Version classiqueVersion mobile

L'Histoire derrière le rideau

 | 
Françoise Decroisette

Faire saigner les pierres : quels héros sur les scènes de la commémoration ?

Il gioco della Principessa. Histoire et dramaturgie dans le personnage de Cristina di Belgioioso

Argia Coppola

Texte intégral

1Le 24 mars 1853, alors qu’elle vivait exilée à Ciaq Mag Oglou sur le Bosphore, Cristina di Belgiojoso adresse à l’historien François Mignet cette longue missive :

  • 1 Cristina di Belgioioso, Ricordi dall’esilio, éd. Luigi Severgini, Cinisello Balsamo, Paoline, 1978 (...)

« M’avez vous assez délaissée ? Assez négligée ? Assez maltraitée ? Il n’est pas dans mon caractère de faire deux fois des avances et de me rendre inopportune ; aussi avais-je pris le parti de suivre votre exemple et de me comporter comme si je ne vous avais jamais connu. Mais je ne puis supporter la pensée que vous ne croyez sans doute rien avoir à vous reprocher envers moi. C’est pour vous détromper que j’enfreins mon vœu de silence. C’est pour vous dire ceci : sachez le bien, vous qui vous tenez à peu près pour impeccable, qui croyez vous conduire d’après des principes arrêtés et infaillibles, vous qui reposez dans la sérénité de votre conscience et qui vous donneriez volontiers pour modèle au genre humain, sachez bien que vous vous êtes conduit envers moi avec dureté, ingratitude et légèreté. Sachez aussi que je ne voudrais pas changer ma conscience contre la vôtre, car si j’ai de grands défauts, si j’ai eu de grands torts dans ma vie, je puis dire du moins que jamais je n’ai manqué ni à l’amitié, ni à un ami ! Que pour vous j’ai toujours professé l’affection la plus ferme et la plus sincère, que je n’ai guère laissé de jours s’écouler sans penser à vous ; que vos malheurs, les désagréments que vous avez essuyés m’ont affligé plus que les miens propres ; que dans toutes mes traverses je ne vous ai jamais oublié, et qui plus est, tandis que vous et les vôtres travailliez contre mon pays je ne vous en sus point mauvais gré, reconnaissant que les opinions politiques et autres peuvent passer quelquefois avant les affections personnelles. Croyez-vous par hasard que si vous lisiez un de ces matins dans les journaux l’annonce de ma mort, cette superbe conscience n’éprouverait pas un choc ? Croyez-vous qu’elle ne vous demanderait pas si c’était le moment de me retirer votre amitié, et si le prétexte en était suffisant ? Quel est-il ce prétexte ? Que la disgrâce de M. Thiers vous rendait toute correspondance pénible ? Toute correspondance avec des indifférents je le comprendrais à la rigueur, mais je suis bien sûre que vous en avez usé avec ceux-là autrement qu’avec moi. Vous savez le cas qu’ils auraient fait de pareille excuse, et vous ne vous êtes pas exposé à leur blâme. Moi, c’est différent. Vous savez que je ne me plaindrai à personne et par conséquent vous n’avez pas de ménagements à garder. Ah Monsieur, est-ce bien là l’amitié que vous m’aviez si souvent promise, et sur laquelle je comptais depuis vingt années ? Quoi ? Vous me savez en pays étranger, au milieu de barbares, exposée à mille dangers, souffrant toutes les privations inévitables à ceux qui habitent ces contrées, vous me savez exilée, seule, aux trois quart ruinée, sans société, sans appui, sans consolation, et vous n’éprouvez pas le moindre désir d’avoir de mes nouvelles. Allez, je continuerais sur ce ton pendant une journée entière et j’en ai dit assez ; j’ajouterai seulement que vous et moi ne sommes pas jetés dans le même moule, et que quoique vous fassiez je n’oublierai jamais que je vous ai aimé, et que rien de ce qui pourra vous arriver me trouvera froide et indifférente. Puisse celui auquel vous avez sacrifié tout le reste, vous dédommager de ce que vous avez perdu. Mes vœux pour votre bonheur vous suivront toujours et partout. Christine1. »

  • 2 Le texte est inédit. Une première ébauche du texte a été publiée sur Turind@msreview, 9 octobre 20 (...)

