Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entrer en ville

 | 
Françoise Michaud-Fréjaville
, 
Noëlle Dauphin
, 
Jean-Pierre Guilhembet

Première partie. Le seuil de la ville

Aspects sociaux et monumentaux des alignements funéraires à l’entrée des villes romaines

Pierre Gros

Texte intégral

  • 1 Hesberg (Henner von), Zanker (Paul), éd., Römische Gräberstrassen. Selbstdarstellung, Status, Stan (...)
  • 2 Koortbojian (Michael), « In commemorationem mortuorum. Text and Image along the “Streets of Tombs” (...)
  • 3 Eck (Werner), « Römische Grabinschriften », Römische Gräberstrassen (op. cit.), p. 80-81.

1Le phénomène typiquement romain de l’alignement des tombeaux le long des voies publiques a fait l’objet au cours de ces dernières décennies de nombreuses études, car il se trouve au point de rencontre de recherches complémentaires sinon convergentes, sur la monumentalité funéraire, sur l’auto-représentation gentilice ou individuelle, sur la hiérarchisation de cet espace complexe qu’est le suburbium, sur l’annexion du sol public à des fins privées, qui toutes soumettent les données traditionnelles de l’archéologie à des analyses sociologiques ou culturelles. La synthèse la plus remarquable en ce domaine est le volume des actes du colloque de Munich paru en 1987, Römische Gräberstrassen, dont le sous-titre, « Selbstdarstellung, Status, Standard », exprime bien l’orientation1 ; mais ce n’est pas en ce domaine la seule publication digne d’intérêt : l’analyse de M. Koortbojian, consacrée aux « Streets of Tombs » dans le livre collectif publié par J. Elsner intitulé Art and Text in Roman Culture paru en 1996 propose sous un angle original une relecture de plusieurs types d’édifices funéraires observables le long des voies2, ad itinera publica propter testimonium perennitatis, comme le dit si bien une inscription mentionnée par W. Eck3.

  • 4 Kockel (Valentin), Die Grabbauten vor dem Herkulaner Tor in Pompeji, Mayence, 1983 ; D’ambrosio ( (...)
  • 5 Heinzelmann (Michael), Die Nekropolen von Ostia. Untersuchungen zu den Gräberstrassen vor der Port (...)
  • 6 Hesberg (Henner von), Römische Grabbauten, Darmstadt, 1962, p. 19 sq. ; voir aussi les chapitres c (...)
  • 7 Voir en dernier lieu Engels (Johannes), Funerum sepulcrorum magnificentia. Begräbnis - und Grabluxu (...)
  • 8 Murillo (Juan F.), Carrillo (José Ramon), « Monumento funerario romano de Puerta de Gallegos » Va (...)

2Dans le même ordre d’idées, des monographies consacrées aux abords de Pompéi4 et d’Ostie5 ont précisé la chronologie et l’ordonnance de ces aménagements et permis de mieux comprendre les raisons de certains choix typologiques et topographiques de la part des familles les plus représentatives. De profondes études sur les alternances entre l’extroversion et l’introversion des monumenta au fil des siècles de la fin de la République et du Haut-Empire6, ainsi que sur l’esprit des lois qui ont tenté de limiter ou du moins d’encadrer les débordements du luxe des sépultures7, autorisent désormais des périodisations mieux assurées. Enfin des découvertes récentes, dont la plus significative pour notre propos est celle de la Puerta de Gallegos à Cordoue, ont singulièrement enrichi le dossier8.

3Il apparaît dès lors que dans la lutte qui s’instaurait à chaque génération pour la conquête des sites les plus en vue – croisement de voies, éminences proches de la route, etc. – la proximité d’une porte de l’enceinte était considérée comme l’une des positions, sinon la position la plus gratifiante. Mais si le fait en lui-même est désormais avéré, les raisons d’un tel tropisme n’ont jamais, à notre connaissance, été vraiment dégagées. En quoi la possession d’un tombeau immédiatement à la sortie, c’est-à-dire à l’entrée d’une ville constituait aux yeux des membres des métropoles comme à ceux des municipes les plus modestes un privilège dont la jouissance semble avoir suscité des rivalités aux conséquences encore déchiffrables, dans les meilleurs des cas, sur le terrain ?

  • 9 Davies (Penelope J. E.), Death and the Emperor. Roman Imperial Funerary Monuments from Augustus t (...)
  • 10 Sur ce thème, voir Rouveret (Agnès), Histoire et imaginaire de la peinture ancienne (ve s. av. J. (...)
  • 11 Sur cette notion de monumentum, Cf. L’architecture romaine II (op. cit.), p. 382-383.

4Un premier élément de réponse, trop général assurément pour être satisfaisant, suggère déjà des pistes : il tient en ce qu’on a parfois appelé le pouvoir impliqué dans une situation donnée. Le mot situation est à prendre au sens le plus concrètement local : comme vient encore de le souligner Penelope J. E. Davies, « the power of place » est une composante essentielle de la pensée politique romaine, en ce qu’il contribue à ancrer la présence du passé dans la conscience collective9 ; en ce domaine, la topographie habilement exploitée, voire manipulée, joue un rôle supérieur au sentiment abstrait de la durée ou même au récit historique. Cicéron le dit du reste dans un texte fondamental du De Finibus (V, 1, 2), "il y a dans les lieux une telle puissance de rappel (tanta vis admonitionis) que, non sans raison, ils ont été utilisés pour créer un art de la mémoire". Revoir les lieux où ont vécu les grands hommes du passé produit toujours, dit l’orateur dans le même chapitre, une émotion violente. Ce passage, et d’autres du même genre, ont été remarquablement exploités pour la définition de la valeur et de la fonction des “topiques” dans la rhétorique et dans la constitution des paysages “topiaires”10. Mais leur application au domaine funéraire ne saurait être oubliée : ils expliquent en partie et conditionnent la recherche de la position privilégiée pour l’édifice de mémoire qu’est par définition le monumentum11. Cette position n’implique pas seulement des conditions de visibilité et d’accessibilité particulières, mais aussi et peut-être surtout une relation signifiante avec d’autres points remarquables du paysage urbain ou rural.

