Version classiqueVersion mobile

L'Histoire derrière le rideau

 | 
Françoise Decroisette

Dramaturgies d'en bas

Les protagonistes et les idées du Risorgimento dans la réalité et la fiction théâtrale1

Mirtide Gavelli

Texte intégral

  • 1 Traduction de ce chapitre par Françoise Decroisette.
  • 2 Vittorio Alfieri, Bruto primo, 1785, acte I, scène 2 : « Tous nous serons libres, oui,/nous serons (...)

Ah ! tutti liberi, sí, sarem noi tutti, o morti2 !

  • 3 Claudio Meldolesi, Ferdinando Taviani, Teatro e spettacolo nel primo Ottocento, Bari, Laterza, 199 (...)

1La production de drames historiques théâtraux à sujet patriotiques qui avait connu une grande floraison à l’époque des Lumières, puis pendant la période jacobine, et qui pouvait présenter des auteurs entrés dans l’empyrée de la littérature et du théâtre européens (en premier lieu Vittorio Alfieri), faiblit un peu pendant les années vingt et trente du XIXe siècle, en s’inscrivant dans une véritable crise d’identité du théâtre italien3.

2Continuent d’être produites des œuvres à grand succès, qui prennent, parfois de façon tout à fait autonome par rapport aux intentions de l’auteur, une valeur patriotique profonde et partagée :

  • 4 Silvio Pellico, Francesca da Rimini, 1815 (Acte I, scène 5).

« Unis
Désormais nous serons toujours.
Je suis las des ombres vaines de la gloire.
J’ai versé mon sang pour le trône de Byzance,
Conquérant des villes que je ne haïssais pas.
J’acquis une grande renommée, et fus
Couvert d’honneurs par la clémence de l’empereur :
Je méprisais les applaudissements universels.
Pour qui mon glaive se souilla-t-il dans les massacres ?
Pour l’étranger. N’ai-je pas une patrie
Pour qui le sang des citoyens soit versé ?
Pour toi, pour toi qui a de valeureux citoyens,
Mon Italie, je combattrai ; si l’envie
Te fais outrage. N’es-tu pas la terre la plus noble
De toutes celles que le soleil réchauffe ?
N’es-tu pas mère de tous les arts, ô Italie ?
Ta poussière n’est-elle pas poussière de héros4 ? »

  • 5 Parmi les œuvres théâtrales de Manzoni, l’Adelchi, composé en 1821, eut une résonnance très forte, (...)
  • 6 Cf. Giovanni Cattanei, Su alcuni testi del teatro del Risorgimento, in Roberto Rebora, Giovanni Ca (...)

3Des fragments comme celui-ci tiré de Francesca da Rimini de Silvio Pellico, ou l’Arnaldo di Brescia de Giovanni Battista Niccolini, l’Arminio de Ippolito Pindemonte, les adaptations dramaturgiques de Foscolo et de Manzoni5, constituent, à côté du drame en musique et aux œuvres poétiques, le terrain culturel qui contribue à répandre l’idée de liberté et d’unification de l’Italie6.

4Mais c’est autour de 1840 que l’on assiste à une véritable floraison de petites œuvres, aujourd’hui oubliées et dispersées parmi les manuscrits des archives et des bibliothèques, qui, avec une motivation pédagogique de caractère très mazzinien, entendaient transmettre des idées politiques bien précises aux spectateurs, au début peut-être ignares, mais ensuite toujours plus conscients et participatifs.

5L’évolution de la figure de l’acteur, dont Claudio Meldolesi parle abondamment dans le volume déjà cité sur le théâtre du XIXe siècle, a joué un rôle fondamental dans cette transformation. L’action constante et déterminée d’un grand personnage comme Gustavo Modena, des exigences toujours plus accentuées qui poussent les acteurs à ne plus être seulement des interprètes mais aussi des médiateurs d’idées, la faveur du public envers ces représentations, la prolifération de compagnies d’amateurs, fortement enracinées sur le territoire, qui côtoient les acteurs de réputation nationale pendant les tournées en leur fournissant ainsi une connaissance très précise des sensibilités locales, la très large passion pour l’écriture amateur entendue comme un divertissement cultivé et partagé, tout cela fait que la production théâtrale ait été toujours plus fréquemment traversée par des traits patriotiques.

  • 7 Ces exemples se réfèrent tous à la réalité bolonaise.

