Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entrer en ville

 | 
Françoise Michaud-Fréjaville
, 
Noëlle Dauphin
, 
Jean-Pierre Guilhembet

Première partie. Le seuil de la ville

Une porte et un pont, London Bridge*

Sophie Cassagnes-Brouquet

Texte intégral

  • * Une communication sur un sujet très proche à été présentée à la journée d’Études : Les lieux du pou (...)

1Old London Bridge, le vieux pont de Londres, disparu en 1831, fut jusqu’en 1750 le seul pont permettant de franchir la Tamise à Londres. Plus qu’un pont, il était également la principale porte de la ville en direction du Sud, vers le Kent, Cantorbéry et au-delà vers le continent. C’est par ce pont que fit son entrée le 23 novembre 1415 dans Londres un célèbre prisonnier, Charles d’Orléans, qui devait demeurer captif plus de vingt cinq ans dans la Tour. La plus ancienne représentation du pont est d’ailleurs une miniature illustrant un volume de poèmes de Charles d’Orléans, conservé de nos jours à la British Library

  • 1 Londres, British Library, ms. Royal 16 F II, fol.76.

21. Cette enluminure accorde une place essentielle au Pont dans la représentation de la capitale anglaise à la fin du xve siècle. L’artiste ne s’était pas trompé : le Pont de Londres fut tout au long du Moyen Âge l’un des points névralgiques de la vie londonienne. Porte et pont à la fois, il se trouvait au cœur de la vie économique, politique et religieuse de la Cité.

  • 2 Corporation of London Records Office, BHA, Bridge House Accounts, BHE, Expenditures of the Bridge.

3Ce rôle est perceptible grâce aux archives conservées par la Corporation of London. Elle détient les comptes annuels du Pont depuis 1381. D’abord rédigés en latin sur des rouleaux de parchemin, puis sur des codex, ils sont remarquablement bien tenus et agrémentés de nombreuses initiales ornées. L’Anglais s’impose dans leur rédaction à partir de 14802.

4Ces archives exceptionnelles ont été assez peu utilisées par les historiens de Londres. Elles comportent cependant une multitude de renseignements sur la vie de la Cité au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge. Les comptes sont le produit d’une administration parfaitement organisée. Elle est placée sous l’autorité de deux gardes du Pont, élus chaque année par la communauté des citoyens ; ils ont sous leurs ordres tout un personnel : le clerc des œuvres qui tient les comptes, le rentier qui collecte les rentes des maisons que le Pont possède dans Londres et ses environs, le clerc du passage qui recueille les droits de passage sur le pont et, enfin, les desservants de la chapelle du Pont. Grâce à ces documents précieux, il nous est possible de retracer l’apparence de l’édifice et d’approcher le rôle essentiel qu’il a joué dans la vie londonienne. Il fut pour de nombreux voyageurs la Porte d’entrée dans la ville, première image et premier symbole de la capitale anglaise.

Porte, Pont et Chapelle

  • 3 Holme (Gordon), Old London Bridge, Londres, J. Lane, 1931, p. 41.
  • 4 Welch (Charles), History of the Tower Bridge and other bridges over the Thames built by the Corpor (...)
  • 5 Calendar of Patent Rolls, Henry III, 1247-1258, Black (J.) éd., Londres, 1908, p. 65.

5Depuis la Conquête romaine, la ville de Londres disposait d’un pont de bois, régulièrement reconstruit au fil des siècles. Le grand incendie de la ville en 1136 détruisit l’un de ses derniers avatars. À cette époque, l’usage des ponts de pierre se répandait sur le continent et influença sans doute le prêtre Peter de Colechurch qui, en 1176, décida de bâtir à Londres un pont en pierre, à l’instar de celui d’Avignon édifié l’année suivante par Bénézet. Le fondateur ne vit pas son œuvre terminée, il mourut en 1205. Le pont ne fut achevé qu’en 1209 sous le règne du roi Jean3. Si ce roi se montra favorable à la construction en attribuant en 1213 une taxe, le God’s pence, pour l’entretien du pont, son fils Henri III fut beaucoup moins généreux4. En 1249, il confisqua les revenus du Pont à son profit et les frères de la chapelle Saint Thomas, édifiée sur le pont, se virent contraints de quêter des dons pour son entretien5. Pis encore, il donna à la reine Éléonore les revenus du Pont en 1269.