  • 12 Waurick (Götz), CC Untersuchungen zur Lage der römischen Kaisergräber in der Zeit von Augustus bi (...)

5Une démonstration en est donnée par les édifices funéraires des empereurs, d’Auguste à Hadrien ; avec les moyens exceptionnels dont ils disposaient, ces hommes, ou du moins les équipes qui travaillaient pour eux, ont mis en œuvre des jeux subtils sur les axes de vision dominés par leurs sépultures monumentales et sur les liens qu’elles entretenaient avec d’autres constructions commémoratives ou religieuses. Le déchiffrement de ces rébus topographiques par G. Waurick, M. Torelli ou P. J. E. Davies permet de comprendre les intentions sous-jacentes, non exprimées mais parfaitement explicites, au choix des emplacements, et tisse à travers le centre urbain des réseaux sémantiques dont la finalité dynastique et sacralisante apparaît assez clairement12.

  • 13 On sait que l’interdiction des sépultures à l’intérieur des enceintes urbaines, même pour les fami (...)
  • 14 Davies (Penelope. J. E.), op. cit., p. 158-160.

6Même s’ils appartenaient aux classes dirigeantes ou étaient issues de gentes puissantes à l’échelon local ou régional, les particuliers ne pouvaient pas se permettre ce genre de mise en scène, ne serait-ce que parce que leur sépulture se trouvait obligatoirement hors de l’espace urbain13. Pour garder un contact spatial et plastique avec la ville où ils avaient assumé des responsabilités, et où ils voulaient que le souvenir de leur action se perpétuât, le seul moyen était évidemment d’établir leur propre monumentum au voisinage d’une des portes, ouvertes de préférence sur un grand axe. La recherche de la proximité de l’entrée s’explique donc d’abord par les ressources qu’offre celle-ci pour l’encadrement du tombeau : continuité presque sans rupture avec la monumentalité urbaine pour qui sort de la ville, fond architectural sur lequel se détache l’édifice funéraire pour qui se dirige vers la ville, sans parler de la symbolique diffuse du lieu de passage. La notion métaphorique de la transition d’un monde à l’autre, entretenue par la porta qui par définition est aussi un janus ne saurait être en effet sous-évaluée, quels que soient par ailleurs les aspects prosaïques du décor et de l’épitaphe, qui souvent, à la fin de la République et au premier siècle de notre ère, ne parlent que de la vie terrestre du défunt et de sa situation sociale. L’extroversion exhibitionniste du parti architectural peut parfaitement coexister avec la pensée du transfert dans l’au-delà : de même que le fait de posséder un tombeau de l’autre côté du fleuve, comme le propriétaire de la Meta Romuli à Rome, dans la région du Vatican, et après lui Hadrien lui-même, évoquait sans doute le voyage de l’âme franchissant dans le monde souterrain le Styx ou l’Achéron, de même la transition urbs-rus suggérée par la barrière de la porte pouvait contribuer à mimer sur le terrain la sortie du monde des vivants14. Or cette idée ne s’imposait efficacement que pour les monuments rencontrés dès la sortie de la ville, et s’estompait à mesure qu’on s’en éloignait du seul fait de leur multiplication. Mais à ces données environnementales et symboliques s’ajoutait un dialogue implicite entre la valeur propre du défunt magnifié par son tombeau, et le prestige supposé de la ville dont ce tombeau, en raison même de sa proximité, constituait une sorte de dépendance directe. Un effet d’annonce ou de rappel, selon le sens de la progression, se mettait ainsi inévitablement en place, et d’autant plus efficacement que d’autres composantes, religieuses, civiques ou administratives, venaient à l’occasion compléter la dernière image du suburbium avant le franchissement de la porte urbaine.

  • 15 Coarelli (Filippo), s. v. Porta Capena, dans LTUR, III, Rome, 1996, p. 325.
  • 16 Coarelli (Fillipo), « Il sepolcro degli Scipioni », Dialoghi di Archeologia, 6, 1972, p. 36-106 ; (...)
  • 17 Voir les textes de Cicéron, Tusculanes, I, 13 ; De Finibus, II, 116 ; Cato Major, 61.
  • 18 Gros (Pierre), « Les statues de Syracuse et les "dieux" de Tarente », Revue des Études Latines, 5 (...)
  • 19 Cicéron, ad Atticum, IV, 1, 5.

7Un lieu emblématique qui, à bien des égards dut servir de modèle, est assurément le tronçon de la via Appia, qui débouche sur la porte Capène à Rome15. F. Coarelli a naguère suggéré que, dans l’esprit de ses fondateurs, la voie appienne étant destinée à favoriser l’expansion vers la Grande Grèce, le fait de situer un tombeau gentilice à son départ a constitué, au moins pour les premiers occupants du site, une sorte de manifeste politique : si la plus ancienne sépulture des Cornelii, par exemple, se trouvait initialement sur le bord de la voie ardéatine, le transfert de la tombe de cette puissante famille à proximité de l’Appia peu après l’ouverture de cette route en 312 av. J.-C. signifiait que désormais ses représentants prendraient une part prépondérante à l’élargissement de la puissance romaine vers le sud hellénisé de la Péninsule16. Et ce n’est assurément pas un hasard si tout au long du iiie s. les sépultures des plus grandes gentes de la nobilitas se pressent en une suite ininterrompue sur une distance d’environ un mille. En dehors du fameux tombeau des Cornelii Scipiones, précisément, nous ne retrouvons rien, sur le terrain, de cette prestigieuse séquence. Mais les textes et les notices topographiques autorisent une reconstitution au moins nominale des principales constructions qui jouxtaient la porte elle-même, le long du circuit commun à la via Latina et à la via Appia. Cicéron évoque précisément les monuments rencontrés dès la sortie de la ville : ce sont d’abord les tombeaux de A. Atilius Calatinus, le consul de 258 et de 254 av. J.-C., le censeur de 249 ; il côtoyait les monumenta des Metelli, des Servilii et, plus loin, celui des Scipions17. Le même auteur, confirmé par Tite-Live, rappelle aussi qu’au même endroit, ad portam Capenam, s’élevaient les temples jumeaux d’Honos et de Virtus voués par Marcellus lors de la bataille de Clastidium en 222 et dédiés peu après sa mort en 208 malgré les résistances d’une partie de l’aristocratie romaine18. Lorsqu’il revient à Rome, après avoir débarqué à Brindisi à son retour d’exil en septembre 57, Cicéron informe en effet avec émotion son ami Atticus qu’ « arrivé à la porte Capène », il trouva les degrés des temples couverts d’une foule de petites gens, venue l’applaudir19. Il s’agit évidemment de l’aedes double de l’Honneur et de la Vertu, dans le voisinage de laquelle se trouvait, si l’on accepte la lecture que

