km) qui, cette fois, coïncide assez bien avec la taille réelle de l’agglomération à laquelle semble renvoyer le texte (voir le cercle 2 sur la carte 4, p. VIII). Le différentiel permet même de se donner une idée de l’étendue moyenne entre les deux limites précédemment évoquées : selon le chiffre retenu, on obtient 790 ou 1 060 pas74. Cela correspondrait donc à la distance moyenne à parcourir entre l’entrée dans l’espace urbanisé et l’entrée dans la Ville définie, ou en tout cas solennisée, par le pouvoir impérial. Si l’on suppose que le texte indiquait en réalité 70 000 comme total final, dans la mesure où les manuscrits portent en fait l’indication nécessairement fautive de XX, que l’on peut corriger en LX ou LXX, on obtiendrait 1892 pas, soit 2 800 mètres. Cela n’introduit pas une énorme variation, ce que visualise le cercle 2* de la carte 4, et donne alors un différentiel de 1 060 ou 1 330 pas.

  • 75 On notera toutefois, à l’encontre d’une interprétation pourtant assez satisfaisante du texte de Pl (...)

48La projection des données pliniennes sur le terrain, malgré les approximations inévitables auxquelles elle conduit, malgré de multiples difficultés de lecture et d’interprétation, qui découlent pour l’essentiel d’habitudes mentales et de modes de présentation des données très différentes des nôtres, donne donc quelque idée de l’extension de l’agglomération à un moment donné. Nous saisissons ainsi, tant bien que mal et ramenée à un rayon moyen, une double « silhouette » de l’espace vécu de la Rome des Flaviens, correspondant, pour un voyageur arrivant dans l’Urbs, l’une à l’entrée dans la zone urbanisée, l’autre au passage d’une des « portes », cette dernière marquant peut-être, dans certains cas, le franchissement du pomerium75. Et le texte de Pline traduit surtout l’incontestable souci des autorités impériales de disposer, à certains moments, d’informations actualisées et précises quant à l’étendue et aux contours de la Ville : il reflète donc, au moins dans l’appareil administratif romain, une volonté de rendre compte de certaines limites de Rome considérées comme fondamentales – même si ces dernières ne nous apparaissent plus en toute clarté.

49Non sans paradoxe, la frontière la plus concrète, la plus sensible dans la vie quotidienne de l’agglomération, celle que nul ne pouvait ignorer, qu’il soit directement concerné dans ses déplacements ou se borne à observer – et subir – la circulation des véhicules, coïncide avec une limite à la fois très ancienne et importante pour des raisons très disparates : le premier milliaire à partir de la Ville. Le franchissement de la ligne des mille pas pouvait entraîner une assez spectaculaire rupture de charge – si du moins la réglementation que nous connaissons était strictement appliquée.

  • 76 Son application principale concerne le champ d’application des pouvoirs des édiles et du préteur u (...)
  • 77 Principalement les sanctuaires de Fors Fortuna sur la via Campana, Spes Vetus sur la via Labicana, (...)
  • 78 On distingue les quattuorvirs chargés du nettoyage des rues de la Ville (IVviri viis in urbe purga (...)
  • 79 Crawford (Michael) éd., op.cit., l. 20 : in urbem Rom(am) propriusve u(rbem) R(omam) p(assus) m(il (...)
  • 80 Mille passus non a miliario urbis, sed a continentibus ædificiis (Digeste, 50, 16, 154), qu’il fau (...)

50Il est bien connu en effet que la limite du premier mille76 intervient à plusieurs reprises dans l’histoire institutionnelle de Rome, et ce, de manière souvent fondamentale, même si cette importance n’a pas donné lieu à une création verbale analogue à celle de « banlieue ». Ce n’est toutefois pas cette modalité de la définition des confins qui va nous retenir. Il convient plutôt, pour notre propos, de relever comment cette distance, aisément repérable le long des routes grâce à la borne milliaire qui la signalait, mais aussi, le long de certaines voies, par la présence de sanctuaires archaïques qui rappellent l’ancienneté de cette limite77, s’intégrait pleinement dans les réalités les plus usuelles de la vie urbaine. Il se trouve en effet qu’un texte important, daté entre les lendemains de la guerre sociale et l’époque césarienne, connu sous le nom de « table d’Héraclée » mais énumérant de nombreuses conditions relatives à Rome, par exemple pour l’entretien des rues ou dans le domaine de la circulation, avertit de l’importance cruciale de cette limite. C’est à propos de la responsabilité individuelle et publique en matière d’entretien des voies que la distance de mille pas apparaît une première fois dans le document, sous la forme « dans la ville de Rome ou à moins d’un mille de la Ville de Rome où il y aura des habitations en continu »78. Le texte interdit ensuite, à quelques exceptions près, la circulation des chariots (plostra) entre le lever du soleil et la 10e heure, à l’intérieur de la zone « où il y aura des habitations en continu ». Dans cette seconde formulation, pourtant proche de la première, la référence aux mille pas disparaît, sans que l’on sache s’il s’agit d’une variante volontaire ou d’une inadvertance du graveur, le second terme de l’alternative paraissant vraisemblable à la plupart des auteurs79. Faute d’explicitation, un doute subsiste d’ailleurs sur le point de départ du comptage : il s’agissait certainement des portes de la muraille, et non du milliaire d’or du forum, attesté à l’époque augustéenne seulement, à partir de 20 avant n.è. ; ultérieurement, la mesure sera prise à partir de la limite des continentia – la chose est précisée, dans un contexte différent il est vrai, par un juriste du iiie s., Macer80.

  • 81 Les animaux de bât, souvent groupés en convois nommés mandræ, ne sont pas visés par la mesure : vo (...)

51Les voitures des vestales, des flamines ou du rex sacrorum n’étaient pas concernées, non plus que les mouvements liés aux triomphes et aux jeux, ainsi que l’évacuation des immondices (stercus) ou les transports de matériaux pour les édifices publics ou sacrés81 : ce sont ces deux dernières catégories qui représentaient, de toute évidence, l’essentiel des dérogations, à tout le moins au moment des grands chantiers urbains. Les satiriques, d’Horace à Juvénal, dans des textes trop connus pour être cités ici, insistent sur les pénibles inconvénients dus au trafic des blocs de pierre de construction, notamment ceux qui entrent dans Rome en provenance de Tibur.

  • 82 SHA, Hadrien, 22, 6 : vehicula cum ingentibus sarcinis urbem ingredi prohibuit.

52Pendant une partie au moins de la période étudiée, le premier mille constituait donc un périmètre au-delà duquel la circulation d’un grand nombre de véhicules de transport devait s’interrompre et attendre la nuit pour pénétrer plus avant dans l’espace urbain ou procéder à un déchargement. Du moins dans l’hypothèse d’une efficience stricte des règles codifiées : une notice de l’Histoire auguste signale en effet qu’Hadrien a pris une mesure du même ordre. Elle reste imprécise, tant pour les cargaisons concernées que pour la limite, spatiale et temporelle, de l’interdiction et ne permet donc pas de déterminer s’il s’agit d’une réitération ou d’une amplification des restrictions antérieures : « il défendit de laisser entrer dans la Ville des véhicules avec d’énormes charges »82.

  • 83 Sur les areæ, voir Steinby (Eva M.) éd., op.cit., LTUR I, p. 118-120 et Richardson (Laurence), op. (...)

53L’interruption de circulation d’un grand nombre de charrois induisait certainement l’existence de superficies dégagées destinées au stationnement ou au transbordement des fourgons : il restait alors sans doute une petite demi-heure à pied de trajet avant d’atteindre l’enceinte. Certaines des areæ – surfaces planes non construites – mentionnées à la périphérie de l’espace urbain correspondent peut-être à cette réalité. Les choses ne sont pas si simples cependant, dans la mesure où les quelques documents qui évoquent de telles réalités, notamment des textes satiriques des premières décennies du iie s., concernent des zones franchement en-deçà du premier mille. Une fois de plus, la zone la mieux connue est celle de la porte Capène, mais il ne paraît pas déraisonnable de présumer qu’il en était de même sur les principaux axes d’accès à l’Urbs. Dans la région de la porte Capène, l’area Carruces est certainement liée au métier de carrucarius (cocher) et pouvait donc constituer une zone de service, une sorte de gare routière périphérique. Non loin de là, l’area Radicaria, dont le toponyme n’est toutefois pas aussi limpide, jouait peut-être un rôle similaire, et le mutatorium Cæsaris était possiblement l’endroit où les empereurs changeaient de moyen de locomotion, de la traction animale à la litière, ou vice-versa. Notons aussi que Juvénal, dans la troisième de ses Satires, évoque un Romain quittant la Ville et faisant charger tout son mobilier sur un chariot (ræda) tout près de la porte Capène (III, 10-11), sous laquelle il patiente avant que le muletier ne le hèle au moment du départ (ibid., 316-318). Il mentionne aussi des vendeurs de foin juifs à proximité (ibid., 14). Si l’on admet que l’environnement choisi par le satirique pour cette mise en scène ne condense pas l’espace et le temps mais reflète bien quelque réalité topographique, il nous faut bien conclure que le point de rupture de charge est, à son époque, bien proche de l’enceinte et ne coïncide point avec la première borne milliaire – même s’il lui arrive encore d’évoquer cette dernière, dans un vers évasif et ambigu, à propos d’un déplacement de la femme superstitieuse de la Satire VI83.

54Quoi qu’il en soit des modalités concrètes de son application, cette volonté de poser, définir, repérer et faire respecter de manière officielle des périmètres urbains ou péri-urbains distincts des enceintes matérielle et sacrale, intention sensible aussi bien à travers Pline – dont le texte est si dense et si elliptique qu’il défie nos typologies – que dans les dispositions de la Table d’Héraclée, nous introduit à une dernière approche des entrées et limites de Rome : celle qui s’appuie sur les pratiques administratives et fiscales.

Des limites administratives et fiscales univoques ou explicites sous le Haut Empire, mais mal connues aujourd’hui : les quatorze régions et les barrières d’octroi

55Sur ces thèmes classiques, bien étudiés dans la bibliographie, à partir d’une documentation restreinte mais homogène, nous pouvons nous borner à rappeler les définitions essentielles et à souligner les décalages qui existent entre la nature, la netteté de ces délimitations dans l’Antiquité – même en l’absence de marqueur paysager – et la connaissance que nous pouvons en avoir aujourd’hui.

  • 84 Voir Nicolet (Claude), L’Inventaire du Monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire rom (...)
  • 85 Dion Cassius, 55, 8, 6-7 ; voir Sablayrolles (Robert), Libertinus miles. Les cohortes de vigiles, (...)
  • 86 Voir Descimon (Robert) et Nagle (Jean), « Les quartiers de Paris du Moyen Âge au xviiie s. Évoluti (...)

56La réorganisation augustéenne, qui a concerné pratiquement toutes les facettes du monde romain, a touché le découpage spatial de l’Urbs (spatium urbis) en 7 avant n.è.84. D’après la restitution que l’on peut donner du processus et du résultat de la création, à cette occasion, de quatorze arrondissements (quattuordecim regiones), la réforme a pour effet de mieux faire coïncider les délimitations administratives et les réalités de l’extension de la ville : elles devaient donc couvrir à la fois l’Urbs et tout ou partie des continentia ædificia. Ainsi la XIVe région s’étend-elle sur la rive droite, intégrant pleinement le Trastévère à Rome. Il est tout aussi vraisemblable – mais on y prend rarement garde – que ce même souci d’adaptation à la croissance urbaine a conduit les pouvoirs publics à ne pas définir de bornage extérieur aux neuf régions atteignant la lisière de la ville (à savoir les Ire, IIe, Ve, VIe, VIIe, IXe, XIIe, XIIIe et XIVe). Cela expliquerait pourquoi aucun des empereurs n’a jugé utile par la suite de créer de nouveaux arrondissements, dans une cité dont rien ne nous dit que la croissance urbaine s’est arrêtée au début de notre ère. L’idée d’une limite ouverte et potentiellement extensible paraît d’ailleurs assez logique, d’abord parce qu’elle s’inscrit dans la tradition du concept de continentia, ensuite parce que le nouveau découpage procède apparemment d’un souci d’efficacité accrue en matière de lutte contre l’incendie85, enfin parce qu’on ne décèle, dans l’attitude du pouvoir romain, à l’époque étudiée, aucune velléité de brider la croissance urbaine, contrairement à l’obsession manifestée, par exemple, par le pouvoir royal français face à l’extension de Paris à l’époque moderne, selon une politique d’ailleurs répétitive, hésitante, contradictoire et illusoire86.

  • 87 Les régions servaient aussi à l’enregistrement des propriétés, à la définition des domiciles et de (...)
  • 88 Voir, après l’intuition fondamentale de Ferdinando Castagnoli quant à « l’ouverture » des régions (...)
  • 89 Voir Nicolet (Claude), op.cit., p. 163-172 et 212-213. Rien n’indique, contrairement à ce qui a ét (...)

