Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entrer en ville

 | 
Françoise Michaud-Fréjaville
, 
Noëlle Dauphin
, 
Jean-Pierre Guilhembet

Entrer en ville : interrogations et perspectives

Jean-Pierre Guilhembet

Texte intégral

  • 1 « La ville, I », Paris, Éditions Galilée, 2e éd. revue et corrigée (1re éd. 1974), p.120.

« Bien noter que la ville n’a pas toujours été ce qu’elle était »
Georges PÉREC, Espèces d’espaces1

  • 2 Blanc-Chaléard (Marie-Claude), Douki (Caroline), Dyonet (Nicole) et Milliot (Vincent) éd., Police (...)
  • 3 La date choisie pour le colloque permettait aussi de le faire coïncider avec la tenue d’une exposi (...)

1Lorsque, en 1999, l’EA 2634 « Les Territoires de l’identité » de l’Université d’Orléans décida de mettre en chantier un deuxième colloque historique, programmé deux ans après « Police et migrants »2, le thème suggéré par Françoise Michaud-Fréjaville, « Entrer en ville », s’imposa vite à tous, pour de multiples raisons3. Non seulement il poursuivait les réflexions menées sur la mobilité et l’identité, fédérait les travaux de plusieurs membres de l’équipe et permettait de répondre à une problématique sur la très longue durée, de l’Antiquité au xxe siècle, mais encore il prolongeait la collaboration avec le Centre d’Histoire Urbaine de l’ENS de Fontenay-Saint-Cloud (devenue entre-temps l’ENS-LSH et installée désormais à Lyon). Il donnait en outre l’occasion de réunir, autour d’un questionnement commun, des historiens, des juristes et des urbanistes – ce qui n’est pas si fréquent, malgré les discours obligés et convenus sur l’interdisciplinarité. Le comité d’organisation n’eut pas de difficultés à obtenir des participants le ralliement à quelques idées-forces qui devaient assurer la cohérence d’interventions consacrées à une réalité protéiforme.

2Il fut ainsi convenu de centrer les analyses sur les modalités concrètes du passage, de l’entrée, et donc d’exclure a priori toute recherche exclusivement dévolue aux marges urbaines, notamment aux banlieues, pour elles-mêmes : l’objet historique visé était non pas une ceinture territoriale en tant que telle, mais une des formes de « l’expérience urbaine ». Comme l’exprime le recours à l’infinitif dans le titre, c’était le fait même d’entrer dans l’espace urbain, les régulateurs ou médiateurs qui contrôlent l’entrée, les entraves, périls ou incitations à la pénétration en ville, les lieux ou les signes marquant les seuils urbains, qui devaient être au cœur des études de cas proposées à la réflexion commune.

  • 4 On se reportera aussi, infra, aux pages d’introduction des différentes sessions, qui mettent en re (...)

3Le lecteur jugera par lui-même, dans le détail, si l’ensemble des textes lui paraît avoir rempli le contrat souscrit, mais il est utile de mettre brièvement en exergue quelques-unes des perspectives qui se sont imposées, lors de la préparation du colloque, puis au cours de ces deux journées d’échanges fructueux, avant de proposer quelques éléments de réflexion tirés de la substance des différentes contributions4.

Problématiques et orientations initiales

  • 5 1. Les structures du quotidien : le possible et l’impossible, Paris, A. Colin, 1979, p. 432.

« Toute ville est, se veut un monde à part »
Fernand BRAUDEL, Civilisation matérielle, économie et capitalisme xve-xviiie s.5

4Quand l’historien prend l’entrée de la ville comme laboratoire, il adopte nécessairement un double point de vue – celui de l’intérieur et celui de l’extérieur – et il est à peu près inexorablement conduit à mener son enquête dans trois directions fondamentales. Les franges de l’espace urbain contribuent à la définition d’un territoire, grâce à une morphologie, continue ou discontinue mais en général aisée à identifier et caractéristique ; mieux, elles déterminent un domaine à l’intérieur duquel l’ordre public est censé être préservé ; en fait, elles participent activement à la constitution d’une identité collective. On est donc là au cœur des questions d’identité spatiale et/ou sociale des citadins.

  • 6 Raulin (Anne), Anthropologie urbaine, Paris, A. Colin, p. 137. Cf. les classiques en la matière : (...)

5Pour mener à bien cette recherche, il importe tout d’abord de se départir (ou, au minimum, de garder ses distances avec elle) de l’approche adoptée par certains anthropologues ou sociologues de l’urbain qui, sous prétexte que la ville est source d’anonymat, envisagent volontiers le citadin indépendamment de ses appartenances collectives6. La sémiotique de l’entrée (avec tous ses signes, visuels ou autres, ses symboles…) comme sa rhétorique (prolepse bien sûr, mais, comme on en verra des exemples, tout aussi bien métonymie, métaphore, voire synecdoque…) sont assurément partie intégrante du programme d’investigation, de même que les connotations et les stigmatisations et, de manière générale, toutes les formes de représentations qui s’y attachent, y compris les entrées fausses ou fictives, imaginaires ou mythiques. Pour autant, une approche globale, abstraite ou idéaliste de la ville ne saurait être de mise. L’analyse risque sinon d’inciter à postuler, inévitablement et à toute époque, l’existence d’une représentation globale, mentale ou culturelle, de la ville, qui rendrait compte des contours et des significations de la ceinture périphérique, un « chemin de ronde » urbain, depuis lequel il suffirait d’observer les mouvements centripètes.

  • 7 Cf. Rivière d’arc (Hélène), « Introduction », dans Rivière d’arc (Hélène) éd., Nommer les nouveaux (...)

6Il faut impérativement décomposer la ville idéelle qui sous-tend la notion de « carte mentale » qui, elle-même, n’a guère d’existence, sauf, au mieux, au sein d’un cercle d’urbanistes et de planificateurs, éventuellement de savants ou d’érudits locaux : le vocabulaire, les normes ou les exégèses de l’administration ou des élites ne représentent qu’une des déclinaisons de l’objet historique que nos sources nous permettent d’approcher7. Autant qu’il est possible, il faut donc s’efforcer de procéder à une désagrégation sociologique de toute image globale de la ville et de ses accès.

  • 8 Hazan (Éric), L’Invention de Paris. Il n’y a pas de pas perdus, Paris, Seuil, 2002.
  • 9 Sur la ville comme espace vécu et la « topo-analyse urbaine », voir la contribution d’Antoine Bail (...)

7Certes, il s’agit bien ici de disséquer une « psychogéographie de la limite », pour reprendre l’heureuse formule d’Éric Hazan8, c’est-à-dire de s’intéresser prioritairement à l’espace périurbain tel qu’il est perçu et vécu9, puisque l’entrée est, de toute évidence, la première séquence visuelle du parcours urbain, le contact originel avec l’entité urbaine, le stimulus initial des codes et des habitus urbains. Mais, au-delà du langage spatial et des représentations, c’est la diversité des pratiques et des usages qui doit constituer le centre d’intérêt principal. Il importe d’examiner comment, selon les époques et les conjonctures, selon la position de la ville dans la hiérarchie et la typologie urbaines, l’entrée constitue un enjeu, en premier lieu dans la gestion et le contrôle des flux : ouverture/fermeture, contrôle/liberté de circulation, fiscalité/gratuité, rupture de charge, intrusion violente ou non… Confiées à des personnels dont le nombre, la nature et les missions nous en disent déjà long sur la ville elle-même et son rapport à l’extérieur, ces tâches liées au seuil urbain ne sont pas nécessairement les mêmes sur l’ensemble de la ceinture urbaine. À l’échelle de l’agglomération entière, l’entrée a, de fait, un effet polarisant, qu’elle soit attractive (par exemple comme zone de commerce ou de divertissement) ou répulsive (pour ses nuisances ou son insécurité supposées). L’espace de l’entrée, par ses fonctions et son tropisme, peut contribuer à structurer l’espace urbain. Dans certains cas, une microsociété de l’entrée peut s’instaurer et se développer, qu’il s’agisse des agents du contrôle déployés par la ville ou des marginaux qui peuvent y trouver un domaine de prédilection.

  • 10 Voir Lepetit (Bernard) et Topalov (Christian) éd., La ville des sciences sociales, Paris, Belin, 2 (...)

8Le postulat de la recherche est donc bien que l’on ne saurait dissocier l’analyse de l’espace de celle de la société, qu’identité spatiale et identité sociale ont partie liée et que l’espace est lui-même un acteur des processus historiques – et pas au titre de simple figurant dès lors qu’il s’agit d’histoire urbaine10.

  • 11 Lepetit (Bernard) et Pumain (Denise) éd., Temporalités urbaines, Paris, Anthropos, 1993.

9S’il faut s’efforcer de caractériser ainsi l’esprit des lieux, il ne faut pas pour autant négliger les jeux du temps11 : la dimension temporelle, probablement plus que dans bien d’autres endroits de la ville, a ici une portée capitale. L’entrée a sa propre histoire, ses rythmes et ses cycles spécifiques qu’il convient d’établir et de décrypter et qui vont de l’événement à la longue durée. Mais c’est aussi un lieu de sédimentation exemplaire de la mémoire urbaine, qu’il s’agisse d’événements exceptionnels, dramatiques, rituels ou festifs, ou de mécanismes beaucoup plus lents et quotidiens.

  • 12 Pinol (J.-Luc) éd., Histoire de l’Europe urbaine, 2 volumes, Paris, Le Seuil, 2003, notamment vol. (...)

10Enfin, comme le rappelle derechef, avec force et à juste titre, la récente Histoire de l’Europe urbaine12, l’histoire urbaine ne peut se satisfaire de monographies autocentrées et autoréférentielles, baignant avec délices dans une érudition campaniliste. L’étude de cas ne fait vraiment sens que si elle s’ouvre d’elle-même sur la comparaison, sur l’histoire urbaine « générale » – sans attendre une improbable parousie synthétique. Ainsi, c’est d’un double écueil qu’il faut se garder : d’un côté une étude abstraite et anhistorique de l’entrée de la ville, de l’autre une analyse pointilliste et fragmentée, narrative et un peu myope, de l’entrer dans les villes

  • 13 Certaines communications, pour des raisons diverses et pour ne pas retarder encore la publication, (...)