  • 20 Sur les monumenta de la gens Claudia, Coarelli (Filippo), loc. cit., Dialoghi di Archeologia, 6, (...)
  • 21 Voir les textes cités supra (n. 17).
  • 22 Sur l’origine, la nature et la signification de la laudatio funebris dans la Rome de la fin de la R (...)
  • 23 Sur cette question, très largement explorée, on pourra voir en dernier lieu, avec toute la biblio (...)
  • 24 Pisani Sartorio (Giuseppina), s. v. Mutatorium Caesaris, LTUR, III, Rome, 1993, p. 335.
  • 25 Res Gestae Divi Augusti, 11 : aram Fortunae Reducis ante aedes Honoris et Virtutis ad portam Capen (...)
  • 26 Coarelli (Filippo.), s. v. Senaculum, LTUR, IV, Rome, 1999, p. 265.
  • 27 Rodríguez Almeida (Emilio), s. v. Area radicaria, dans LTUR, I, Rome, 1993, p. 119-120.

8F. Coarelli propose d’une notice d’Asconius Pedianus, le tombeau de la gens Claudia, c’est-à-dire des Marcelli20. Il y avait là de toute évidence un complexe funéraire et religieux qui rassemblait à l’entrée même de Rome des signes remarquablement cohérents ; si l’on prenait la peine de les déchiffrer ils offraient en lecture directe une définition claire de ce qui, aux yeux de la nobilitas médio-républicaine, faisait la force du peuple romain et justifiait son hégémonie, à savoir le courage, la probité et le dévouement à la chose publique. Cicéron s’est plu à mentionner par trois fois dans son œuvre philosophique l’épigramme en vers saturniens (carmen) qui servait d’épitaphe – une épitaphe en forme d’elogium – au tombeau de A. Atilius Calatinus ; ce qu’il nous en a transmis montre qu’il était conçu exactement comme celui, de peu postérieur, qui sera gravé sur le sarcophage de L. Cornelius Scipio, le fils du Barbatus, puisqu’il y était affirmé que, de l’avis du plus grand nombre, Calatinus avait tenu le premier rang dans le peuple (populi primarium fuisse) ; cette carrière éminente, il la devait, dans l’esprit de ceux qui avaient rédigé le texte, à sa virtus, impliquée dans l’expression choisie pour le désigner, hunc unum virum21. Universellement connue au dire de Cicéron, qui en tout cas s’est employé pour sa part à ce que nul ne l’ignorât, cette formule, qui pérennisait la laudatio funebris, constituait à ses yeux la maxime de cette Rome d’autrefois à laquelle il vouait tant d’admiration22. Et de fait, au même titre que les statues qui animaient la façade du tombeau tout proche des Metelli, assorties du commentaire lapidaire mais orgueilleux rappelant qu’en trois générations ces hommes avaient revêtu neuf consulats, l’épitaphe de Calatinus illustrait, tel un exemplum parfaitement démonstratif, les éminentes qualités élevées au rang d’entités divines dans le sanctuaire adjacent d’Honos et Virtus. Certes ces hommes avaient mérité par leur vie et plus encore acquis par leur richesse la place d’honneur qu’ils occupaient à titre posthume, mais il faut comprendre aussi que pour bon nombre de Romains de la fin de la République cette position à l’entrée de la Ville leur permettait de poursuivre au-delà de la mort leur magistère politique et civique. D’autant que dans les environs immédiats de la porte Capène se regroupaient les constructions liées aux cérémonies du départ (profectio) et du retour (reditus) des magistrats envoyés en campagne ou en mission, et plus tard des empereurs23 ; au Mutatorium, c’est-à-dire à la station où les équipages officiels s’arrêtaient avant d’entrer dans Rome, et qui deviendra sous le Principat le Mutatorium Caesaris24, s’ajoute à l’époque augustéenne un autel de la Fortuna Redux, situé face au vieux temple de l’Honneur et de la Vertu25 ; d’autre part un Senaculum ad Portam Capenam, duplication de celui du temple de Bellone, construit sans doute peu après la tragique bataille de Cannes en 215 av. J.-C., complétait l’étonnant équipement monumental de ce site, considéré comme une véritable structure alternative du Forum républicain hors la ville26. Ces éléments de solennisation de l’espace antérieur à la porte n’excluaient certes pas des aménagements plus prosaïques, tel celui de l’area radicaria, identifiée à titre d’hypothèse par E. Rodriguez Almeida comme les bureaux de l’octroi où l’on contrôlait et taxait les marchandises27 ; mais il est certain que nul autre accès à Rome n’offrait autant de témoignages de la dignitas et n’invitait avec autant de muette éloquence le voyageur à se remémorer la grandeur de la ville dont il allait franchir la muraille. S’il nous était encore donné de replacer les uns par rapport aux autres ces édifices si différents, nous pourrions sans doute mieux comprendre, par les effets d’écho qu’ils entretenaient, les messages diffus mais clairs qui flottaient en ces parages ; nous pouvons être assurés que les tombeaux gentilices et leur hautaine morale pétrifiée y tenaient les premiers rôles. En termes socio-politiques, si l’on veut dépasser le discours nostalgique d’un Cicéron, ou du moins n’en être pas totalement dupe, la porte Capène était en somme l’endroit où la classe dirigeante des iiie-iie s. av. J.-C., constituée de ces familles de la nobilitas qui s’étaient alors partagé les honneurs et les pouvoirs, avait voulu donner, en assimilant son destin à celui de l’Urbs, une image magnifiée d’elle-même assortie d’une légitimation de sa propre puissance. Il importait de montrer, à l’entrée de la Ville, que celle-ci leur appartenait de fait, mais aussi de droit. Lorsque, dès le début de l’Empire, la Rome augustéenne des XIV Régions aura définitivement officialisé le débordement de l’espace urbain hors des limites depuis longtemps fictives de l’enceinte républicaine, la porte Capène n’en continuera pas moins à être vécue comme l’accès symbolique à l’Urbs ; en cet endroit plus qu’ailleurs vivront encore, et pour des siècles, les cérémonies de l’adventus, rigoureusement réglées autour de la personne du Princeps.