57Les lacunes de notre information quant aux pratiques administratives liées à la vie des XIV régions ne nous permettent pas de savoir dans quel but et avec quelle fréquence les magistrats en charge des régions, édiles, tribuns ou préteurs sous Auguste, puis les curateurs sans doute à partir d’Hadrien, pouvaient avoir besoin de connaître les confins de leur secteur de compétence et d’intervention87. À dire le vrai, nous ne connaissons pas, pour l’instant, la nature des éventuels supports qui servaient à définir les frontières des régions, où qu’elles fussent situées dans l’espace urbain – à supposer qu’elles aient été effectivement matérialisées88. Il est donc probable que la marque extérieure du nouveau découpage n’ait guère été sensible à l’approche de Rome et que rien n’ait donc signalé formellement que l’on franchissait une démarcation. Ce caractère flou sur le terrain ne doit pas inciter à négliger les clarifications nécessairement opérées dans les archives administratives, dont le contenu des Régionnaires du ive s. nous donne, sous une forme abrégée et parfois schématique, une assez bonne idée et dont la teneur est conforme à ce que nous connaissons des pratiques romaines en la matière89. On avait bien là, entre les mains des pouvoirs publics, un inventaire de la Ville aussi complet que possible, encadrant le maillage plus fin des vici.

  • 90 Outre l’analyse de Cagnat (René), Essai historique sur les impôts indirects chez les Romains jusqu (...)
  • 91 À la différence de la taxe sur les légumes instaurée par Caligula, prélevée, elle, sur le marché ( (...)
  • 92 CIL, VI, 1016, a-c et 31227 ; Imp(erator) Caesar M(arcus) Aurelius / Antoninus Aug(ustus) / German (...)
  • 93 CIL, VI, 8594 : Quidquid usuarium invehitur ansarium non debet ; trad. J. Le Gall. On distingue le (...)

58Avec la ligne de perception de l’octroi90, la nature de notre documentation est bien différente. Il ne s’agit nullement de récits de fraudes, d’incidents ou d’émeutes tels que d’autres communications de ce colloque peuvent les analyser, car nos sources n’ont pas enregistré de telles protestations au sujet de ce prélèvement ; tout au plus mentionnent-elles des controverses91. L’existence des points de prélèvement est en effet attestée par cinq documents épigraphiques parallèles, datés entre l’été 177 et le 17 mars 180, sous le principat de Marc Aurèle et Commode, dont deux ont ensuite subi le martelage des noms de Commode et deux autres l’insertion de ceux de Sévère Alexandre. La mise en place de pierres (lapides) que les deux empereurs ont ordonnée « en raison des controverses qui avaient surgi entre les marchands et les fermiers, afin qu’elles indiquent la ligne du vectigal foriculiarium et ansarium des marchandises à vendre conformément à l’ancien règlement » peut nous permettre de repérer quelques fractions de la ligne d’octroi. Trois des textes en effet semblent avoir été retrouvés in situ ; pour le quatrième en revanche, le lieu de conservation ne correspond pas nécessairement à celui de la découverte (voir carte 5, p. IX) et la provenance du cinquième n’est pas connue92. On peut, au premier coup d’œil, observer que les murailles d’Aurélien passeront ensuite à proximité de trois de ces points de prélèvement d’une taxe à l’importation des biens de consommation mis en vente sur le marché de Rome – mais l’on se gardera bien, tout aussitôt, d’extrapoler cette constatation à l’ensemble du tracé à partir de trois points seulement. Une dernière inscription concerne l’ansarium ; elle a été retrouvée sur la rive du Tibre, au pied de l’Aventin, à proximité d’entrepôts, mais l’on ignore sa localisation exacte. Elle précise seulement : « tout ce qui entre et qui est d’usage personnel, ne doit pas (payer) l’ansarium ». À la différence des précédentes, elle ne mentionne pas un point de prélèvement, mais devait s’y rapporter93.

  • 94 Sur cette question, voir Palmer (Robert E.A.), art.cit., p. 222 et Le Gall (Joël), « Les habitants (...)
  • 95 Richmond (Ian), The City Wall of Imperial Rome, Oxford, Clarendon Press, 1930, p. 7.
  • 96 Frézouls (Edmond), art.cit., p. 384. Dans un sens différent, voir Perrin (Yves), Rome, ville et ca (...)
  • 97 Il faut cependant signaler que le texte de 1016 c présente, à la ligne 7, une variante : l’adverbe (...)

59L’aspect matériel des « barrières » d’octroi peut peut-être se déduire d’une des étymologies possibles du nom d’une des deux formes de la taxe : foricularium pourrait en effet dériver d’un diminutif qui désignerait des portes sommaires (foriculæ)94. Rien n’oblige, en l’état actuel de notre documentation, à imaginer, autour de Rome, une véritable barrière, un mur continu95. Si l’on n’imagine pas une éventuelle identification avec les passages précédemment évoqués (les 37 portes de Pline ou les arcs pullulant sous Domitien, le temps des Flaviens pouvant être celui de « l’ancien règlement » des documents épigraphiques), est-il même certain qu’il ait existé, sur tous les axes principaux, un dispositif obligeant véhicules ou piétons à s’arrêter96 ? Il ne faut pas oublier que la mesure de la fin du iie s. a pour objectif essentiel de pallier la disparition ou, à tout le moins, l’ambiguïté des anciens repères97, probablement instaurés en même temps que la taxe elle-même : là encore, on est ramené à des installations relativement modestes.

60Quelles qu’en soient la nature exacte et la marque dans le paysage urbain, avant l’érection de la muraille aurélienne, la ligne d’octroi (finis vectigalis), malgré d’inévitables litiges, devait être, de tous les périmètres romains que nous avons examinés jusqu’ici, le plus manifeste et le plus aisément intelligible dans la vie quotidienne, malgré toutes nos incertitudes et nos interrogations à son endroit. De même qu’un résident de Rome pouvait savoir sans équivoque à quelle région il ressortissait, un visiteur pouvait s’enquérir de celle dans laquelle il entrait ou dans laquelle se trouvait le monument qu’il avait sous les yeux : nous ne saurons jamais avec quel degré de familiarité les Anciens pouvaient se référer à ce découpage spatial, qui entre parfois dans la localisation d’une résidence sur un collier d’esclave (AE, 1946, 211), mais nous pouvons être assurés qu’il avait, à un instant donné, une portée précise, dûment enregistrée et accessible, sous une forme abrégée, à une partie au moins de la population urbaine.

Un schéma d’ensemble ?

  • 98 Les numéros conventionnels affectés aux différentes limites pour faciliter la lecture des paragrap (...)

61Au terme de la démarche analytique suivie jusqu’ici, guidée par le regard que nos sources permettent de porter sur chacune d’elles, l’on ne peut faire l’économie d’une question d’ensemble : quels étaient les rapports entre ces cinq limites – les murailles (I), le pomerium (II), les quatorze régions (III), le périmètre et « l’enceinte » mentionnés par Pline l’Ancien (IV), la ligne d’octroi (V)98– qui ceignaient Rome et en marquaient les entrées, sachant que plusieurs d’entre elles (au moins I et II, peut-être aussi III) se sont déplacées dans le temps ?

  • 99 Dans le même sens, Palombi (Domenico), ibidem, p. 201 et Pisani Sartorio (Giuseppina), dans Steinb (...)
  • 100 Art. cit., p. 93 : « La ligne choisie pour les fortifications [d’Aurélien] est celle de l’octroi, (...)

62Sans pouvoir entrer ici dans le détail d’une discussion systématique que nous espérons développer ailleurs, et sans prétendre proposer une solution neuve et définitive, nous devons nous efforcer de mettre en évidence un certain nombre de difficultés ou de points d’interrogation qui subsistent dans les restitutions couramment retenues99. Il convient notamment de questionner certaines extrapolations énoncées depuis longtemps, vite devenues des évidences, et reprises comme telles dans la bibliographie. Il est banal en effet, depuis les propositions élaborées à la fin du xixe s. par Rodolfo Lanciani, de postuler une certaine coïncidence entre l’ensemble des lignes dont nous trouvons mention dans notre documentation et, par suite, d’envisager un schéma des délimitations de l’espace urbain de la Rome antique caractérisé par une assez grande rationalité, cohérence trouvant son aboutissement dans les choix d’Aurélien100. En réalité, dès que l’on observe les choses dans le détail, ne serait-ce qu’à travers une confrontation ou une superposition de nos différentes cartes, bien des rapprochements admissibles se brouillent, bien des hypothèses ou des spéculations souvent gratuites deviennent obligatoires. À dire le vrai, en parcourant les études spécifiques, l’on constate rapidement que les solutions les plus diverses et les plus contradictoires ont été proposées, en général par accumulation acritique.

  • 101 Sur cette question : Coarelli (Filippo), « L’Urbs e il suburbio », art.cit., p. 42-43, et, pour le (...)

63L’interrogation principale porte sur l’interprétation de la ligne d’octroi (V) et c’est celle évidemment qui a fait couler le plus d’encre, ou plutôt qui a donné lieu aux plus substantiels (avec toutefois des paragraphes plus assertifs que démonstratifs) développements en l’absence de réel fondement documentaire. En effet, en dehors des textes épigraphiques mentionnés, aucune source n’évoque un mur d’octroi autour de la capitale. De surcroît, si l’on observe ce qui constitue en général un bon indicateur indirect des démarcations fiscales, la localisation des marchés, cette dernière, pour l’époque impériale, ne nous fournit aucun indice probant : celui de Livie est situé à l’extérieur de l’enceinte servienne, au pied de l’agger ; le macellum magnum néronien, sur le Cælius, est selon toute vraisemblance intra-urbain101.

64Il a paru en général pertinent à tous ceux qui se sont intéressés à ce dossier de postuler que, ne serait-ce que pour des raisons de clarté et de commodité, la perception des taxes s’effectuait sur une ligne préexistante ou définie par ailleurs. Comme nous allons le voir brièvement, toutes les solutions possibles ont été déclinées, sans qu’aucune emporte définitivement la conviction, pour des motifs qu’il nous semble utile de relever.

  • 102 « Les habitants de Rome… », art.cit., p. 124-126, « La Muraille servienne… », art.cit., p. 61-62. (...)

65Ainsi l’enceinte servienne (I), dont on a rappelé l’indéniable importance bien des siècles après sa construction, servait-elle de barrière fiscale, sauf en quelques points où le pomerium avait été étendu, comme le suggérait J. Le Gall102 ? On doit alors se demander à quel moment la décision aurait pu être prise de positionner ainsi, de manière aussi restrictive du point de vue financier, la ligne d’octroi autour de la seule Urbs et il faut alors s’attacher à reconstituer une histoire de la fiscalité dont les linéaments restent bien obscurs. La taxe sur les marchandises remonte-t-elle à Auguste et est-elle antérieure à la création des régions, pour ainsi s’appuyer sur une frontière certes aisée à repérer et surveiller, mais bien limitative du point de vue de la rentabilité du prélèvement ? La remarque vaudrait, a fortiori, pour l’époque néronienne ou flavienne. Il faut en tout cas souligner que, si l’on fait fond sur les documents épigraphiques retrouvés in situ, une telle situation n’a pas perduré au iie s. et, en tout état de cause, ne concerne qu’une faible partie de la « barrière ».

  • 103 Labrousse (Michel), « Le pomerium de la Rome impériale : notes de topographie romaine », MEFR, tom (...)

66Compte tenu des objections précédentes, il faudrait plutôt raisonnablement admettre, avec Michel Labrousse, comme une hypothèse « peut-être audacieuse mais, dans une certaine mesure, justifiable » que le pomerium (II) constituait la ligne d’octroi (V), hypothèse d’ailleurs devenue vulgate chez certains spécialistes de la topographie romaine103. L’argument principal avancé par les tenants de cette équivalence – l’inclusion pour des raisons financières, par Claude puis Vespasien, des principales zones portuaires contenant les entrepôts, sur la rive gauche puis sur la rive droite si l’on admet que le fragment de cippe retrouvé dans le Trastévère n’a pas franchi le fleuve ultérieurement – a pour lui une grande logique financière. Il ne rend cependant pas compte des extensions tout aussi considérables au Champ de Mars ni de l’exclusion de certaines parties de la région XII. Il n’évite pas de devoir postuler une dissociation ultérieure des deux lignes : comment justifier sinon la nécessité de la mesure prise sous Marc Aurèle, si les lapides ne font que redoubler les cippes du pomerium, alors même que ces derniers ont été restaurés sous Hadrien ? Outre que la relation entre espace contributif et pourtour sacré ne repose sur aucun indice tangible, la progression du rendement de l’impôt serait confiée à des principes spatiaux bien étrangers à la nature du prélèvement. Enfin, et c’est clairement le point le plus faible de cette théorie, le pomerium de Claude, dans sa partie septentrionale au moins, se détachait en avant de la ligne d’octroi, comme le montre la distance (pratiquement 400 mètres) qui sépare les cippes et les inscriptions d’octroi du iie s. in situ sur la Flaminia et la Salaria nova, c’est-à-dire sur les deux seuls points où la contre-épreuve est effectivement possible !

  • 104 Par exemple avec Carandini (Andrea), art.cit., p. 66-67, Zehnacker (Hubert), art.cit., p. 316, ou, (...)