11Par rapport au programme initial ainsi brièvement rappelé, il est clair que des domaines sont restés vacants13 et que des questions sont demeurées ouvertes ; nous aurons à y revenir au terme d’un parcours qui va s’efforcer de présenter, de manière synthétique, les orientations et les apports des journées de colloque et de l’ouvrage qui en découle.

Les entrées de la ville visible : la ville circonscrite

  • 14 Œuvres complètes, Paris, Gallimard (La Pléiade), tome 2, p. 863.

« C’était une ville qui pour moi, d’avance, et comme aucune, pesamment, parfois oppressivement, s’annonçait »
Julien GRACQ, La Forme d’une ville14

  • 15 Porte est attesté à partir du xe s., d’abord sous la forme porta, puis porte (vers 1080), pour dés (...)
  • 16 Dans le domaine des représentations graphiques ou iconographiques, la porte et son secteur sont bi (...)
  • 17 Il est d’ailleurs simplificateur, au Moyen Âge et à l’époque moderne, de parler seulement de « por (...)

12Les entrées de ville, prises ici tout d’abord au sens le plus strict et restreint du terme, ne sauraient être réduites à de simples marqueurs visuels (les visual signifier de la nouvelle histoire culturelle), destinés à marquer le franchissement d’une limite et à délimiter un territoire. Bien souvent, les accès urbains sont partie prenante du « portrait » de ville et en constituent des signes identitaires, que l’on retrouve sur les allégories tourelées antiques comme sur les sceaux médiévaux. Parmi eux, les portes ont longtemps été les plus courantes et il convient d’ailleurs de rappeler que, depuis le latin porta, le mot était en principe réservé aux ouvertures aménagées dans l’enceinte d’une ville15. Au-delà des facilités de circulation, la multiplication des entrées – dans les périodes sans risques – confirme, s’il en était besoin, que ces dernières s’inscrivent parmi les traits saillants de la personnalisation, voire de la personnification de la ville16. La forme architecturale, hyperbolique, peut être sans aucune commune mesure avec l’entrée utile, de dimensions réduites (Denys)17. De tels constats ne valent pas seulement pour les portes de l’enceinte, aisément érigées en symbole de la ville. Ainsi le pont de Londres, qui, il est vrai, jouit du double statut de porte et de pont, « signe l’apparence de la ville » (Cassagnes-Brouquet) et s’impose comme principal édifice civique, richement décoré de peintures et sculptures. Si le cas du pont Milvius est bien différent d’un point de vue topographique, ce passage, lié à l’agglomération romaine, en raison notamment de sa valeur stratégique, sert volontiers de repère pour l’entrée dans le monde urbain, une intégration à ses codes sociaux ou, à l’inverse, une dérobade à l’écart de ceux-ci (Guilhembet). Ce n’est pas par hasard non plus que les élites des cités du monde romain, au tournant de notre ère, font tout pour placer leur dernière demeure à proximité immédiate, dans le prolongement direct, de l’entrée. On peut certes soupçonner qu’il y a là, pour des constructions funéraires, une trace de la signification symbolique du passage. Mais chez des notables qui gèrent la ville et assurent, pour une large part, les dominantes de son paysage et l’éclat de ses bâtiments, se manifeste surtout la volonté d’inscrire indissolublement leurs monuments dans la silhouette urbaine de leur petite patrie : ils réussissent ainsi à la fois à rehausser le prestige architectural de cette dernière et à incruster leur mémoire dans le regard et l’esprit des entrants et des sortants (Gros). L’initiative privée, avec la concurrence et l’éparpillement qui en résultent presque inévitablement, laisse la place, chez les architectes de la fin du xviiie siècle, au souci de maîtriser l’incorporation de l’entrée au paysage urbain : les perspectives, et leur éventuelle clôture, l’ensemble des points de vue sont pensés ensemble à des fins d’esthétique et de mise en scène. Même et surtout quand elle n’est plus close pour des raisons défensives, quand s’estompe l’image médiévale de la ville comme monde à part, la ville a du mal à se priver de toute lisière suffisamment élaborée, de tout seuil un tant soit peu monumentalisé : il suffit de songer ici au projet de Ledoux pour Paris, où sont prévus des propylées et des dizaines d’entrées (Lamarre).

13L’autre grande forme historique de l’admission en ville est, de fait, la barrière de l’octroi. La fonction fiscale de l’entrée n’est examinée ici qu’à deux extrémités de son arc chronologique, la Rome antique et la France du xixe siècle. Pour la première, les vestiges matériels sont sans doute irrémédiablement perdus, en dehors de quelques pierres gravées destinées à éviter les litiges, mais les traces lexicales laissent deviner l’existence de « petites portes ». Dans la seconde, tout est fait pour « éviter l’incertitude » (Gojosso), pour expliciter l’emprise de l’autorité agissante, et donc pour matérialiser une ligne continue abstraite. Si, dans les cas douteux, la limite doit se contenter d’une délimitation faible, liée à la morphologie fluctuante de la ville, sous la forme d’une simple référence aux dernières maisons de l’agglomération urbaine – ce qui n’est pas sans rappeler la notion romaine de continentia –, dans la plupart des cas, la traduction architecturale de la frontière fiscale s’inscrit fermement dans le paysage de la lisière urbaine sur laquelle elle se cale. On peut même dire que la limite d’octroi a un effet à double détente. Non seulement elle visualise et conscientise l’entrée dans la ville, mais encore elle contribue à mettre en place certains des traits caractéristiques de la ceinture périurbaine : par ses effets induits sur la localisation des lieux de production, entrepôts ou débits de boissons, implantés à dessein hors de la zone de prélèvement, elle produit un paysage spécifique (Merriman).

14Ces activités s’ajoutent, comme une ultime confirmation au terme d’une séquence plus ou moins longue, à l’ensemble des signes avant-coureurs qui, par anticipation, ont annoncé l’entrée urbaine, prise cette fois dans un sens plus large : la convergence des voies et des réseaux, la densification des flux qui seule signale une véritable ville, le cantonnement des indésirables, qu’il s’agisse d’activités consommatrices d’espaces et porteuses de nuisances ou de dangers (les industries du feu, polluantes ou dangereuses) ou des nécropoles (dans l’Antiquité ou, dans les villes françaises, à partir des années 1760). Cette périphérie ancillaire, parce qu’elle est à son service pour l’approvisionnement, pour faciliter les flux entrants ou les transits, est comme un prolongement de la ville : on en trouvera une analyse détaillée à propos de Rome et des villes romaines ou de La Villette, à l’orée de Paris, sous le signe de la continuité et de l’intégration. La frange urbaine, avec son tissu spécifique, ne peut toutefois être définie seulement par la négative, comme mise à distance et accumulation ou concentration de repoussoirs. Elle a aussi ses logiques propres de valorisation et son power of place (Gros). Elle est traversée par des tensions et marquée par des concurrences entre différents usages : le bassin de La Villette voit s’opposer les nécessités de la circulation et les fonctions récréatives telles que promenade, joutes nautiques, voire patinage (Backouche).

  • 18 À titre purement anecdotique, relevons que les phrases fameuses de Lewis Mumford sur Londres, Buen (...)

15Quelques nuances doivent être apportées à un tel schéma du front urbain qui, sinon, risquerait de dériver vers l’idéal-type : la diversité du développement urbain n’est pas réductible à une épure radioconcentrique isotrope, figure idéale de la ceinture d’entrées que pourrait suggérer ce qui vient d’être rappelé à grands traits. Au fil des pages, on verra surgir correctifs, objections ou contre-exemples irréductibles à cette première approche du paysage qui circonscrit et annonce la ville. Ainsi le diagnostic des auteurs antiques sur la première des mégapoles méditerranéennes, Rome, en tant qu’agglomération sans fin dont on ne parvient pas à déterminer l’entrée, paraît-il anticiper des discours de l’ère industrielle18 (Guilhembet) et inciter à la réflexion sur l’évanescence de la frontière urbaine (Pérol) dans certains contextes historiques. En outre, l’hétérogénéité des entrées ne doit être à aucun moment minimisée, avec des « portes d’eau » qui s’ajoutent aux portes terrestres (Renoux, Denys), ou des « fausses portes » dans les faubourgs (Lamarre), susceptibles d’engendrer de fausses entrées qu’il faut réitérer (Bande), non plus que leur tendance à la hiérarchisation. Sans entrer ici dans le détail, relevons seulement que l’on repère aisément le phénomène aussi bien, dans l’Antiquité, à Pompéi, avec l’éclat de la nécropole et des villas de la « porte d’Herculanum », ou à Ostie (la porta Romana) qu’à Rome, où la porte Capène jouit d’un statut d’exception, réactivé et resémantisé au cours des siècles, qui en fait presque l’entrée par excellence ; l’Old London Bridge médiéval, principale entrée, est à tous égards privilégié ; en Bourgogne, du Moyen Âge aux Lumières, et parfois plus tardivement encore, c’est ni plus ni moins qu’un hôtel de ville-porte qui peut constituer la principale des entrées, faisant ainsi coïncider l’entrée dans la ville et le passage sous le symbole même de l’autorité municipale (Lamarre). De telles interfaces favorisées sont souvent à même, par rétroaction, de structurer la portion d’espace urbain qui les prolonge, voire de se constituer en pôle d’organisation à l’échelle de l’agglomération.

  • 19 Il faut redire que ce franchissement n’est pas une démarcation : il n’y a pas de séparation défini (...)
  • 20 Pour une mise en perspective, datée mais synthétique, du débat chez les théoriciens de l’urbanisme (...)

16Ainsi peut-on repérer et fixer une ville à travers son ou ses entrées, qui l’isolent et l’identifient : en termes de grammaire ou de rhétorique, ces dernières sont en position de prolepse, pour marquer le territoire urbain, mais la métonymie (voire la synecdoque politique, comme on l’a vu à l’instant) n’est jamais bien loin, d’où le souci, plus ou moins marqué selon les époques, d’intégrer les abords et les approches à la composition urbaine. Toutefois, la volonté de générer un « huis clos urbain » (J.-Luc Pinol) et de tenir son « quantà-soi » (F. Braudel) n’est pas seulement affaire de paysage19, de frontière ou même d’esthétique, elle renvoie à une certaine conception de la ville20.

