Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Espaces d'échanges en Méditerranée

 | 
François Clément
, 
John Tolan
, 
Jérôme Wilgaux

Résumés

Testo integrale

Première partie Le port

Stéphane Bourdin, Ecole française de Rome : « Fréquentation ou intégration : les présences allogènes dans les emporia étrusques et ligures (vie-ive siècles). »

1Les ports étrusques et ligures d’Italie étaient fréquentés par des populations allogènes, dont les traces sont visibles à travers la documentation épigraphique. Dans les ports étrusques de Pyrgi et Grauisca, la fréquentation grecque se manifeste à travers l’hellénisation des cultes emporiques et les dédicaces en grec dans les sanctuaires. Cette présence de marchands et d’artisans s’accompagne de l’installation de Grecs parmi les aristocraties étrusques, comme en témoignent certains formulaires onomastiques étrusquisés de Caere ou Volsinii. Les Grecs présents dans les ports de Spina et Adria, en revanche, maintiennent leur langue et leur formule onomastique particulière, au sein de sociétés multi-ethniques. Le même phénomène se retrouve dans le port ligure de Gênes, où les Étrusques maintiennent intacts les marqueurs de leur identité ethnique. Dans chaque cas, l’identité ethnique des populations allogènes, la « frontière ethnique », peut être maintenue ou redimensionnée, en fonction des stratégies sociales collectives ou individuelles.

« Frequentation or integration ? Presence of foreigners in Etruscan and Ligurian emporia (6th-4th centuries BC)  ».

2Foreigners frequented the Etruscan and Ligurian ports of Italy, leaving visible traces in the epigraphic record. In the Etruscan ports of Pyrgi and Grauisca, Greek presence is seen in the Hellenisation of cults and in the Greek dedications in the sanctuaries. Accompanying this presence of merchants and artisans, one finds Greeks integrating the ranks of Etruscan aristocracy, as seen in certain Etruscanized onomastic forms (such as Caere or Volsinii. The Greeks present in the ports of Spina and Adria, in contrast, keep their language and their particular anthroponyms in the midst of multi-ethnic societies. In each case, the ethnic identity of the foreign populations and the « ethnic border » can be maintained or reconfigured in accordance with collective or individual social strategies.

Manolis I. Stefanakis, Department of Mediterranean Studies, The University of the Aegean (Rhodes) : « Phalasarna, un port antique au milieu de la Méditerranée. »

3La cité antique de Phalasarna bénéficie d’une situation stratégiquement privilégiée, sur la côte occidentale de la Crète, puisqu’elle contrôle les routes maritimes permettant de relier la Grèce, l’Italie et l’Afrique du Nord.

4Au ive s. av. J.-C., Phalasarna devient l’une des principales cités crétoises, se dotant de puissantes murailles et d’importants bâtiments publics. Ses émissions monétaires débutent alors, et la cité joue un rôle important dans les échanges maritimes grâce à son port protégé et bien défendu. Ces installations portuaires, malgré la conquête romaine de 67 av. J.-C., sont cependant aujourd’hui très bien conservées grâce aux tremblements de terre, notamment celui de 365 ap. J.-C. qui provoqua une surrection de la partie occidentale de la Crète, et peuvent ainsi faire l’objet d’une étude approfondie.

5L’article présente les résultats des dernières fouilles et met plus particulièrement l’accent sur les activités économiques de la cité, l’activité de piraterie et l’aménagement du port, caractéristique des « ports fermés » méditerranéens.

«  Phalasarna  : an Ancient Port at the Centre of the Mediterranean  ».

6The ancient city of Phalasarna is situated at a strategically important location on the Western coast of Crete, controlling the trade routes between North Africa, Greece and Italy.

7In the 4th century BC Phalasarna developed into a major city of Crete with strong fortifications and walled acropolis with impressive public buildings ; the city began minting silver coinage in quantities. At the same time Phalasarna became a major naval power with its secure and well-fortified harbour. The harbour, possibly removed permanently from use by the Romans during the invasion of 67 BC, is well preserved today thanks to extraordinary violent earthquakes, particularly in Ad 365 which raised the entire western end of Crete by 6.5 meters above sea level. As the only harbour of Hellenistic period preserved from action of the seas, abandoned in antiquity and never overbuilt or used again, Phalasarna presents a unique case for the study of ancient harbours.

8The paper focuses on : the results of the recent excavations at the harbour area ; the relation of the harbour to the city and its importance for the economy and vitality of Phalasarna ; and the elements that render the harbour « closed » according to Skylax, safe and unique, such as the narrow entrance channel and the tall walls surrounding it, directly connected to the city fortification, with a series of defensive towers.

Dominique Valérian, Université Paris I : « Le pouvoir et les espaces portuaires dans le Maghreb médiéval. »

9Les ports du Maghreb ont connu un fort développement à partir du xie siècle, contribuant à une ouverture toujours plus grande de la région à la Méditerranée. Dès lors le contrôle de l’espace portuaire devient un enjeu majeur pour le pouvoir. Enjeu militaire tout d’abord, d’un point de vue tant offensif que défensif.Enjeu fiscal ensuite, par la taxation des mouvements de marchandises, mais aussi économique par le contrôle des échanges. La présence d’étrangers dans cette partie de la ville impose également un contrôle politique qui pose un problème de souveraineté non seulement sur les personnes. Enfin le mélange de populations d’origines diverses peut présenter des risques d’ordre social ou culturel, auxquels le pouvoir doit prendre garde. Ces particularités des ces espaces-frontières expliquent un fort investissement du pouvoir, à travers des lieux propres, des institutions, des réglementations et d’une manière générale une présence accrue des représentants du pouvoir.