67D’autres superpositions ont paru tout aussi séduisantes et ont donc été proposées, là encore, avec autant de plausibilité que d’absence de fondement documentaire. Admettre que l’octroi est prélevé à la bordure des neuf régions augustéennes périphériques104 revient à supposer implicitement que ces dernières jouissaient d’une délimitation franche sur le terrain, ce qui n’est pas prouvé à ce jour, comme nous l’avons vu.

  • 105 Ainsi Palmer (Robert E.A.), art.cit., p. 223 et Panciera (Silvio), art.cit., p. 10.

68Le bon sens fiscal dicte alors de songer plutôt aux continentia105, l’agglomération réelle en quelque sorte, comme optimum du point de vue du rendement de la taxe. L’on comprendrait alors les sources de litiges possibles, dans la mesure où toute excroissance urbaine pouvait suggérer un déplacement de la ligne de perception. Toutefois la position de l’inscription qui évoque l’exclusion des biens à usage personnel, si on admet qu’elle était disposée au pied de l’Aventin, ne paraît pas plaider en ce sens, à moins d’admettre qu’elle concernait des marchandises débarquées directement du fleuve.

  • 106 Pour être précis, 19 536 m contre 18 837.
  • 107 Voir aussi Chastagnol (André), op.cit., p. 255.
  • 108 Lanciani (Rodolfo), art.cit., p. 95-98 : « la mention très précieuse des nouvelles portes, quae su (...)

69Plus sophistiquée se révèle enfin la combinaison avec la notice de Pline l’Ancien – où pourtant, comme se le remémore le lecteur attentif, l’on ne décèle aucune dimension fiscale, ce qui explique que nous n’ayons pas encore évoqué celle-ci à son propos, pour dégager le texte de la gangue de ses gloses – et les réalités de la Rome du iiie s. On a en effet relevé depuis longtemps que les Régionnaires du ive s. comptabilisent dans la muraille aurélienne 37 portes – exactement le même total que celui de Pline si les nombres sont correctement transmis. S’agit-il d’une pure coïncidence, ou doit-on réellement admettre que l’érection des murailles au iiie s., dont le périmètre n’est, de fait, guère différent de celui mentionné par Pline106, a permis d’harmoniser les lignes de défense et de fiscalité, voire celles-ci et le pomerium107 ? Dans cette hypothèse, en combinant les indices ténus fournis par les textes épigraphiques localisés et la notice de Pline – à condition, bien sûr, de renoncer à l’identification des « douze portes » suggérée plus haut –, on est tenté d’admettre la superposition des limites IV et V. C’est la brillante construction de Lanciani qui a servi de fondement à cette hypothèse. Rappelons-en les grandes lignes, avant d’en souligner les faiblesses, voire l’aporie. Il considère tout d’abord que les 37 portes, actives à l’époque de Vespasien (hodie dans le texte de l’Histoire naturelle), constituent les barrières d’octroi alors que les anciennes portes (veteres) appartenaient à la muraille servienne. Dans un second temps, il éclaire le comptage des portes exposé par Pline à propos de l’extension linéaire de la Ville, en considérant que 12 d’entre elles sont enregistrées une seule fois (semel), alors que les 25 autres le sont deux fois ou plus, selon un principe simple. Ainsi la porte Capène serait comptabilisée deux fois, puisqu’elle permet d’atteindre les portes Appia et Latina déjà positionnées, par hypothèse, sur l’emplacement de la future muraille aurélienne. Ce schéma, clair et séduisant, laisse de côté la prémisse qui identifiait les 37 portes à autant de points de prélèvement de taxe : on comprend mal pourquoi un voyageur arrivant par la voie Appia aurait à franchir successivement une barrière à la porte Appia puis une seconde à la porte Capène. Cette contradiction interne – en tout cas ce dérapage interprétatif dans l’éclairage apporté au texte de Pline – nous paraît affaiblir la reconstruction d’ensemble108.

  • 109 Richmond (Ian A.), op.cit., p. 7-9. On relèvera, comme une faiblesse supplémentaire, que la positi (...)

70Après ces considérations globales, revenons-en à l’observation de notre maigre corpus pour redire à la suite d’I. Richmond, que, de toute manière, la tentative de faire coïncider l’enceinte aurélienne avec la ligne d’octroi antérieure ne peut s’appuyer pour l’instant que sur trois points, exclusivement situés dans la partie septentrionale ; l’incertitude, que nous avons déjà relevée, sur le lieu exact de découverte du quatrième document épigraphique incite encore plus à suspendre le jugement, ou alors il faut introduire une divergence sur la partie orientale du tracé (carte 5, p. IX), la superposition postulée des deux lignes se retrouvant ensuite, pour la partie méridionale. L’on conviendra que l’on est là dans l’hypothèse gratuite et imprudente, ou au minimum non nécessaire109 : l’historien ne doit pas jouer les Procuste.

71Ainsi le réexamen rapide des informations dont nous disposons, données partielles, imparfaitement transmises et souvent elliptiques, doit nous inciter à une certaine prudence, ne serait-ce que parce que les différentes limites ne sont pas nécessairement apparues au même moment. Elles résultent au contraire d’une sédimentation dont rien ne prouve que l’unité ou la cohérence ait été la caractéristique principale et le souci essentiel. Toute combinatoire, comme on vient de le vérifier, ne peut être tenue pour prouvée, et, en toute rigueur, ne doit pas être tenue pour une certitude et une base de raisonnement. L’abus de l’analyse historique procède ici d’un glissement d’une réalité globale à une simplification par approximation. Il faut, tout au contraire, soigneusement sérier les informations et, surtout, les niveaux de connaissance auxquelles celles-ci correspondent.

  • 110 L’on n’oubliera pas en effet qu’entre l’époque de Pline et celle des Régionnaires, au milieu du iv(...)
  • 111 Il serait certainement instructif de mettre en perspective, de manière systématique, l’ensemble de (...)
  • 112 Sur les interrogations soulevées par une éventuelle extension du tracé du pomerium sous Aurélien ( (...)
  • 113 Ainsi, pour Paris, Descimon (Robert) et Nagle (Jean), art.cit., p. 968 et p. 971.

72D’une part, il est clair que l’étendue de la zone urbanisée, entre la fin du Ier s. et celle du iiie s., certes difficile à cartographier à grande échelle et certainement pas immuable110, peut être appréhendée grosso modo, grâce à plusieurs indicateurs convergents à moyenne échelle : cippes pomériaux, lapides de la ligne de perception de l’octroi, mensurations recueillies par Pline, bordures externes des 14 régions, muraille d’Aurélien. D’autre part, la tentative de croire à une superposition des différentes limites pomériale, faubourienne (continentia), fiscale puis poliorcétique, qui relèvent d’autorités, de normes ou de logiques spatiales différentes, doit faire abstraction de plusieurs décalages observables sur le terrain ou de doutes chronologiques. Sans vouloir trop abonder dans le sens de la déconstruction de l’objet historique, confortable et périlleuse à la longue, on peut néanmoins se demander si la rationalisation postulée a pu émerger avant la logique des historiens du XIXes. La « carte mentale » globale que nous sommes inévitablement portés à restituer a-t-elle vraiment existé, même dans l’esprit des administrateurs ou des érudits de la Rome antique ? Certes, il nous est loisible de relever chez ces derniers quelques doutes, inadvertances ou méprises, qui nous donnent à penser que des confusions étaient possibles, que des analogies s’immisçaient dans la conscience des historiens ou des antiquaires et que, par suite, nos critères classificatoires stricts sont indubitablement trop absolus. Ainsi le projet d’extension de la Ville élaboré par César en 45 avant n.è., la création des 14 régions par Auguste, les desseins prêtés à Néron – pour nous en tenir à quelques exemples – valent à leurs concepteurs la réputation d’avoir élargi le pomerium, ce qui est, à tout le moins, douteux111. Mais il ne nous paraît pas raisonnable, pour autant, d’en inférer une véritable équivalence sur le terrain et une intention rationalisante, qui reste discutée, même pour le règne d’Aurélien112. Des dossiers plus complets dans le détail, sur le plan spatial et chronologique, pour des grandes villes plus récentes, montrent que des décalages entre limites urbaines et périmètre fiscal peuvent exister, que des quartiers avec frange d’extension ne sont pas invraisemblables, et que les déplacements des différentes frontières peuvent être fréquents, mais pas toujours concomitants (avec parfois plusieurs décennies d’écart) : pour la Rome antique, si une telle série d’ajustements a existé, nous ne pouvons guère, si ce n’est de manière très relative et discontinue, en fixer la chronologie113.

Pour un bilan

73La complexité des déterminations des points d’entrée dans Rome procède donc, comme nous venons de le voir, d’un enchevêtrement de périmètres de natures différentes. La ligne pomériale ne coïncide pas avec le tracé de l’enceinte, mais voisine avec elle sur une partie de cette dernière ; elle est largement indépendante de celle de l’agglomération réelle, dont les prolongements, sans doute essentiellement radiaux, sont subsumés dans la notion de continentia. Peu avant le changement d’ère, les nécessités d’une clarification administrative, à l’origine prioritairement liées, semble-t-il, au souci d’efficacité dans la lutte contre les incendies (et donc sans rapport motivé avec la problématique du contrôle des entrées dans la ville) suscitent un découpage en quatorze arrondissements : les régions périphériques, à notre connaissance du moins, ne sont pas dotées de frontières extérieures visibles dans le paysage. À la même époque ou quelques décennies plus tard, l’instauration d’un octroi entraîne la création d’une « barrière » dont nous ne faisons guère qu’entrevoir la marque dans le paysage, à travers quelques exemplaires d’un texte épigraphique de clarification et de rappel des usages anciens.

74Trois remarques pour conclure ce panorama à bien des égards fragmentaire et incertain.

  • 114 Si du moins l’on se refuse à y voir aussi la ligne d’octroi (voir supra). Pour une vision synthéti (...)

75Pour l’époque considérée, l’Urbs possède un centre symbolique, le mundus/umbilicus, mis en valeur sous Auguste par le milliaire d’or érigé à proximité, un périmètre sacral au tracé incontestable, le pomerium, mais ce dernier ne concerne concrètement114 qu’une étroite minorité, à savoir les augures et les détenteurs d’une charge publique – et encore les empereurs se sont-ils, dès Auguste, affranchis des contraintes liées à ce franchissement. Dans nos sources, une entrée semble privilégiée, c’est celle qui se situe au sud-est de la Ville, à la porte Capène, et il s’agit là manifestement d’un héritage royal et républicain.

76Pour le reste, nos connaissances demeurent très floues et parcellaires et elles ne permettent guère d’établir des relations topographiques assurées entre les différentes limites qu’évoquent les sources. Cette difficulté résulte sans doute de la déconnexion probable entre la délimitation de l’espace où se prennent les auspices urbains et toute autre réalité urbaine. Il est délicat, dans ces conditions, de proposer un schéma simple, qui serait certainement trop moderniste dans sa cohérence. Le doute méthodique doit l’emporter, pour deux raisons essentielles. D’une part, l’évolution du périmètre fondamental, le pomerium, est officiellement affirmée, au moins à partir d’une certaine date (on a pensé, mais sans certitude, à Sylla), comme indépendante de l’étendue de la ville : elle est surdéterminée par la croissance de la domination romaine, en Italie puis dans l’empire, et les entrées de l’Urbs sont censées se déplacer si et seulement si la sphère de l’imperium se dilate sur de nouveaux territoires. D’autre part, nous croyons repérer, de la part des autorités romaines, la volonté d’assortir continuité morphologique et agrégation administrative, c’est-à-dire de conserver, dans toute la mesure du possible, des limites pratiques dont l’actualisation se fasse d’elle-même au rythme de la croissance urbaine : la chose est indéniable pour les continentia, elle est plausible dans le cas des limites extérieures de celles des quatorze régions augustéennes qui sont concernées par l’expansion de l’agglomération.

  • 115 Sur lesquels la littérature est abondante et que nous n’avons abordé ici, de ce fait, qu’à la marg (...)
  • 116 Mais, si l’on en croit Palmer (Robert E.A.), art.cit., p. 223, en laissant passer les chariots dot (...)

77Enfin, en l’état actuel de notre enquête sur les modalités concrètes d’entrée dans l’Urbs, si l’on exclut les entrées solennelles des empereurs115 – qui constituaient sûrement, dans les limites tolérées par le princeps, un modèle pour les membres de l’élite –, il nous faut constater qu’il y a assez peu de « scènes vues » à verser au dossier. L’on peut se plaire toutefois à imaginer, dans la quotidienneté, la figure du représentant des fermiers de l’ansarium en train de compter les anses des amphores transportées par un charroi pour déterminer le montant de la taxe à acquitter (si l’on admet qu’il s’agit bien là de l’étymologie à donner au nom de cet octroi, dont les occurrences sont rarissimes)116.