  • 6 Welch (Charles), op. cit., p. 3.

6Pendant, ce temps, l’édifice, privé d’entretien, se dégradait ainsi que les relations entre les Londoniens et la reine. Son fils Edouard Ier rendit à la municipalité de Londres la garde du Pont et fit même appel à la générosité de ses sujets pour réparer un pont dans un état pitoyable. La restauration fut facilitée par l’octroi de nouveaux revenus : chaque passager empruntant le pont devait s’acquitter d’un droit, un farthing pour les piétons, un penny par cavalier et un demi-penny pour toute charge portée sur un cheval6.

7Au début du xive siècle, le Pont avait acquis son aspect définitif. Dix-neuf arches de largeur irrégulières et un pont-levis enjambaient la Tamise. Ces arches en tiers-point retombaient sur des piliers massifs. Elles soutenaient une plate-forme en pierre. La voie de passage était bordée de maisons et de boutiques. Au centre, sur la onzième arche s’élevait la chapelle dédiée à saint Thomas de Cantorbéry. Le pont-levis, actionné par un ingénieux système de bascule, occupait la septième arche en venant du Sud, il permettait le passage des bateaux et fermait la ville en cas d’attaque. Au nord du pont-levis s’élevait la principale porte de la ville, appelée Grande Porte ou Porte de Pierre. Elle fut restaurée en 1426. Le Pont était également protégé par une autre porte installée plus au sud sur la deuxième arche.

8L’édifice était régulièrement restauré et décoré. Les tours des portes et les arches étaient revêtus d’ornements peints. Les comptes du Pont montrent le soin pris par les autorités municipales afin d’y donner la meilleure image de leur ville. Après tout, pour bon nombre de voyageurs venus du Continent, le Pont constituait une première impression de la capitale anglaise.

  • 7 Ibidem, p. 65.
  • 8 Corporation of London Records Office, BHE, 1412-1421, p. 464.
  • 9 Corporation of London Records Office, BHA, 1484-1509, fol. 258.
  • 10 Corporation of London Records Office, BHE, 1505-1515, fol. 80 v°.

9Les peintres et les sculpteurs travaillaient régulièrement à embellir le pont orné de nombreuses statues. En 1393, les effigies du roi Richard II et de la reine furent apposées sur la façade de la Grande Porte, elles entouraient une statue de saint Edouard, pour lequel le roi avait une vive dévotion7. En 1421, le peintre Thomas Daunt reçut des gardes du Pont la somme considérable de 28 livres pour avoir repeint les portails en pierre du Pont. En 1492, le sculpteur Lawrence Emler installa à l’ouest de l’édifice une statue en pierre de saint Thomas de Cantorbéry, patron du Pont8. Les travaux de décorations prirent une nouvelle vigueur au début du xvie siècle. Le peintre Richard Rownangre réalisa alors de nombreux décors : il fit la polychromie de plusieurs statues installées sur le pont : une statue de la Vierge au Nord du Pont en 15049, une Trinité accompagnée de deux anges en 150710. C’était donc un édifice richement décoré qui accueillait les voyageurs venus dans la capitale anglaise.