Une limite, garant et symbole de l’ordre urbain

  • 21 Nous empruntons ce pastiche de Musset à Catherine Baumont et Jean-Marie Huriot, dans Derycke (Pier (...)

« Il faut qu’une ville soit ouverte ou fermée21 »

  • 22 Joannès (Francis) éd., Dictionnaire de la civilisation mésopotamienne, Paris, R. Laffont (Bouquins (...)

17Est-il superflu de commencer par rappeler que, dès la plus haute antiquité, dès la « révolution urbaine » (G. Childe) mésopotamienne et les premiers remparts, la ville, monde de l’ordre et de la civilisation, s’oppose au sauvage, en l’occurrence à la steppe et au désert, et que l’enceinte urbaine a probablement pour fonction originelle et première de marquer cette coupure22 ? Certainement, si cette évocation liminaire est lue comme une réminiscence d’un improbable paradis urbain perdu, mais ce ne sera pas peine perdue si l’on suggère ainsi d’emblée que la notion de ville ceinte n’a qu’un assez lâche rapport avec la seule fonction défensive (au sens strictement militaire du terme). Les entrées et le contrôle exercé sur les mouvements entrants visent à exprimer que la ville se pense longtemps comme un monde clos et protégé, comme une enclave d’ordre au cœur d’un monde hostile.

18Ce modèle et cette attente conditionnent l’aménagement des entrées et visent à en faire, fondamentalement, un emblème de l’entre soi : les entrées isolent de ce qui n’est pas ville, divulguent comment les intrusions sont repoussées et, par contrecoup, elles disent ce que la ville n’est pas ou ce qui pourrait la menacer.

  • 23 Loc. cit.

19En tant qu’outil de filtrage et instrument de préservation de l’intégrité urbaine, les entrées, zone tampon, permettent le contrôle de la circulation des personnes et des biens. Elles sont donc pensées et utilisées comme un puissant adjuvant à l’ordre public, en tant que lieu d’arrestation d’auteurs de délits commis dans le plat pays ou en tant que limite de l’ordre et de la police urbains (Merriman), alors que l’extérieur demeure bien souvent sous-contrôlé et sous-encadré en matière de forces de l’ordre. On se souvient aussi que F. Braudel avait souligné23 que, dans les villes chinoises ou japonaises, le dispositif de contrôle pouvait aisément se retourner vers l’intérieur et devenait « presque un système de surveillance des citadins eux-mêmes ». Ce dispositif de police interne, on l’oublie trop souvent, est aussi mis en œuvre dans les villes de l’Europe moderne (Denys). Il résulte de tout cela que l’entrée de ville constitue un point remarquable de la répression des désordres : le pont de Londres, lieu d’exécution ou d’exposition des dépouilles des condamnés, dont les têtes s’y retrouvent accrochées, est, à cet égard, avec sa « porte des Traîtres », doté d’une valeur exemplaire mais nullement métaphorique (Cassagnes-Brouquet). Si les prisons médiévales sont couramment intégrées aux tours de l’enceinte, les gibets, eux, doivent frapper d’une terreur sacrée ceux qui entrent en ville ; ils sont toujours placés en lisière urbaine, comme celui de Montfaucon à l’arrivée sur Paris, ou Tyburn à l’ouest de Londres.

20Les formes d’hypercontrôle, ainsi que les débats, litiges ou doléances (y compris en 1789) au sujet des horaires de fermeture et d’ouverture des portes, au-delà de leurs conséquences pratiques, surtout dans les places fortes, sont révélatrices de divergences non seulement entre magistrat et fermiers de l’octroi, entre civils et militaires, entre sûreté stratégique et logique économique, mais aussi entre citadins et villageois ou entre protestants et catholiques (Denys). Le conditionnement du passage, dont le but premier est surtout de repérer les étrangers indésirables, peut aller assez loin, par exemple dans le souci de classer les entrants en fonction de leur appartenance sociale présumée et d’adapter, ou au moins de moduler, l’accueil qui leur est fait (Michaud-Fréjaville) : la ville se présente alors, dès l’abord et sans ambiguïté, comme un corps social ordonné et hiérarchisé.

  • 24 Sur le classique de Louis Chevalier, qui souhaitait dégager un modèle théorique de la grande ville (...)

21Non sans paradoxe, les procédures de contrôle ou la fermeture des portes peuvent être elles-mêmes à la source de débordements et de troubles et la vigilance des autorités redouble en général pour pacifier ou maîtriser cette zone périlleuse (Denys, Merriman). Plus largement, l’ordre urbain contribue à créer, sur ses marges, des espaces de contestation et de désordre potentiel, qu’il stigmatise ensuite à l’envi, en tant que zone de mauvaises mœurs, de revendications sociales, voire de violence. Si le « suburbium » de Rome ne semble pas marqué par une insécurité particulière, les nécropoles y sont néanmoins censées servir de lieux de refuge des pauvres et des malfrats, de cachettes pour leur butin et de repaires de prostitution. À l’ère industrielle, qu’il s’agisse de dénoncer la « lie de la population » au Mans ou l’immoralité de La Villette, bouge et lupanar, les « classes dangereuses » sont, pour une bonne part, situées au-delà des entrées, dans une ceinture tenue pour criminogène et émeutière24. Il n’est pas indifférent de noter que, dans la France du xixe siècle, l’intégration des faubourgs est parfois envisagée comme un moyen de préserver, étendre et conforter ce même ordre (Merriman).

  • 25 Sur le rôle et l’histoire des institutions sanitaires, et notamment le développement des lazarets, (...)

22On ne trouvera pas ici l’éventail complet des déclinaisons psychologiques ou idéologiques et des degrés de la mentalité obsidionale urbaine, mais des dossiers précis et significatifs analysant, à côté de celui de la Rome antique, ville ouverte jusqu’à l’édification de nouvelles murailles au iiie siècle, la multiplication des points de contrôle (à Orléans), la situation des villes de guerre (sur la frontière du Nord), l’utilisation de « véritables passeports de santé » (Renoux) dans les villes italiennes de l’âge baroque. Ainsi à Rome la fonction de cantonnement sanitaire dévolue aux portes donne-t-elle lieu à abondante production d’archives, sous la forme de registres où sont copiés quotidiennement les « billets de santé » produits à l’entrée25.

23L’évaluation de la part du symbolique n’est pas toujours aisée à distinguer en la matière et l’articulation avec la nécessaire fluidité des entrées relève de bien subtiles dialectiques. On peut relever que les Romains de l’Antiquité tracent, et amplifient parfois, autour de l’Urbs, une frontière sacrale, qui n’a jamais coïncidé absolument avec l’enceinte et dont les traces au sol sont très discontinues, mais qui est censée maintenir à distance tant le monde des morts que l’univers de la guerre et des guerriers, ce qui n’est pas sans conséquence sur les déplacements des détenteurs du pouvoir – jusqu’à ce qu’Auguste décide de s’en affranchir en établissant le principat. Les entrées sont fréquemment pourvues, quels qu’en soient la nature exacte et le fondement religieux, d’adjuvants et de gardiens supranaturels ou spirituels. L’exacerbation de la dimension religieuse est manifeste dès lors qu’il est question d’entrer dans une ville sainte : dans le cas de la Gaza tardo-antique (Bauzou), la sanctuarisation de la cité est garantie par le pouvoir impérial, ce qui autorise les autorités locales à laisser planer la menace implicite de fermer les portes aux chrétiens et de leur opposer une défense d’entrer en ville. C’est finalement, après une phase de coexistence de deux cités religieusement homogènes et au terme de moult tractations, l’accord du pouvoir central qui autorise l’entrée des fidèles du Christ. L’avènement de la nouvelle religion et la mise en scène de son triomphe doivent impérieusement se traduire par l’intrusion dans la ville, et même dans le centre de son centre, sur le plan symbolique tout au moins, dans le sanctuaire de la vieille divinité poliade : pour abolir l’ordre religieux ancien, pour atteindre la conversion, une incursion véhémente, derrière la croix, se révèle inévitable. Dans toute sa force destructrice, l’entrée dans la ville paraît indispensable aux chrétiens pour changer le visage de leur cité et imposer enfin l’entrée de Gaza dans l’empire chrétien.

  • 26 Dorier-Apprill (Elisabeth) éd., Vocabulaire de la ville. Notions et références, Paris, Éditions du (...)

24Enfin, dans la mesure où elle induit un rapport global à la ville, l’entrée peut être lue comme une vitrine de cette dernière, ou, mieux, comme un manifeste de ce que elle doit être en termes d’organisation et de discipline. Il faudrait sans doute reprendre l’examen de l’entrée de ville dans la copieuse littérature de l’utopie urbaine. Au fond, c’est à travers la contribution la plus contemporaine de l’ouvrage, dans un contexte tout à fait spécifique, que l’on pourra ici le mieux saisir les buts avoués de l’édification, à l’orée des agglomérations déjà existantes, de quartiers neufs ou de villes nouvelles, ceux-ci étant définis et promus comme un projet d’un nouvel ordre urbain. Les pouvoirs publics français, dans les années cinquante et soixante, se sont fixés pour objectif – pour ambition officielle en tout cas – de penser et réaliser une croissance urbaine aux antipodes de l’anarchie et de l’urbanisation spontanée, dévoreuse de terrain et d’urbanité, productrice de non lieux de vie. Les « grands ensembles » jettent explicitement les bases d’une ville et d’une société nouvelles, qualifiées de modernes, rationnelles, égalitaires… : tout à la fois l’exaltation d’une définition de la ville et la spatialisation d’un projet de société. Grâce aux images cinématographiques ou télévisuelles, est déjà proposée une allégorie concrète de la ville de demain, est pratiquement esquissé le dessein de la ville du futur (Borrell). Dans cette même veine, il faudrait certainement scruter quelques autres formes urbaines du dernier demi-siècle, ne serait-ce que l’émergence de l’edge city, la « ville-lisière », la nouvelle agglomération urbaine autonome qui apparaît, à la périphérie des grandes agglomérations de l’Amérique du nord, brouille l’opposition centre/périphérie et incarne un nouvel avatar du rêve américain26. On arrive là aux confins de la cité réelle et de la ville idéelle.