78Résumé :

79L’enquête sur les entrées et les limites de Rome entre le iie s. av. n.è. et le iiie s. de n.è. est fortement tributaire de la nature très disparate des sources dont nous disposons pour déterminer les pourtours de la Ville, qu’ils relèvent de la seule perception ou qu’ils soient déterminés par les autorités publiques. L’importance classique de la muraille servienne ou du pomerium comme limites de l’Urbs ne disparaît pas au cours des siècles étudiés, du fait du poids des traditions et de leur vertu de repères aisés dans une agglomération qui paraît illimitée, mais elle s’estompe néanmoins. De tous les seuils urbains repérables, le plus marqué est celui qui est lié aux interdits de circulation routière ; les autres, dont ceux mentionnés par Pline l’Ancien (HN, III, 66-67), demeurent sujets à interprétation. Les limites administratives (14 régions) ou fiscales (barrières d’octroi), pourtant expresses dans l’Antiquité, nous échappent assez largement. Quelques observations finales suggèrent la remise en cause de la corrélation, habituellement postulée ou tenue pour nécessaire, entre les différentes limites précédemment examinées.

Annexe : les cippes pomériaux trouvés à Rome117

  • 117 Voir aussi, Stroszeck (Jutta), art.cit., n. 35 p. 96-101.

Notes

1 Nous reprenons à dessein le sous-titre donné par Joël Le Gall à l’une de ses études (« À propos de la Muraille Servienne et du Pomerium. Quelques rappels et quelques remarques », Études d’archéologie classique II, Annales de l’Est, Mémoire n° 22, 1959, p. 43-54) en hommage aux recherches critiques menées par ce savant, principal auteur des rares travaux détaillés, en français, sur ces questions épineuses (les références en seront données infra). Voir aussi, en dernier lieu, Panciera (Silvio), « Dove finisce la città ? », La forma della città e del territorio. Esperienze metodologiche e risultati a confronto. Atti dell’Incontro di studio, S. Maria Capua Vetere, 27-28/11/1998, Rome, L’Erma di Bretschneider (ATTA, Suppl., 5), 1999, p. 9-15 ; Patterson (John R.), « On the margins of the city of Rome », Hope (Valerie M.) et Marshall (Eireann) éd., Death and Disease in the Ancient City, Londres/New York, Routledge, 2000, p. 85-103 ; Lafon (Xavier), « Le Suburbium », Pallas, tome 55, 2001, p. 199-214, et, pour un tableau aux temps augustéens, Haselberger (Lothar) éd., Mapping Augustan Rome, Portsmouth (Rh.I.), JRA (Suppl. Series n° 50), 2002. Nous laissons de côté, sauf quand elles peuvent nous apporter des indications topographiques précises, les entrées impériales, déjà abondamment étudiées (voir infra note 115).

2 Digeste, 33, 9, 4, 4-5 (avec une insistance sur l’exception romaine) ; 50, 16, 2 pr. ; 50, 16, 87 (ex consuetudine cotidiana). Voir aussi, toujours dans le Digeste, la définition du fait d’être présent à Rome (3, 3, 5-6) ou d’y être né (50, 16, 147). Sur ces notions, voir Pailler (J-Marie), Les mots de la Rome antique, Toulouse, P.U.M., 2001, p. 54-55, et, sur l’évolution des définitions juridiques, Casavola (Franco), « Il concetto di « urbs Roma ». Giuristi e imperatori romani », Labeo, tome 38, 1992, p. 20-29. Dans l’agglomération parisienne contemporaine, les continentia pourraient sans doute se traduire par « la petite couronne ».

3 Antiquités romaines, IV, 13, 4. L’auteur, qui est en train de traiter de l’enceinte servienne, vient d’évoquer les constructions qui se sont développées hors les murs.

4 « Je ne pense pas qu’il arrivait à quelqu’un de dire : ici se trouve le bord des continentia ædificia, ici commence le rus » soutient Purcell (Nicholas), « Town in Country and Country in Town », MacDougall (Elisabeth Blair) éd., Ancient Roman Villa Gardens (10 th Dumbarton Oaks Colloquium on the History of Landscape Architecture), Washington (D.C.), Trustees for Harvard University, 1987, p. 187-203 (à la p. 189).

5 Voir Pailler (Jean-Marie), « Rome aux cinq régions ? », MEFRA, tome 97, 1985, p. 785-797. Voir toutefois, sur la faible occupation et l’état sanitaire du Vatican au ier s. de n.è., Tacite, Histoires, II, 93.

6 Strabon, Géographie, V, 3, 8. Voir aussi, infra, Pline l’Ancien, NH, III, 67 où l’on retrouve la même image, l’ajout d’autres villes à la Ville.

7 Sur cette ligne, souvent nommée pomerium suburbain par les modernes, voir Scheid (John), « Les sanctuaires de confins dans la Rome antique. Réalité et permanence d’une représentation idéale de l’espace romain », L’Urbs. Espace urbain et histoire (1er s. av. J.-C. - 3e s. ap. J.-C.), Actes du colloque international organisé par le CNRS et l’EFR (Rome 8-12 mai 1985), Rome, EFR (CEFR, no 98), 1987, p. 583-595, et, en dernier lieu, Coarelli (Filippo), « Remoria », Braund (David) et Gill (Christopher) éd., Myth, History and Culture in Republican Rome. Studies in Honour of T.P. Wiseman, Exeter, E.U.P., 2003, p. 41-55.

8 Frontin, Les aqueducs de la ville de Rome, 19, 1 ; 7, 8 (proprius urbem, a septimo miliario) ; cf. aussi 124, 1 où toutefois la rédaction est elliptique et le texte des manuscrits doit être amendé (proximos ductus, id est qui a septimo miliario) ; Bruun (Christer), The Water Supply of Ancient Rome. A Study of Roman Imperial Administration, Helsinki, Societas Scientiarum Fennica (Comm.Hum.Litt., 93), 1991, p. 148 ; voir aussi la note 49 de l’édition de P. Grimal dans la CUF, p. 77. Cf. Tacite, Histoires, II, 88, 2.

9 Ad familiares, IX, 19, 1 : « de la porte [Balbus] est venu droit chez moi » (a porta domum meam).

10 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane, IV, 36 et 39. On trouvera sur la carte 1, p. V, le tracé, assuré ou probable selon les segments, des murailles servienne et aurélienne, ainsi que l’indication des principaux toponymes mentionnés dans le texte de cette communication.

11 Tacite, Annales, XV, 58.

12 Respectivement : Tacite, Annales, III, 5, 2 ; Hérodien, I, 7, 3. Cf. Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, VII, 4, 1, à propos de l’arrivée de Vespasien.

13 Respectivement Contre Pison, 51 (a Brundisio usque Romam agmen perpetuum totius Italiæ ; le texte date de 55) ; Sur sa maison, 75 (adventus meus atque introitus in urbem) ; Contre Pison, 52 (cum mihi ipsa Roma prope convolsa sedibus suis […] mœnia ipsa viderentur et tecta urbis ac templa lætari) ; Pour Sestius, 131 et Sur sa maison, 76 (a porta), Lettres à Atticus, IV, 1, 5 (cum venissem ad portam Capenam, gradus templorum ab infima plebe completi erant. A qua plausus maximo cum esset mihi gratulatio significata.). Cf. aussi, laconique, Au Sénat sur son retour, 39. Dans la postérité, voir surtout Appien, Guerres civiles, II, III, 16.

14 Nous laissons de côté toutefois l’entrée de Néron à son retour de Grèce fin 67, en provenance de la région albaine, car elle se rattache à une tout autre tradition, celle des concours isélastiques, même si elle se combine ensuite, dans l’espace urbain, avec le rituel du triomphe : « Quand il entra à Rome, un pan de la muraille fut abattu et une partie des portes enfoncée car quelqu’un assura que c’étaient là deux pratiques coutumières lors du retour des vainqueurs couronnés aux concours » (Dion Cassius, 63, 20, 1). Cf. Suétone, Néron, 25.

15 Hérodien, II, 14, 2 : « Le peuple le reçut avec des acclamations et le Sénat vint le saluer à l’entrée de la ville » (epi tais poleôs eisodois) ; Dion Cassius, 74, 1 : « Sévère se rendit à Rome, toujours sur son cheval et en habit de cavalier jusqu’à son arrivée aux portes, où il le quitta pour une tenue civile et marcha à pied (mekri men tôn pulôn epi te tou ippou kai en esthèti ippikè elthôn, enteuthen de tèn te politikèn allaxamenos kai badisas) ; son armée tout entière, infanterie et cavalerie, suivait en armes à ses côtés. C’était le plus magnifique de tous les spectacles que j’aie jamais vus… » (trad. V. Boissée — E. Gros, revue). Sur ces textes, voir Le Gall (Joël), « La Muraille servienne sous le Haut-Empire », dans Hinard (François) et Royo (Manuel) éd., Rome. L’espace urbain et ses représentations, Paris, Presses de l’Univ. de Paris-Sorbonne/Maison des Sciences de la Ville (Univ. de Tours), 1991, p. 5563, spécialement p. 59. La porte n’est pas identifiée ; nous savons seulement que l’empereur vient d’Ombrie. L’auteur de l’Histoire Auguste donne de l’épisode une version sensiblement différente : une entrée en armes, une entrée « odieuse et terrifiante car les soldats pillaient tout, sans rien payer, et menaçaient de dévaster la Ville » (SHA, Sévère, 7, 1 et 3).

16 Op.cit., IV, 13, 5 : « Quant au mur, qui est difficile à repérer, à cause des constructions qui l’entourent de tous côtés, et qui garde quelques traces des nombreux endroits où se trouvaient des bâtiments anciens, si l’on voulait mesurer Rome à l’enceinte de la ville d’Athènes, l’enceinte de Rome ne semblerait pas beaucoup plus importante que l’autre ». Sur les restaurations augustéennes, voir Coarelli (Filippo), « Le mura regie e repubblicane », dans Brizzi (Bruno) éd., Mura e porte di Roma antica, Rome, Colombo, 1996, p. 29.

17 De la langue latine, V, 143. Sur les cippes pomériaux d’époque impériale qui ont été mis au jour, consulter désormais CIL, VI, 8, 2, 40852-40855 et voir infra le tableau donné en annexe. L’emplacement des cippes était enregistré dans les archives publiques (publica acta, Tacite, Annales, XII, 24, 2). Pour Tite Live (1, 44, 5), le pomerium est une bande de terrain (spatium) plutôt qu’une simple ligne.

18 En l’état actuel de nos connaissances, le cippe le plus imposant mesurait 230 x 80 x 55 cm (CIL, VI, 1232 = 31538 b) mais la partie visible était certainement moins haute (cf. CIL, VI, 40854 et 40855, où la partie la plus soignée de la pierre ne fait qu’un peu plus d’un mètre de haut). La distance entre deux cippes, parfois indiquée dans le texte de l’inscription, pouvait varier de 211 à 480 pieds (soit de 62 m à 142 m environ). Il y avait au minimum, à partir de Vespasien, 158 cippes, probablement guère plus, pour un pourtour qui devait avoisiner au moins une quinzaine de kilomètres. Cf. l’image du pomerium romuléen que donne Tacite : « des pierres placées de loin en loin, régulièrement » (certis spatiis interiecti lapides, Annales, XII, 24, 1).

19 Le petit monument en forme d’autel de type archaïque représenté sous le pied du génie du peuple romain sur le bas relief de la Cancelleria qui met en scène un adventus de Vespasien, sans doute dans l’Urbs, ne saurait que très symboliquement faire allusion au pomerium (voir, par exemple, Turcan (Robert), L’Art romain, Paris, Flammarion, 1995, p. 134 et fig. 166). De même, nous avons du mal à suivre Joe Park Poe (« The Secular Games, the Aventine, and the Pomerium in the Campus », ClAnt, tome 3, 1984, p. 70) quand il précise que, sur un bas relief de l’époque d’Hadrien conservé au musée des Conservateurs de Rome, « un des compagnons [de l’empereur] pose le pied sur une pierre qui représente probablement un cippe du pomerium » (on trouvera une photographie de cette sculpture, où l’on reconnaît habituellement un adventus Augusti, dans Turcan (Robert), ibidem, p. 178 fig. 212). Qu’il y ait là un marqueur iconographique est vraisemblable, mais une tentative d’identification aussi explicite paraît aventureuse : on discerne tout au mieux, sous le pied, que l’on a au demeurant du mal à rattacher à l’un des personnages de la scène mais qui est sculpté avec précision, une légère surélévation de ce dernier. Gerhard Koeppel (« Profectio und Adventus », BJ, tome 169, p. 158 ; voir aussi p. 151 et 191) est beaucoup plus prudent, qui repère « probablement une allusion au pomerium ». Maria-R. Alföldi se refuse même à reconnaître ici la représentation d’un adventus (« Riconoscere un anonimo : a proposito del rilievo adrianeo del Palazzo dei Conservatori », BCAR, tome 101, 2000, p. 101-104, en particulier n. 3 p. 101 et p. 103), dans la mesure où l’empereur porte la toge (mais ne peut-on admettre que le moment figuré est celui qui suit immédiatement le changement de tenue vestimentaire ?). Nous tenons à remercier Noëlle Géroudet qui nous a aidé dans ce début d’enquête iconographique, dont les résultats incitent, on l’aura compris, à suspendre le jugement.