6La passion de l’écriture captive des personnalités très diverses : des aristocrates qui s’étaient toujours dédiés à ces « divertissements » (Gioacchino Napoleone Pepoli), des employés municipaux plus obscurs qui réussissent à faire vivre leurs passions profondes (Luigi Ploner), des bourgeois cultivés et engagés (Augusto Aglebert) et autres militants effectifs (Savino Savini, Agamennone Zappoli7), ou encore de simples noms pour lesquels il semble aujourd’hui très difficile d’avoir des informations.

  • 8 De Marina Calore qui a dédié de nombreux ouvrages au théâtre du XVIIIe et du XIXe siècle, cf. Bolo (...)

7Très souvent comme l’a fait remarquer à diverses reprises Marina Calore8, les seules traces de ces productions sont dans les collections d’affiches théâtrales que l’on peut consulter dans les archives ou trouver chez les antiquaires, dans la mesure où, justement, la plus grande partie de ces travaux étaient mis en scène pour des occasions particulières, parfois pour conclure d’autres spectacles et n’étaient jamais mis sous presse, sauf à compte d’auteur. Or les auteurs n’avaient pas souvent la possibilité économique de le faire, et ils conservaient simplement leurs manuscrits, en espérant qu’ils ne seraient pas perdus.

  • 9 Achille M. Enrici, La battaglia di Solferino e San Martino e la pace di Villafranca, manuscrit con (...)
  • 10 Felice Pellegrini, La morte di Ugo Bassi martire per l’Indipendenza italiana. Tragedia, Coni, Tip. (...)
  • 11 Giuseppe Adrevenio, Un italiano reduce dalle patrie battaglie, Livourne, Tip. La Fenice, 1864.
  • 12 Riccardo Bonati, L’Attentato del 14 gennaio 1858. Condanna e morte di Felice Orsini, Florence, Tip (...)
  • 13 G. M., Il 9 gennaio 1878. Dialogo scritto per le minori alunne della Scuola normale di Bergamo, Be (...)
  • 14 Gioacchino Napoleone Pepoli, Il benservito di Vittorio Emanuele, Bologne, Regia tipografia, 1878.
  • 15 Carlo Bertolazzi, Raffaello Barbiera, I fratelli Bandiera. Dramma storico, Milan, Fratelli Treves, (...)
  • 16 Spartaco Turrini, Ciro Menotti – la più pura fiamma, Florence, Teatro nostro, 1931.
  • 17 Pio Macrelli, Anita. Rievocazione storico-drammatica della vita dell’eroina di Garibaldi, Sogliano (...)

8Il faut distinguer entre la production théâtrale pré-unitaire et post-unitaire. Si avant l’Unification, au moment où l’élan patriotique fut le plus grand, il était nécessaire de se rassembler en « cohortes », et de dépasser les divisions et les différences pour pouvoir obtenir le résultat essentiel, soit « chasser l’étranger » de la Péninsule pour pouvoir réaliser l’Unité (quelle sorte d’unité, guidée par qui, avec quelles lois, etc., c’était une autre question), après l’Unification et la proclamation du Royaume d’Italie –après le triennio 1859-1861– il était en revanche fondamental de « faire les Italiens ». Ces deux exigences différentes, morales et politiques en même temps, trouvèrent un écho parfait dans la production dont nous nous occupons. Si en effet, avant 1861, les textes ou les traces dramaturgiques qui étaient présentés dans les théâtres de la Péninsule tendaient à proposer en général une perspective « haute », une motivation forte, un idéal rassembleur auquel adhérer, après 1861 les textes tendent à assumer une valeur diverse, avec une forte charge pédagogique. Ils sont souvent banals et peu captivants, si bien que très peu sont arrivés jusqu’à nous. Voici quelques titres particulèrement parlants, que l’on pourrait multiplier, centrés comme on voit, pour la plupart, sur des vies ou des faits exemplaires : La bataille de Solferino et San Martino, et la Paix de Villafranca9 ; La mort de Ugo Bassi, martyr de l’Indépendance italienne10 ; Un Italien survivant des batailles pour la Patrie11 ; L’Attentat du 14 janvier 1858. Condamnation et mort de Felice Orsini12 ; Le 9 janvier 1878. Dialogue écrit pour les petites élèves de l’Ecole Normale de Bergame13 ; Le Licenciement de Vittorio Emanuele14 ; Les frères Bandiera15 ; Ciro Menotti – la flamme la plus pure16 ; Anita. Évocation historicodramatique de la vie de l’héroïne de Garibaldi17, etc.

9Un trait commun à tous ces textes est qu’ils sont moralisants et tendent à exalter des héroïsmes et des comportements vertueux, ou à proposer des modèles pédagogiques « forts ». Ces modèles pouvaient et/ou devaient ensuite devenir un patrimoine collectif, être assimilés par le système scolaire et être présentés aux nouvelles générations dans l’intention de forger les consciences et de stimuler le sens d’appartenance à la nation nouvellement née, comme nous verrons plus loin.