10Mais le joyau du Pont était sans conteste sa chapelle. Vouée à saint Thomas, elle était installée sur le pilier central du Pont. La première chapelle, élevée sous Peter de Colechurch, laissa la place à un nouvel édifice construit entre 1384 et 1396. C’était un bel exemple de l’architecture gothique fleurie anglaise. Sa façade ouest, assez simple, se terminait par un gâble surmonté d’une croix. Le mur pignon était divisé en trois par des contreforts ; au centre s’ouvrait une belle fenêtre en tiers point. Les deux côtés abritaient des petites portes sans décor. À l’intérieur, la chapelle était divisée en deux étages. La chapelle basse, destinée aux mariniers et aux pêcheurs, occupait une partie du pilier central. La chapelle supérieure fréquentée par les voyageurs et les pèlerins était partagée en deux par quatorze groupes de colonnes et se terminait à l’Est par un demi hexagone doté de belles verrières. L’escalier permettant la jonction entre les deux chapelles abritait la tombe du fondateur, Peter de Colechurch.

11La chapelle était desservie par un clerc assisté de quatre chapelains. Cette église était richement dotée par les Londoniens qui y avaient établi, des chapelles funéraires, des chantries. Elle possédait des reliques et attirait les pèlerins. Un inventaire établi en 1350 pour la municipalité de Londres démontre qu’elle était beaucoup plus ornée que nombre de paroisses de la Cité.

  • 11 Christianson (Paul C.), Memorials of the book trade in medieval London, the archives of Old London (...)
  • 12 Corporation of London Records Office, BHE, 1412-1421, p. 126.

12Elle possédait de nombreux vêtements et objets liturgiques, sept reliquaires dont une croix avec des reliques de la vraie croix, une monstrance en cristal contenant une dent de saint Richard, et de nombreux ouvrages liturgiques, richement enluminés. En effet, les comptes du Pont montrent les gardes préoccupés de faire décorer les livres liturgiques de la chapelle. En 1396-1397, ils passèrent commande de deux grands antiphonaires pour la chapelle, une commande importante si l’on en juge par le montant de la dépense : 24 livres 5 shillings et 2 pence, dont 66 shillings et 8 pence pour l’enluminure11. En 1414, l’enlumineur John Walcote fut payé 2 shillings et 4 pence pour avoir enluminé un sanctoral12.

Le Pont et la vie de la Cité

13Le Pont de Londres était donc l’un des édifices les plus remarquables de la capitale anglaise, sur le plan de l’architecture militaire mais aussi religieuse. Il signait l’apparence de la ville. Les Londoniens ne furent pas longs à s’attacher à ce monument comme à l’un des principaux symboles de leur Cité. Si la Tour représentait le pouvoir royal et ses éventuelles menaces, la cathédrale Saint Paul et l’abbaye de Westminster les puissances religieuses, séculières et régulières, le Pont, administré par la commune, était avec le Guildhall le principal édifice civique de la ville. C’est pourquoi les bourgeois de la Cité y étaient particulièrement attachés.

14Cette importance du Pont de Londres dans la vie de la capitale se traduisait par son activité incessante, mais aussi par son rôle crucial lors d’évènements solennels comme les entrées royales ou de circonstances plus tragiques à l’occasion des nombreuses révoltes qui agitèrent la ville. Position stratégique, le Pont en tant que principale entrée dans Londres, focalisait toutes les attentions.

  • 13 Christianson (Paul C.), op. cit., p. 4.

15Le Pont est fréquemment mentionné dans les testaments conservés aux archives municipales de Londres. Les Mayors et les gardes du Pont se sentaient tenus de lui léguer une somme dans leurs dernières volontés, mais aussi de nombreux bourgeois qui laissent des dons directs ou fondent des messes ou une chantry dans la chapelle du Pont. Dans son testament, l’archevêque Chichele lègue la somme considérable de 10 livres « pour la réparation du pont et plus spécialement pour les piliers »13.

  • 14 Riley (Henry Thomas), Memorial of London and London life, Londres, Longmans, Green and co, 1988, p (...)
  • 15 Welch (Charles), op. cit., p. 86.