20 Voir, même si toutes les suggestions n’emportent pas la conviction, les remarques de Ziolkowski (Adam), « Between geese and the auguraculum : the origin of the cult of Juno on the Arx », CPh, tome 88, 1993, p. 213-218. Cf. les Tables eugubines et leurs deux séries de repères le long des limites de la ville : Magdelain (André), Ius imperium auctoritas. Études de droit romain, Rome, EFR (CEFR, n° 133), 1990, p. 196-197, et, en dernier lieu, Sisani (Simone), Tuta Ikuvina. Sviluppo e ideologia della forma urbana a Gubbio, Rome, Quasar, 2001, p. 153-158.

21 Rodriguez-Almeida (Emilio), « Il Campo Marzio settentrionale : solarium e pomerium », RPAA, tomes 51-52, 1978-1980 [1982], p. 195-212, et, en dernier lieu, Topografia e vita romana : da Augusto a Costantino, Rome, UIIASSAR, 2001, p. 13-16.

22 Nous ne pouvons toutefois entrer ici dans le détail de l’exposé des idées d’Adalberto Giovannini qui s’attache à montrer que, contrairement à la théorie mommsénienne, il ne faut pas lier la limite entre pouvoir militaire (imperium militiæ) et pouvoir civil (imperium domi) au pomerium : Consulare imperium, Bâle, Reinhardt, 1983, chap. I ; dans le même sens, Liou-Gille (Bernadette), Une lecture « religieuse » de Tite Live I. Cultes, rites, croyances de la Rome archaïque, Paris, Klincksieck, 1998, p. 343-356, surtout p. 349-351.

23 Cicéron, De la nature des dieux, II, 10-11 et De la divination, I, 33 ; Valère-Maxime, Faits et dits mémorables, I, 1, 3 ; Granius Licinianus, 28, 24-26 (p. 8-9 Flemisch) et Plutarque, Vie de Marcellus, 5, 1-4. Gracchus, après avoir pris les auspices précédant l’élection consulaire, était entré dans la Ville pour réunir le Sénat : ayant franchi le pomerium, il aurait dû prendre une seconde fois les auspices. Sur cet épisode, voir Scheid (John), « Le délit religieux dans la Rome tardo-républicaine » Le délit religieux dans la cité antique, Rome, EFR (CEFR, n° 48), 1981, p. 144-145 et Liou-Gille (Bernadette), op.cit., p. 352-353 (avec une bibliographie note 139).

24 Voir Dion Cassius, 53, 32, 5 et les analyses éclairantes de Ferrary (J.-Louis), « À propos des pouvoirs d’Auguste », CCG, tome 12, 2001, p. 101-154, spécialement p. 119-120, et « Les pouvoirs d’Auguste : l’affranchissement de la limite du pomerium », dans Belayche (Nicole) éd., Rome, les Césars et la Ville aux deux premiers siècles de notre ère, Rennes, PUR, 2001, p. 9-21.

25 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, VII, 4. Sur la volonté de Vespasien et Titus de « renouer avec une tradition ancienne du triomphe », voir Rivière (Yann), Le cachot et les fers. Détention et coercition à Rome, Paris, Belin, 2004, p. 45-48.

26 Coarelli (Filippo), Il Campo Marzio. Dalle origini alla fine della Repubblica, Rome, Quasar, 1997, p. 118-135.

27 Voir, en dernier lieu, Pisani Sartorio (Giusippina), « Mutatorium Cæsaris », Steinby (Eva-Margherita) éd., Lexicon Topographicum Urbis Romæ, volume III, Rome, Quasar, 1996, p. 335, et infra. Le positionnement du pomerium dans cette zone étant discuté pour l’époque impériale, il n’y a aucune certitude quant au maintien de la porte Capène sur le tracé pomérial.

28 Histoire romaine, 26, 32, 4 (in vestibulo urbis) ; voir, en dernier lieu, Coarelli (Filippo), « Porta Capena », dans Steinby (Eva M.) éd., ibidem, LTUR III, p. 325, Patterson (John R), « Via Appia », ibid., LTUR V, p. 130-133, et, dans ce même volume, la communication de P. Gros sur le prestige de la nécropole. Revoir aussi, supra, l’arrivée de Cicéron en 57. Sur la transvectio equitum : McDonnell (Myles), « Un ballo in maschera : processions, portraits, and emotions », JRA, tome 12, 1999, p. 541-552 (surtout p. 545-546). Sur la mise en valeur matérielle et l’entretien du tracé viaire concerné, cf. Tite Live, 10, 23, 12 et 38, 28, 3 ; Ovide, Fastes, 6, 191-192. Sur la signification des différents sanctuaires d’Honos et Virtus, voir Torelli (Mario), op.cit., p. 29. Sur le Rediculi fanum : Festus, 283 M = 355L. (extra portam Capenam) ; Pline l’Ancien, NH, X, 122 (campus Rediculi à droite de la voie Appienne, à deux milles de Rome). Sur les constructions sévériennes : SHA, Sévère, 24, 3-4 et Gorrie (Charmaine), « The Septizodium of Septimius Severus Revisited : the monument and Its Historical and Urban Context », Latomus, tome 60, 2001, p. 653-670 (notamment p. 664). Est aussi situé à proximité de cette porte un des trois senacula, locaux liés aux séances du Sénat : Bonnefond-Coudry (Marianne), Le Sénat de la République romaine…, Rome, EFR (BEFAR, n° 273), 1989, p. 148 et 188.

29 Dans le même sens, Andreussi (Maddalena), « Roma : il pomerio », ScAnt, tome 2, 1988, p. 219234 et Giardina (Andrea), « Perimetri », dans Giardina (Andrea) éd., Storia di Roma dall’Antichità a oggi. Roma antica, Rome/Bari, Laterza, 2000, p. 23-34 (spécialement p. 32). Sur cette problématique, voir Hinard (François), « Rome dans Rome. La Ville définie par les procédures administratives et les pratiques sociales », Hinard (François) et Royo (Manuel) éd., op.cit., p. 31-54 (surtout p. 38-45).

30 Sur l’amburbium ou amburb(i)ale sacrum, voir aussi SHA, Aurélien, 20, 3 et Apulée, Métamorphoses, III, 2, 5 (qui ne mentionne pas expressément un tour à l’extérieur de la ville) ; la citation est de Dumézil (Georges), La religion romaine archaïque, Paris, Payot, 1966, p. 231. Sur rite et ville : Laurence (Ray), « Emperors, Nature and the City : Rome’s ritual Landscape », Accordia Research Papers, tome 4, 1993, p. 79-87. Pour une conclusion semblable quant à la fréquence du rite public des ambarvalia, voir Scheid (John), Romulus et ses frères. Le collège des frères arvales, modèle du culte public dans la Rome des empereurs, Rome, EFR (BEFAR, n° 275), 1990, p. 99.

31 Sur cette délicate question, voir, par exemple, Hinard (François), « L’élargissement du pomerium. L’Italie et l’espace urbain de Rome », La ciudad en el mundo romano/La ciutat en el mon romà, XIV Congreso Internacional de Arquelogía clásica, Tarragona 1993, Actas, Tarragone, CO del XIX CIAC/CSIC-IEC, 1994, vol. 1, p. 233-237, Giardina (Andrea), « Il pomerio di Roma e i limiti dell’Italia », L’Italia romana. Storie di un’identità incompiuta, Rome/Bari, Laterza, 1997, p. 117-138 et Simonelli (Antonella), « Considerazioni sull’origine, la natura e l’evoluzione del pomerium, Ævum, tome 75, 2001, p. 119-162.

32 Sénèque, De la brièveté de la vie, 13, 8 ; voir Andreussi (Maddalena), art.cit., spécialement p. 229 et 231.

33 Pour pasticher le titre de S. Panciera, art. cit.

34 Voir, sur cette question, Lugli (Piero-Maria), « Considerazioni urbanistiche sulla pianta marmorea del Foro della pace », BArch, tomes 16-18, 1992, p. 19-31, notamment p. 22 et figure 3 ; l’auteur évoque toutefois un plan pré-sévérien plus vaste (p. 29 et 31). Consulter aussi Reynolds (David West), Forma urbis Romae. The Severan Marble Plan and the Urban Form of Ancient Rome, PhD, Ann Arbor, UMI, 1999, spécialement p. 40-42, 57 et la figure 1.41 qui replace les contours de la FUM dans leur contexte topographique, ainsi que Rodriguez-Almeida (Emilio), Formæ Urbis Antiquæ. Le mappe marmoree di Roma tra la Repubblica e Settimio Severo, Rome, EFR (CEFR, n° 305), 2002, p. 11 et fig. 4 p. 12, avec une explication des dimensions fondée sur un rapport modulaire lié à la distance qui sépare le Capitole du sanctuaire de Jupiter Latial sur les monts Albains.

35 Voir, en dernier lieu, Castrèn (Paavo), « Vici and insulæ : the homes and addresses of the Romans », Arctos, tome 34, 2000, p. 12.

36 Digeste, 1, 12, 1sq. (præfectus urbi cum terminos urbis exierit, potestatem non habet : extra urbem potest iubere iudicare). On trouvera une discussion détaillée dans Mommsen (Theodor), Droit public romain, tome V, Paris, Thorin, 1892, p. 380-381, Vigneaux (Paul-Émile), Essai sur l’histoire de la præfectura urbis à Rome, Paris, Fontemoing, 1896, p. 143sq., Vitucci (Giovanni), Ricerche sulla praefectura urbi in età imperiale, sec. I-III, Rome, L’Erma di Bretschneider, 1956, p. 52-61, et dans les remarques critiques de Cadoux (Theodore John), JRS, tome 49, 1959, p. 157-158 ; cf. aussi Chastagnol (André), « Le fonctionnement de la préfecture urbaine », La Rome impériale. Démographie et logistique. Actes de la table ronde (Rome, 25/3/1994), Rome, EFR (CEFR, n° 230), 1997, p. 111-119, spécialement p. 114-116.

37 Vigneaux (Paul-Émile), op.cit., p. 145 n.1, suggère d’utiliser la périphrase « sol urbain » pour désigner la Ville et la zone annulaire du premier mille, car c’est ainsi qu’il comprend termini urbis (mais cf. Tite Live, 1, 44, 5, cité infra).

38 Les autres ponts de Rome mériteraient aussi une étude du même type, restituant le sentiment des voyageurs au moment de leur franchissement. Sur la dimension mythique de l’affrontement qui voit la défaite et le mort de Maxence au pont Milvius : Desnier (J.-Luc), La légitimité du prince iie-xiie siècles. La justice du fleuve, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 156-161.

39 Plutarque, Vie de Galba, 15, 5 et 8 (… ton oiônon eisionti dia pollon phonou kai nekrôn tosoutôn eis ten polin) ; Tacite, Histoires, I, 6, 3 (introitus in urbem), 31, 3 (primo statim introitu), 37, 5-6 (feralem introitum… in oculis urbis… His auspiciis urbem ingressus…) ; Suétone, Galba, 12, 2-3 (ea fama et confirmata et aucta est, ut primum urbem introiit) ; Dion Cassius, 64, 3, 1 (Ôs d’éplêsiasé tê polei…). Sur l’événement lui-même, voir, en dernier lieu, Morgan (Gwyn), « Galba, the massacre of the marines, and the formation of legion I Adiutrix », Athenæum, tome 91, 2003, p. 489-515.

40 Tacite, ibid., II, 89, 1 (Ipse Vitellius a ponte Mulvio insigni equo, paludatus accinctusque, senatum et populum ante se agens, quo minus ut captam urbem ingrederetur, amicorum consilio deterritus, sumpta prætexta et composito agmine incessit).

41 Tacite, ibid., III, 82, 1 (…ut castris iuxta pontem Mulvium positis postera die urbem ingrederetur).

42 Tacite, Annales, XIII, 47, 2 : « le pont Mulvius, en ce temps-là, était fréquenté pour les plaisirs nocturnes ; Néron s’y rendait souvent pour donner plus libre cours, hors de la Ville, à ses ébats » (ventitabat Nero quo solutius urbem extra lasciviret). Les Régionnaires du ive s. incluent cependant le pont parmi les huit de la Ville.

43 Dion Cassius, 53, 22, 1 : lors de la restauration opérée par Auguste, arc et statues sont érigés aux deux extrémités de la voie Flaminienne, sur le pont du Tibre et à Rimini.

44 Cicéron, Lettres à Atticus, XIII, 33a, 1 ; Martial, Épigrammes, III, 14 (Romam petebat esuritor Tuccius/profectus ex Hispania./ Occurit illi sportularum fabula :/ a ponte rediit Mulvio). Cf. aussi Tite Live, 27, 51, 1 (en 207 av. n.è., la foule urbaine se porte en masse jusqu’au pont pour accueillir les envoyés des consuls après la victoire du Métaure) et voir, de manière générale, Le Gall (Joël), Le Tibre, fleuve de Rome dans l’Antiquité, Paris, PUF, 1953, p. 86.