  • 18 Mirtide Gavelli, « Quadri drammatici di Luigi Ploner sul Risorgimento a Bologna », in Risorgimento (...)
  • 19 Cf. le sommaire complet in ibid., p. 5.

10Il existe aussi un troisième groupe de textes dramaturgiques, qui n’ont presque jamais été mis sous presse à cette époque et qui ont été récemment redécouverts dans les archives. Il s’agit de textes d’un niveau littéraire sans doute non exceptionnel, écrits pour les compagnies d’amateurs par des dramaturges dilettantes. Ces derniers mirent certainement toute leur énergie à produire de façon très rapide des travaux qui pouvaient être mis en scène au moment des événements, avec des intentions sans aucun doute très sérieuses, mais à nos yeux ces textes prennent des accents involontairement satiriques, voire comiques, et aujourd’hui ils ne semblent plus adaptés qu’à une lecture de type « historique » et non dramaturgique, et ne semblent être représentables que dans un seul type de théâtre, le théâtre de marionnettes. Nous nous référons par exemple aux écrits du bolonais Luigi Ploner, conservés en manuscrits dans les archives du musée civique du Risorgimento à Bologne, qui ont été récemment transcrits et publiés par ce même Musée18. Les titres des « tableaux à peine ébauchés » éclairent bien l’intention illustrative et célébrative de la production de Ploner, fortement tissée de finalités pédagogiques, pendant les années centrales du Risorgimento (1846-1849) : L’Officier de garde ou Une nuit de la garde civique ; Le Départ du Légat ; La Famille du capitaine ; La Nuit du 7 août ou la première barricade ; Les Alarmes ou le 8 août après Vêpres ; La Famille du bon citoyen ; Le 9 août : les femmes de Bologne19, etc.

11Les « petits tableaux théâtraux à peine ébauchés » de Ploner, avec ses descriptions de la Garde civique, des gens du peuple et des bien-pensants, ou des femmes des bonnes familles de Bologne, de leurs sentiments, de leurs soucis, prennent souvent un ton moqueur qui nous transmet, à nous lecteurs d’aujourd’hui, la sensation d’assister à une véritable comédie humaine, rattachée de façon seulement accessoire à la grande histoire, qui est certes présente, mais lointaine et insaisissable pour ces petits protagonistes provinciaux de Ploner. L’auteur lui-même lance dans la préface à sa Galleria di piccoli quadri appena abbozzati cet appel adressé à ceux qui liront son texte :

  • 20 Cf. Risorgimento e teatro a Bologna, op. cit., p. 139.

« Ami, voici une Galerie de petits tableaux à peine ébauchés. Ils représentent des faits, des caractères, des sentiments publics et privés qui se réfèrent à des époques récentes, décrites avec les moyens du drame.
Il y a le vrai, le vraisemblable et le poétique. Le vrai est ce que j’ai vu ou appris par le récit d’amis ou de personnes autorisées dignes de foi. Le vraisemblable est ce que j’ai recueilli de la voix publique qui argumentait sur ces faits, raisonnablement. Le poétique est tout ce qui sert à lier plus étroitement l’action et à donner aux choses un intérêt plus vif sans nuire à la vérité, qui est le fond immuable de chaque tableau.
Les opinions variées qui émergeaient alors sont ici fidèlement dictées sans aucun voile, si bien que chacun y reçoit son lot de blâme ou de louange, d’amour ou de haine, d’estime ou de mépris.
Je t’offre cette Galerie comme elle est, grossière et mal dessinée, afin qu’avec la science de l’art que tu sais maîtriser, tu puisses en tirer un tableau utile à l’histoire et à la morale20. »

12Ploner semble donc parfaitement conscient du niveau esthétique de son texte, mais en même temps il est convaincu de sa valeur pédagogique, comme l’indique la conclusion de son introduction où il souhaite que son travail puisse être utile à l’histoire et salutaire à la morale.

13Tous peuvent donc trouver une petite place dans cette histoire citadine qui est déjà ressentie comme un moment héroïque de la ville, dont les générations futures parleront.

14Il y a de la place pour le monde aristocratique, présenté toutefois « au féminin » :

  • 21 Tableau « Li 9 agosto. Le donne bolognesi », in Risorgimento e teatro a Bologna, op. cit., p. 249.