  • 28 Voir sur ce point Compostella (Carla), Ornata sepulcra. Le "borghesie" municipali e la memoria di (...)

9Hors de Rome, nous ne saurions évidemment retrouver des compositions aussi riches. Mais les vestiges archéologiques autorisent en revanche, dans beaucoup de cas, des observations qui permettent de reconstituer, à une échelle plus réduite, des aménagements similaires. Les recherches qui se développent aujourd’hui en Italie et dans les provinces gauloises ou ibériques montrent que les lieux les plus proches des municipes ou des colonies étaient aussi ceux où se satisfaisait le mieux la recherche de l’auto-célébration. Mais on constate que la mise en place des tombeaux monumentaux qui encadrent ou jouxtent les entrées urbaines suit de près l’équipement des centres civiques et religieux de ces mêmes villes. Les exigences de la représentation collective et celles de l’exaltation individuelle s’avèrent ici comme à la porte Capène étroitement connexes, car ce sont évidemment les mêmes hommes qui, par le biais des charges assumées au service de la communauté ou par le moyen plus direct de l’évergétisme, ont assuré la réalisation des principaux monuments publics, auxquels est réservée après leur mort une place de choix sur la voie des tombeaux28.

  • 29 Supra, n. 4.
  • 30 Kockel (Valentin), op. cit., p. 38 sq., p. 100 sq. et p. 107 sq.

10À Pompéi, deux “nécropoles” ont été récemment étudiées, celle de la porta di Nocera et celle de la porta di Ercolano29. Cette dernière s’étend devant une porte qui fut percée selon toute probabilité dans l’angle ouest de l’enceinte de la ville, peu de temps après la déduction de la colonie syllanienne ; elle semble avoir constitué au moins jusqu’au début du ier s. de notre ère un emplacement recherché par les optimates romains, ce qui n’exclut pas la présence de représentants des vieilles familles locales qui progressivement purent retrouver leur place parmi les notables (fig. 1, p. I). Un indice de la vogue persistante de cet endroit est fourni par la curieuse démarche de la veuve de C. Munatius Faustus, qui lui fit édifier un cénotaphe à proximité de la porte d’Herculanum, alors qu’il possédait déjà un tombeau où il fut d’ailleurs inhumé, devant la porte de Nocera30. Entre la construction des deux monuments, un fait d’importance s’était produit, auquel il convenait d’assurer la meilleure publicité : Munatius Faustus s’était vu conférer l’honor biselli, c’està-dire le siège à deux places, récompense symbolique accordée exceptionnellement par les décurions à ceux de leurs concitoyens qui avaient bien mérité de la communauté, et de surcroît les possibilités financières de la famille s’étaient sensiblement accrues. Un autel monumental revêtu de marbre et orné du bisellium devait donc commémorer cette promotion sociale et économique. Ce qui nous semble important en l’occurrence, c’est le changement de lieu : posséder un monumentum à proximité de la porte d’Herculanum était en somme un moyen d’affirmer son appartenance à la classe dirigeante. Le seul regret, sans doute, de Naevoleia Tyche, l’épouse attentionnée de ce personnage, fut sans doute de ne pas pouvoir placer son monument au plus près de la porte ; dans les années 50-60 apr. J.-C., date probable de l’opération, les cent premiers mètres de la route étaient déjà beaucoup trop encombrés pour qu’un emplacement digne pût y être trouvé.

  • 31 Kockel (Valentin), op. cit., p. 53 sq.
  • 32 Kockel (Valentin), op. cit., p. 18 sq. On observe de même des scholae au sortir de la Porta di Sta (...)

11Si nous revenons au contact immédiat de la porte, nous trouvons en fait les sépultures des plus anciens dignitaires de la colonie, comme le tombeau en forme d’autel monumental à frise dorique (Sud 3 dans la classification de V. Kockel) attribuable à M. Porcius, partisan de Sylla et premier duovir quinquennalis de la nouvelle communauté31. Remarquables sont à cet endroit les monuments en forme d’exèdres semi-circulaires communément appelés scholae ; deux d’entre eux s’ouvrent sur le versant sud de la voie, qui appartiennent, pour l’un, à un tribunus militum a populo de l’époque augustéenne, et pour l’autre, à l’importante famille des Mammii. Ces scholae se situent toutes dans la zone des 30 m au-delà des portes de Pompéi, et peu d’édifices du même genre ont en fait été retrouvés hors du domaine campanien32. Il a été établi que toutes appartenaient à des responsables de haut niveau, duoviri ou prêtres des divinités poliades ou du culte impérial ; certaines ont du reste été construites, comme le souligne avec orgueil leur épitaphe, aux frais de la colonie pour honorer des magistrats ou les membres de leur famille. Il arrivait même, comme pour les trois scholae retrouvées au contact de la porte de Stabies, toujours à Pompéi, qu’elles fussent implantées à l’intérieur de la frange pomériale externe de la muraille, en principe libre de toute construction : une autorisation par décret de la part du sénat local avait donc été nécessaire à leur établissement.

  • 33 Cf. L’architecture romaine II, op. cit., p. 436 sq.