16Le Pont était certes un lieu de mémoire pour les défunts mais surtout le cadre d’une vie tapageuse. Le trafic et le passage y étaient incessants. Les boutiques y attiraient les chalands. D’après l’inventaire réalisé en 1350, on s’aperçoit que les boutiques y étaient nombreuses et l’espace laissé aux passants plus que restreint. Un quart au moins des maisons en bois possédait un « hautepas », c’est-à-dire un étage passant au-dessus de la rue. À cette époque les professions des locataires du pont n’étaient pas encore mentionnées14. Plus tard, on apprend grâce aux comptes annuels du Pont qu’au xve siècle, les boutiquiers étaient des artisans d’art, des aubergistes. L’une des auberges les plus renommées de Londres, The Bear, se trouvait à l’entrée du Pont, dans la paroisse St Olave de Southwark. Les orfèvres y étaient aussi présents. En 1460, un orfèvre et un peintre demeuraient sur le Pont15. Cette tradition d’une présence artistique se maintint au siècle suivant. Hans Holbein, venu travailler à la cour d’Henri VIII, habitait sur le Pont.

17L’existence quotidienne du Pont, active et brouillonne, était régulièrement marquée par des événements solennels. Les entrées royales étaient l’occasion pour le Pont d’affirmer son rôle primordial dans la vie de la Cité. Les comptes annuels du Pont conservent le souvenir des préparatifs réalisés pour mettre en scène ces solennités.

18L’une des premières grandes entrées mentionnées par les documents fut celle du Prince Noir le 24 mai 1357, à son retour de France. Le Maire et les échevins de Londres vinrent accueillir le Prince au pied du Pont. L’événement est historique puisque dans le cortège du Prince de Galles se trouvait captif le roi de France Jean II le Bon. Cette présence d’un ennemi vaincu du roi d’Angleterre dans les murs de Londres devait se renouveler plus d’une fois et c’est également par le Pont que Charles duc d’Orléans fit quelques décennies plus tard son entrée dans Londres le 23 novembre 1415.

  • 16 Adam de Usk, Chronicle, E.M. Thompson (éd.), Londres, 1904, p. 311-312.
  • 17 Christianson (Paul C.), op. cit., p. 11.

19Un autre grand triomphateur arriva à Londres par le Pont en 1415. Henri V, revenu vainqueur d’Azincourt, pénétra sur le Pont où il fut accueilli par un « géant armé comme un second Pallas, surmontant les murs de la porte du pontlevis, portant une lance comme celle de Turnus, et une puissante hache dont le souffle aurait suffit à abattre bien des bois mais aussi massacrer toute une armée ; et à ses côtés se trouvait sa femme, si grande qu’elle paraissait en vérité pouvoir donner naissances à des démons géants mais aussi porter quatre tours jusques en enfer »16. Ces statues avaient été réalisées par le sculpteur William Goos17.

  • 18 Allmand (Christopher), Henry V, New Haven, Yale University Press, 1997, p. 411.

20À cette scène majestueuse et comique à la fois, succédait un tableau plein de grâce. Le jeune roi était accueilli par trois jeunes filles richement vêtues représentant les trois allégories de la Nature, la Grâce et la Fortune, elles mêmes servies par sept compagnes chantant un hymne à la gloire du souverain. Plus loin, le roi découvrait deux sculptures, l’une figurant une antilope, son emblème personnel, portant les armes royales autour du cou et l’autre, un lion tenant dans la patte droite un étendard royal. Une grande figure de saint Georges en armes complétait le décor fastueux réservé au triomphateur d’Azincourt18. Le Pont était donc le lieu de représentation favori de l’idéologie chevaleresque, centrée sur le culte de saint Georges, mise en avant par les rois d’Angleterre depuis Edouard III. Cependant, il permettait aussi à la ville de Londres de mettre en avant sa propre propagande. La Cité voulait être associée aux succès du roi en France, rendus possibles grâce aux larges prêts qu’elle avait consentis à Henri V l’année précédente. Elle souhaitait aussi démontrer par cette mise en scène l’aide divine que le roi avait reçue à l’occasion des deux victoires d’Harfleur et d’Azincourt. Le roi y était présenté comme un nouveau David ayant abattu l’arrogant géant Goliath, c’est à dire les Français.