« Donna Marianna
Nous, les femmes nobles et riches nous avons le devoir de remédier aux maux dont les hommes de notre rang sont responsables. Ils ont fui, se sont cachés ou se sont enfermés chez eux pour banqueter. C’est une chose qui fait honte21 ! […]

Jeune Noble
Je croyais que nous, le premier état, nous devions être distingués de la troupe vulgaire. Qu’a donc à faire la noblesse avec le peuple ? Les troupes extérieures venaient venger des torts reçus par le peuple, non par la classe élue des patriciens !

Comtesse Erminia
Je ne sais pas qui a tort, et je ne veux pas discuter de cela parce que ce n’est pas digne de moi, mais je sais que fuir quand la patrie est en danger est un acte qui mérite tous les reproches. […]

Jeune Noble
Donc je devais… ?

  • 22 Ibid., p. 253.

Comtesse Erminia
Faire ce qu’ont fait beaucoup d’autres… chasser les agresseurs, et puis vous présenter, couvert de gloire, à l’élue de votre cœur22 ! »

15Mais il y a aussi de la place pour la classe populaire, toujours représentée, dans les moments les meilleurs, par des figures féminines :

  • 23 Tableau : L’uffiziale di Guardia o una notte della Guardia civica, in Risorgimento e teatro a Bolo (...)

« Margherita
Vos paroles [du capitaine de la garde civique] je les ai ici, dans ma poitrine… “Soldats pour défendre la patrie… ouvriers pour…” Je les répèterai aussi à mes amies à moi, et elles feront la même chose avec leurs amies à elles… et il y aura une échauffourée, il y aura la révolution… Nous crierons, nous grifferons, nous prierons, nous pleurerons… parce qu’une larme versée quand il le faut… C’est lui qui l’a dit, le capitaine. Oh ! Nous en verserons tant ! Nous en verserons par baquets… parce que nous voulons que nos hommes soient bons… courageux… utiles23. »

16Ce sont de petits exemples tirés des pages dédiées à la glorieuse journée du 8 août 1848, qui passa à la postérité comme la journée où tout le peuple de Bologne, sans distinction de classe ni de sexe, participa à la bataille contre l’allemand, l’envahisseur tout puissant.

17Toujours avec une finalité pédagogique, nous trouvons aussi de nombreux exemples négatifs de personnages représentants les codini, partisans du pape et des forces conservatrices, qui dans les pages de Ploner prennent une attitude benoîte, malveillante et intrigante, celle que de nombreux journalistes satiriques des années 1848-1849 leur attribuaient, en les dessinant dans leurs textes ou dans leurs caricatures comme des oiseaux noirs prompts à s’abattre toutes griffes dehors sur la société toute entière pour satisfaire leur avidité personnelle, et chargés de haine contre la liberté civile, politique ou religieuse.

18Dans les esquisses théâtrales de Ploner apparaît en particulier un personnage récurrent, don Ignazio, jésuite, ennemi des patriotes comme du peuple, un espion qui joue un double jeu.

  • 24 Cf. Risorgimento e teatro a Bologna, op. cit., p. 195-202.

19Dans le tableau La notte del 7 agosto o la prima barricata, les protagonistes sont des porteurs, emblématiques de la partie la plus pauvre de la population, à la limite de la légalité, qui pour l’occasion sont chargés de la construction des barricades quelques Gardes civiques ; d’autres gens du peuple, différents des porteurs, mais déjà chantres d’une idée patriotique ; et don Ignazio qui ne perd pas une occasion d’inciter les porteurs à se rebeller en les poussant à abandonner leur tâche, suggérant avec sa rhétorique bien rôdée que les barricades sont inutiles et qu’au contraire tout ce bois serait plus utile pour se chauffer l’hiver suivant. Une fois son but atteint, la barricade ayant été détruite et les flambeaux étant éteints, alors que les porteurs traîtres à la cause s’éloignent avec le bois en chantant sur un ton moqueur : « Qu’ils viennent, les Allemands !/Nous n’avons pas peur./Silence… la ronde passe./Silence, silence, qui va là ?/Vive l’Italie et la liberté ! », don Ignazio commente ainsi leur choix en aparté : « Pauvres idiots… ! Demain vous aurez parmi vous ceux qui sauront vous donner la liberté que vous recherchez… ! Arrestations, tribunaux, exécutions et tortures », tandis que la didascalie précise qu’il s’éloigne en se frottant les mains et en ôtant sa barbe postiche24.