2Cette belle lettre est au cœur d’un travail dramaturgique intitulé Il Gioco della Principessa, First Playing Opera, que j’ai mené en 2009, en collaboration avec Roberto Alonge2. Elle explique comment et pourquoi, dans ce travail, l’héroïne historique devient objet de création dramatique au cours d’un processus qui la soustrait au féroce engrenage de l’Histoire et l’appréhende à travers la loupe déformante de la vérité poétique. Il s’agit là bien sûr d’un choix toujours subjectif, toujours partial et individuel. J’ai choisi ce document comme point de départ au sein de la correspondance aux multiples facettes que la princesse entretenait avec les principaux penseurs politiques de l’époque, tout d’abord parce que c’est l’unique exemplum que j’ai pu monter intégralement dans mon texte, sans altération de la forme, avec uniquement quelques répétitions, car il exprime dans sa substance même un conflit émotif et une sorte d’agitation du personnage.

  • 3 Francesco Arlanch, Vite da film. Il film biografico nel cinema di Hollywood e nella televisione it (...)

3Dans un deuxième temps, ce choix s’est imposé parce que c’est dans ces paragraphes chargés d’émotion que le sujet oriente l’auteur vers le nœud dramatique qui le concerne et vers ce que Arlanch, théoricien des structures dramatiques, appelle désir inconscient et profond3.

4Selon Arlanch en effet, une structure dramatique efficace (que ce soit pour le théâtre, pour le cinéma ou la télévision) doit toucher la corde émotive du public et pour ce faire, il faut :

  • 4 Ivi, p. 57.

« Construire le personnage central et l’intrigue qui le concerne comme s’il s’agissait d’un personnage d’invention. Ce personnage doit intéresser par lui-même et non en tant qu’imitation d’une personne ayant réellement existé ; ce personnage doit agir pour des raisons intrinsèques au récit et non, tout simplement, parce que la personne réelle a agi de cette façon, ce personnage doit acquérir une dignité autonome non tributaire du portrait de la personne historique. Cela ne signifie pas évidemment que les auteurs doivent faire abstraction des faits existants. Cela veut dire que les faits doivent être valorisés en tant que moyens expressifs pour obtenir quelque chose d’autre – quelque chose de plus profond et d’universel comparés à leur pure et simple exposition4. »

5La thèse d’Arlanch n’est, au bout du compte, pas très différente de celle d’Aristote sur ce que doit être la tâche du poète :

  • 5 Aristote, Dell’arte poetica, éd. Carlo Gallavotti, Milan, Mondadori-Valla, 1997 (19741), p. 3.

« Dire, non les choses qui se sont produites, mais celles qui auraient pu se produire. […] L’historien et le poète diffèrent en ceci que l’un dit ce qui est arrivé et l’autre ce qui aurait pu arriver. De ce fait, la poésie est plus noble et plus philosophique que l’histoire car elle traite plutôt de l’universel alors que l’histoire traite du particulier5. »

  • 6 Cf. Novella Bellucci, « Cristina di Belgioiso », in Beatrice Alfonzetti, Silvia Tatti (dir.), Vite (...)

6Je crois que dans un bon drame historique profondeur et universalité coïncident avec la possibilité de faire exploser, au sein du ou des personnages, la fracture entre public et privé, entre société et individu, entre politique et sentiment. Le drame a la responsabilité de mettre en lumière un trauma archétypique qui nous intéresse aujourd’hui parce qu’il résonne en chacun de nous, au présent, avec la même intensité. Mon choix s’est porté sur Cristina di Belgiojoso, non seulement parce que c’est une héroïne du Risorgimento6 (l’histoire de mon pays me tient à cœur), mais aussi parce que sa blessure, le trauma, a résonné en moi avec une intensité de nature polyvalente, parce que cette blessure n’a trouvé ni achèvement ni soulagement dans le cadre des événements réels de l’Histoire, et de ce fait s’est propagée hors des limites de ce temps-là et de cet espace-là en une forme concentrique coïncidant au nombre des désirs conçus par cette héroïne et brisés par les vicissitudes du Risorgimento lui-même, en France, en Italie et –pourrais-je dire– en Europe. Il Gioco della Principessa, First Playing Opera se déploie donc pour cette raison à l’intérieur d’un cercle temporel imaginaire, sans aiguilles, qui pourrait être le cadran d’une apocalyptique horloge de l’Histoire, mais aussi tout simplement un espace circulaire abstrait où le spectateur pressent l’altérité et la dimension rituelle des actions qui en ce lieu sont sur le point de se produire. En l’espace de sept jours, Cristina dialogue avec onze personnages appartenant à l’histoire publique mais aussi à son monde intime et elle organise pour eux des jeux de rôles, des jeux (cachecache, colin-maillard, un deux trois soleil ou jeu d’échecs).