  • 19 Welch (Charles), op. cit., p. 119.

21L’aspect fortifié du Pont convenait bien à ces scènes guerrières. Un autre épisode de son histoire vient confirmer son rôle de décor dans la vie chevaleresque du temps. Le 23 avril 1390, c’est sur le Pont de Londres que se tint une joute opposant, le jour de la saint Georges, un chevalier anglais, lord Wells, ambassadeur du roi Richard II en Écosse, à un chevalier écossais, sir David Lindsay, comte de Crawford. Les deux contrées, si souvent opposées, étaient alors en paix mais toujours rivales. Le but de cet assaut était de savoir laquelle des deux était la nation la plus chevaleresque. L’assaut eut lieu en présence du roi Richard II, mais il se termina par la défaite de son champion19.

  • 20 Corporation of London Records Office, BHE, 1412-1421, p. 457.
  • 21 Corporation of London Records Office, BHE, 1421-1430, p. 480.

22Les figures de géants réapparurent sur les tours du pont-levis en 1420 pour l’entrée du roi Henri V et de sa nouvelle épousée Catherine de France, le jour de la saint Valentin. William Goos reçut à cette occasion toute une série de paiements des gardes du Pont pour avoir sculpté des « capites gigantes »20. Deux jours de travail sont nécessaires à leur réalisation et deux gardes sont commis à leur surveillance avant l’arrivée du couple royal. Lorsque la reine passa près du Pont en se rendant à Westminster pour son couronnement, le 21 février 1421, elle put admirer huit paires d’anges et dix-neuf vierges chantant des hymnes et une image de sainte Pétronille, délicatement choisie pour sa longue association avec la couronne de France21.

  • 22 Corporation of London Records Office, BHA, 1421-1430, fol. 170. r° et v°.

23Une iconographie plus chevaleresque, en accord avec les modes du temps, fut choisie à l’occasion de l’entrée dans Londres en 1426 du duc et de la duchesse de Bedford. Le Pont fut alors orné des effigies de douze preux tirés de l’Ancien testament, de la mythologie et de l’actualité puisque le duc en faisait lui-même partie. Sa statue était entourée parmi d’autres des figures d’Abraham, d’Isaac, de Jacob, de Joseph, de Moïse, de Josué, de Judas Macchabée, d’Hector et d’Hercule. Des enfants accueillaient le couple princier en jouant de l’orgue et en chantant des pastorales22.

  • 23 Corporation of London Records Office, BHA, 1460-1484, fol. 94 v°-95.

24Le 18 mai 1445, un nouveau « tableau vivant » se déploya devant la Porte de Pierre du Pont à l’occasion de l’entrée à Londres de la nouvelle épouse du roi Henri VI, Marguerite d’Anjou. La jeune reine fut reçue par un tableau représentant la Paix et l’Abondance. Plus loin, à la porte du pont-levis un deuxième tableau illustrait de manière plus inattendue l’arche de Noé. En 1461, c’est Elizabeth Woodville, épouse d’Edouard IV qui reçut un accueil triomphal à l’occasion de son couronnement à Londres le 26 mai 1465. Le compte annuel du Pont relate en détail les préparatifs réalisés à cette occasion23.

  • 24 Londres, Guildhall Library, ms. 5440, fol. 71 v°.

25Ces entrées en ville, royales ou princières, furent autant d’heureux événements racontés par les chroniqueurs. Mais le Pont fut aussi le théâtre d’une cérémonie funèbre, celle du retour du corps du roi Henri V mort en France à l’âge de trente-cinq ans le 31 août 1422. Le 5 novembre 1422, les notables et le clergé de Londres, accompagnés de membres de trente et une guildes de la ville, tous vêtus de blanc et portant deux cent onze torches attendaient le cortège funéraire se rendant à la cathédrale Saint-Paul sur London Bridge24.