20En général, dans ces dramaturgies « pauvres », ne manque jamais une déclaration d’intentions patriotiques bien explicite, tellement claire et soulignée qu’elle construit le noyau de l’idée à transmettre. Dans L’uffiziale di Guardia o una notte della Guardia civica, le protagoniste, précisément le capitaine de la Garde, cherche à instruire ses concitoyens non seulement au maniement des armes (ce qui est déjà assez ardu), mais aussi aux idéaux patriotiques, en englobant dans cette « formation » technique et morale même un homme simple arrêté pour ivrognerie. Dans ses mots, à côté de la hardiesse patriotique, transparaît aussi l’idée que participer aux batailles pour la liberté de la patrie pourra représenter pour les gens du peuple une voie vers la revanche sociale à laquelle chacun rêve, mais qui semble interdite à tous :

  • 25 Domenico Bianchini, grenadier bolonais, combattit avec l’armée napoléonienne en Espagne. Il est mo (...)
  • 26 Tableau L’uffiziale di Guardia…, op. cit., p. 156.

« Capitaine
Je veux que vous disiez à vos compagnons et connaissances… et attention mettez-vous bien ça dans la tête… que nous travaillons pour le bien de tous et pas dans un esprit d’aversion à une classe. Que nous poursuivons le vice et le délit, et pas les gens du peuple, que nous aimons au contraire encore davantage s’ils sont malheureux et sans ressources. Et si les mauvais sont prêts à changer de vie en se dédiant au travail, ou à la milice dont la patrie a tant besoin, nous les hisserons au statut d’amis et de frères, de braves et honorables Italiens. […] [Italien], c’est un nom qui ne le cède à aucun autre. Mais pour le mériter il faut se laver de toute tache. L’Italie a été grande tant que son peuple a été honnête et généreux. Ses artistes, ses philosophes volèrent au-dessus des autres comme des aigles. Parmi les soldats les plus valeureux, il y a toujours un Italien. […] Le célèbre Bianchini25 qui planta le premier le drapeau sur les murs de Tarragone […] était le fils d’un pauvre maçon, il était le frère de pauvres prolétaires, et prolétaire lui aussi. Il fut déclaré chevalier par Napoléon le grand. Le champ d’honneur et le feu de l’ennemi purifie, ils dissipent toutes les taches sociales. À celui qui revient de la bataille personne ne demande plus de comptes sur sa vie passée. On salue le héros, et rien d’autre26. »

21Une fois conclue la phase centrale du Risorgimento, et une fois proclamé le Royaume d’Italie en 1861, les petites œuvres dramaturgiques prennent elles-aussi un caractère différent : elles ne sont plus destinées à souligner l’élan patriotique et le désir puissant d’Unité, mais elles contribuent à conserver et à transmettre la mémoire des événements tout juste arrivés et des personnages qui les ont rendus possibles.

22Il s’agissait alors d’écrire des textes pour un théâtre surtout amateur et scolaire qui ne fût plus seulement un passetemps et un divertissement, mais qui pût contribuer à la création d’un mythe commun, fondateur de l’Unité à peine déclarée.

23Comme pour les décennies précédentes, la production sera énorme. En examinant par exemple les petits livres de la Nuova Biblioteca Teatrale publiée par un petit éditeur florentin dans les années soixante et soixante-dix du XIXe siècle, la typographie populaire d’Eduardo Ducci, nous trouvons dans les pages publicitaires situées en fin de volume des centaines de titres, sans aucune indication d’auteurs. Parmi eux, beaucoup font penser à ce que nous avons défini comme « théâtre patriotique », et surtout pédagogique. Ils sont enregistrés de façon continue, mélangés à des titres de farces, de spectacles comiques et d’œuvres musicales légères, etc.

24En les feuilletant aujourd’hui dans les bibliothèques, nous y trouvons des textes souvent fort différents l’un de l’autre : certains de quelques pages, d’autres sous forme de gros volumes articulés et pourvus d’introductions et de détails historiques.

25Cela va des six petites pages du texte cité ci-dessus Il 9 gennaio 1878. Dialogo scritto per le minori alunne della Scuola normale di Bergamo écrit pour la mort du roi Victor Emmanuel II, qui est un petit dialogue entre trois fillettes protagonistes répondant aux noms allégoriques de Itala, Umbertina et Vittoria, au drame historique I fratelli Bandiera, édité par les frères Treves à Milan en 1916, que les éditeurs font paraître avec cette épigraphe significative :

  • 27 Carlo Bertolazzi, Raffaello Barbiera, I fratelli Bandiera, op. cit., p. 7.