7Mais voyons de plus près la fracture émotive du personnage repérée dans le document. Dans la lettre que nous avons citée coexistent l’intimité et le détachement. Malgré le sentiment d’abandon et le désarroi perceptibles dans tout le corps de la lettre et soulignés au niveau formel par la répétition initiale (« M’avez-vous assez délaissée ? Assez négligée ? Assez maltraitée », nous nous en souviendrons plus loin pour l’utilisation créative de la phrase), Cristina se montre intime en signant de son seul prénom « Christine » alors que, dans presque toutes ses lettres, elle a recours au titre prestigieux Christine Trivulce de Belgioioso ou C. Trivulce de Belgioioso. En revanche, elle se montre détachée en ne recourant à aucun moment au prénom son ami parisien « François ». « Ah ! Monsieur » est le vocatif auquel elle se limite pour lui rappeler l’affection d’autrefois, lui reprocher sa défection, et elle ne l’emploie qu’une seule fois.

8En regardant les choses de près, cette lettre nous dit que dans cet exil oriental forcé qui durera sept ans (de 1849 à 1856), Cristina se parle à elle-même et qu’en ce jour, ce 24 mars 1853, cette femme, ce personnage politique qui a vécu de près l’insurrection de 1848 à Milan et celle de 1849 à Rome et leur issue tragique, cède à la pression des sentiments. Elle révèle sa brisure intime. C’est du sang vrai qui transpire des pierres de l’Histoire. C’est là qu’il est excitant de sonder, de développer.

  • 7 Voir la biographie d’Aldobrandino Malvezzi de’ Medici, Cristina di Belgioioso, 3 vol. , Milan, Tre (...)

9Mais il faut tout d’abord préciser certains éléments qui manquent au tableau. François, l’ami, ou plutôt celui qui n’est plus l’ami, a été l’amant et peut-être le seul véritable amour de Cristina di Belgiojoso à partir des années 1830. En 1853, il n’est plus qu’un ennemi politique ou presque. Voyons ce qui est advenu entre eux deux en l’espace de vingt ans, tant sur le plan public que sur le plan privé. Ils se sont connus à Paris en 1830 lorsque vient s’y réfugier la « princesse révolutionnaire » ainsi que la qualifie Malvezzi, son meilleur biographe7. À ce moment-là, Cristina est déjà une « princesse ruinée », fuyant la police autrichienne qui confisque une grande partie de son énorme patrimoine car elle est accusée d’être « la Giardiniera della Carboneria » (Jardinière des Carbonari), une charge mystérieuse au sein de la société secrète. Son mariage avec Emilio di Belgioioso, noble milanais, tombeur de femmes et syphilitique, s’est révélé désastreux, et elle s’est éloignée de lui. Elle vivra à Paris pendant dix ans, jusqu’en 1839, et y reviendra de temps à autre dans les années suivantes. À Paris, elle vit d’abord des jours difficiles dans une humble demeure de la Place de la Madeleine où, jusqu’en 1834, elle reçoit les visites du général La Fayette, « âgé mais fasciné ». Il la soutient et sera son pygmalion politique jusqu’à la fin de ses jours. Ayant récupéré ses biens grâce à son aide, elle s’installe rue d’Anjou où elle tient un célèbre salon musical que fréquentent Chopin, Thalberg et Liszt qu’elle se plaît à mettre en concurrence. Ces mondanités en réalité servent de couverture à la récolte de fonds nécessaires aux activités indépendantistes de Mazzini et de ses adeptes. Une foule d’admirateurs et d’artistes gravite autour d’elle, mais elle noue aussi des amitiés plus durables dans le milieu des historiens, par exemple avec celui qu’elle appelle « frère Thierry », à qui elle adresse le plus grand nombre de ses lettres, avec Thiers et enfin avec François Mignet à qui elle sera recommandée par Thierry lui-même. Il est probable (mais si ce n’était pas vrai, il serait beau de l’imaginer) que François Mignet a écrit pour elle les brouillons de ses lettres à ses autres amants.

10À ce stade de la réflexion, nous entrons dans l’aire de la création. Dans Il Gioco della Principessa, la période parisienne est abordée comme une ronde-bosse illuminée de biais et elle devient le salon des séductions politiques. Cristina est photographiée avec un tableau noir sur roulettes (symbole de l’instruction politique de cette période) placé comme une sorte de paravent qui la sépare du cher Mignet venu lui rendre visite le jour des funérailles du général La Fayette, avant de l’accompagner aux obsèques. Les deux personnages sont vus comme des enfants dans une antichambre, ils devisent plaisamment de politique. Cristina a cette phrase : « Le peuple de Juillet attendait une République et au lieu de cela, cet imbécile de Louis-Philippe se contentait de se promener sur les boulevards en faisant crier sur son passage : “Vive le roi !” Ça fait vomir. » Et Mignet reste sans réplique. Simultanément, ils rejouent le manège de la séduction, vieux comme le monde, fait de menus gestes et de paroles murmurées. Ils semblent sur le point de partir, mais ils restent-là, ils « suspendent le temps » comme toujours lorsque Cupidon plane au-dessus de la tête des amants. Toutefois, Cristina laisse percevoir un certain embarras. Peu après, une voix hors champ demande de laisser entrer tout d’abord Heine, le poète, puis Liszt, le musicien, venus eux aussi pour la cérémonie. La dramaturgie résout cette quadruple rencontre en maintenant les feux braqués sur François et Cristina qui, à travers la partition scénique des attitudes corporelles, produiront le climax de réactions nécessaires à l’entrée imminente des deux autres personnages. Ceux-ci évidemment ne seront jamais introduits mais seront utilisés comme sommets de deux hypothétiques triangles sentimentaux.