La ville invisible et ses entrées : mémoire, citadinité27, identité

  • 27 Sur cette notion, dont les contours ne sont pas encore entièrement fixés, voir Dorier-Apprill (Éli (...)
  • 28 « Les villes et le nom. 5 », Paris, Seuil (Points), 2002 (1re éd. 1974), p. 145.

« La ville pour celui qui y passe sans y entrer est une chose, et une autre pour celui qui s’y trouve pris et n’en sort pas. »
Italo CALVINO, Les Villes invisibles28

  • 29 Zeller (Olivier), p. 585, dans Pinol (J.-Luc) éd., op. cit., vol. I ; cf. aussi, p. 595 : « claire (...)
  • 30 Voir, à la suite des travaux fondateurs de Jean-Claude Perrot, Lepetit (Bernard), p. 288, dans Lep (...)
  • 31 Sur cette question de la pérennité des représentations de la ville emmurée et limitée et du « dése (...)
  • 32 Lepetit (Bernard), p. 291, dans dans Lepetit (Bernard) et Pumain (Denise) éd., op. cit.

25« Tout, ou presque, reste à écrire sur les rémanences longues, qui affectent à des territoires de la ville des valeurs qui ne sont pas seulement foncières, mais également symboliques » concluait récemment un historien moderniste29 : il est à craindre que ce bilan ne soit extensible à d’autres périodes. Les entrées comme lieux de mémoire : il ne s’agit pas seulement ici de rappeler ce fait bien connu que la porte est communément érigée en monument et patrimoine de la mémoire urbaine – on en trouvera de multiples illustrations dans les pages qui suivent. Plus importante pour notre propos est la confirmation, à l’épreuve de la durée, de la prégnance du statut d’entrée – la mémoire des lieux. On peut être tenté de l’expliquer en tant que destin d’un espace vide : il est désormais bien établi que dans une ville, la résistance et la rémanence des vides ou des structures de moindre matérialité sont supérieures à celles des pleins30. Faut-il s’en tenir à cette exégèse morphologique, qui ne concerne pas que la ceinture périphérique ? Ou ne faut-il pas faire une part plus belle à la rigidité ou à l’inertie mentales31, au rejet de l’amnésie ? Plusieurs exemples pourront appuyer la réflexion. Dans la Rome impériale, la muraille servienne, même si elle ne coïncide plus ni avec l’étendue urbaine ni avec la limite sacrale et s’estompe dans le paysage, conserve, près d’un millénaire après son édification originelle, une incontestable et remarquable hystérésis. À Orléans, grâce à une démultiplication des entrées, la cérémonie épiscopale assure la survie du castrum romain et de la ville ecclésiastique en pleins xviie-xviiie siècles (et à rebours néglige de marquer le franchissement de la porte). La Villette, même devenue ville à son tour, même absorbée par la ville dont elle n’était qu’un accès, garde le souvenir de son statut, plus d’un siècle après la mesure administrative d’intégration. D’une certaine façon, l’entrée semble condamnée à l’anachronisme et, dans bien des cas, la « permanence des formes intangibles »32 paraît l’emporter sur la relative plasticité des configurations matérielles. La fonction proleptique s’édulcore mais n’est pas réellement exorcisée : même englobée intra muros, la porte conserve sa valeur de signal ; la discontinuité persiste sans la clôture ; l’effet de seuil, malgré les remaniements spatiaux, campe sur sa position.

26Le rapport aux entrées urbaines concourt au sentiment d’appartenance du citadin à la collectivité, avec des degrés et des hiérarchies comme on va le voir ; sans trop forcer les choses, on peut dire qu’il représente une attache avec l’espace communautaire, une des facettes de la figure du citadin, une des composantes du patriotisme urbain. Souvenons-nous que bien des Londoniens, à l’heure de rédiger leur testament, n’oublient pas le Pont de Londres…

  • 33 On ne peut d’ailleurs s’empêcher de se demander si ce n’est pas l’expérience contemporaine de la c (...)
  • 34 Voir, sur ce point, les exemples donnés par Olivier Zeller, dans Pinol (J.-Luc) éd., op. cit., vol (...)

27À cet égard, la « dénivellation fiscale » que représente l’octroi ne doit pas être comprise seulement comme un prélèvement qui assure le financement de la ville par ses entrées – ce qu’il est bien évidemment, avec une acuité variable selon les ressources des villes et les époques. À partir de la documentation étudiée ici, pour le xixe siècle français – mais le constat vaudrait sans doute pour d’autres pays, comme l’Italie –, on constatera qu’il constitue une authentique délimitation de l’urbain, tout d’abord dans la mesure où il repose sur un principe de continuité : pas d’exonération dans le périmètre. L’effet de continuum est particulièrement sensible à Paris censé former, vers le milieu du siècle, « une unique ville » avec « les immenses faubourgs de la cité qui leur a donné naissance ». Il est question de rationaliser, de superposer (Gojosso) – mais il faut bien se garder de tenir ce modèle pour transhistorique, contrairement à ce que l’on n’a pas hésité à faire pour la Rome impériale par exemple33. En second lieu, l’octroi, qui aide à discriminer ce ou celui qui est de la ville et ce qui n’en relève pas34, est aussi une limite productrice d’identités (Merriman).

  • 35 Tout n’a certainement pas été dit sur les procédures de sanction et de châtiment des villes, voire (...)

28Au-delà des circonstances exceptionnelles du bris ou de l’abattis de portes, pratiqués en cas de châtiment urbain35 (Michaud-Fréjaville), ou des émeutes repérables au xviiie siècle et occasionnées par la destruction programmée de celles-ci (Lamarre), pendant longtemps, être citadin a impliqué non seulement de contribuer financièrement à l’entretien des murailles, mais aussi de participer à la garde du seuil, double exigence qui solidarise la communauté. À l’échelle intra-urbaine, faut-il le rappeler, les servitudes liées à la défense peuvent être à l’origine du découpage en quartiers dont la toponymie et l’identité sont assurées par la porte à laquelle ils se rattachent. Dans l’Orléans médiéval, une garde de nuit doit être assurée en cas de besoin ; dans la Rome du xviie siècle, le devoir de protéger la ville ne se réduit pas à la seule surveillance des fortifications, il s’étend hors les murs et englobe aussi, la nuit, l’entrée par voie d’eau sur le Tibre, à Ripa. Un document tout à fait méticuleux permet même de comprendre selon quelles modalités la cité est mobilisée, autour de 1642, sous l’égide de l’autorité pontificale, pour assurer ou renforcer la garde de ses entrées : une savante répartition topographique, appuyée sur la répartition spatiale des métiers, mais pas seulement ou pas exclusivement ; une répartition différenciée des tâches fondée sur la hiérarchie sociale (ainsi l’autorité d’un noble paraît-elle nécessaire pour en imposer à tous à l’entrée, certains métiers de renommée incertaine sont exclus du système…) ; une contribution proportionnelle aux droits et aux devoirs ; un patronage des portes, source de prestige et de revenus, réservé à des institutions religieuses ou des familles et individus de haut rang… Cependant, ce devoir de garde, ressenti comme pesant, est de plus en plus mal vécu et la substitution d’une taxe au devoir précède la disparition de ce dernier et ce n’est qu’exceptionnellement, pour pallier une absence de forces militaires qui risquerait d’entraîner une fermeture pure et simple que les habitants d’un quartier, à la fin du siècle des Lumières, sont encore prêts à se porter volontaires (Denys).

  • 36 Sur les notions de rite, rituel, liturgie politique, voir, en dernier lieu, Rivière (Claude), Anth (...)
  • 37 Pour ne retenir que quelques titres essentiels concernant les époques traitées dans ce volume : Du (...)
  • 38 L’entrée est, d’une manière ou d’une autre, conçue et orchestrée comme une entrée dans la ville en (...)

29Enfin, les modalités de la réception des entrants et la participation de la collectivité urbaine à l’accueil des visiteurs de marque contribuent tout autant à ancrer le citadin dans sa ville, à formuler et à actualiser sa position dans la communauté. En ce domaine, ce sont surtout les entrées ritualisées36, et parmi elles, singulièrement, les entrées royales, qui ont suscité durant les dernières décennies de nombreuses études, riches et suggestives37. On dispose donc désormais d’une grille d’analyse détaillée et maîtrisée, dont on peut rappeler les linéaments. La rencontre d’un « puissant » et d’une ville est en général une parade festive et codifiée, souvent minutieusement séquencée sur le plan spatial et temporel, où celle-ci se donne à voir sous son meilleur jour et durant laquelle l’intensité des échanges entre la cité hôtesse et l’invité d’honneur est rarement éloignée de l’exaltation charismatique, voire d’un sentiment religieux proche de l’épiphanie. La solennité du franchissement du seuil, éventuellement rehaussé d’architectures ou de décors éphémères, donne lieu à mise en scène, d’un côté manifestation collective et parfois procession, de l’autre parole ou gestuelle protocolaire et parfois symbolique, le programme et la nature même de ce rite d’interaction ayant souvent fait l’objet, à un moment ou à un autre, de négociations, avant de devenir coutume. La cérémonie requiert donc une lecture à plusieurs niveaux, qui puisse éclairer tour à tour la position de l’autorité entrante, sa relation avec la ville, l’identité de cette dernière et les moyens choisis pour l’exprimer, la transfigurer ou la sublimer, à partir du moment où on l’envisage le rituel comme la condensation d’un dialogue entre deux rhétoriques et deux idéologies, l’une urbaine et l’autre politique – ou comme la résultante provisoire et fragile de l’affrontement de deux stratégies discursives et spatiales. Ce qui nous retiendra, pour l’heure, plus que la mise en espace de la souveraineté ou de l’autorité et la définition des rapports de pouvoir, c’est ce qui ressortit aux identités. Outre la dimension phatique et la prise de contact physique entre l’hôte de marque et la cité tout entière38, le « spectacle total » auquel donnent lieu l’arrivée et l’admission permet à la ville de se positionner et de s’exprimer en tant qu’interlocuteur. Ainsi la scénographie urbaine met-elle en valeur les symboles de la ville, souvent associés aux insignes de l’entrant (Bande) ; le recours à des décors circonstanciés, voire à des tableaux vivants aux fondements mythologiques, bibliques ou allégoriques, à l’occasion de mariages, proclamations de paix, ou célébrations de victoire, offre à la communauté médiévale londonienne l’occasion de déployer, devant ou sur le pont, un véritable kaléidoscope de ses sentiments à l’égard de son roi. Mais ces mises en scène ont aussi leur discours propre : d’une part, elles associent la capitale anglaise aux entrées triomphales et aux succès royaux – rappelant ainsi, à l’occasion, qu’elle y a contribué, au sens financier du terme – et, d’autre part, elles sont à même d’en proposer une interprétation (Cassagnes-Brouquet). Quel que soit le paradigme sélectionné et réactivé (l’entrée épiscopale, l’entrée royale, le triomphe romain…), la cérémonie vise, au bout du compte, à la représentation d’un archétype : en fait, c’est la ville idéale qui accueille le personnage idéal, exaltés l’une et l’autre dans leurs vertus propres – telle est du moins la lecture que l’on peut proposer pour les entrées de l’évêque d’Orléans (Rideau).