« À Venise/À l’occasion du cinquantenaire de sa Libération du joug autrichien/on dédie ce drame/Écho des voix de ses fils/ATTILIO et EMILIO BANDIERA/Qui avec leur courage magnanime de Vénitiens de la glorieuse République/Sacrifièrent pour elle leur jeunesse et leur vie/Le 25 juillet 1844 près de Cosenza./Dans le ciel de l’intrépide Venise passent/Maintenant, semblables aux horribles monstres ailés de l’origine du monde,/Les barbares engins volants de l’Autriche,/Mais éternelles y restent les images de ses héroïques fils adorés : 1844 – 1866 – 191627. »

26Ces phrases lient de façon non équivoque les événements du Risorgimento et ceux de la Grande Guerre, à peine engagée contre l’Autriche, avec toujours l’intention de conclure l’Unification par l’acquisition des territoires irrédents de Trieste et Trente. Les deux cents pages du volume proposent une lecture historique très nourrie et articulée de l’événement, et une ample dramaturgie dense en personnages, en lieux (Venise, Corfou, le navire impérial Bellona sur lequel s’était embarqué Attilio Bandiera, et le vallon de Rovito) et en ferveur patriotique, qui propose des phrases à effet, remplies de pathos, écrites dans l’évidente intention, parfaitement déclarée, de relier les principes du Risorgimento à la guerre en cours, mais qu’il serait impossible de mettre en scène sinon dans des moments historiques précis :

« Le Président (du Tribunal qui ensuite les condamne à mort) Qu’êtes-vous venus faire en Calabre avec votre frère Attilio et vos compagnons armés ?

Emilio Bandiera
Combattre pour la guerre d’indépendance de l’Italie. Une guerre sainte !

Le Président (ironique)
Sainte ?

Emilio
Toutes les guerres contre la tyrannie sont saintes ! […]

Le Président
Et c’est pour cela que vous avez déployé au vent votre drapeau de la révolte ?
[…]

Emilio
Oui, le drapeau tricolore était avec nous […] parce qu’il est le symbolede
toutes nos espérances.

Attilio
Oui, cette Italie, que nous voulions racheter une fois pour toutes avectout
son peuple insurgé qui s’était joint à nous, ou bien mourir pour elle !

  • 28 Ibid., p. 175-176.

Le Président
Et tel sera votre sort28 ! »

27Entre ces deux extrêmes se situe l’immense production dont nous parlions, qui souvent unit des personnages réels à des personnages imaginés, ceux-ci étant destinés à rendre le scénario plus attrayant pour le public. Et ce sont des petites familles d’aubergistes et de gens du peuple, composées par un père, une mère, une fille en âge de se marier, avec un amoureux secret, patriote, voire volontaire et garibaldien, et un prétendant laid, violent, rempli de sentiments « ennemis », qui sera immédiatement déconfit, à côté de personnages réels qui peuvent être, selon les cas, le roi Victor Emmanuel II, Napoléon III empereur des Français, et des officiers et plénipotentiaires européens comme dans La battaglia di Solferino e San Martino e la pace di Villafranca, déjà cité, qui se déroule pendant les trois journées des 23, 24 et 25 juin 1859 dans les lieux réels des batailles citées, avec un Roi et un Empereur tellement débonnaires qu’ils arrachent des sourires. La maman de Ugo Bassi, de façon inédite, y assiste à l’exécution de son fils, accompagnée par une jeune fille du peuple qui avait aussi vu mourir son fiancé patriote justement parce qu’il avait pris la défense du père barnabite. Pure invention, mais utile pour rendre encore plus humain et proche du peuple ce père Bassi qui, fusillé le 8 août 1849, était immédiatement devenu pour les Bolonais le symbole de la lutte antiautrichienne et de la haine envers les occupants impériaux.

28Dans une brève introduction historique, l’auteur explique ses intentions :

  • 29 Felice Pellegrini, La morte di Ugo Bassi martire per l’Indipendenza italiana, op. cit., p. 5-6.

« Quand les troupes de Giuseppe Garibaldi envahissaient en 1848 et 1849 les Etats pontificaux, pour la liberté de l’Italie, Ugo Bassi de Cento, père barnabite, partageait et acceptait les épreuves des intrépides soldats, et dans le même but qu’eux, en exhortant tous ceux qui se présentaient à lui à utiliser tous les moyens pour chasser l’insolent étranger et se libérer de l’oppression et du joug tyrannique avec lequel les hordes ennemies infestaient le riant ciel d’Ausonie.
Une fois ces troupes dispersées par les Autrichiens, grandement supérieurs en nombre, le vaillant Garibaldi avec quelques-uns de ses soldats embarqua à Ravenne pour fuir. Et le malheureux Ugo Bassi, se trouvant seul entre Cervia et Cesenatico, fut arrêté par les Croates qui parcouraient ces contrées, alors qu’il se trouvait dans une modeste cabane dans la campagne. Il fut aussitôt amené à Bologne devant le général Gorgoski qui commandait cette place, et fut condamné par lui à être fusillé derrière le cimetière de la Chartreuse le 8 juin 1848, précisément à l’heure des Vêpres.
Sur ce fait désolant, début de l’indépendance italienne, on a tissé cette composition tragique, pour terroriser les perfides et pour glorifier les martyrs de la sainte cause, avec les épisodes nécessaires, ajoutés par l’auteur29. »