11Mignet fournit à Cristina tous les instruments pour comprendre les livres concernant l’histoire, les religions, l’économie, il lui donne les clefs pour accéder aux textes, ce qui lui permettra de devenir à son tour historienne et femme de plume, mais il ne lui donnera jamais les réponses humaines dont elle est assoiffée, celles qui ont trait à la situation politique présente dans sa patrie.

12Les historiens sont d’accord sur le fait qu’en 1839, la princesse quitte Paris pour l’Angleterre afin d’y mettre au monde sa fille Maria, laissant planer le doute sur la paternité de l’enfant, le seul qu’elle aura. Il est probable que Mignet en soit le père. Cristina, en princesse, ne permettra jamais qu’aucune révélation soit faite à ce sujet ni que la véritable paternité soit reconnue. Elle mène d’ailleurs une âpre bataille légale pour que sa fille porte le nom auquel elle a droit : di Belgioioso. Elle y mettra vingt ans, son mari Emilio refusant de reconnaître une enfant illégitime.

13La brisure intérieure du personnage à partir de là devient double sinon triple. En 1829, Cristina fuyait Milan en cherchant sa voie politique et pour se soustraire aux humiliations publiques que lui valait son union désastreuse. Le trauma initial, le désir de vengeance politique se répète sur un mode différent et se fait plus complexe, plus profond Le diagramme historico-temporel semble faire coïncider tous les dix ans fracture émotive et action dans l’Histoire. La naissance de Maria coïncide avec son éloignement de Mignet et de la vie parisienne « dissolue » ainsi qu’elle la définit elle-même. Mais elle coïncide aussi avec le début d’une ascension politique fulgurante qui fera d’elle une figure marquante des deux principaux mouvements révolutionnaires qui pousseront l’Italie à se libérer de l’Autriche et à construire l’Unité nationale.

14Les révolutions de 1848 et de 1849 se situent pour Cristina entre la période parisienne et la période orientale, et elles constituent deux pics après lesquels le diagramme politique demeure assez plat et tend même vers le bas. En 1848, elle est en première ligne. Partie de Naples sur un navire baptisé Il Virgilio, elle se trouve à la tête des 200 volontaires de l’expédition napolitaine en Haute Italie, la Division Belgioioso qui entrera dans Milan le 6 avril par la Porte Vigentina.

  • 8 Ce passage a été tiré des documents, mais il appartient au texte Il Gioco della Principessa, comme (...)

« Je devais entrer par la porte de Rome. Je descendis de voiture et, donnant le bras à l’un de ces messieurs, un député de la garde nationale, suivie de mes volontaires napolitains, je m’approchai de la barrière. Là, un député du gouvernement provisoire m’attendait. Arrivée en haut, le peuple m’appela au balcon par deux fois, et chaque fois, c’étaient des transports de joie, des cris, des chapeaux jetés en l’air, des applaudissements, un enthousiasme tel que jamais le peuple milanais n’en a montré de semblable. Tout le monde, y compris les membres du gouvernement provisoire, me presse d’aller m’établir à Milan, pour y exercer une influence salutaire et c’est ce que je vais faire pas plus tard que demain. (Le moi épique de la Princesse cède ici à une larme8.) »

15Pour le théâtre, restituer ce moment qui marque un tournant de l’histoire est chose difficile. Et ce passage est peut-être un de ceux où la forme dramatique entre en conflit avec le caractère épique du récit. Il faudrait ici le cinéma. Toutefois, une question obsède le dramaturge, l’auteur, du moins j’en sens personnellement l’urgence. Tandis que la princesse fait la guerre en habits féminins et qu’à Paris Alexandre Dumas fils publie La Dame aux camélias, suscitant l’enthousiasme des dames des salons, que fait sa fille Maria ?