  • 39 Art. cit., p. 1151.

30Au terme de ce parcours, qui ne fait que survoler et schématiser le contenu de quinze contributions, on l’aura compris, « l’entrer en ville » et tout ce qui s’y rapporte offrent un précieux révélateur des rapports que les autorités et les citadins, mais aussi les faubouriens ou les ruraux, entretiennent avec le territoire urbain et l’urbanité. Cela tient au fait que les entrées de ville sont à la fois espace de contact, espace de spectacle et espace de circulation/communication, pour reprendre, en la détournant quelque peu, la tripartition naguère proposée par Françoise Choay39. Est ainsi apparu en pleine lumière, avec des configurations diverses, ce que l’on aurait presque envie d’appeler la « quadrature de la ville » : les finances locales, les flux humains et économiques, la défense urbaine et l’ordre public doivent chacun trouver leur compte dans la régulation du dispositif d’entrée, le tout étant compliqué, enrichi ou déformé par les enjeux identitaires et mémoriels.

Diachronie et prolongements

  • 40 Paris, A. Colin/Masson, 1997, p. 389. On n’oubliera pas d’ajouter la figure de l’historien à une l (...)

« La “petite histoire des faits urbains” n’est qu’une sorte de grand catalogue que l’on feuillette et […] qu’il appartient à chacun de percevoir, d’interpréter, de développer et d’utiliser comme support ou relais de ses rêves ou de son imagination, selon qu’il est habitant, visiteur ou “faiseur de ville”. »
Charles DELFANTE, Grande histoire de la ville, de la Mésopotamie aux États-Unis40

  • 41 Une histoire urbaine qui abstrairait la ville de la formation économique et sociale à laquelle ell (...)
  • 42 Sur ces questions, voir, en dernier lieu, Pinol (J.-Luc) éd., Histoire de l’Europe urbaine, 2 volu (...)

31Notre colloque, du fait même de son amplitude chronologique volontariste, ne pouvait prétendre qu’à poser quelques jalons et suggérer des points de comparaison. Il resterait sans doute à réécrire – ou, au minimum, à bien remettre en perspective – une histoire de la ville occidentale à partir des façons de décliner l’entrée que celle-ci a adoptées au fil du temps, sans s’en tenir à une simple réévaluation globale du rapport ville/campagne41. On ne se risquera pas ici à un simulacre de synthèse42, qui ne pourrait que tracer une périodisation simplifiée et factice, donnant à voir des phases avec des villes aux entrées marquées, surlignées dans le paysage et érigées en frontière, et d’autres avec une prédominance d’entités urbaines en apparence accueillantes, aux contours flous et incertains, aux points de passage obligés fortement atténués ou libéralisés. En fait, sans même revenir sur la fameuse controverse entre F. Braudel et Philip Abrams pour savoir si « une ville est toujours une ville », les évolutions sont décalées, les chevauchements multiples, les « régressions » possibles. Notre propos sera donc beaucoup plus modeste : sa seule ambition est d’aider à la contextualisation des différentes études de cas, dont l’ordre de présentation brouille la chronologie et dont la nature monographique dissimule la représentativité ou l’exceptionnalité, ainsi qu’à leur rapide positionnement au sein des grandes tendances de l’historiographie.

  • 43 Pour le monde romain, voir le bilan dressé par Il capitolo delle entrate nelle finanze municipali (...)

32On retiendra tout d’abord que dans la cité holiste de l’Antiquité classique, où la confusion ville/cité n’est pas toujours facile à dissiper, et où, à l’exception notable de Rome, l’organisation du corps civique distingue rarement des subdivisions urbaines, le rapport de la ville avec son territoire (chôra, ager) relègue finalement la limite urbaine à un rang secondaire, quand bien même celle-ci réserve la ville aux vivants et se trouve matérialisée, parfois avec ostentation, par des murailles considérées comme élément indispensable de la panoplie urbaine, ou renforcée par une signification religieuse. L’exercice des droits et des devoirs du citoyen requiert de régulières entrées en ville. Les incidences fiscales de cette conception territoriale sont, elles, difficiles à étudier dans le détail, en raison des lacunes de la documentation, qui privilégie surtout les ports43. Par contre, il est souvent possible d’établir que la coïncidence entre agglomération et enceinte est loin d’être systématique et parfaite : ainsi, pour Rome, les juristes romains sont-ils contraints de poser la distinction entre l’entrée dans l’Urbs et l’entrée dans Roma et d’user de la notion de continentia (tecta ou aedificia).

  • 44 Dans la cité antique, la sépulture urbaine est un honneur exceptionnel, dûment octroyé comme tel.
  • 45 Au xiiie s., les hommes d’Église, à partir des écrits d’Aristote, contribuent à cette prolifératio (...)
  • 46 Voir la mise au point de Gilli (Patrick), Villes et sociétés urbaines en Italie, milieu xiie-milie (...)

33La ville que l’on se permettra, une fois encore, par facilité et après tant d’autres, de nommer « médiévale » est surtout caractérisée par l’entrée de la foule des morts44 et par la clôture : on a pu écrire que l’enceinte valait alors comme « idéogramme urbain ». Toutefois, une telle caractérisation, qui ne manque évidemment pas de pertinence, obligerait à poser un trop long Moyen Âge, jusqu’au xviiie siècle (voire plus tard encore en Europe orientale), et, telle quelle, elle gomme toute variété et toute nuance chronologique et géographique, même si l’on met en valeur les temps où « l’entrer en ville » était synonyme de transformation de l’homme, d’initiation à un nouveau lien social fondé sur l’émancipation et la concorde – ou, du moins, était exalté comme tel45. Or l’intégration du contado des villes italiennes, par exemple, vient amender un schéma en apparence fondé sur la discontinuité, même s’il ne faut pas raisonner uniquement en termes de domination ou d’exploitation pour analyser les formules d’unification de l’espace administratif. Dans l’historiographie contemporaine, cela a parfois incité à distinguer un faciès urbain méditerranéen, dans lequel l’unité et la continuité de la civitas restent de mise, et à appeler « processus de comitatinanza » la centralisation administrative déployée, à partir du xiiie siècle, par les organismes urbains, tendance qui concerne aussi bien la répartition de l’habitat que le découpage territorial, qui, souvent, prolonge celui de la ville46. Par ailleurs, la notion de ville ceinte ne doit pas conduire à sous-estimer la ductilité des entrées, même sous la forme de murailles, qui, comme l’a souligné F. Braudel, peuvent assez facilement se trouver déplacées en fonction des besoins – en tout cas avant que la diffusion de l’artillerie n’impose de nouvelles contraintes et une plus grande mise à distance de systèmes de protection qui se révèlent en outre grands consommateurs d’espace.

  • 47 La formule, de Jean Castex, est citée par Chartier (Roger), p. 122, dans Duby (Georges) éd., Histo (...)
  • 48 Genèse d’une ville moderne : Caen au xviiie siècle, Paris/La Haye, Mouton/EHESS, 1975, notamment p (...)
  • 49 Cf. Cohen (Jean-Louis) et Lortie (André), Des fortifs au périf : Paris, les seuils de la ville, Pa (...)

34Il est bien connu cependant qu’une des composantes du passage à la modernité de la ville traditionnelle est l’ouverture de l’espace urbain, le démantèlement des enceintes, le « désembastillement » des cités. Le phénomène est d’ailleurs souvent précédé d’une privatisation des murs, avec un pullulement de portes, mais aussi de caves, de promenades et de jardins… Si des entrées subsistent parfois sous la forme de portes symboliques à la lisière de villes ouvertes – signe que l’entrée constituée peut survivre à la mort de la clôture –, des agglomérations sans entrées caractérisées se voient reconnaître, sans ambiguïté, le statut urbain. La naissance du boulevard « de ce qui était une coupure, fait une suture »47 : les confins urbains changent de nature et de fonction, les seuils obsolètes sont érigés en axe urbain ou permettent de développer une nouvelle forme d’accessibilité, en accueillant le chemin de fer. Non seulement la ville sort de ses murs, transgresse ses entrées traditionnelles et s’en déleste, mais encore, d’espace délimité, elle devient surtout carrefour, accorde la primauté aux flux et se consacre à l’optimisation de la mobilité. On assiste alors à ce que Jean-Claude Perrot a appelé « l’agression du réseau de circulation contre la ville », par un « phénomène d’érosion régressive », qui, de l’entrée, mène au centre, par des percées qui utilisent, en les élargissant et en les reliant entre elles, des voies préexistantes48. Une confirmation du modèle peut être trouvée dans le repérage du même phénomène, minoré mais manifeste, jusque dans les villes de frontière, qui, on le sait, constituent pourtant de notables exceptions au siècle des Lumières. Mais, à l’inverse, le cas de Paris et de ses « fortifs » en plein xixe siècle, présente une exception – et d’autres capitales avec lui – que l’on ne peut que taxer d’anachronisme, mais qui obligea à repenser sur nouveaux frais la délimitation administrative et fiscale de la capitale49.