12Nous n’avons pas à examiner ici le problème de l’origine du type, sans doute de dérivation orientale, ni à voir au cas par cas si ces monuments comportaient tous un endroit réservé au dépôt des urnes cinéraires ; certaines scholae semblent en fait avoir été purement commémoratives. Mais dans la perspective de cette rencontre il nous paraît important de relever que les édifices de cette catégorie sont parfaitement adaptés à l’entrée même de la ville, comme si leur forme leur conférait une fonction spécifique dans la dernière partie non urbaine des voies d’accès. Ouvertes sur ces voies, offrant au passant des banquettes, les scholae funéraires s’apparentent à des aires de repos et ne sont pas structurellement différentes des exèdres qu’on rencontre dans les jardins, les palestres ou les thermes ; les pieds de leur banquette curviligne, le plus souvent en forme de pattes léonines, leur donnent de surcroît l’allure des gradins inférieurs d’une cavea de théâtre. Contribuant à l’aménagement monumental des secteurs les plus voisins de la porte ou de la courtine qui la jouxte, les scholae proposent donc aussi au voyageur la possibilité de s’arrêter un instant avant d’entrer, et de contempler à l’abri de la circulation l’accès monumental à l’espace urbain33. Le type souffre apparemment d’une contradiction interne : le “geste” d’accueil que mime le monument n’est pas en accord avec la tendance contemporaine, celle des décennies qui encadrent le changement d’ère, où le tombeau est plutôt conçu comme le vecteur d’une jactance ou au moins d’une autosatisfaction qui n’ont que faire avec une telle manifestation silencieuse de sympathie. Mais justement sa présence à cet endroit témoigne du caractère singulier de ces premiers espaces du suburbium et du soin qu’on a voulu apporter, quand cela était possible, à leur aménagement : l’abord de la ville est offert en quelque sorte en spectacle à celui qui s’apprête à y entrer.

  • 34 Sur cette tombe d’Eumachia, De Vos (Arnold et Marielle), Pompei, Ercolano, Stabia (Guide archeolog (...)

13Le regard du visiteur ou du voyageur pouvait être du reste sollicité d’une façon encore plus directe, comme le prouve par exemple, à l’autre extrémité de Pompéi, la plus grande tombe de la région, celle d’Eumachia, la prêtresse de Vénus, commanditaire de la construction du fameux édifice du forum qui porte son nom (fig. 2, p. II). Située à peu de distance du croisement entre la via Nuceria qui longe la muraille, et la rue qui débouche de la porta di Nocera, donc à un endroit stratégique que nul, sortant de ou entrant dans la ville, ne pouvait manquer de voir, elle semble avoir été conçue comme une façade de nymphée, du moins pour l’exèdre semi-circulaire qui surmonte son haut podium à trois niveaux34. Datée de l’époque tibérienne, elle anticipe à vrai dire sur les réalisations de ce genre, qui ne revêtiront une forme accomplie qu’au iie s., et encore plus souvent dans l’Orient grec qu’en Occident. Mais la recherche y a été poussée si loin que les deux tombeaux à édicules, antérieurs, entre lesquels cette somptueuse sépulture s’est insérée, tiennent lieu d’avancées latérales turriformes ; le choix de l’implantation semble ainsi avoir été fait ici en fonction des possibilités plastiques complémentaires offertes par l’environnement. Cette « instrumentalisation » du contexte funéraire et cette annexion des thèmes ornementaux de l’architecture publique, liées à la position particulièrement favorable, témoignent plus qu’en aucun autre endroit de la façon dont les notables du début de l’Empire ont voulu poursuivre au-delà de la mort leur œuvre édilitaire, un peu à la façon dont les membres de la nobilitas républicaine prétendaient prolonger par leurs épitaphes et leurs portraits d’ancêtres leur enseignement moral. À l’entrée de la ville, la magnificence du centre urbain est évoquée par ceux qui ont le plus contribué à sa réalisation.

  • 35 On consultera maintenant sur la question l’étude suggestive de Scarano Ussani (Vincenzo), « Il len (...)

14Naturellement toute généralisation serait abusive, et il faut bien admettre que souvent les structures rencontrées par le voyageur au contact de l’enceinte sont moins élégantes, ou du moins procèdent d’une conception différente de l’accueil. La porte d’Herculanum était devenue, nous l’avons dit, l’entrée "chic" à partir de la fondation de la colonie pompéienne ; la preuve en est fournie par la présence des belles villas dites de Cicéron et des Colonnes à mosaïque qui disputent le terrain, de part et d’autre de cette voie, aux alignements de tombeaux. Si nous avions rejoint la ville par la porta Marina, lieu de passage obligé des matelots, des portefaix et de toutes les personnes liées au commerce ou à la manutention des produits lourds, nous aurions rencontré un autre type de “marqueur”, à savoir les thermes dits suburbains : si l’on en juge en effet par les peintures érotiques de leur vestiaire et par la disposition « en lupanar » de l’étage qui le surmonte, le propriétaire de l’établissement, au moins au moment de l’éruption de 79, pratiquait une forme infâme mais admise de proxénétisme, du reste définie par le Digeste sous la rubrique latrocinium, qui consistait à proposer aux clients les services des dames théoriquement préposées à la garde de leurs vêtements35.

  • 36 Heinzelmann (Michael), op. cit. (n. 5), p. 28 sq. Voir aussi sur cette nécropole l’article de Bosc (...)
  • 37 Heinzelmann (Michael), op. cit. (n. 5), p. 28 sq. Voir aussi sur cette nécropole l’article de Bosc (...)