16Voici ce que mon personnage-Cristina dit à sa fille :

« Toi aussi, tu l’as connue la fureur du peuple ; tu ne quittais pas mes jupes, ni au milieu des troupes et des barricades, ni la nuit quand tu ne pouvais dormir. »

17Maria a peur. C’est une petite fille de dix ans qui, au lieu de vivre avec sa gouvernante (comme c’était l’usage dans les familles aristocratiques de l’époque), suit sa mère dans les combats. Ici s’ouvre un intense conflit dramatique : une relation mère-fille complexe contribue à modifier et intensifier le trauma du personnage principal. Dans Il Gioco della Principessa, j’ai imaginé qu’en mettant en lumière le personnage de Maria comme pendant muet de l’héroïsme de sa mère, je pouvais aussi montrer l’atrocité de la guerre. Ainsi, au cours de la quatrième journée, tandis que le Moi épique de la princesse narre sous une forme brechtienne les événements de Milan, Maria accomplit un geste : elle trace sur le sol les carrés du jeu de marelle et, barrant chaque case d’une croix, elle compose une sorte de catalogue des volontaires qui ont perdu la vie au cours des Cinq Journées : Parmesans, Padouans, Napolitains. À ce propos, qui se veut en écho avec les documents historiques, mon personnage parle ainsi :

« Je suis pour la guerre de partisans, une guerre du peuple et de volontaires, non une guerre de conscrits récalcitrants et d’anciens soldats de réserve qui sont le nerf de nombreuses unités piémontaises. Charles Albert ne veut faire la guerre qu’avec la seule armée Piémontaise. »

18Comme contrepoint, nous avons Maria, qui, par quatre fois, accomplit un geste :

« Maria (elle a dessiné une troisième marelle, elle trace les croix, saute et cite des noms) : une croix pour Bocchi Antonio [+]. Allegretti Angelo [+]. Argenti Arcangelo concierge [+]. Bacci Napoleone [+] Bacci Oliviero, domestique, Bassi Giovanni, concierge. Bassi Vittorio. Becchetti Giuseppe, orfèvre. Belicchi Albino. Belicchi Lodovico. Belicchi Pietro, instituteur. (Fin du jeu.) Volontaires de la deuxième colonne de Parme. Avril 1848. »

19À la force de l’image cinématographique, le théâtre substitue le pouvoir des mots et le rituel du Catalogue. Un peu comme les tragiques grecs l’avaient déjà suggéré. La révolution avortée de 1848, le retour de Radetzky, la capitulation de Charles Albert qui abandonne la ville en flammes, juché sur un canasson représentent la première défaite politique du personnage. La réponse est encore un déplacement du désir conscient d’un objet politique à un autre. En juin 1848, Cristina écrit à Thierry :

  • 9 A. Augustin Thierry, Une héroïne romantique. La Princesse Belgiojoso, Paris, Éditions du Plon, 192 (...)

« Faites publier cette lettre. Elle contient l’exacte vérité et je veux qu’on sache que j’ai rompu tout lien avec le roi de Sardaigne et avec le principe monarchique. Avec la république, nous entrerons dans une carrière d’agitations qui durera plus que nous ; mais cela seul est possible9. »

20Tous ses espoirs et ses attentes se tournent à nouveau vers la France et ses amis français. Le désir politique et le désir sentimental n’ont jamais été à ce point imbriqués dans les actions et les intentions. François est l’objet d’amour, la France est l’objet dont elle attend le salut et la libération de l’Italie. Mazzini confie à Cristina l’organisation des soins aux blessés durant la énième tentative révolutionnaire de la République Romaine. Quand le pape Pie IX envoie les soldats français combattre les Romains pour réprimer l’insurrection, il l’apostrophe en la taxant de « prostituée éhontée » parce qu’elle recrute aussi des filles de rue pour assurer les secours. Le désir profond du personnage visant à la fois la revanche politique et la reconnaissance sentimentale devient alors une fracture brûlante et inguérissable.

21Dans le texte créatif, la représentation perd à ce moment-là tout aspect ludique dans la relation des personnages. Dans un hôpital militaire, ayant à ses côtés sa fille Maria qui l’a suivie à Rome, Cristina a une première hallucination dont l’objet est Mignet, son amant. D’autres surviendront durant les années suivantes. Elle souffre à cette époque d’une syphilis au troisième stade transmise par son mari, à laquelle s’ajoutent de fréquentes crises d’épilepsie qui la tourmentent depuis l’enfance. Elle croit voir un homme dont les traits et les couleurs sont semblables à ceux de sa fille.

« Maria reparaît, tenant par la main un homme de haute stature, encore beau quoiqu’il ne soit plus dans sa première jeunesse. L’homme et la fillette ont les mêmes cheveux châtain clair.