45 Sur les monnaies sévériennes et un bas relief probablement de la même époque, voir les analyses suggestives de Desnier (J.-Luc), « On the Bridge on a coin of Septimius Severus, AD 208 », NC, tome 157, 1997, p. 191-194 (avec bibliographie antérieure) ; SHA, Gallien, 18, 5 : « il avait également envisagé d’élever le long de la voie Flaminienne jusqu’au pont Milvius un portique à quatre ou même, selon certains, cinq rangées de colonnes : la première rangée comporterait des piliers auxquels s’adosseraient des colonnes ornées de statues, tandis que la deuxième, la troisième et les autres rangées présenteraient des colonnes disposées par groupes de quatre » (trad. A. Chastagnol). Sur cette notice, qui date de l’extrême fin du ive ou des premières années du ve s., voir Moneti (Andrea), « La grande via colonnata di Roma. Ipotesi sul progetto irrealizato dell imperatore Galliano », Palladio, tome 21, 1998, p. 5-12.

46 Denys d’Halicarnasse, op.cit., III, 67, 5. Sur les textes rabbiniques et leurs références précises, se reporter à : Bacher (W.), « Rome dans le Talmud et le Midrasch », REJ, tome 33, 1896, p. 195-196 ; Hadas (Moses), « Roman Allusions in Rabbinic Literature », PhQ, tome 8, 1929, p. 375 ; Stemberger (Günter), « Die Beurteilung Roms in der rabbinischen Literatur », ANRW, tome II, 19, 2, 1979, p. 383-384 et n. 154 ; Hadas-Lebel (Mireille), Jérusalem contre Rome, Paris, Éditions du Cerf, 1990, p. 227 et n. 207 ; Noy (David), Foreigners at Rome. Citizens and Strangers, Londres, 2000, p. 144-146 (« First impressions of Rome »). Nous tenons à remercier Y. Roman qui a appelé notre attention sur ces documents.

47 Lo Cascio (Elio), « Registrazioni di tipo censuale e stime della popolazione delle Mégapoles nell’antichità : il caso di Roma imperiale », dans Nicolet (Claude) éd., Mégapoles méditerranéennes. Géographie urbaine rétrospective. Actes du colloque organisé par l’EFR et la MMSH (Rome, 8-11/5/1996), Paris/Rome, Maisonneuve et Larose/MMSH/EFR (CEFR, n° 261), 2000, p. 633. Quelle qu’ait été la législation en vigueur, il est clair en tout cas que la fraude à la domiciliation romaine et la perception des avantages matériels étaient aisées pour les habitants des zones péri-urbaines.

48 Pseudo Virgile, Appendix vergiliana, Moretum, vers 77-80 : Verum hic non domini (quis enim contractior illo ?), / sed populi proventus erat, nonisque diebus/venalis umero fasces portabat ad urbem : / inde domum cervice levis, gravis aere redibat / vix umquam urbani comitatus merce macelli. En traduction littérale : « Cependant cette récolte n’était pas pour le propriétaire (y avait-il en effet plus économe que lui ?) mais pour le peuple, et tous les neuf jours, il emportait, sur son épaule, les bottes qu’il voulait vendre à la Ville, et, de là, s’en revenait chez lui, la nuque légère, mais alourdi de monnaie. C’est à peine si quelquefois il ramenait des achats faits au marché de la ville ». On peut aussi se reporter à Martial, Épigrammes, III, 47, qui évoque, mais dans un contexte satirique où l’entrée en ville se transforme en départ, un chariot (reda) chargé de biens de la campagne. Sur le paysage, les populations et les activités du suburbium, voir Carandini (Andrea), « Hortensia. Orti e frutteti intorno a Roma », Misurare la terra : centuriazione e coloni nel mondo romano. Città, agricoltura, commercio : materiali da Roma e dal suburbio, Modène, Panini, 1985, p. 66-74 et Lafon (Xavier), art.cit.

49 Le péril de l’intervention armée, sacrilège du fait de l’intrusion des armes à l’intérieur du pomerium, n’est jamais bien loin. Ainsi Cicéron, Philippiques, XIII, 19 : « il [Marc Antoine] fit son entrée dans la Ville avec quel cortège, ou plutôt avec quelle colonne ! » (ingressus urbem est quo comitatu vel potius agmine !). Cf. ibidem, III, 27 et V, 21 et, à l’inverse, la honte de l’occultus adventus et de l’introitus in urbem desertus ab amicis de Pison (Cicéron, Contre Pison, 97).

50 Cicéron, Lettres à Quintus, III, 1, 24 et 2,2.

51 Ainsi Agricola, de retour de sa province en 84, pour ne pas indisposer l’empereur Domitien si l’on en croit son gendre Tacite (« Et pour éviter que son entrée ne se fasse remarquer par une grande affluence, évitant le zèle de ses amis, il arriva de nuit dans la Ville et se rendit de nuit au palais, comme cela le lui avait été prescrit » : ac ne notabilis celebritate et frequentia occurrentium introitus esset, vitato amicorum officio noctu in urbem, noctu in Palatium, ita ut præceptum erat, venit ; Agricola, 10, 4). Cf., sur les entrées nocturnes d’Auguste, Suétone, Auguste, 53, 2 (le soir ou la nuit) ; Dion Cassius, 54, 10, 4 (en 19 a.C.) et 25,4 (en 13 a.C. et de manière presque générale, de retour des faubourgs ou de n’importe où ailleurs).

52 Ainsi le retour d’un promagistrat en Gaule transalpine, candidat au consulat, accueilli par la foule de ses partisans au Champ de Mars à la 3e heure (Cicéron, Pour Muréna, 68-69).

53 Tacite, Annales, III, 9,2 : « il accrut encore la colère de la foule parce qu’il avait fait aborder son bateau près du tombeau des Césars, de jour et sur une rive noire de monde, et que lui-même, escorté d’une longue colonne de clients, et Plancine, accompagnée d’un cortège de femmes, s’avançaient avec une expression allègre sur le visage ».

54 Sur l’entrée par le Tibre, voir Görler (Woldemar), « Tiberaufwärts nach Rom. Ein Thema und seine Variationen », Klio, tome 75, 1993, p. 228-243. La réalisation du projet attribué à Néron (Suétone, Néron, 16, 1), consistant à étendre la Ville vers Ostie, aurait immanquablement modifié le sentiment des voyageurs arrivant par la mer : Balland (André), « Nova Urbs et "Neapolis ". Remarques sur les projets urbanistiques de Néron », MEFR, tome 77, 1965, p. 349-393 (surtout p. 369-372).

55 Sur la problématique de la circulation dans l’Empire romain, voir les propositions et suggestions programmatiques de Moatti (Claude), « Le contrôle de la mobilité des personnes dans l’Empire romain », MEFRA, tome 112, 2000, p. 925-958, spécialement p. 931-933, et ses travaux à paraître. Pour un exemple d’infiltration de soldats dans la ville, pourtant lors d’un épisode de guerre civile : Hérodien, II, 12, 1.

56 Tacite, Histoires, III, 79, 4 : haud procul urbe inter ædificia hortosque et anfractus viarum, quæ gnara Vitellianis, incomperta hostibus.

57 Ibid., III, 82, 8 : Ii tantum conflictati sunt, qui in partem sinistram urbis ad Sallustianos hortos per angusta et lubrica viarum flexerant. Superstantes maceriis hortorum Vitelliani ad serum usque diem saxis pilisque subeuntes arcebant, donec ab equitibus, qui porta Collina inruperant, circumvenirentur.

58 Sur la ceinture des horti, voir Jolivet (Vincent), « Croissance urbaine et espaces verts à Rome », La Rome impériale, op.cit., p. 193-208, qui suggère (p. 205) que la « ceinture verte » pouvait avoir la fonction d’un boulevard périphérique garantissant des déplacements rapides et sûrs de l’empereur, de sa garde et de ses personnels, et Lafon (Xavier), « Concurrence ou complémentarité ? Jardins et nécropoles à la périphérie de Rome (ier siècle av. / iie siècle ap. J.-C.) », Histoire Urbaine, tome 8, 2003, p. 9-21.

59 Hérodien, I, 12, 5-8 : « Brusquement, sans que le peuple s’y attendît, apparurent, sur ordre de Kléandros, tous les cavaliers de la garde impériale, qui frappèrent et blessèrent tous ceux qui se présentaient à eux. Le peuple ne pouvait résister : il était sans armes, ses adversaires étaient armés ; il était à pied, ses adversaires à cheval. Il opéra donc une conversion et s’enfuit à l’intérieur de la ville (es ten polin). Un grand nombre de gens moururent sous les coups des soldats ou les sabots des chevaux, mais beaucoup aussi périrent étouffés par la foule, car, pour esquiver les chevaux, les gens s’écrasèrent mutuellement. Les cavaliers, dont la poursuite n’était gênée par rien jusqu’aux portes de la ville (tôn tes Rômes pulôn), massacrèrent sans compter tout ce qui s’offrait à eux. Mais lorsque les Romains qui étaient restés dans la ville (en tei polei) eurent appris les événements antérieurs, ils fermèrent les portes de leurs demeures, montèrent sur les toits de celles-ci et déversèrent pierres et tuiles sur les cavaliers. D’acteurs, ces derniers devinrent victimes. » (traduction D. Roques, éd. Belles-Lettres ; coll. Roue à Livres).

60 Selon la formule de Goudineau (Christian), Duby (Georges) éd., Histoire de la France urbaine. Tome 1 : la ville antique, Paris, Seuil, 1980, p. 243. Certaines pouvaient constituer des entrées monumentales aussi spectaculaires que celle signalée à Cordoue (voir supra la communication de P. Gros) : ainsi, de part et d’autre de la voie Flaminia, deux pyramides, peut-être d’époque augustéenne (Moneti (Andrea), art.cit., p. 5). Sur les espaces funéraires et la « deuxième ceinture verte aristocratique », voir, en dernier lieu, Lafon (Xavier), « Concurrence ou complémentarité,… », art.cit., p. 11-12 et p. 21.

61 Sur les activités artisanales, voir Morel (J.-Paul), « La topographie de l’artisanat et du commerce dans la Rome antique », L’Urbs. Espace urbain et histoire, op.cit., p. 127-155 (surtout p. 130-131) et Arnaud (Pascal), art.cit., p. 68 ; sur l’évolution du paysage péri-urbain, Coarelli (Filippo), « L’Urbs e il suburbio », Giardina (Andrea) éd., Società romana e impero tardoantico, vol. 2, Rome/Bari, Laterza, 1986, p. 1-58, principalement p. 41-45.

62 Pour l’époque augustéenne, voir désormais la carte proposée dans Haselberger (Lothar) éd., op.cit. : ses données essentielles concernant l’étendue de la surface urbanisée sont reportées sur la carte 1, pl. V. Pour le texte de Pline, Histoire naturelle, III, 66-67, nous reprenons la traduction de l’édition d’H. Zehnacker dans la CUF, avant de suggérer quelques modifications possibles ; voir aussi, du même, « La description de Rome dans le livre III de la NH », Pigeaud (Jacky) et Oroz (José) éd., Pline l’Ancien témoin de son temps. Colloque de Nantes 22-26/10/1985, Salamanque/Nantes, Bibliotheca Salmanticensis (Est. 87), 1987, p. 307-320. Voir aussi les articles classiques : Lanciani (Rodolfo), « Le mura di Aureliano e di Probo », BCAR, 1892, p. 87-111, Huelsen (Christian), « Der Umfang der Stadt Rom zur Zeit des Plinius », MDAI(R), 1897, p. 148-160, Von Gerkan (Armin), « Grenzen und Grössen der vierzehn Regionen Roms », BJ, tome 149, 1949, p. 5-65 (repris dans Von antiker Architektur und topographie, Stuttgart, Kohlhammer, 1959).

63 La fin du passage n’est pas en rapport direct avec les questions qui nous préoccupent, mais mérite d’être rappelée : « Si l’on ajoutait la hauteur des immeubles, on concevrait certainement une estimation valable et on avouerait qu’aucune ville, dans le monde entier, n’est de taille à pouvoir lui être comparée. Elle est fermée à l’est par la Chaussée (agger) de Tarquin le Superbe, un ouvrage des plus admirables, car celui-ci l’éleva à la hauteur des murailles, là où la Ville était la plus exposée, ses abords étant en plaine. Le reste était protégé par des murailles très élevées ou des dénivellations abruptes, à cela près que l’extension des immeubles a ajouté plusieurs villes (à la Ville) (nisi quod exspatiantia tecta multas addidere urbes). »

64 Purcell (Nicholas), « The City of Rome », Jenkyns (Richard) éd., The Legacy of Rome : a new appraisal, Oxford, O.U.P., 1992, p. 421-453, spécialement p. 422-424.

65 Cf., par exemple, Tite Live, 1, 44, 5, sur le déplacement du pomerium avec la croissance de la ville : et in urbis incremento semper quantum mœnia processura erant tantum termini hi consecrati proferebantur (avec l’accroissement de la ville, toute extension des mœnia entraînait un recul identique de ces bornes consacrées). Il serait absurde de supposer que le mot désigne ici une enceinte fortifiée, puisque le passage se rapporte aux mesures de Servius Tullius et que Rome n’a pas d’autres murs que les murailles serviennes à l’époque où écrit Tite Live. Voir aussi, avec des références vitruviennes, Gros (Pierre), « Mœnia : aspects défensifs et aspects représentatifs des fortifications », De Maele (Symphorien van) et Fossey (John M.) éd., Fortificationes antiquæ, Amsterdam, Gieben, 1992, p. 211-225, à qui nous empruntons la formule, ainsi que Suétone, Néron, 16, 1, Florus I, 1 et Servius, Ad Verg. Aen., II, 234 et 252. Dans le même sens, Frézouls (Edmond), « Rome, ville ouverte. Réflexions sur les problèmes de l’expansion urbaine d’Auguste à Aurélien », L’Urbs. Espace urbain et histoire, op.cit., p. 384 n. 42.