  • 25 Chronicle of the Mayors and Sheriffs of London, A. Fritz-Thedmar (éd.), Londres, 1863, p. 95.

26Le Pont fut aussi la porte assiégée par tous les mécontents et les révoltés qui souhaitaient faire valoir leurs revendications auprès du roi. La Chronique des Mayors et des sheriffs de Londres rapporte que lors de l’arrivée des partisans de Simon de Montfort à Southwark, en 1263, un marchand d’épices et ancien maire de Londres, John Gisors, partisan du roi Henri III, jeta les clés de la porte du Pont dans la Tamise afin d’éviter l’entrée des révoltés dans la capitale. Cette précaution fut d’ailleurs inutile car les partisans de Montfort, nombreux dans Londres, parvinrent quand même à lui ouvrir la porte25.

  • 26 Holme (Gordon), op. cit., p. 92.

27C’est aussi par le Pont que pénétrèrent dans Londres les révoltés du Kent le 13 juin 1381. Le pont-levis avait été levé sur les ordres du Mayor, mais les artisans londoniens, partisans de la révolte des Travailleurs, le firent descendre, et les rebelles purent ainsi pénétrer dans la Cité où ils s’emparèrent du chancelier Simon de Sudbury et du trésorier Robert Hailes, rapidement exécutés ainsi que des artisans flamands présents dans la ville. Leurs têtes furent suspendues comme des trophées sur le pont26.

  • 27 Ibidem, p. 124.
  • 28 Chronicle of London, C.L. Kingsford (éd.), Oxford, Clarendon Press, 1905, p. 185.

28Les portes du Pont furent à nouveau ouvertes de force le 3 juillet 1450 lors de la deuxième grande récolte populaire anglaise de la fin du Moyen Âge, celle de Jack Cade27. Le Pont fut à nouveau assiégé en 1471 mais cette fois par bateau par le bâtard de Fauconberg, Thomas Nevill le fils naturel du comte de Kent. Partisan du roi Henri VI, il mena une attaque contre Londres en remontant la Tamise. Ses troupes brûlèrent une soixantaine de maisons sur le Pont, mais furent repoussées par la population londonienne28.

29Ces entrées dans la ville furent aussi rares que violentes. Toutes se soldèrent inévitablement par la défaite des révoltés et le Pont remplit alors un autre rôle, fort peu sympathique.

  • 29 Holme (Gordon), op. cit., p. 79.

30C’était une coutume ancienne à Londres que d’afficher les têtes des condamnés pour rébellion ou trahison contre le roi sur les tours de la Grande Porte du Pont qui finit d’ailleurs par être appelée la Porte des Traîtres. Figées sur des piquets au sommet de l’édifice, les têtes regardaient les passants qui pénétraient dans la ville. L’un des premiers à avoir subi cette sinistre expérience fut le héros de l’indépendance écossaise William Wallace qui, après avoir connu un supplice terrible, vit sa tête exposée sur le pont en 1304. Deux ans plus tard, l’un de ses partisans Simon Fraser venait l’y rejoindre29. Les têtes du chancelier et du trésorier de Richard II, massacrés par les Travailleurs furent rapidement remplacées en 1381 par celles des meneurs de la révolte, Wat Tyler et Jack Straw.

  • 30 Ibid.
  • 31 Welch (Charles), op. cit., p. 65.
  • 32 Fraser (Jacob Ernest), The fifteenth century, 1399-1485, The Oxford History of England, Oxford, Ox (...)

