Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entrer en ville

 | 
Françoise Michaud-Fréjaville
, 
Noëlle Dauphin
, 
Jean-Pierre Guilhembet

Première partie. Le seuil de la ville

Introduction

Jean-Pierre Guilhembet

Texte intégral

1Avant que l’intrusion des moyens modernes de transport – le train, l’automobile ou a fortiori l’avion, dont le rapport à la ville desservie est tout à fait singulier – ne modifie parfois radicalement le concept d’entrée, le seuil de la ville a longtemps été concrétisé par les portes urbaines. Ce truisme, dont les grandes lignes sont bien connues et dont il ne s’agit pas ici de refaire l’histoire, ne doit cependant pas cacher la disparité des situations et des significations que pouvaient revêtir les bâtiments eux-mêmes, mais aussi l’espace situé auprès des portes.

  • 1 Goudineau (Christian), dans Duby (Georges) éd., Histoire de la France urbaine. Tome 1 : la ville a (...)

2Ainsi, dans l’Antiquité romaine, observe-t-on sur ce dernier des formes classiques de concurrence, de conflit ou de hiérarchisation entre différents usages destinés aux vivants (des espaces de service comme auberges, thermes, écuries…), mais y trouve aussi place le front « où vient buter l’assaut des disparus »1. Les espaces funéraires sont donc indissociables de l’entrée de ville : l’accès à l’enceinte est précédé de ce que les archéologues nomment volontiers les « voies à tombeaux ». Et celles-ci contribuent grandement à solenniser, au moins entre la fin du Ier s. avant n.è et le Ier de n.è., l’entrée de la ville, grâce aux sépultures des notables dont l’ostentation annonce déjà, sous une forme proleptique, la dignité et l’importance de l’établissement urbain auxquelles elles se rattachent. Dans les cas les plus démonstratifs, une continuité architecturale s’établit même entre porte et tombeaux et, comme le montre P. Gros, le voyageur abordant la cité ne devait plus en croire ses yeux : de véritables portes « virtuelles » englobaient l’enceinte et les constructions périurbaines.

3Au sein des cités médiévales, Londres présente certainement, avec Old London Bridge, un hapax particulièrement bien documenté. Porte et pont tout à la fois – et pendant longtemps unique pont sur la Tamise –, London Bridge se trouvait placé à l’aboutissement d’une importante voie méridionale (venue du Kent, de Cantorbéry, et, au-delà, du continent) et au cœur de la Cité. Pour la fin du Moyen Âge, de précieux fonds d’archives permettent à S. Cassagnes-Brouquet non seulement de restituer cet édifice tout à fait remarquable, mais aussi et surtout de saisir son rôle dans la vie des Londoniens, dans les circonstances les plus solennelles, comme les entrées royales, ou les plus tragiques, comme les révoltes et leur répression. Inévitablement, le pont constitua un enjeu majeur entre le roi et sa capitale : emblème municipal, il ne pouvait que susciter de la part de la monarchie la volonté d’apposer sa marque sur ce seuil exceptionnel.

  • 2 Voir infra, p. 72.

4Puis vint la fin des portes, qui fut lente et mouvementée, comme on sait… Au temps des Lumières en effet, alors que leur intérêt militaire a disparu et que leur propension à entraver la circulation commerciale est reconnue et dénoncée, les portes suscitent encore et toujours l’attention des aménageurs et architectes, ainsi que l’attachement des citadins. Même si le lien avec l’enceinte se distend et se rompt, la remise en cause n’est point brutale. Mais, au xviiie s., le problème de l’intégration de l’entrée au paysage urbain est posé, comme le montre Chr. Lamarre, sur de nouvelles bases, avant que la réalité de la porte ne s’estompe et que « les entrées des grandes villes » ne soient plus tenues que pour « une transition de la ville au village. C’est ce qui fait qu’on ne saurait embellir ces entrées ou que ces embellissements se trouveraient à peu près en pure perte ». Tels sont les propos péremptoires, et appelés à être démentis, de Quatremère de Quincy au tout début du xixe s.2.

Notes

1 Goudineau (Christian), dans Duby (Georges) éd., Histoire de la France urbaine. Tome 1 : la ville antique, Paris, Seuil, 1980, p. 243.

2 Voir infra, p. 72.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540