15L’exemple, maintenant bien connu grâce à la publication de M. Heinzelmann, de la nécropole de porta Romana à Ostie permet de comprendre un peu mieux comment les tombeaux se répartissaient au milieu des structures utilitaires qui, nécessairement, devaient trouver place à l’entrée d’une agglomération laborieuse36. Cette porte est traversée par la via Ostiensis, qui vient de Rome, et qui était la route d’accès la plus fréquentée ; elle constituait le prolongement extra-urbain du decumanus maximus. Au sud, à environ 25 m, une voie secondaire appelée par les archéologues « via dei Sepolcri » conduisait à une seconde porte, moins monumentale et beaucoup plus récente puisque ouverte seulement à l’époque d’Hadrien. Ainsi se trouva circonscrite entre ces deux axes une bande assez large qui, dans les cent derniers mètres à peu près avant la muraille, fut rapidement et densément occupée. Au stade de son évolution où il nous est donné de l’appréhender, c’est-à-dire aux iie et iiie s. apr. J.-C., la cohabitation, parfois sous la même couverture, de boutiques, de tavernes et de tombeaux peut déconcerter, voire heurter une sensibilité moderne (fig. 3, p. III). Mais compte tenu de l’essor économique et démographique d’Ostie au début de l’époque antonine, l’accaparement du terrain par toutes sortes de commerces, aux dépens des zones traditionnellement funéraires, était inévitable. Ce qui, à y regarder de plus près, mérite considération, est plutôt le fait que les sépultures en place au ier s. de notre ère ont été pour l’essentiel respectées – et ce pour des raisons qui n’étaient sans doute pas seulement juridiques – et que les insulae ou immeubles de rapport longés de boutiques, les écuries, les auberges et leurs différentes annexes se sont établis dans les espaces vides. Le résultat fut effectivement la création d’un continuum assez hétéroclite, où l’on s’est efforcé de respecter sur les façades un alignement rigoureux, mais où les vivants et les morts se côtoyaient allègrement, si l’on ose dire. Il n’en est que plus remarquable de constater qu’à l’approche des deux portes le tumulte des activités s’apaise pour laisser place à une zone funéraire assez représentative : le tombeau à tumulus sur socle quadrangulaire (A3a) au nord, seul de son genre à Ostie, et le tombeau, sans doute turriforme à édicule (B1) au sud, jalonnent seuls les derniers mètres avant la muraille, au contact de la voie transversale (« via di Hermogene ») ; seul l’ancien monument quadrangulaire (A1) adossé à la première tour située au sud de la porta Romana verra son emprise réduite par une hôtellerie ou une écurie à l’époque sévérienne37. Assurément on ne saurait parler ici de solennisation de l’approche de la ville, mais il est tout de même significatif qu’une certaine réserve se manifeste à cet endroit dans l’occupation sauvage du terrain et que les monumenta, au voisinage de la porte urbaine, retrouvent leur place, fût-elle relativement modeste, à l’exclusion de toute autre installation.

  • 38 Sur cette convergence des phénomènes de la monumentalisation des abords dans les villes des provi (...)

16Hors d’Italie, on constate, dans l’état actuel des connaissances, que le rôle de signal plastique et symbolique joué par des édifices funéraires à l’entrée des villes se circonscrit à la fin du ier s. av. J.-C. et à la première moitié du siècle suivant. C’est l’époque où les monuments individuels ou gentilices peuvent atteindre des proportions importantes, favorisées par une typologie, celle du tumulus ou celle du tombeau turriforme à édicule, qui les apparente dans les cas les plus remarquables à de véritables édifices publics, du point de vue des dimensions. C’est aussi l’époque où l’émergence des classes dirigeantes et leur volonté d’assimilation se manifestent avec le plus d’éclat, dans les provinces occidentales ; celle enfin où la multiplication des enceintes urbaines, dans une finalité plus représentative que véritablement défensive, entraîne une diversification sans précédent des portes monumentales38. Deux exemples peuvent suffire à donner de ces manifestations connexes, dues à une conjoncture économique favorable, une idée précise.

  • 39 Rolland (Henri), Le mausolée de Glanum, Supplément 21 à Gallia, Paris, 1969 ; Gros (Pierre), « No (...)
  • 40 Gros (Pierre), « Le mausolée des Julii et le statut de Glanum », Revue archéologique, 1986, p. 65 (...)
  • 41 Guyon (Jean), Nin (Nuria), Rivet (Lucien) et alii, Atlas topographique des villes de Gaule Méridi (...)

17Nous n’insisterons pas sur le mausolée des Julii à Glanum. Cet extraordinaire monumentum, l’un des plus accomplis de la série des tombeaux à édicule puisqu’il comporte trois niveaux superposés dont la dynamique sémantique a été depuis longtemps analysée, s’élevait au contact de la bande pomériale et de la nécropole, à peu de distance vers le sud-est de la voie domitienne39. Dominant tous les autres monuments de la zone, y compris l’arc triomphal construit quelque cinquante ans plus tard à l’entrée de l’aire urbaine, il s’offrait au loin au regard du voyageur qui approchait de la ville ; caractéristique, nous l’avons montré ailleurs, de la volonté d’affirmation des prérogatives et de l’identité des clientèles d’origine militaire qui souhaitent, au moment où se mettent en place, à l’instigation d’Auguste, les institutions du nouveau régime et où se définit le statut de la province de Narbonnaise, faire acte d’allégeance au pouvoir auquel elles doivent leur citoyenneté, le mausolée développe, au moyen d’un discours plastique redondant, l’idéal de virtus qui est en principe celui de cette catégorie sociale. Ces nouveaux domi nobiles qui se sentent menacés par la montée des citoyens d’origine juridique, si l’on peut dire, dont le nombre s’accroît sans cesse du fait des règles de promotion automatique impliquées dans le ius latii, expriment ici sous une forme exceptionnellement claire leur appartenance déjà ancienne (deux sinon trois générations) à une élite à vocation dirigeante et ils font en sorte que leur message s’adresse davantage à la ville des vivants dont ils dominent l’accès, qu’à la nécropole à laquelle est censé, topographiquement et statutairement, appartenir ce cénotaphe40. Si nous disposions d’une documentation moins lacunaire, nous pourrions sans doute tirer du complexe constitué à Aix-en-Provence par la "tour de l’Horloge", autre tombeau turriforme insigne, et par la "porte d’Italie" qui lui servait de toile de fond ou d’écrin, des conclusions encore plus précises sur la volonté manifeste d’ostentation mais aussi d’annexion topographique, qui a présidé à la construction et à la localisation de l’édifice funéraire. Mais l’ignorance où nous sommes de la chronologie relative de celui-ci et de la porte urbaine, l’incertitude qui règne sur l’appartenance de l’inscription récemment recomposée à la « tour » elle-même interdisent toute réflexion articulée41.

  • 42 Pour la bibliographie, voir supra, n. 8.