66 De toute manière, la lex de imperio Vespasiani envisageait déjà l’extension pomériale, que l’on peut donc sans difficulté supposer planifiée plusieurs mois avant sa matérialisation sur le terrain. Sur cette hypothèse, voir, en dernier lieu, Coarelli (Filippo), « La consistenza della città nel periodo imperiale : pomerium, vici, insulae », La Rome impériale. Démographie et logistique. Actes de la table ronde (Rome, 25/3/1994), Rome, EFR (CEFR, n° 230), 1997, p. 89-109.

67 En dehors des segments où il suit de près la muraille et des cas particuliers, comme celui de l’arc de Claude au Champ de Mars, déjà évoqué, dont la fonction s’apparente à celle d’un cippe pomérial (cf. référence à la censure et à la victoire britannique dans l’inscription) et qui est qualifié de porte par Martial (Épigrammes, IV, 18, 1-2).

68 Voir Steinby (Eva M.) éd., op. cit., LTUR II, p. 219. Le toponyme est attesté dès 42 avant n.è. (Obsequens, 70), ce qui écarte les réticences chronologiques de Laurence Richardson (A New Topographical Dictionary of Ancient Rome, Baltimore/Londres, J. Hopkins U.P., 1992, p. 141). La suggestion de ce même savant sur l’identité des « 12 portes » avec les substructions de l’aqua Appia situées à proximité de la porte Capène nous paraît irrecevable, d’une part parce qu’une telle extension de la région XI vers l’est est très peu crédible et que l’ordre d’énumération des Régionnaires implique une localisation de l’autre côté du Grand cirque, d’autre part parce que rien n’indique que l’appellation « 12 portes » se soit substituée à celle de « porte Capène ». On n’oubliera pas que les stalles de départ du Cirque (carceres) sont parfois désignées par le mot oppidum (Varron, La langue latine, V, 153).

69 Sur les sources et la méthode de Pline, voir, de manière générale, Naas (Valérie), Le projet encyclopédique de Pline l’Ancien, Rome, EFR (CEFR, n° 303), 2002.

70 Suétone, Domitien, 13 (ianos arcusque cum quadrigis et insignibus triumphorum per regiones urbis tantos ac tot extruxit…) ; Pline le Jeune, Panégyrique, 54, 4 (et quasi prolatis imperii finibus nunc ingentes arcus…). Sur le lien entre expansion de l’Empire et extension du pomerium, voir supra.

71 Épigrammes, VIII, 65, 11-12 : Hæc est digna tuis,Germanice, porta triumphis/Hos aditus urbem Martis habere decet. Sur ce texte, Coarelli (Filippo), Il foro boario dalle origini alla fine della Repubblica, Rome, Quasar, 1988, p. 372-381, qui y lit une reconstruction de la porte triomphale ; on relèvera cependant que la formulation de Martial suggère plutôt qu’il s’agit d’une construction nouvelle, sur un terrain jusque-là inoccupé : cf. Rodriguez-Almeida (Emilio), « Arcus Domitiani (Fortuna Redux) » et « Area felix domini nostri », Steinby (Eva M.) éd., op.cit., LTUR I, p. 118. Plus généralement, sur ce « matraquage idéologique » : Sablayrolles (Robert), « Domitien, l’Auguste ridicule », Pallas, tome 40, 1994, p. 113-144 (surtout p. 130-132). Sur l’iconographie numismatique : Hill (Philip V.), The Monuments of Ancient Rome as Coin Types, Londres, Seaby, 1989, p. 51.

72 Ce passage de Pline n’est d’ailleurs pas sous-tendu par une conception circulaire de l’espace urbain, parfois exprimée par les auteurs d’inspiration pythagoricienne, Varron au premier chef, représentation qui serait de toute façon à écarter au profit d’un développement le long d’axes et de radiales et de digitations. Voir Arnaud (Pascal), « Vers une définition géodynamique des suburbia : éléments pour une zonation des zones péri-urbaines », Cæsarodunum, tome 32, 1998, p. 63-81.

73 Sur la walking city, ou ville du piéton, et ses dimensions, voir par exemple Allain (Rémy), Morphologie urbaine. Géographie, aménagement et architecture de la ville, Paris, A. Colin, 2004, p. 35.

74 En divisant (60 000 – 20 765) par 37, soit 1,06 mille romain, ou bien, en suivant la lecture 30765 exposée supra, 790 pas seulement. Nous laissons entièrement de côté les spéculations numérologiques auxquelles ont donné lieu les indications de périmètre fournies par Pline : le lecteur intéressé en trouvera un résumé succinct dans Lagopoulos (Alexandros-Ph.), Urbanisme et Sémiotique dans les sociétés pré-industrielles, Paris, Anthropos, 1995, p. 310-311 (ainsi que des références bibliographiques complémentaires).

75 On notera toutefois, à l’encontre d’une interprétation pourtant assez satisfaisante du texte de Pline, puisqu’elle distingue l’espace compris dans le pomerium et celui qui englobe jusqu’aux extrema tectorum, qu’un des cippes pomériaux du règne d’Hadrien – l’on considère que le pomerium d’Hadrien n’est qu’une restauration de celui de Vespasien – semble avoir été repéré par Pirro Ligorio non loin du camp des prétoriens, pourtant positionné par Pline à l’extrémité de la zone construite (carte 2, p. VI et infra, annexe p. 121). Cet écart entre enceinte intérieure et périphérie ultime est assez éloigné du différentiel calculable entre les deux circonférences, comme nous venons de le voir, même si ce dernier ne correspond évidemment qu’à une moyenne.

76 Son application principale concerne le champ d’application des pouvoirs des édiles et du préteur urbain (cf. Gaius, Institutes, IV, 104 sur les legitima iudicia), ainsi que celui de l’appel aux tribuns de la plèbe (provocatio ; Tite Live, 3, 20), mais voir l’interprétation détaillée et discriminante de Giovannini (Adalberto), op.cit., p. 19-26) ; elle apparaît tout aussi bien dans la lex Oppia de 215 (Tite Live, 34, 1), dans l’édit qui, au moment de la guerre contre Persée, en 169, définit la zone que les sénateurs rappelés à Rome ne peuvent quitter (Tite Live, 43, 11), dans le sénatus-consulte de 154 sur l’interdiction de s’asseoir aux spectacles (Valère-Maxime, Faits et dits mémorables, II, 4, 2), à propos de la résidence des juges instaurés par la lex repetundarum de 123 (Crawford (Michael), Roman Statutes, Londres, ICS, 1996, n° 1, vol. 1, p. 66-67, restitutions des lignes 13 et 17), de l’étendue spatiale sur laquelle on pouvait recourir au ius auxilii conféré au futur Auguste en 30 (Dion Cassius, 51, 19, 6), du rayon d’exclusion des cultes égyptiens en 21 av. n.è. (Dion Cassius, 54, 6,6), ou de la localisation des temples dont la fermeture est prévue par la Tabula Hebana à l’anniversaire de la mort de Germanicus (Crawford (Michael), ibidem, n° 37-38, vol. 1, p. 521, restitution de la l. 58). Voir aussi, infra, la Tabula Heracleensis.
En deçà de la limite du 100e mille, d’autres rayons d’action apparaissent dans le cadre de mesures de sécurité, comme l’éloignement des bûchers funéraires : en 38 av. n.è., la crémation est prohibée jusqu’à deux milles de la ville (Dion Cassius, 48, 43, 3). Dans certaines circonstances exceptionnelles, ainsi pour la domiciliation des matrones convoquées par les édiles curules sur le Capitole en 207 (Tite Live, 27, 37, où est employée l’expression urbs romana) ou pour la recherche de cas éventuels d’empoisonnements en 180 avant n.è., le rayon est même élargi jusqu’à dix mille pas (Tite Live, 27, 37 et 40, 37). Pour éviter « une mort qui ferait sensation si elle avait lieu dans la Ville même », un meurtre politique est programmé à 40 milles de Rome (Tacite, Histoires, IV, 11, 7). En 200 av. n.è., la République romaine cède des terres à ses créanciers dans un rayon de 50 milles (Tite Live, 31, 13, 6). La question de ces limites à caractère administratif, ayant vraisemblablement donné lieu, au moins pour certaines d’entre elles, à production de documents archivés, mériterait en elle-même un examen attentif, qui ne peut trouver sa place ici.
À titre de comparaison : la loi municipale d’Urso dispose (rubrique 74, ligne 13) qu’on ne peut construire un ustrinum ou brûler un cadavre à moins de 500 pas de l’oppidum.

77 Principalement les sanctuaires de Fors Fortuna sur la via Campana, Spes Vetus sur la via Labicana, Mars sur la via Appia, Minerve sur la via Latina, Hercule sur la via Tiburtina, Anna Perenna sur la via Flaminia, Dis et Proserpine sur la via Triumphalis ; en revanche, il ne semble pas possible de tenir pour juste la remarque de Torelli (Mario), Typology and Structure of Roman Historical Reliefs, Ann Arbor, Univ. of Michigan Press, 1982, p. 29-30, sur la position de l’Ara pacis augustæ à un mille de la Ville (voir Hasenbelger (Lothar), JRA, tome 13, 2000, p. 525-526).

78 On distingue les quattuorvirs chargés du nettoyage des rues de la Ville (IVviri viis in urbe purgandis, puis viarum curandarum) des duovirs chargés du nettoyage des rues en dehors de la Ville jus-qu’au premier mille (IIviri viis extra propriusve urbem Romam passus mille purgandis). Le second de ces collèges disparaît avant 13 avant n.è. (Dion Cassius, 54, 26, 7).

79 Crawford (Michael) éd., op.cit., l. 20 : in urbem Rom(am) propriusve u(rbem) R(omam) p(assus) m(ille) ubei continente habitabitur… ; l. 56sq. : intra ea loca ubi continenti hab<i>tab<i>tur… Cl. Nicolet et M. Crawford, dans leur commentaire (p. 382) penchent pour l’hypothèse d’un oubli. Autres occurrences de la limite de 1 000 pas dans la Table d’Héraclée : lignes 26, 50, 67, 68, 69 et 77.

80 Mille passus non a miliario urbis, sed a continentibus ædificiis (Digeste, 50, 16, 154), qu’il faut certainement comprendre comme la limite extérieure des continentia. Sur cette notice, voir les remarques, plutôt allusives, de Mommsen (Theodor), op.cit., tome I, p. 76 n.2. Ce décrochage du calcul du premier mille, lié à la perception du vingtième des héritages d’après l’emplacement de la notice, traduit certainement, une nouvelle fois, le souci de coller aux réalités de l’espace urbain ; s’il s’agit d’une nouveauté de l’époque de Macer, auteur de la citation, elle s’inscrit peut-être dans le cadre des importantes remises en ordre ou réformes du règne de Sévère Alexandre, sur lesquelles on se reportera à Coarelli (Filippo), « La situazione edilizia di Roma sotto Severo Alessandro », L’Urbs. Espace urbain et histoire, op.cit., p. 429-456, en particulier p. 443-444. On retiendra toutefois que ce mode de calcul n’est pas corroboré par ailleurs.

81 Les animaux de bât, souvent groupés en convois nommés mandræ, ne sont pas visés par la mesure : voir Le Gall (Joël), « Un mode de transport méconnu : les animaux de bât », Le Ravitaillement en blé de Rome et des centres urbains des débuts de la République jusqu’au Haut Empire. Actes du colloque de Naples, 14-16 février 1991, Rome/Naples, EFR/CJB (CEFR, n° 196), 1994, p. 71.

82 SHA, Hadrien, 22, 6 : vehicula cum ingentibus sarcinis urbem ingredi prohibuit.

83 Sur les areæ, voir Steinby (Eva M.) éd., op.cit., LTUR I, p. 118-120 et Richardson (Laurence), op.cit., p. 32-33 ; radicaria pourrait dériver de radix ou de radius, la première racine semblant la plus admissible. Sur ces passages de Juvénal : Le Gall (Joël), « La Muraille servienne… », art.cit., p. 61 (on ne peut cependant pas tenir compte de Satires, VI, 541-542, car la mention d’une Juive avec corbeille et foin est hors contexte topographique). Satires, VI, 577 : ad primum lapidem uectari cum placet, hora sumitur ex libro (« si elle a envie de se faire porter jusqu’au premier mille, c’est à partir de son livre qu’elle fixera l’heure »). Les locaux du cursus publicus étaient eux situés à proximité de la Via Flaminia, au nord du champ de Mars : voir Coarelli (Filippo), « Catabulum », Steinby (Eva M.) éd., op. cit., LTUR I, p. 256.