29Parmi les personnages, disions-nous, il y a la mère du prêtre, et un lieutenant hongrois qui subira le même sort que ce dernier, il sera fusillé pour avoir tenté d’implorer la pitié du perfide et cruel général autrichien, ce Gorzkowski dont le nom est estropié en Gorgoski, personnage réel bien qu’il ait été certainement plus extérieur à l’affaire qu’il ne l’est dans le texte théâtral.

30Les paroles finales que le père Ugo Bassi adresse à sa mère résonnent comme une véritable invective patriotique, synthèse parfaite de ce que ces écrits théâtraux avaient pour ambition d’être : des exhortations à l’amour de la Patrie juste recomposée, et en même temps un stimulus pour la formation future d’une citoyenneté digne d’un pays tellement tant aimé :

« Ugo
Si je succombe maintenant pour mon Italie
Pour lui donner cette liberté suprême,
Contre ces mercenaires vils et stipendiés,
Le jour viendra, c’est certain, où ce peuple loyal
Sera sauvé… Oui, crois-le, ô ma mère !
Et cela fera que ma cendre fragile,
Sera en paix sous terre, et mon âme au ciel
Priera toujours pour tous ceux
Qui verseront une larme, une seule larme d’amour,
Compatissants, sur mon tombeau !

Iréne (sa mère)
Et comment resterai-je ici sans toi,
Moi ? Sans toi qui étais mon unique espoir ? […]

  • 30 Il désigne la Madonna de San Luca dont l’église est visible de l’endroit où Ugo Bassi fut fusillé, (...)
  • 31 Ibid., p. 60. La réplique d’Ugo se conclut sur le mot risorgimento, qui équivaut à résurrection (N (...)

Ugo
La vois-tu, là ? La vois-tu30 ?
Elle qui est la reine du ciel aura sanscesse
Soin de toi, car elle a pitié des malheureux,
Elle est leur réconfort et leur avocate,
Elle aussi supporta, ô mère, d’horribles
Souffrances en voyant son fils mis à mort […]
Et pourtant elle resta là, sereine, sans parole,
Attendant sa triomphale résurrection31. »

Notes

1 Traduction de ce chapitre par Françoise Decroisette.

2 Vittorio Alfieri, Bruto primo, 1785, acte I, scène 2 : « Tous nous serons libres, oui,/nous serons tous libres, ou morts. »

3 Claudio Meldolesi, Ferdinando Taviani, Teatro e spettacolo nel primo Ottocento, Bari, Laterza, 1991 (2003), p. 223-243.

4 Silvio Pellico, Francesca da Rimini, 1815 (Acte I, scène 5).

5 Parmi les œuvres théâtrales de Manzoni, l’Adelchi, composé en 1821, eut une résonnance très forte, notamment en vertu du célèbre chœur du troisième acte que des générations d’élèves italiens ont appris par cœur jusqu’à ces dernières décennies, comme symbole de la prise de conscience de la reconquête de la nation : « Des atriums moussus, des forums écroulés,/Des bois, des forges ardentes et bruyantes,/Des sillons baignés de la sueur esclave/Un peuple dispersé soudain se dresse./Il tend l’oreille, il relève la tête/Alerté par un bruit nouveau qui va croissant//Des regards craintifs, des visages apeurés,/Comme rai de soleil perçant la nue épaisse/Filtre la fière vertu de leurs pères. » Le tragique et ultime vers désolé, « un peuple dispersé qui n’a pas de nom », servit aussi à éperonner les plus réticents à se réapproprier les gloires antiques afin de réveiller les anciennes vertus du peuple italien.

6 Cf. Giovanni Cattanei, Su alcuni testi del teatro del Risorgimento, in Roberto Rebora, Giovanni Cattanei, Teatro e Risorgimento, Genève, ORUG, 1956, p. 15-46. Aux pages 22-23, il cite notamment une longue série de noms aujourd’hui pour la plupart oubliés, justement pour donner une idée de l’ampleur de la production en question. En regardant les titres, on saisit facilement l’importance de l’histoire de la Rome antique, riche d’exemples parfaitement adaptables aux thématiques du présent.