18Le second exemple, issu des recherches archéologiques effectuées à proximité de l’une des portes occidentales de l’ancienne capitale de la Bétique, Córdoba, est, quant à lui, pleinement exploitable. Il suscite même en première analyse une sorte d’incrédulité, tant il paraît démonstratif. Mais les faits sont là, et nos collègues espagnols apportent toutes les garanties de leur réalité : deux tumuli jumeaux ont été construits au début de l’époque julio-claudienne de part et d’autre de la voie romaine qui, suivant la rive droite du Guadalquivir, arrivait de Séville (Hispalis) (fig. 4, p. IV). Avec la porte urbaine située à quelques mètres derrière eux ils constituaient une unité monumentale étonnante, au point que, vus de loin, ces deux monuments circulaires pouvaient sans aucun doute passer aux yeux d’un visiteur non informé pour les tours latérales de l’entrée de la ville42. L’effet était évidemment voulu, et il témoigne, mieux qu’en toute autre composition, chez les notables qui les ont fait construire, de la volonté non seulement de marquer de leur empreinte l’approche de la cité, mais plus profondément de montrer que celle-ci appartient à ses citoyens les plus éminents, et qu’ils peuvent finalement à eux seuls s’arroger le droit de représenter la communauté tout entière. À la singularité d’une position tapageuse s’ajoutait ici la nouveauté typologique, puisque le tombeau en forme de tumulus, fort répandu en Italie centrale à la suite de la construction du mausolée d’Auguste, restait presque inconnu en Espagne ; tout porte donc à penser qu’un architecte italique fut requis pour la réalisation de ces monuments, où l’emploi de l’opus caementicium témoigne du reste d’une réelle familiarité avec une technique encore rarement mise en œuvre dans la capitale de la Bétique.

19Sans doute élevés par une gens de rang équestre, ces deux tombeaux avaient, malgré leur absolue identité, des fonctions un peu différentes, celui du nord étant réservé à la sépulture des membres les plus importants de la lignée, celui du sud à la domesticité (familia). En raison même de la façon dont l’espace suburbain se trouvait investi, avec empiètement sur la voie publique, ce curieux ensemble n’a connu qu’une existence assez courte puis-qu’il fut détruit dès la fin du iie s., et submergé par l’extension de l’habitat extra muros.

20Ces cas si différents, mais finalement si convergents dans leurs intentions, manifestent avec éclat, et le dernier plus que tous les autres, le rôle assumé par les sépultures des notables dans l’élaboration de l’image de leur ville. Au même titre que les portes urbaines qui, au même moment, nous l’avons dit, développent une monumentalité nouvelle, ces édifices funéraires, jouant d’une typologie ambitieuse et tirant un parti souvent exceptionnel de la topographie, expriment, comme autrefois à la porte Capène, que les maîtres des lieux sont ceux qui appartiennent aux familles dont les monumenta accueillent le visiteur et l’initient par anticipation à la dignité de leur communauté. L’interaction entre le tombeau proche de l’enceinte et l’enceinte elle-même, dont la valeur plastique dépasse largement la fonction protectrice définit subtilement mais efficacement un circuit, qui est aussi un discours symbolique. Pour qui cheminait alors, accompagné par les monuments les plus élaborés dont les volumes et les épitaphes l’interpellaient sous des formes diverses, la continuité des valeurs que la ville était censée incarner, c’est-à-dire l’idéologie des catégories sociales qui la régissaient ou l’avaient régie dans un passé récent, s’exprimaient prolixement peu de temps avant le franchissement de la porte urbaine : le monde des riches défunts, si présent dans le dernier tronçon de la voie d’accès, modulait sur tous les tons non pas l’histoire de la cité des vivants, mais l’idée qu’en voulaient donner ceux qui prétendaient l’avoir faite et, par l’intermédiaire de leurs descendants, la faire encore.

Notes

1 Hesberg (Henner von), Zanker (Paul), éd., Römische Gräberstrassen. Selbstdarstellung, Status, Standard, Munich, 1987.

2 Koortbojian (Michael), « In commemorationem mortuorum. Text and Image along the “Streets of Tombs” », Art and Text in Roman Culture, Elsner (Jas), éd., Cambridge, 1996, p. 210-233.

3 Eck (Werner), « Römische Grabinschriften », Römische Gräberstrassen (op. cit.), p. 80-81.

4 Kockel (Valentin), Die Grabbauten vor dem Herkulaner Tor in Pompeji, Mayence, 1983 ; D’ambrosio (Antonio), de Caro (Stefano), La necropoli di Porta di Nocera. Un impegno per Pompei, Milan, 1983.

5 Heinzelmann (Michael), Die Nekropolen von Ostia. Untersuchungen zu den Gräberstrassen vor der Porta Romana und an der via Laurentina, Munich, 2000.

6 Hesberg (Henner von), Römische Grabbauten, Darmstadt, 1962, p. 19 sq. ; voir aussi les chapitres consacrés à l’architecture funéraire dans notre Architecture romaine II. Maisons, palais, villas et tombeaux, Paris, 2001, p. 380 sq.

7 Voir en dernier lieu Engels (Johannes), Funerum sepulcrorum magnificentia. Begräbnis - und Grabluxusgesetze in der griechisch - römischen Welt mit einigen Ausblicken auf Einschränkungen des funeralen und sepulkralen Luxus im Mittelalter und in der Neuzeit (Hermes. Einzelschriften, 78), Stuttgart, 1998.

8 Murillo (Juan F.), Carrillo (José Ramon), « Monumento funerario romano de Puerta de Gallegos » Vaquerizo (Desiderio), éd., Córdoba en tiempos de Séneca, Cordoue, 1996, p. 186-189 ; Vaquerizo (Desiderio), éd., Funus Cordubensium. Costumbres funerarias en la Cordoba Romana, Cordoue, 2001, p. 216-219 ; Cancela Ramírez de Arellano (Maria Luisa), « Los monumentos funerarios de las elites locales hispanas », Navarro Caballero (Milagros), Demougin (Ségolène) éd., Élites hispaniques, Bordeaux, 2001, p. 105 et fig. 1 p. 113..

9 Davies (Penelope J. E.), Death and the Emperor. Roman Imperial Funerary Monuments from Augustus to Marcus Aurelius, Cambridge, 2000, p. 136 sq.

10 Sur ce thème, voir Rouveret (Agnès), Histoire et imaginaire de la peinture ancienne (ve s. av. J.C. -ier s. apr. J.-C.), Rome, 1989, BEFAR 274, p. 323 sq.