35Avec l’émergence en Europe de la ville contemporaine, qui transgresse les limites, s’étend massivement, et fait disparaître ses portes dans le courant de la seconde moitié du xixe siècle, le gradient millénaire qui séparait l’agglomération et le plat pays semble donc s’affaiblir, notamment sur le plan des mœurs qui s’uniformisent progressivement : la coupure ville/campagne paraît de plus en plus artificielle. Mais la frontière entre ville et plat pays ne s’estompe pas totalement ; elle ne se dissout point, ne serait-ce qu’en raison de la fiscalité d’octroi, rétablie en France après la brève éclipse de 1791-1797 : ex novo ou par métamorphose des limites et entrées anciennes, la barrière, seul moyen de surveillance du trafic, subsiste. La valeur et l’importance de cette pérennité de la coupure ville/plat pays doit donc être discutée, presque au cas par cas, ou au moins à une échelle suffisamment fine et avec un grand sens des nuances : le front de tensions ruraux/citadins persiste-t-il ? L’annihilation du dualisme ville/campagne est-elle déjà en marche ? Faut-il dès lors ôter tout sens à l’idée de frontière urbaine ? Le contrôle des entrées de ville redevient bien un enjeu dans l’antagonisme qui oppose les tentatives d’emprise étatique (sur les cérémonies urbaines, le maintien de l’ordre municipal, voire l’octroi parfois identifié à un empiètement de l’État) et les résistances de l’autonomie urbaine : toutefois, des travaux récents incitent, même dans une France centralisatrice, à redimensionner cette dernière, en particulier pour tout ce qui relève à la vie quotidienne des citadins.

  • 50 Cette disparition n’est pas sans susciter la nostalgie, comme le révèle, autour des faubourgs-jard (...)
  • 51 Burgel (Guy), p. 616, dans Pinol (J.-Luc), op. cit., volume II.

36La disparition de la ville de type ancien et classique, et avec elle, en premier lieu, la fin de la « certitude du paysage » (M. Roncayolo) qu’elle affichait50, paraît irréversible au xxe siècle. Les « villes nouvelles » à la française, œuvre de l’urbanisme d’État, ont marqué les esprits, dans la mesure où elles paraissaient à même d’ » arrêter aux portes de l’agglomération dense, dans des bastions avancés, les flux de la migration provinciale vers la capitale, en empêchant qu’ils ne viennent aggraver les désordres de la banlieue ancienne »51 : version formalisée, moderne et exaltée s’il en fut, de la maîtrise des entrées de métropole. Mais il ne faut pas oublier qu’elles constituent plutôt l’exception dans un siècle qui, au total, a créé peu de villes en Europe occidentale, et on ne saurait, en tout cas, les tenir pour emblématiques des évolutions dominantes du demi-siècle qui vient de s’écouler. Les limites continuent de s’estomper et cela débouche sur la dissolution de la notion même d’agglomération, par ce que les géographes nomment volontiers la « révolution périphérique » et que nous serions tenté de qualifier, à partir des exemples historiques étudiés dans ce volume, de « fin des continentia ». Après l’effacement des bornes de la ville fermée, ce n’est plus désormais la continuité des densités bâties qui peut servir de principe définitionnel de l’agglomération, dont la détermination périmétrique s’altère et se liquéfie sous nos yeux. Outre l’étalement urbain, durant les dernières décennies, l’explosion des mobilités urbaines quotidiennes complique à l’infini l’analyse des entrées urbaines et nécessite de tout autres approches méthodologiques.

  • 52 Godard (Francis), La ville en mouvement, Paris, Gallimard (Découvertes), 2001, p. 58-61.
  • 53 Pétonnet (Colette), « L’anonymat ou la pellicule protectrice », Le Temps de la réflexion VIII. La (...)
  • 54 Burgel (Guy), p. 561, 629, 634 et 805-806, dans Pinol (J.-Luc), op. cit., volume II.

37Signe des temps, en quelque sorte en bout de course : dans les agglomérations françaises d’aujourd’hui, les « entrées de ville » – chapelet de ronds-points, parataxe d’entrepôts, de complexes cinématographiques et de zones hyper-commerciales aux structures architecturales d’apparence précaire, uniformes et sans caractère, aux immenses espaces nus dévolus aux parkings… –, longtemps « image du laisser-faire urbain » et véritable a-topie dissolvante de la ville contemporaine52, sont enfin prises en compte. Par le Code de l’urbanisme de 1997, les collectivités locales sont désormais invitées à se soucier sérieusement de leur réaménagement : ces tardives prescriptions soulignent les enjeux contemporains de l’entrée, dont l’insignifiance ou la non signifiance ne peuvent perdurer. L’on peut même suggérer, au moins à titre d’hypothèse, que la crainte d’assister, en raison de l’irrésistible extension de la nappe urbaine et de la coalescence mégalopolitaine, à la disparition de l’entrée de ville, elle-même perçue comme un indice de la perte de sens de la réalité urbaine tout entière, n’est pas étrangère au sentiment de beaucoup de nos contemporains, en particulier dans les années soixante-dix, d’être témoins de la « fin de la ville ». Comme l’a diagnostiqué une étude des inquiétudes urbaines qui a fait date dans les milieux de l’urbanisme, « la ville, en effet, n’a de sens que si ce terme désigne un lieu circonscrit où l’on peut se rendre, venu d’ailleurs et sachant d’emblée que l’on est arrivé »53. L’invention de nouveaux périmètres et vestibules urbains est donc à l’ordre du jour… mais la question est assurément plus complexe, et le vrai risque, comme cela a été récemment souligné, réside sans doute moins tant dans la perte des espaces physiques traditionnels que dans le décalage croissant entre les territoires fonctionnels et l’espace de la cité, dans la césure entre urbs et civitas54. Il faudra un jour, non sans difficulté, en dresser le bilan.

38Celui des différents thèmes qui affleurent dans les pages qui suivent, mais pourront apparaître, à bon droit, comme méritant approfondissement, ou invitant à prolonger l’enquête, est, lui, plus facile à établir. Tout colloque, par construction, encourt le reproche d’incomplétude et celui-ci avait pris le parti de se focaliser sur les « territoires de l’identité ».

  • 55 Songeons, sur ce sujet, à l’important travail des sociologues, qui recourent à cette fin aux « réc (...)
  • 56 Voir, par exemple, les pages suggestives de Pierre Mariétain, p. 257-279, dans El-Haggar (Nabil), (...)

39Ainsi – sans prétention aucune à l’exhaustivité – il faudrait sans doute chercher à en savoir plus, d’un point de vue historique et non pas seulement littéraire, sur les impressions d’entrée55. Entrer correspond à un lieu mais aussi à un moment : quelques-uns des textes analysés évoquent bien le contrôle des personnes, pour vérification sanitaire et mise en quarantaine éventuelle, ou celui des chariots, pour le comptage ou la déclaration des marchandises, les périls de l’entrée, frauduleuse ou réglementaire… Mais les modalités concrètes du contact avec les « introducteurs », dont des gardiens professionnels aux dénominations et aux fonctions variables (consignes ou clercs de portes, gardes des clés, valets de ville, portiers, concierges, douaniers, sentinelles, commis d’octroi…) apparaissent rarement avec toute la netteté voulue. La perception de « l’invitation à la ville » ou, au contraire, d’indices répulsifs, la prise de conscience d’entrer dans la ville, l’émotion de l’entrée, qu’il s’agisse de première impression ou d’itération, les résonances affectives et la sensibilité à la ville exprimée au franchissement de son seuil, restent bien fugaces. Pour ne prendre qu’un seul exemple : on repère bien, dans les sources, ici ou là, l’importance des sons (le bruit qui annonce aux Anciens l’approche de la mégapole romaine, le claquement des bannières et les signaux sonores d’alarme aux portes d’Orléans, ou les horloges et les cloches qui, au seuil des villes du Nord, annoncent la fermeture une heure ou une demi-heure à l’avance…), mais la dimension auditive du monde urbain est encore sous-explorée. Le bruit est pourtant indissociable de la ville, la ville du silence ressortit à l’utopie, et il reste encore à « lire la ville à l’oreille »56.

40La fonction d’accueil de l’entrée, si elle est toujours sous-jacente dans les analyses proposées, n’est peut-être pas suffisamment mise en lumière. Elle est suggérée, ici ou là, à travers les classiques mentions d’écuries, boutiques, thermes, auberges, tavernes, hôtelleries, cabarets, guinguettes, ou, sous des formes plus originales, comme les monuments funéraires à banquettes de Pompéi ou la « loge de courtoisie » de la porte de l’Abreuvoir à Orléans, porte d’eau dotée d’une véritable salle d’attente. Mais on pourra toujours regretter que la galerie de portraits des « entrants » ne soit pas plus complète, alliant l’exceptionnel et le quotidien, le diurne et le nocturne, et tentant de mieux inclure, dans la mesure du possible et selon les époques, la population flottante des villes : artisans, mendiants, badauds, « bourgeois du samedi », pèlerins, plaideurs en procès, ayants droit ou parasites, étudiants, travailleurs saisonniers, militaires, touristes, marins et aventuriers dans les villes portuaires… La ville, comme entité singulière, se définit certes par opposition, en posant ses frontières et en se coupant de son environnement, mais aussi par relation, en accueillant l’autre, en échangeant, en communiquant. Les rythmes de ces déplacements, de ces « ravitaillements en hommes nouveaux »

41(F. Braudel), aux différentes échelles temporelles, méritent sans doute d’être mieux identifiés, mieux mesurés et leur superposition ou leur combinaison mieux comprises, en ne négligeant pas les questions de circulation, au sens le plus concret du terme, qui en dérivent. Le franchissement de l’entrée n’est qu’une première étape, parfois fort éloignée dans le temps d’une seconde, celle de l’entrée dans la communauté urbaine.

  • 57 Prenons le temps de donner la fin de la citation d’I. Calvino : « Une chose est la ville où l’on a (...)
  • 58 Cf., par exemple, Lehnen (Joachim), « Profectio Augusti. Zum kaiserlichen Zeremoniell des Abmarsch (...)