7 Ces exemples se réfèrent tous à la réalité bolonaise.

8 De Marina Calore qui a dédié de nombreux ouvrages au théâtre du XVIIIe et du XIXe siècle, cf. Bologna a teatro. L’Ottocento, Bologne, éd. Guidicini, Rosa, 1982 ; « Dalle premesse giacobine alla rivoluzione del 1848 », in Mirtide Gavelli, Fiorenza Tarozzi (dir.), Risorgimento e teatro a Bologna 1800-1849, Bologne, Pàtron editore, 1998, p. 7-82.

9 Achille M. Enrici, La battaglia di Solferino e San Martino e la pace di Villafranca, manuscrit conservé à la Biblioteca del Museo civico del Risorgimento de Bologne.

10 Felice Pellegrini, La morte di Ugo Bassi martire per l’Indipendenza italiana. Tragedia, Coni, Tip. Galimberti, 1862.

11 Giuseppe Adrevenio, Un italiano reduce dalle patrie battaglie, Livourne, Tip. La Fenice, 1864.

12 Riccardo Bonati, L’Attentato del 14 gennaio 1858. Condanna e morte di Felice Orsini, Florence, Tip. Popolare di Eduardo Ducci, 1873.

13 G. M., Il 9 gennaio 1878. Dialogo scritto per le minori alunne della Scuola normale di Bergamo, Bergame, Stab. tipo-lit Gaffuri e Gatti, 1879.

14 Gioacchino Napoleone Pepoli, Il benservito di Vittorio Emanuele, Bologne, Regia tipografia, 1878.

15 Carlo Bertolazzi, Raffaello Barbiera, I fratelli Bandiera. Dramma storico, Milan, Fratelli Treves, 1916.

16 Spartaco Turrini, Ciro Menotti – la più pura fiamma, Florence, Teatro nostro, 1931.

17 Pio Macrelli, Anita. Rievocazione storico-drammatica della vita dell’eroina di Garibaldi, Sogliano, Tip. Botticelli e Tomassini, 1939.

18 Mirtide Gavelli, « Quadri drammatici di Luigi Ploner sul Risorgimento a Bologna », in Risorgimento e teatro a Bologna, op. cit., p. 135-137 ; textes publiés aux pages 138-257.

19 Cf. le sommaire complet in ibid., p. 5.

20 Cf. Risorgimento e teatro a Bologna, op. cit., p. 139.

21 Tableau « Li 9 agosto. Le donne bolognesi », in Risorgimento e teatro a Bologna, op. cit., p. 249.

22 Ibid., p. 253.

23 Tableau : L’uffiziale di Guardia o una notte della Guardia civica, in Risorgimento e teatro a Bologna, op. cit., p. 157. L’action se déroule en mars 1848.

24 Cf. Risorgimento e teatro a Bologna, op. cit., p. 195-202.

25 Domenico Bianchini, grenadier bolonais, combattit avec l’armée napoléonienne en Espagne. Il est mort durant l’assaut des murs de la ville de Tarragone. Son héroïsme lui valut précisément le surnom de « héros de Tarragone ».

26 Tableau L’uffiziale di Guardia…, op. cit., p. 156.

27 Carlo Bertolazzi, Raffaello Barbiera, I fratelli Bandiera, op. cit., p. 7.

28 Ibid., p. 175-176.

29 Felice Pellegrini, La morte di Ugo Bassi martire per l’Indipendenza italiana, op. cit., p. 5-6.

30 Il désigne la Madonna de San Luca dont l’église est visible de l’endroit où Ugo Bassi fut fusillé, près de la Chartreuse de Bologne et des longues arcades qui mènent au sanctuaire situé sur la colline de la Guardia.

31 Ibid., p. 60. La réplique d’Ugo se conclut sur le mot risorgimento, qui équivaut à résurrection (NdT).

Auteur

Mirtide Gavelli est diplômée en sciences politiques, responsable de la bibliothèque du musée du Risorgimento à Bologne où elle a organisé de nombreuses manifestations, expositions, rencontres, et dirige le Bollettino del Museo del Risorgimento, revue d’études historiques. Elle a publié notamment Memoriale dell’8 agosto 1848, scritto da Luigi Paioli detto il Matto dei Bastoni, popolano bolognese, avec Fiorenza Tarozzi et Giuliana Giliberto (1995), et Negli anni della Restaurazione, avec Fiorenza Tarozzi (2000). Avec celle-ci, elle a également publié Risorgimento e teatro a Bologna 1800-1849 (1998).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search