84 Voir Nicolet (Claude), L’Inventaire du Monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, Fayard, 1988, p. 210-214, et, avec une remarquable carte détaillée, encore trop peu diffusée, Palombi (Domenico), « Regiones quattuordecim (topografia) », Steinby (Eva M.) éd., op.cit., LTUR IV, p. 199-204, d’où est tiré notre croquis 3, pl. VII. L’expression spatium urbis est celle de Suétone, Auguste, 30, 1.

85 Dion Cassius, 55, 8, 6-7 ; voir Sablayrolles (Robert), Libertinus miles. Les cohortes de vigiles, Rome, EFR (CEFR, n° 224), 1996, p. 24-26.

86 Voir Descimon (Robert) et Nagle (Jean), « Les quartiers de Paris du Moyen Âge au xviiie s. Évolution d’un espace plurifonctionnel », AESC, tome 34, 1979, p. 956-983 (interdictions, bornages ou autorisations de 1548, 1627, 1638, 1670, 1672, 1674, 1722, 1728) ; Nagle (Jean), « La ville de l’absolutisme triomphant. De François Ier à Louis XIV », Bergeron (Louis) éd., Paris : genèse d’un paysage, Paris, Picard, 1989, chap. 3, p. 93-145 (« les quartiers ouverts, en perpétuelle expansion, ne convenaient pas à l’administration » ; p. 145) ; Rouleau (Bernard), Paris : histoire d’un espace, Paris, Éd. du Seuil, 1997, p. 202 et p. 228-229.

87 Les régions servaient aussi à l’enregistrement des propriétés, à la définition des domiciles et des résidences. Sur la gestion des Régions, voir Palmer (Robert E.A.), « The excusatio magisteri and the administration of Rome under Commodus », Athenæum, tome 52, 1974, p. 268-288 (p. 275-279) et tome 53, 1975, p. 57-87 (p. 77-80).

88 Voir, après l’intuition fondamentale de Ferdinando Castagnoli quant à « l’ouverture » des régions périphériques, les doutes de Frézouls (Edmond), art.cit., p. 375.

89 Voir Nicolet (Claude), op.cit., p. 163-172 et 212-213. Rien n’indique, contrairement à ce qui a été parfois écrit, que la limite périphérique des régions extérieures ait en aucune façon coïncidé avec celle du premier mille. Sur les Régionnaires, leur nature et leur usage, voir, avec des points de vue dissemblables : Hermansen (Gustav), « The population of Rome. The Regionaries », Historia, tome 27, 1978, p. 129-168 ; Chastagnol (André), « Les Régionnaires de Rome », Les littératures techniques dans l’Antiquité romaine. Statut, public et destination, tradition, Genève, Fondation Hardt (Entretiens sur l’Antiquité classique, XLII), 1996, p. 179-192 ; Arce (Javier), « El inventario de Roma : Curiosum y Notitia », Harris (William V.) éd., The Transformations of Vrbs Roma in Late Antiquity, Portsmouth (Rh.I.), JRA (Suppl. Series n° 33), 1999, p. 15-22 ; Storey (Glenn R.), « Regionaries-Type Insulae 2 : Architectural/Residential Units at Rome », AJA, tome 106, 2002, p. 411-434.

90 Outre l’analyse de Cagnat (René), Essai historique sur les impôts indirects chez les Romains jusqu’aux invasions des Barbares, d’après les documents littéraires et épigraphiques, Paris, Imprimerie nationale/Thorin, 1882, p. 147-151, insistant, après Mommsen, sur le fait qu’il s’agit bien d’un droit d’octroi, et le bref chapitre XV, « L’octroi de Rome au Haut-Empire », de De Laet (Siegfried J.), Portorium. Étude sur l’organisation douanière chez les Romains, surtout à l’époque du Haut-Empire, Bruges, De Tempel, 1949, p. 345-349, deux études fondamentales à ce sujet : Le Gall (Joël), « Les habitants de Rome et la fiscalité sous le Haut-Empire », Van Effenterre (Henri) éd., Points de vue sur la fiscalité antique, Paris, Publications de la Sorbonne, 1979, p. 113-126, et Palmer (Robert E. A.), « Customs on Market Goods Imported into the City of Rome », D’Arms (John) et Kopff (E. C.) éd., The Seaborne Commerce of Ancient Rome. Studies in Archaeology and History, Rome, AAR (MAAR, 36), 1980, p. 217-233 (étude souvent hardie dans l’empilement des hypothèses). Voir aussi les remarques de Carandini (Andrea), art.cit., p. 66-67, et, sur la longue durée, celles de Chastagnol (André), La préfecture urbaine à Rome sous le Bas-Empire, Paris, P.U.F., 1960, p. 336-338.

91 À la différence de la taxe sur les légumes instaurée par Caligula, prélevée, elle, sur le marché (Suétone, Caligula, 40 et Pline l’Ancien, NH, XIX, 56) : tout à fait impopulaire, elle est abolie par Néron ou Vespasien.

92 CIL, VI, 1016, a-c et 31227 ; Imp(erator) Caesar M(arcus) Aurelius / Antoninus Aug(ustus) / Germanicus, Sarmat(icus) et / Imp(erator) Caesar L(ucius) Aurelius / Commodus Aug(ustus) / Germanicus, Sarmat(icus) : / hos lapides constitui iusserunt / propter controversias, quae / inter mercatores et mancipes / ortae erant, uti finem / demonstrarent uectigali / foriculiarii et ansarii / promercalium secundum / ueterem legem semel dum/ taxat exigundo (= 1016 a = ILS, 375). Voir les addenda et corrigenda du CIL, VI, 8, 1, p. 4316, qui signalent deux fragments inédits (1016 d α et β), conservés à l’Antiquarium du Cælius, dont le lieu de découverte n’est pas connu : jointifs, ils permettent de reconstituer un nouvel exemplaire du même titulus.

93 CIL, VI, 8594 : Quidquid usuarium invehitur ansarium non debet ; trad. J. Le Gall. On distingue les produits destinés à la vente (promercalia) de ceux destinés à l’usage personnel (usuaria) : cf. Aulu Gelle, Nuits attiques, IV, 1, 23. Si la procédure était la même que celle utilisée pour le portorium, toute personne devait déclarer tout ce qu’elle portait avec elle, objets taxables ou exempts de droits (De Laet (Siegfried J.), op.cit., p. 438).

94 Sur cette question, voir Palmer (Robert E.A.), art.cit., p. 222 et Le Gall (Joël), « Les habitants de Rome… », art.cit., p. 123-124 et 126. Des foricarii sont encore mentionnés dans le Digeste, 22, 1, 17, 5 (Paul, l.S. de usur.), mais rien ne prouve qu’il s’agisse de la même activité ou qu’il faille corriger le texte.

95 Richmond (Ian), The City Wall of Imperial Rome, Oxford, Clarendon Press, 1930, p. 7.

96 Frézouls (Edmond), art.cit., p. 384. Dans un sens différent, voir Perrin (Yves), Rome, ville et capitale. Paysage urbain et histoire, iie s av. J.-C. - iie s apr. J.-C., Paris, Hachette, 2001, p. 178 et 185, qui considère que les arcs reprochés à Domitien (cf. supra) constituaient les barrières d’octroi.

97 Il faut cependant signaler que le texte de 1016 c présente, à la ligne 7, une variante : l’adverbe maxime (principalement) y suggère que l’installation des bornes pourrait avoir d’autres explications que les seules controverses mentionnées.

98 Les numéros conventionnels affectés aux différentes limites pour faciliter la lecture des paragraphes qui suivent correspondent à ceux des cartes.

99 Dans le même sens, Palombi (Domenico), ibidem, p. 201 et Pisani Sartorio (Giuseppina), dans Steinby (Eva M.) éd., op.cit., LTUR III, p. 293.

100 Art. cit., p. 93 : « La ligne choisie pour les fortifications [d’Aurélien] est celle de l’octroi, et comme cette dernière suivait d’assez près celle du pomerium et que l’une et l’autre suivaient celle de la limite entre les continentia ædificia et les expatiantia tecta, il ne pouvait y avoir de meilleur choix ».

101 Sur cette question : Coarelli (Filippo), « L’Urbs e il suburbio », art.cit., p. 42-43, et, pour les entrepôts vinaires et les marchés aux bestiaux, Palmer (Robert E.A.), art.cit., p. 223-225 ; Patterson (John R.), art.cit., p. 94 (avec toutefois des paragraphes plus assertifs que démonstratifs).

102 « Les habitants de Rome… », art.cit., p. 124-126, « La Muraille servienne… », art.cit., p. 61-62. L’on a ainsi interprété l’area radicaria située à proximité de la porte Capène comme un terrain utilisé pour les opérations d’octroi : Rodriguez-Almeida (Emilio), s.v. Steinby (Eva M.) éd., op.cit., LTUR I, p. 119-120. Pour une tout autre interprétation, voir, par exemple, Richardson (Laurence), op.cit., p. 33.

103 Labrousse (Michel), « Le pomerium de la Rome impériale : notes de topographie romaine », MEFR, tome 54, 1937, p. 165-199, aux pages 198-199. Dans le même sens, Coarelli (Filippo), « La consistenza… », art.cit., p. 92 : l’ancien règlement (la lex vetus) mentionné sur les pierres de Marc Aurèle et Commode viserait alors les limites de l’époque de Vespasien, ou de Claude.

104 Par exemple avec Carandini (Andrea), art.cit., p. 66-67, Zehnacker (Hubert), art.cit., p. 316, ou, sans conviction, Frézouls (Edmond), art.cit., p.384-385 (« faute d’autres informations »).

105 Ainsi Palmer (Robert E.A.), art.cit., p. 223 et Panciera (Silvio), art.cit., p. 10.

106 Pour être précis, 19 536 m contre 18 837.

107 Voir aussi Chastagnol (André), op.cit., p. 255.

108 Lanciani (Rodolfo), art.cit., p. 95-98 : « la mention très précieuse des nouvelles portes, quae sunt hodie, par rapport aux anciennes, veteres, nous prouve que l’habitat continu avait une enceinte qui le séparait de la ceinture suburbaine (extrema tectorum) et cette enceinte ne peut être autre chose que celle de l’octroi ».

109 Richmond (Ian A.), op.cit., p. 7-9. On relèvera, comme une faiblesse supplémentaire, que la position de la porte Flaminienne à proximité de la barrière d’octroi est ensuite justifiée (au bas de la p. 9) par des raisons stratégiques.

110 L’on n’oubliera pas en effet qu’entre l’époque de Pline et celle des Régionnaires, au milieu du ive s., le nombre total de vici passe de 265 à un peu plus de trois cents, voire à 420 environ, si l’on se fie aux chiffres transmis.

111 Il serait certainement instructif de mettre en perspective, de manière systématique, l’ensemble de ces fourvoiements de la tradition.

112 Sur les interrogations soulevées par une éventuelle extension du tracé du pomerium sous Aurélien (SHA, Aurélien, 21, 9-11), élargissement qui n’aurait pas forcément fait coïncider ce dernier avec la nouvelle enceinte, voir, en dernier lieu, Stroszeck (Jutta), « Il divieto di sepoltura entro il pomerium e la datazione dello sarcofago di Ivlivs Achillevs », Minima Epigraphica et Papyrologica, tome IV, 5, 2001, p. 73-110. Par ailleurs, certains toponymes listés dans les Régionnaires sont apparemment extérieurs à la muraille : l’Almon et le temple de Mars dans la région I, le sanctuaire d’Hercule cubans dans la région XIV.

113 Ainsi, pour Paris, Descimon (Robert) et Nagle (Jean), art.cit., p. 968 et p. 971.

114 Si du moins l’on se refuse à y voir aussi la ligne d’octroi (voir supra). Pour une vision synthétique, voir Coarelli (Filippo), « Mundus, pomerium, ager : la concezione dello spazio a Roma », Camassa (Giorgio), De Guio (Armando) et Veronese (Francesca) éd., Paesaggi del potere : problemi e prospettive. Atti del seminario, Udine, 16-17/5/1996, Rome, Quasar, 2000, p. 285-292.

115 Sur lesquels la littérature est abondante et que nous n’avons abordé ici, de ce fait, qu’à la marge ; voir, entre autres, l’ouvrage de Dufraigne (Pierre), Adventus Augusti, adventus Christi. Recherche sur l’exploitation idéologique et littéraire d’un cérémonial dans l’Antiquité tardive, Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 1994, et celui de Lehnen (Joachim), Adventus Principis. Untersuchungen zu Sinngehalt und Zeremoniell der Kaiserankunft in den Städten des Imperium Romanum, Francfort, P. Lang, 1997, et les travaux publiés ou en cours de Stéphane Benoist, par exemple, « Le retour du prince dans la cité (juin 193 – juillet 326) », CCG, tome 10, 1999, p. 149-175. Sur le départ impérial : Lehnen (Joachim), « Profectio Augusti. Zum kaiserlichen Zeremoniell des Abmarsches », Gymnasium, tome 108, 2001, p. 15-33.

116 Mais, si l’on en croit Palmer (Robert E.A.), art.cit., p. 223, en laissant passer les chariots dotés d’une plaque de bronze prouvant leur exemption de charge : voir CIL, VI, 32033.

117 Voir aussi, Stroszeck (Jutta), art.cit., n. 35 p. 96-101.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540