42Enfin, en évitant toutefois de terminer par une lapalissade57, il faudrait certainement revenir sur le thème de la sortie de ville, que l’on retrouve en filigrane, à plusieurs reprises. Les contrôles, les aspects cérémoniels ou la portée politique n’en sont pas moins importants, qu’il s’agisse de la profectio et de la double signification de la via Appia dans le monde romain58, de la symétrie presque exacte entre entrée et sortie relevée ici par C. Pérol, de l’examen des sortants et de la circulation alternée parfois bien documentés (Lamarre), ou des procédures de reconduction à la porte et d’expulsion (Merriman). Mais l’on doit songer aussi aux processions circumurbaines comme l’énigmatique amburbium romain, aux cortèges qui accompagnent les condamnés à la pendaison jusqu’au gibet, aux diverses formes de bannissement, aux exodes provoqués par les épidémies, ou aux sorties collectives des ouvriers d’un même métier, selon une forme de protestation et d’opposition au patronat qui précéda la grève…

  • 59 AESC, tome 43, 1988, p. 548. Voir aussi, du même, « Une herméneutique urbaine est-elle possible ?  (...)

43« Une ville ne peut se comprendre dans la dialectique trop simple de l’immobilité spatiale et de la linéarité des changements. Il y a plus à attendre du repérage des multiples décalages chronologiques qui caractérisent les formes, les usages et les projets urbains, et de l’analyse des effets de composition de ces mouvements asynchrones. Projet difficile, on en conviendra ». Surenchérissant sur cette lucide et exigeante analyse naguère formulée par Bernard Lepetit59, on conviendra en outre que, même restreint au bref syntagme du secteur de l’entrée, cet ambitieux programme conserve toute sa difficulté…

Remerciements

44Ce colloque n’aurait pu se tenir dans les meilleures conditions sans le soutien d’un certain nombre d’institutions dont l’aide et la participation furent précieuses : l’Université d’Orléans et les laboratoires Territoires de l’identité de l’UFR LLSH et Collectivités locales de l’UFR Droit, la région Centre, le département du Loiret, la ville d’Orléans, le Conseil scientifique et le C.H.U. de l’ENS-LSH, le Centre J.-B. Say (Paris XII). Que tous trouvent ici l’expression de notre plus vive gratitude.

45Plusieurs chevilles ouvrières, actives et efficaces, patientes et souriantes, ont joué un rôle déterminant dans l’aboutissement et la réalisation de cette entreprise scientifique et humaine : Josée Bouyer, et Alexandre Borrell. Le livre que le lecteur a entre les mains doit beaucoup à leur labeur avant et pendant le colloque.

Notes

1 « La ville, I », Paris, Éditions Galilée, 2e éd. revue et corrigée (1re éd. 1974), p.120.

2 Blanc-Chaléard (Marie-Claude), Douki (Caroline), Dyonet (Nicole) et Milliot (Vincent) éd., Police et migrants, France 1667-1939, Rennes, P.U.R., 2001.

3 La date choisie pour le colloque permettait aussi de le faire coïncider avec la tenue d’une exposition Jeanne entre en ville à la Maison Jeanne d’Arc d’Orléans.

4 On se reportera aussi, infra, aux pages d’introduction des différentes sessions, qui mettent en relief la démarche et les acquis propres à chaque communication.

5 1. Les structures du quotidien : le possible et l’impossible, Paris, A. Colin, 1979, p. 432.

6 Raulin (Anne), Anthropologie urbaine, Paris, A. Colin, p. 137. Cf. les classiques en la matière : L’image de la ville de Kevin Lynch (1960) puis Les images de la ville de Raymond Ledrut (1973).

7 Cf. Rivière d’arc (Hélène), « Introduction », dans Rivière d’arc (Hélène) éd., Nommer les nouveaux territoires urbains, Paris, UNESCO et MSH, 2001, p. 8.

8 Hazan (Éric), L’Invention de Paris. Il n’y a pas de pas perdus, Paris, Seuil, 2002.

9 Sur la ville comme espace vécu et la « topo-analyse urbaine », voir la contribution d’Antoine Bailly, p. 163-172, dans Derycke (Pierre-Henri), Huriot (J.-Marie) et Pumain (Denise) éd., Penser la ville. Théories et modèles, Paris, Anthropos, 1996.

10 Voir Lepetit (Bernard) et Topalov (Christian) éd., La ville des sciences sociales, Paris, Belin, 2001, notamment le chapitre 8, spécialement les p. 272-278 (I. Backouche).

11 Lepetit (Bernard) et Pumain (Denise) éd., Temporalités urbaines, Paris, Anthropos, 1993.

12 Pinol (J.-Luc) éd., Histoire de l’Europe urbaine, 2 volumes, Paris, Le Seuil, 2003, notamment vol. I, p. 11-13.

13 Certaines communications, pour des raisons diverses et pour ne pas retarder encore la publication, n’ont malheureusement pu être intégrées au présent volume. Il ne faut pas se cacher que ces lacunes ont parfois nui à la logique et à l’équilibre initiaux du programme du colloque, qui a été toutefois conservé.

14 Œuvres complètes, Paris, Gallimard (La Pléiade), tome 2, p. 863.

15 Porte est attesté à partir du xe s., d’abord sous la forme porta, puis porte (vers 1080), pour désigner le passage pratiqué dans la muraille d’une ville, par opposition à fores, passage aménagé dans le mur d’une maison. La distinction a ensuite disparu, par élimination de fores dans les langues romanes. Dès le xviie s., apparaissent, en français classique, les deux valeurs métonymiques de « monument en forme d’arc de triomphe situé ou non sur l’emplacement des portes d’une ville » et de « lieu où se trouvait autrefois une porte de l’enceinte d’une ville » (voir Rey (Alain) éd., Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1992, p. 1583).

16 Dans le domaine des représentations graphiques ou iconographiques, la porte et son secteur sont bien plus présents que les faubourgs, grands absents des plans ou images, ou souvent déformés quand ils sont figurés.

17 Il est d’ailleurs simplificateur, au Moyen Âge et à l’époque moderne, de parler seulement de « porte » : on observe souvent une succession d’obstacles (avant-postes avec portes de bois, chicanes, pontslevis et fossés…) qui constitue une zone d’entrée plus qu’un simple seuil.

18 À titre purement anecdotique, relevons que les phrases fameuses de Lewis Mumford sur Londres, Buenos Aires, Chicago ou Sidney, observés « du haut d’un avion ou sur un quelconque diagramme », résonnent comme une paraphrase de Denys d’Halicarnasse IV, 13, 4 : « on peut se demander quelle est la forme de la cité et où s’arrêtent ses limites (…) Rien ne permet de distinguer où se termine la ville, où commence la campagne » (La cité à travers l’histoire, trad. fr., Paris, Seuil, 1964 (1re éd. 1961), p. 676).

19 Il faut redire que ce franchissement n’est pas une démarcation : il n’y a pas de séparation définitive d’avec le paysage rural, dont on retrouve, pendant longtemps, des bribes intra muros.

20 Pour une mise en perspective, datée mais synthétique, du débat chez les théoriciens de l’urbanisme, voir Choay (Françoise), « L’histoire et la méthode en urbanisme », AESC, tome 25, 1970, p. 1143-1154.

21 Nous empruntons ce pastiche de Musset à Catherine Baumont et Jean-Marie Huriot, dans Derycke (Pierre-Henri), Huriot (J.-Marie) et Pumain (Denise) éd., op. cit., p. 44. Ces deux auteurs relèvent, à juste titre, comment cette vieille opposition, conjuguant le construit et le vécu, prolongée et doublée par un dualisme société fermée/société ouverte, a été remise au goût du jour par la Nouvelle Économie urbaine (ibid., p. 45).

22 Joannès (Francis) éd., Dictionnaire de la civilisation mésopotamienne, Paris, R. Laffont (Bouquins), 2001, p. 913. Des sites comme Harrâdum ou Saduppum ne sont d’ailleurs dotés que d’une seule entrée.

23 Loc. cit.

24 Sur le classique de Louis Chevalier, qui souhaitait dégager un modèle théorique de la grande ville, voir Rosental (Paul-André) et Couzon (Isabelle), « Le Paris dangereux de Louis Chevalier : un projet d’histoire utile », p. 191-226, dans Lepetit (Bernard) et Topalov (Christian) éd., op. cit. Au-delà des barrières, dans l’imaginaire de la ville bourgeoise, après les émotions de 1848, à l’époque du baron Haussmann, se tient, en position d’encerclement, la ville des pauvres. Comme l’illustre Merriman, certaines émeutes contre l’octroi associent pourtant des résidents de la ville et des faubourgs.

25 Sur le rôle et l’histoire des institutions sanitaires, et notamment le développement des lazarets, voir, par exemple, avec la bibliographie antérieure, Zeller (Olivier), p. 832-836, dans Pinol (J.-Luc) éd., op. cit., vol. I.

26 Dorier-Apprill (Elisabeth) éd., Vocabulaire de la ville. Notions et références, Paris, Éditions du Temps, 2001, p. 46-47 et Rivière d’arc (Hélène), loc. cit., p. 1-4.

27 Sur cette notion, dont les contours ne sont pas encore entièrement fixés, voir Dorier-Apprill (Élisabeth) éd., op. cit., p. 81-82.

28 « Les villes et le nom. 5 », Paris, Seuil (Points), 2002 (1re éd. 1974), p. 145.

29 Zeller (Olivier), p. 585, dans Pinol (J.-Luc) éd., op. cit., vol. I ; cf. aussi, p. 595 : « clairement, la ville constituait – et constitue encore – le lieu électif des rémanences longues ».

30 Voir, à la suite des travaux fondateurs de Jean-Claude Perrot, Lepetit (Bernard), p. 288, dans Lepetit (Bernard) et Pumain (Denise) éd., op. cit.

31 Sur cette question de la pérennité des représentations de la ville emmurée et limitée et du « désembastillement » matériel et/ou moral, voir les réflexions de Roncayolo (Marcel), « Les murs après les murs. Réalités et représentations de l’enceinte, xixe-xxe siècles », p. 38-53, Lectures de villes, Marseille, Parenthèses, 2002 (la première version de l’article date de 1985).

32 Lepetit (Bernard), p. 291, dans dans Lepetit (Bernard) et Pumain (Denise) éd., op. cit.

33 On ne peut d’ailleurs s’empêcher de se demander si ce n’est pas l’expérience contemporaine de la cinta daziaria à la fin du xixe siècle qui a influencé les Antiquisants de la péninsule.