31En 1403, un quart du corps du rebelle Henry Percy qui s’était soulevé contre Henri IV fut suspendu sur le Pont, sa sinistre dépouille fut rejointe par celle de son père en 140830. À l’occasion du complot lollard de sir John Oldcastle en 1414, la tête de Benedict Wolman et celle du parcheminier William Fyssher vinrent orner la Porte des Traîtres31. Elles furent rejointes par bien d’autres au cours du xve siècle. Ainsi, lors de leur entrée à Londres le 2 juillet 1460, au plus fort de la Guerre des Deux Roses, les comtes de Warwick et de Salisbury font ôter du Pont les têtes des partisans du duc d’York qui y avaient été appendues sur ordre du roi Henri VI32. Cette sinistre pratique se maintint au siècle suivant comme on peut le voir sur une gravure d’Antoine van den Wyngaerde, réalisée vers 1550.

32Si le Pont était un édifice municipal, et la fierté des Londoniens. Il n’en affichait pas moins les prétentions du roi sur sa capitale. Les entrées des princes et les vestiges de leur justice marquaient le décor de la Tour qui donnait accès à la ville. L’entrée en ville se faisait donc à Londres sous les doubles auspices de l’admiration et de la terreur sacrée.

Notes

* Une communication sur un sujet très proche à été présentée à la journée d’Études : Les lieux du pouvoir au Moyen Âge en Normandie et sur ses marges, Flambard-Héricher (Anne-Marie) dir., Caen, Publications du CRAHM, 2006, p.71-85.

1 Londres, British Library, ms. Royal 16 F II, fol.76.

2 Corporation of London Records Office, BHA, Bridge House Accounts, BHE, Expenditures of the Bridge.

3 Holme (Gordon), Old London Bridge, Londres, J. Lane, 1931, p. 41.

4 Welch (Charles), History of the Tower Bridge and other bridges over the Thames built by the Corporation of London, Londres, Smith, Elder and co, 1894, p. 30.

5 Calendar of Patent Rolls, Henry III, 1247-1258, Black (J.) éd., Londres, 1908, p. 65.

6 Welch (Charles), op. cit., p. 3.

7 Ibidem, p. 65.

8 Corporation of London Records Office, BHE, 1412-1421, p. 464.

9 Corporation of London Records Office, BHA, 1484-1509, fol. 258.

10 Corporation of London Records Office, BHE, 1505-1515, fol. 80 v°.

11 Christianson (Paul C.), Memorials of the book trade in medieval London, the archives of Old London Bridge, Cambridge, D. S. Brewer, 1987, p. 14.

12 Corporation of London Records Office, BHE, 1412-1421, p. 126.

13 Christianson (Paul C.), op. cit., p. 4.

14 Riley (Henry Thomas), Memorial of London and London life, Londres, Longmans, Green and co, 1988, p. 261.

15 Welch (Charles), op. cit., p. 86.

16 Adam de Usk, Chronicle, E.M. Thompson (éd.), Londres, 1904, p. 311-312.

17 Christianson (Paul C.), op. cit., p. 11.

18 Allmand (Christopher), Henry V, New Haven, Yale University Press, 1997, p. 411.

19 Welch (Charles), op. cit., p. 119.

20 Corporation of London Records Office, BHE, 1412-1421, p. 457.

21 Corporation of London Records Office, BHE, 1421-1430, p. 480.

22 Corporation of London Records Office, BHA, 1421-1430, fol. 170. r° et v°.

23 Corporation of London Records Office, BHA, 1460-1484, fol. 94 v°-95.

24 Londres, Guildhall Library, ms. 5440, fol. 71 v°.

25 Chronicle of the Mayors and Sheriffs of London, A. Fritz-Thedmar (éd.), Londres, 1863, p. 95.

26 Holme (Gordon), op. cit., p. 92.

27 Ibidem, p. 124.

28 Chronicle of London, C.L. Kingsford (éd.), Oxford, Clarendon Press, 1905, p. 185.

29 Holme (Gordon), op. cit., p. 79.

30 Ibid.

31 Welch (Charles), op. cit., p. 65.

32 Fraser (Jacob Ernest), The fifteenth century, 1399-1485, The Oxford History of England, Oxford, Oxford University Press, 1993, p. 519.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540