Cristina (qui le reconnaît et tombe presqu’à genoux)
Auriez-vous pensé, mon tendre ami, quand nous parlions de guerre et de paix (on entend au loin un coup de canon) comme de choses à entreprendre ou éviter à l’unisson, auriez-vous pensé que la guerre se serait faite entre vous et nous ?

Mignet (qui ne semble pas comprendre)
Christine…

Cristina (les poings par terre)
Dites la vérité sur la guerre que vous êtes venus mener contre notre République ! Sans cela, je n’écrirai ni ne lirai plus jamais une ligne traitant d’histoire car l’Histoire est fausse. Que d’infamies il m’a fallu voir ! Que de bassesses ! Que d’enfantillages ! »

22Cristina s’insurge contre l’Histoire même et permet au personnage de sortir de l’Histoire pour révéler sa blessure intérieure causée par un événement externe, inacceptable. Dans une lettre à Thierry du 17 décembre 1849, Cristina, en route vers Jérusalem, explique les véritables raisons de sa fuite, raisons historiques, qui la tiendront loin de l’Europe pendant sept longues années dans un exil volontaire qui affectera sa santé et altérera ses traits.

  • 10 Ibid., p. 167-168.

« Il y a deux individus en vous et en moi ; l’être politique et l’être aimant. Les premiers sont depuis longtemps en guerre et, pour mon compte, il y a non moins de temps que je me borne à tenir ces deux emportés à distance pendant que nous vivons sous le même toit. […] Je ne me sentais pas la force d’écrire à l’un de ces Français qui applaudissaient à notre meurtre pendant que le sang coulait autour de moi, ce sang que vous et vos amis vous versiez. Le même sentiment, plus fortement senti, m’empêchait d’écrire à Mignet, mais ne m’eût pas empêchée de répondre ni à l’un ni à l’autre. […] Malheureusement, il y a entre la France et moi, une mer de sang que je ne puis traverser sans d’impérieux motifs. […] Un grand crime a été commis en France, et ses auteurs sont aujourd’hui triomphants.
Lorsque la roue aura tourné (et elle tourne vite de notre temps) lorsque l’expiation aura eu lieu, alors je reviendrai. Peut-être serons-nous vieux à cette heure l’un et l’autre ; mais nos cœurs n’auront pas changé et nous serons devenus plus sages, car nous aurons vu une fois encore l’iniquité punie et la vertu non pas récompensée mais vengée. C’est tout ce que l’on peut demander à la justice divine : l’Histoire est là qui nous l’atteste10. »

23Ces passages nous permettent de repérer trois vecteurs conflictuels qui concourent à la dynamique complexe, à l’épaisseur interne du personnage. L’incapacité de séparer politique et sentiment et d’autre part le désir inassouvi de le faire. Si Cristina y parvenait, elle ne partirait pas, mais nous aurions un personnage assurément plus banal et sans déchirement. La perception d’un intense sentiment de haine et d’amour qui l’empêche d’écrire à Mignet mais lui fait désirer répondre à celles qu’il lui écrit. Pour Cristina, le sang versé par les Français est le même que celui qui court dans les veines de celui qu’elle aime et il est donc digne d’être déploré. La sphère sentimentale est ainsi sacrifiée au nom de la sphère politique. Enfin la roue du temps historique qui balaie le sentiment, laissant derrière elle expiation personnelle (Cristina sent qu’elle doit expier pour les morts de 1849) et vertus vengées, une roue face à laquelle l’homme et la femme sont impuissants. Le sentiment du tragique qui élève le personnage le rend particulièrement émouvant pour le spectateur.

  • 11 Revue des Deux Mondes : « Angora et Césarée, les harems, les patriarches et les derviches », 1er f (...)

24Le point le plus incandescent, où les trois vecteurs en quelque sorte se court-circuitent, permettant à la pensée, à l’action et au sentiment de Cristina de s’amalgamer et de devenir vraiment efficaces, nous le trouvons dans sa période orientale. De ces années, la princesse a laissé un témoignage dans de nombreux écrits adressés à madame Jaubert et publiés en plusieurs livraisons dans la Revue des deux Mondes11. Les souvenirs de la vie parisienne s’y mêlent aux histoires et aux descriptions de la vie en Orient que Cristina observe avec un regard critique désenchanté et sans pitié. En fait, durant cet exil, le passé revient en force à sa mémoire et vient exacerber le trauma intérieur du personnage.

  • 12 Cf. [www.cristinadibelgioioso.it]. Le site a été mis en œuvre par Sandro Fortunati, qui a mis à ma (...)