11 Sur cette notion de monumentum, Cf. L’architecture romaine II (op. cit.), p. 382-383.

12 Waurick (Götz), CC Untersuchungen zur Lage der römischen Kaisergräber in der Zeit von Augustus bis Constantin », Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, Mainz, 20, 1973, p. 107-146 ; Torelli (Mario) « Culto imperiale e spazi urbani in età flavia dai rilievi Hartwig all’arco di Tito », L’Urbs. Espace urbain et Histoire, CEFR 98, Rome, 1987, p. 563-582 ; Davies (Penelope J. E.), op. cit.

13 On sait que l’interdiction des sépultures à l’intérieur des enceintes urbaines, même pour les familles patriciennes, remonte au milieu du ve s. av. J.-C. (loi des XII Tables).

14 Davies (Penelope. J. E.), op. cit., p. 158-160.

15 Coarelli (Filippo), s. v. Porta Capena, dans LTUR, III, Rome, 1996, p. 325.

16 Coarelli (Fillipo), « Il sepolcro degli Scipioni », Dialoghi di Archeologia, 6, 1972, p. 36-106 ; repris dans Revixit Ars, Rome, 1997, p. 179-238.

17 Voir les textes de Cicéron, Tusculanes, I, 13 ; De Finibus, II, 116 ; Cato Major, 61.

18 Gros (Pierre), « Les statues de Syracuse et les "dieux" de Tarente », Revue des Études Latines, 57, 1979, p. 88 sq. ; Palombi (Domenico), s. v. Honos et Virtus, aedes, LTUR, III, Rome, 1996, p. 31-33.

19 Cicéron, ad Atticum, IV, 1, 5.

20 Sur les monumenta de la gens Claudia, Coarelli (Filippo), loc. cit., Dialoghi di Archeologia, 6, 1972, p. 62-82 et Id., LTUR, s. v. Sepulcrum : M. Claudius Marcellus, LTUR, IV, Rome, 1999, p. 279-280.

21 Voir les textes cités supra (n. 17).

22 Sur l’origine, la nature et la signification de la laudatio funebris dans la Rome de la fin de la République, Arce (Javier), Memoria de los Antepasados. Puesta en escena y desarrollo del elogio funebre romano, Madrid, 2000, p. 43 sq.

23 Sur cette question, très largement explorée, on pourra voir en dernier lieu, avec toute la bibliographie antérieure, Lehnen (Joachim), Adventus principis. Untersuchungen zu Sinngehalt und Zeremoniell der Kaiserankunft in den Städten des Imperium Romanum (Prismata, 7), Franfort, Berlin, 1997. Les liturgies ritualisées de l’accueil ou du départ des imperatores et ensuite de l’Empereur ont de surcroît donné lieu à de nombreuses représentations figurées.

24 Pisani Sartorio (Giuseppina), s. v. Mutatorium Caesaris, LTUR, III, Rome, 1993, p. 335.

25 Res Gestae Divi Augusti, 11 : aram Fortunae Reducis ante aedes Honoris et Virtutis ad portam Capenam. Élevée en 19 av. J.-C. pour le retour d’Auguste de la Syrie.

26 Coarelli (Filippo.), s. v. Senaculum, LTUR, IV, Rome, 1999, p. 265.

27 Rodríguez Almeida (Emilio), s. v. Area radicaria, dans LTUR, I, Rome, 1993, p. 119-120.

28 Voir sur ce point Compostella (Carla), Ornata sepulcra. Le "borghesie" municipali e la memoria di sé nell’arte funeraria del Veneto romano, Florence, 1995, p. 20 sq. ainsi que les études réunies dans Élites hispaniques, cité supra (n. 8).

29 Supra, n. 4.

30 Kockel (Valentin), op. cit., p. 38 sq., p. 100 sq. et p. 107 sq.

31 Kockel (Valentin), op. cit., p. 53 sq.

32 Kockel (Valentin), op. cit., p. 18 sq. On observe de même des scholae au sortir de la Porta di Stabia de Pompéi.

33 Cf. L’architecture romaine II, op. cit., p. 436 sq.

34 Sur cette tombe d’Eumachia, De Vos (Arnold et Marielle), Pompei, Ercolano, Stabia (Guide archeologiche Laterza), Rome, Bari, 1982, p. 158-159, et D’Ambrosio (Antonio), de Caro (Stefano), op. cit., fiche 11-05.

35 On consultera maintenant sur la question l’étude suggestive de Scarano Ussani (Vincenzo), « Il lenocinium del balneator », Ostraka, 9, 1, 2000, p. 255-263.

36 Heinzelmann (Michael), op. cit. (n. 5), p. 28 sq. Voir aussi sur cette nécropole l’article de Boschung (Dietrich), Römische Gräberstrassen, op. cit. (n. 1), p. 111-124.

37 Heinzelmann (Michael), op. cit. (n. 5), p. 28 sq. Voir aussi sur cette nécropole l’article de Boschung (Dietrich), Römische Gräberstrassen, op. cit. (n. 1), p. 111-124.

38 Sur cette convergence des phénomènes de la monumentalisation des abords dans les villes des provinces occidentales, voir L’architecture romaine II, p. 412 sq.

39 Rolland (Henri), Le mausolée de Glanum, Supplément 21 à Gallia, Paris, 1969 ; Gros (Pierre), « Note sur deux reliefs des "Antiques" de Glanum », Revue archéologique de Narbonnaise, 14, 1981, p. 159-172. Pour une étude éclairante de ce genre de composition, voir maintenant Sauron (Gilles), « Réflexions sur la sémantique architecturale du Mausolée de Faverolles », Walter (Hélène) éd., La sculpture d’époque romaine dans l’Est des Gaules et dans les régions avoisinantes, Besançon, 2000, p. 215-225.

40 Gros (Pierre), « Le mausolée des Julii et le statut de Glanum », Revue archéologique, 1986, p. 65-80.

41 Guyon (Jean), Nin (Nuria), Rivet (Lucien) et alii, Atlas topographique des villes de Gaule Méridionale - 1 - Aix-en-Provence (Revue archéologique de Narbonnaise, Supplément 30), p. 186 sq. et p. 190 sq. Voir aussi Panero (Elisa), « Monumenti del potere in età repubblicana. Due testimonianze a confronti : Aquae Sextiae e Pollentia », Studi per Liliana Mercando, Cuneo, 2004, p. 107-148.

42 Pour la bibliographie, voir supra, n. 8.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540