Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entrer en ville

 | 
Françoise Michaud-Fréjaville
, 
Noëlle Dauphin
, 
Jean-Pierre Guilhembet

Deuxième partie. Contrôles et discriminations : médiateurs et territoires

Introduction

Jean-Pierre Guilhembet

Texte intégral

1C’est probablement dans ce dossier, consacré aux contrôles qui caractérisent l’entrée et aux régulateurs qui en sont chargés, que le traitement des sources historiques retiendra le plus l’attention : jamais sans doute les potentialités ou les limites de la documentation ne sont-elles aussi déterminantes.

2Dans le cas de la Rome antique, ville ouverte de fait durant de nombreux siècles, l’hétérogénéité et la discontinuité de l’information disponible incitent à multiplier les approches, à partir de sources dispersées et dissemblables, pour tenter de reconstituer comment les différentes lisières urbaines se manifestaient sur le terrain, qu’elles soient religieuses, administratives ou fiscales. Dans cette enquête quasi policière sur les normes territoriales, il faut faire l’effort de renoncer à tout a priori rationalisant, pour reconstituer patiemment les pièces du puzzle, sans céder, comme se plaisent à le répéter nos collègues anglo-saxons, au syndrome de la « scie à découper » : il n’est pas certain que des éléments qui nous apparaissent disséminés résultent en fait d’un ensemble unitaire et cohérent tragiquement mis à mal par les aléas de la conservation des sources. Il faut probablement se garder, comme le suggère J.-P. Guilhembet, de toute tentation holistique dans la restitution des formes d’emprise et de contrôle que les pouvoirs publics exerçaient sur les entrées de l’Urbs, la Ville par excellence.

3La relecture de la documentation orléanaise opérée par Fr. Michaud-Fréjaville permet d’affirmer que le siège mémorable de 1429 ne doit pas laisser croire que la cité de la Loire a connu une évolution différente de celle des autres bonnes villes du royaume de France. Scandés par des épisodes répressifs de mise hors d’état des portes et des moyens de défense, puis de restauration de ceux-ci, les deux derniers siècles du Moyen Âge montrent une tendance à la multiplication des barrières, des points de contrôle et des dispositifs de filtrage. L’exemple orléanais permet aussi de repérer, parfois à un niveau très fin, la mise en œuvre de dispositifs de différenciation – pour ne pas dire de discrimination – lorsqu’il s’agit d’accueillir les entrants selon leur niveau social supposé, la présence de protections spirituelles qui rappellent à ceux qui franchissent l’accès de la ville qu’ils sont aussi sous l’invisible surveillance de saints protecteurs ou enfin l’importance, au moins dans l’esprit des citadins, du déploiement d’images, de couleurs et de pavois armoriés, ou de l’écho du bruit martial des bannières ou de l’airain pour renforcer la défense des portes et la sûreté de la ville.

4Un manuscrit des Barberini, aux armes du pape Urbain VIII, connu depuis longtemps, mais jusque-là exploité du point de vue de l’histoire des métiers et de la municipalité de Rome, livre en fait des informations inédites sur l’organisation de la surveillance des portes et du port de Rome, dans une période de renforcement de l’enceinte, sur l’initiative du pontife, et dans un contexte militaire incertain. L’analyse de Chr. Renoux apporte des lueurs nouvelles sur le contrôle des entrées en temps de peste (ou de « soupçon de peste »), notamment sur l’organisation de la garde des portes, renforcée par la présence d’un gentilhomme et de deux artisans. On peut alors saisir le détail de procédures soigneusement élaborées, face aux fléaux de l’épidémie et de la guerre, dans un double souci d’efficacité et d’équité : treize métiers sont affectés chacun à une entrée ; chaque porte est confiée à un quartier qui ne l’englobe pas forcément ; le recrutement de la « milice du peuple romain » combine recrutement par métier et division par quartiers ; des « patrons de portes », dont l’identité est très diverse, ont des charges spécifiques… Ainsi la protection des entrées s’appuie-t-elle sur les ouvrages et la force militaires, mais aussi sur la collaboration hiérarchisée de différentes couches sociales et sur la topographie socio-économique de la ville.

5Grâce aux archives urbaines du Nord de la France et du Sud des Pays-Bas, les villes de guerre, notamment Lille, constituent un laboratoire privilégié, un véritable cas limite, quasi anachronique, au xviiie siècle, qui permet d’analyser les enjeux de l’entrée, avec des considérations tout à fait concrètes sur l’ouverture et la fermeture des portes susceptibles de susciter des désordres, mais aussi ce que D. Roche a nommé la « sociabilité des portes ». La « mentalité obsidionale » que met en évidence C. Denys peut être étudiée sous toutes ses facettes (sécuritaire, identitaire, fiscale…) et dans toutes ses ambivalences. Dans les représentations des citadins comme dans les pratiques policières, le seuil de la ville apparaît à la fois comme un lieu dangereux et comme une ceinture qui peut apporter sa contribution à la protection de l’ordre public.

6Les réalités de l’octroi des villes françaises du xixe s. donnent lieu à deux approches différentes, dont on mesurera la convergence et la complémentarité, notamment dans l’appréhension de l’identité urbaine. Les textes juridiques, qu’ils soient doctrinaux, législatifs, réglementaires ou jurisprudentiels, étudiés par É. Gojosso, à travers la définition du périmètre d’octroi, soulèvent d’importantes questions de définition du fait urbain : la primauté conférée à l’entité urbaine et à l’agglomération, la volonté d’inclure les banlieues, voire les localités limitrophes, obligent fréquemment à transcender les découpages administratifs, notamment communaux, et à dessiner le périmètre de nouveaux territoires. Ils édictent aussi les normes qui, en termes de barrières, de bureaux et de formalités, doivent marquer l’entrée dans le territoire urbain, qui constitue essentiellement l’assise du prélèvement.

7La contribution de J. Merriman prolonge cette réflexion sur la frontière fiscale de la ville en dégageant l’implication de la ligne d’octroi dans la production des identités, en débusquant les fausses coupures – ou au moins en relativisant la portée de celles qui peuvent opposer ville et campagne, citadins et gens des faubourgs – et les phobies qui peuvent s’attacher à cette marge urbaine. L’historien tient alors en main tous les fils de son enquête : la topographie du désordre et de la contestation, l’intervention de l’État, la géographie économique, l’imaginaire social…

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540