25Cristina n’écrira jamais à Mignet, jusqu’à ce moment de défaillance et d’épanchement, jusqu’à cette lettre du 24 mars 1853, où s’impose le besoin fait céder les digues pour que se déploient la douleur, l’appel à l’autre. Du 5 juillet de la même année date une autre lettre à Mignet, plus réfléchie, où est évoquée dans les détails, avec une minutie de médecin, une agression nocturne dont elle a été victime12. Sept coups de couteau en divers endroits du corps, les mains, l’aine, l’épaule, lui ont été portés par son magasinier Albergoni, qui entretenait une liaison sexuelle avec sa dame de compagnie, Miss Parker, sa fidèle suivante depuis la naissance de Maria.

26Cristina est comme un agneau sacrificiel, voué à l’expiation de ce mal dont elle se sent coupable et qui la tient isolée en terre étrangère, mais surtout isolée d’elle-même.

27Le rendu dramaturgique de ce creuset d’événements est peut-être le plus heureux de tout le texte. Un monologue construit, inspiré du célèbre monologue de Rosaura dans le Calderon de Pasolini. Comme Rosaura, qui ne se souvient jamais de ce qui la tourmente durant la nuit, sauf à son dernier réveil où elle veut « dire » quelque chose, Cristina se réveille d’un cauchemar nocturne, désireuse de parler (dans un demi-sommeil, elle répète : « M’avez-vous assez délaissée ? Assez négligée ? Assez maltraitée… »). Elle a perdu beaucoup de sang à la suite des coups de couteau reçus et elle a soigné elle-même ses blessures au milieu des cris de toute la maisonnée. Elle s’adresse alors à sa fille et à Miss Parker en s’efforçant de se souvenir finalement de ce qu’elle a vu. Dans un délire lucide, la vision d’un cortège oriental qui traverse un cimetière. Elle est en tête de ce cortège, tenant dans sa bouche un louveteau ; elle est parée, ou mieux, couverte, étouffée, à la manière des femmes de harem. La vision se confond avec l’hallucination récurrente de Mignet, qui apparaît à l’improviste au milieu de la foule, comme une note discordante dans ce contexte. Le ton change alors et la princesse redevient petite fille, elle se fâche, s’enfièvre ; sauvagement alors, elle le cherche et lui adresse les mots qu’elle lui écrivait calmement dans sa lettre.

« Elle a atteint l’accoudoir du fauteuil et s’y appuie. Elle semble à nouveau perdre connaissance, mais soudain son œil se dilate énormément et un gémissement lui échappe. Maria et Miss Parker sursautent épouvantées avec un mouvement de recul.

Ça y est, je le vois, il revient, au milieu de la foule, après un long silence, ses cheveux bouclés, son port élégant au milieu de ces barbares, il cherche, quoi ? Qui ? Que cherche-t-il ? Ah, monsieur ! Toi ? Ici ? François ! Ne m’as-tu pas assez délaissée, assez négligée, assez maltraitée ? Ah ! Si seulement je ne t’avais pas connu ! Crois-tu que je n’aie rien à te reprocher ? Sache, toi qui te tiens à peu près pour impeccable, qui crois te conduire d’après des principes arrêtés et infaillibles, toi qui reposes dans la sérénité de ta conscience et qui te donnerais volontiers pour modèle au genre humain, sache que tu t’es conduit envers moi avec dureté, ingratitude et légèreté. Ah ! Tu me regardes, François, tu me vois et tu ne fais rien. Je ne te reconnais presque plus. François (elle le nomme pour le faire exister), pour toi j’ai nourri l’affection la plus constante et la plus sincère. Je n’ai laissé aucun jour s’écouler sans penser à toi ; au milieu de toutes les adversités, je ne t’ai jamais oublié ; tandis que toi et les tiens vous agissiez contre mon pays, je ne t’ai jamais incriminé.

(Comme si quelqu’un s’était assis sur le divan, elle s’y assied elle aussi, elle tend les mains et les tient suspendues dans le vide comme si elles étaient tenues par d’autres mains ; elle fait le geste de caresser un visage comme si quelqu’un était là.)

Monsieur, monsieur (pause)… Est-ce bien là l’amitié que tu m’as si souvent promise et sur laquelle je comptais depuis plus de vingt ans ? Tu me regardes ? Tu me regardes encore. Et tu ne fais rien. Tu me sais dans un pays étranger, exposée à mille dangers, exilée, seule, sans compagnie, sans appui, sans consolation, et tu n’éprouves pas le moindre besoin d’avoir de mes nouvelles ? Sache, François, que toi et moi ne sommes pas sortis du même moule et que quoi que tu fasses, je n’oublierai jamais que je t’ai aimé, et que rien, rien, rien de ce qui pourra t’arriver ne me trouvera froide ou indifférente. (Elle pleure à chaudes larmes et s’effondre sur le divan, en proie à la souffrance.) »

  • 13 Gertrude Stein, Opere Ultime e Drammi, éd. Marina Morbiducci, traduction italienne, Macerata, Libe (...)