34 Voir, sur ce point, les exemples donnés par Olivier Zeller, dans Pinol (J.-Luc) éd., op. cit., vol. I, p. 715-717, sur les rapports entre droit de bourgeoisie et exemption de l’octroi.

35 Tout n’a certainement pas été dit sur les procédures de sanction et de châtiment des villes, voire d’ « urbanicide » au cours de l’histoire.

36 Sur les notions de rite, rituel, liturgie politique, voir, en dernier lieu, Rivière (Claude), Anthropologie politique, Paris, A. Colin, 2000 et Dartiguenave (Jean-Yves), Rites et ritualité. Essai sur l’altération sémantique de la ritualité, Paris, L’Harmattan (Logiques sociales), 2001.

37 Pour ne retenir que quelques titres essentiels concernant les époques traitées dans ce volume : Dufraigne (Pierre), Adventus Augusti, adventus Christi. Recherche sur l’exploitation idéologique et littéraire d’un cérémonial dans l’Antiquité tardive, Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 1994 ; Lehnen (Joachim), Adventus Principis. Untersuchungen zu Sinngehalt und Zeremoniell der Kaiserankunft in den Städten des Imperium Romanum, Francfort, P. Lang, 1997 ; Benoist (Stéphane), Rome, le prince et la cité : pouvoir impérial et cérémonies publiques (ier s. av. J.-C. – début du ive s. apr. J.-C.), Paris, P.U.F. (Le nœud gordien), 2005 ; Guenée (Bernard) et Lehoux (Françoise), Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, CNRS/IRHT, 1968 ; Bryant (Lawrence M.), « La cérémonie de l’entrée à Paris au Moyen Âge », AESC, tome 41, 1986, p. 513-542 ; Autrand (Françoise), « L’allée du roi dans les pays de Languedoc », La circulation des nouvelles au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 85-97 ; Autrand (Françoise), « Aux origines de la diplomatie européenne : la visite de l’Empereur Charles IV Paris en 1378 », Bulletin de la Société des amis de l’Institut historique allemand, tome 1, 1995, p. 15-28 ; Autrand (Françoise), « Mémoire et cérémonial : la visite de l’Empereur Charles IV Paris en 1378 d’après les Grandes Chroniques de France de Christine de Pisan », p. 91-103, Dulac (Liliane), Ribemont (Bernard) éd., Une femme de lettres au Moyen Âge : études autour de Christine de Pisan, Orléans, Paradigme (Medievalia), 1995 ; Coulet (Noël), « Les entrées royales en Angleterre. Deux exemples : les entrées de Richard II en 1392 et de Henri V en 1415 », Memini. Travaux et documents, tome 1, 1997, p. 3-20 ; Tricard (Jean), « Le consul, le moine et le roi : entrées royales et antagonismes urbains Limoges au xve siècle », p.403-412, Boucheron (Patrick) et Chiffoleau (Jacques) éd., Religion et société urbaine au Moyen Âge. Éudes offertes à Jean-Louis Biget par ses anciens élèves, Paris, Publications de la Sorbonne, 2000 ; Boutier (Jean), Dewerpe (Alain), Nordman (Alain), Un Tour de France royal. Le voyage de Charles IX, 1564-1566, Paris, Aubier, 1984 ; Le Roi dans la ville. Anthologie des entrées royales dans les villes françaises de province (1615-1660), Textes introduits et annotés par Marie-France Wagner et Daniel Vaillancourt, Paris, Éditions Honoré Champion (« Sources classiques », 33), 2001 ; Wagner (Marie-France) éd., Les entrées royales, xviie siècle, tome 212, 3, 2001 ; ROY (Lise) éd., Les entrées royales, Memini. Travaux et documents, tome 5, 2001 ; Wagner (Marie-France) et Vaillancourt (Daniel), « Repenser le champ politique du solennel : entrée royale et pouvoir », Bulletin d’histoire politique, AQHP/LUX, tome 12, 2004, n° 2, p. 161-173 et n° 3, p. 105-117 ; Les jeux de l’échange : entrées solennelles et divertissements du xve au xviie siècle, Textes édités par Marie-France Wagner, Louise Frappier et Claire Latraverse, Paris, Éditions Honoré Champion, 2005.

38 L’entrée est, d’une manière ou d’une autre, conçue et orchestrée comme une entrée dans la ville entière : voir, par exemple, la représentation de toutes les églises d’Angers pour les funérailles du cœur du roi René en 1480.

39 Art. cit., p. 1151.

40 Paris, A. Colin/Masson, 1997, p. 389. On n’oubliera pas d’ajouter la figure de l’historien à une liste qui ne prétend nullement à l’exhaustivité.

41 Une histoire urbaine qui abstrairait la ville de la formation économique et sociale à laquelle elle appartient n’est évidemment pas tenable : « villes et campagnes ne se séparent jamais comme l’eau de l’huile » (F. Braudel, loc. cit.).

42 Sur ces questions, voir, en dernier lieu, Pinol (J.-Luc) éd., Histoire de l’Europe urbaine, 2 volumes, Paris, Seuil, 2003 ; pour les espaces, périodes et thèmes retenus ici, spécialement, dans le volume I, livre 1, p. 26-27, 31, 38-39, 48-50, 72-76, 80, 93-94, 127-128, 133, 137, 184-185, 201-202, 214-216 ; livre 2, p. 287-288, 308-310, 338-346, 404-409, 418-423, 435, 500, 517-518, 535, 545-546, 552-554, 556-558, 576 ; livre 3, p. 596, 636-637, 671, 678-680, 686, 694-696, 715-717, 720, 770, 801, 832-836, 851-854 ; dans le volume 2, livre 4, p. 13-16, 102-103, 145, 187, 198-200, 224-225 et livre 6, p. 616, 675-700, 690-691, 694.

43 Pour le monde romain, voir le bilan dressé par Il capitolo delle entrate nelle finanze municipali in Occidente ed in Oriente. Actes de la Xe Rencontre franco-italienne sur l’épigraphie du monde romain, Rome, 27-29 mai 1996, Rome, EFR (CEFR, 256), 1999.

44 Dans la cité antique, la sépulture urbaine est un honneur exceptionnel, dûment octroyé comme tel.

45 Au xiiie s., les hommes d’Église, à partir des écrits d’Aristote, contribuent à cette prolifération d’hyperboles et métaphores et à la création d’un imaginaire urbain. Voir, par exemple, Le Goff (Jacques), p. 394, Duby (Georges) éd., Histoire de la France urbaine. Tome 2. La ville médiévale, des Carolingiens à la Renaissance, Paris, Seuil, 1980 et, du même, à propos de la Summa de Guillaume d’Auvergne, évêque de Paris de 1228 à 1249 et précurseur en la matière, L’imaginaire médiéval, Paris, Gallimard, 1985, p. 244 : « Qu’est-ce donc à ses yeux que le phénomène urbain ? D’abord celui d’une immigration d’hommes qui entrent dans un espace à la fois physique, juridique et éthique et qui deviennent autres qu’ils n’étaient avant d’entrer, des citoyens. »

46 Voir la mise au point de Gilli (Patrick), Villes et sociétés urbaines en Italie, milieu xiie-milieu xive siècle, Paris, Sedes (Regards sur l’histoire), 2005, p. 163-170, et, pour des comparaisons européennes, Boucheron (Patrick) et Menjot (Denis), p. 582-583, dans Pinol (J.-Luc), op. cit., vol. I.

47 La formule, de Jean Castex, est citée par Chartier (Roger), p. 122, dans Duby (Georges) éd., Histoire de la France urbaine. Tome III. La ville classique, de la Renaissance aux Révolutions, Paris, Seuil, 1981.

48 Genèse d’une ville moderne : Caen au xviiie siècle, Paris/La Haye, Mouton/EHESS, 1975, notamment p. 839-850.

49 Cf. Cohen (Jean-Louis) et Lortie (André), Des fortifs au périf : Paris, les seuils de la ville, Paris, Picard/Éd. du Pavillon de l’Arsenal, 1991.

50 Cette disparition n’est pas sans susciter la nostalgie, comme le révèle, autour des faubourgs-jardins du début du xxe siècle, l’implantation d’une enceinte, revival du concept de ville close et son idéal perdu d’harmonie.

51 Burgel (Guy), p. 616, dans Pinol (J.-Luc), op. cit., volume II.

52 Godard (Francis), La ville en mouvement, Paris, Gallimard (Découvertes), 2001, p. 58-61.

53 Pétonnet (Colette), « L’anonymat ou la pellicule protectrice », Le Temps de la réflexion VIII. La Ville inquiète, Paris, Gallimard, 1987, p. 247-261, cité par Godard (Francis), op. cit., p. 110-111. La genèse de tout un vocabulaire récent et instable (ville-territoire, hypercité…) découle de ce déni identitaire lié à la ville étalée sans mesure. Voir aussi Roncayolo (Marcel), « La ville, d’aujourd’hui à demain », La ville et ses territoires, Paris, Gallimard (Folio Essais), 1997.

54 Burgel (Guy), p. 561, 629, 634 et 805-806, dans Pinol (J.-Luc), op. cit., volume II.

55 Songeons, sur ce sujet, à l’important travail des sociologues, qui recourent à cette fin aux « récits de vie ».

56 Voir, par exemple, les pages suggestives de Pierre Mariétain, p. 257-279, dans El-Haggar (Nabil), Paris (Didier) et Shahrour (Isam) éd., La ville en débat, Paris, L’Harmattan, 2003.

57 Prenons le temps de donner la fin de la citation d’I. Calvino : « Une chose est la ville où l’on arrive pour la première fois, une autre celle qu’on quitte pour n’y pas retourner ; chacune mérite un nom différent » (loc. cit.).

58 Cf., par exemple, Lehnen (Joachim), « Profectio Augusti. Zum kaiserlichen Zeremoniell des Abmarsches », Gymnasium, tome 108, 2001, p. 15-33.

59 AESC, tome 43, 1988, p. 548. Voir aussi, du même, « Une herméneutique urbaine est-elle possible ? », p. 287-299, Lepetit (Bernard) et Pumain (Denise) éd., op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540