28La princesse de Belgiojoso a maintenant 44 ans, mais elle en paraît 60, elle trahit une émotion longtemps dissimulée et couvée en silence. Peu importe la vérité des faits. Peu importe que Mignet ait toujours tenté d’une certaine manière d’avoir de ses nouvelles en envoyant souvent des cadeaux à Maria. Peu importe qu’elle lui ait gardé rancœur pour le sang versé en 1849. En conclusion, comme le pensait Gertrude Stein13, la force du personnage réside dans ce manque de synchronie que le spectateur ressent face à une scène à laquelle il ne participe pas, une asynchronie du trauma intime auquel seul le temps de l’émotion théâtrale apporte un soulagement. Le reste est vie.

Notes

1 Cristina di Belgioioso, Ricordi dall’esilio, éd. Luigi Severgini, Cinisello Balsamo, Paoline, 1978, p. 229.

2 Le texte est inédit. Une première ébauche du texte a été publiée sur Turind@msreview, 9 octobre 2009, sous le titre Cristina, Principessa di Belgioioso.

3 Francesco Arlanch, Vite da film. Il film biografico nel cinema di Hollywood e nella televisione italiana, Milan, Franco Angeli, 2008, p. 40.

4 Ivi, p. 57.

5 Aristote, Dell’arte poetica, éd. Carlo Gallavotti, Milan, Mondadori-Valla, 1997 (19741), p. 3.

6 Cf. Novella Bellucci, « Cristina di Belgioiso », in Beatrice Alfonzetti, Silvia Tatti (dir.), Vite per l’Unità, Rome, Donzelli, 2011, p. 131-148.

7 Voir la biographie d’Aldobrandino Malvezzi de’ Medici, Cristina di Belgioioso, 3 vol. , Milan, Treves, 1936 et 1937.

8 Ce passage a été tiré des documents, mais il appartient au texte Il Gioco della Principessa, comme l’indique la didascalie du personnage.

9 A. Augustin Thierry, Une héroïne romantique. La Princesse Belgiojoso, Paris, Éditions du Plon, 1926 (4e édition), p. 155.

10 Ibid., p. 167-168.

11 Revue des Deux Mondes : « Angora et Césarée, les harems, les patriarches et les derviches », 1er février 1855 ; « Les montagnes du Giaour, le harem de Mustuk-bey et les femmes turques », 1er mars 1855 ; « Le touriste européen dans l’Orient arabe », 1er avril 1855 ; « Les Européens à Jérusalem, la Turquie et le Koran », 15 septembre 1855. Asie Mineure et Syrie, souvenirs de voyage, Paris, 1858. « Récits turcs », Revue des Deux Mondes : « Emina », 1er et 15 février 1856 ; « Un prince • kurde », 15 mars et 1er avril 1856 ; « Les deux femmes d’Ismaïl Bey », 1er et 15 juillet 1856 ; « Le Pacha de l’ancien régime », 15 septembre 1856 ; « Un paysan turc », 1er et 15 novembre 1857 ; « Zobeïde h », 1er et 15 avril 1858. Cf, Emina, Paris et Leipzig, 1856.

12 Cf. [www.cristinadibelgioioso.it]. Le site a été mis en œuvre par Sandro Fortunati, qui a mis à ma disposition 52 missives inédites de Cristina di Belgioioso avec son médecin, Paolo Maspero, qui sont en sa possession. Sur ce site, il est possible de trouver un catalogue de ces lettres qui font partie de la correspondance de la Belgioioso, classées par scripteur, destinataire, lieu de provenance, date, lieu de conservation de l’original.

13 Gertrude Stein, Opere Ultime e Drammi, éd. Marina Morbiducci, traduction italienne, Macerata, Liberlibri, 2010, p. 3-4.

Auteur

Argia Coppola est diplômée du DAMS de Turin en « arts de la scène », elle est actrice et auteure. Elle a collaboré avec Roberto Alonge dans les ateliers d’écriture théâtrale lancés par le DAMS de Turin autour des figures du Risorgimento, en s’intéressant à la figure centrale de Cristina di Belgioioso, aristocrate milanaise et patriote, figure marquante du Risorgimento. De ce travail est né un spectacle qu’elle présente « à domicile ».

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search