«  Power and ports in the Medieval Maghreb ».

10The ports of the maghreb underwent significant expansion starting in the eleventh century ; this expansion contributed to an opening up to contacts with the rest of the Mediterranean. The control of the port area hence became a key to the exercise of power. First of all, the port was crucial militarily, both from a defensive and an offensive point of view. Second, it was a key to rulers’fiscal policies, through taxation and the exchange of merchandise, but also through the control of trade. The presence of foreigners required political control and often posed problems of conflicting or competing sovereignties. Finally, the mixing of populations of diverse origins could present social or cultural risks, against which the rulers needed to take precautions. These particularities, in these ports as « frontier regions », explain the strong investment that rulers made in these ports : seats of power, institutions, legislation, and an increased presence of the rulers’representatives.

Deuxième partie De la place publique à la Cour

Thierry Piel, Université de Nantes : « Luci et Fora : des structures “supraciviques” et interethniques dans le monde étrusco-latin. »

11Si la cité apparaît comme le cadre socio-politique emblématique des mondes grec et romain, il ne fut cependant pas le seul. Amphictyonies, sanctuaires et autres ligues constituèrent autant de structures au sein desquels peuples et citoyens étaient amenés à se rencontrer. Le monde étrusco-latin offre quelques exemples fameux, quoique souvent mal connus, de structures « supraciviques » ou interethniques, incontournables régulateurs politiques, diplomatiques voire économiques des communautés qui les fréquentaient. Si les Anciens nous font principalement connaître deux d’entre elles, la Dodécapole étrusque et la Ligue latine, d’autres lieux moins institutionnels semblent avoir existés dans les temps archaïques. Nous nous proposons d’analyser la nature de ces espaces de sociabilité dont l’étude apporte selon nous un nouvel éclairage sur la formation de la cité dans le monde étrusco-latin.

« Luci and Fora : ‘supracivic’ and interethnic structures in the Etruco-Latin world  ».

12If the city appears to be the emblematic sociopolitical stage of the Greek and roman worlds, it is not the only one. Amphictionies, sanctuaries and other groupings provide opportunities for citizens to gather. The Estrusco-Latin world offers a few examples of « supra-civic » or interethnic structures, essential political, diplomatic or economic regulators for the communities who frequent them. While ancient documentation reveals principally two of them, the Etruscan dodecapolis and the Latin League, other places, less institutionalized, seem to have existed in archaic times. We propose to analyse these places of sociability in order to shed new light on the formation of the city in the Etrusco-Latin world.

Nicolas Drocourt, Université de Toulouse II-Le Mirail : « Ambassadeurs étrangers à Constantinople : moyens de contacts, d’échanges et de connaissances partielles du monde byzantin (viiie-xiie siècles). »

13Si la diplomatie est, par définition, une affaire d’échanges, plusieurs aspects des relations entre ambassadeurs étrangers et autorités byzantines montrent un contact souvent figé. Dans certains des textes qui le décrivent, la non-communication y semble ritualisée à l’excès et l’échange y paraît nul, tout du moins entre l’empereur et ces émissaires. Pourtant cette dimension protocolaire ne doit pas cacher celle d’échange de toute sorte sur lesquels de tels contacts diplomatiques peuvent déboucher. Les dons d’ambassade sont ainsi un moyen tangible d’échanges culturels. Leur valeur artistique ou intellectuelle est quelquefois considérable – comme celle dont témoignent les manuscrits anciens qui circulent par cette voie diplomatique. Bien plus, les ambassadeurs sont un vecteur important de connaissances sur l’Empire byzantin lui-même. En dépit de visites imposées en différents lieux de Constantinople, ils peuvent être confrontés de près à une perception plus large des réalités byzantines. Si cette part de réalité vécue ou perçue alimente aussi une vision particulière de Byzance, positive ou négative, elle n’en demeure pas moins la preuve que ces émissaires sont un moyen d’échange majeur entre Byzance et ses voisins.

« Foreign ambassadors in Constantinople : means of contact, of exchange and of partial knowledge of the Byzantine world (eighth to twelfth centuries) ».

14While diplomacy, by definition, deals with exchange, a number of aspects of the relations between foreign ambassadors and Byzantine authorities show that such exchange is often hide-bound. In some texts describing such diplomacy, non-communication appears to be ritualized in the extreme and real exchange seems inexistent, at least between the emperor and the foreign diplomats. Yet this protocol should not blind us to all sorts of exchange that result from this diplomacy. Ambassadors’gifts are a tangible means of cultural exchange. Their artistic or intellectual value is at times considerable – as is attested by the manuscripts that circulate through these diplomatic channels.

15Moreover, ambassadors constitute an important vector of knowledge of the Byzantine Empire itself. Despite the obligatory visits of different sites in Constantinople, these ambassadors can confront first-hand larger realities of Byzantine life. This lived or perceived reality can aliment a particular vision of Byzantium, be that vision positive or negative ; it is nevertheless proof that these emissaries are a major means of exchange between Byzantium and its neighbors.

Tahar Mansouri, Université de Manouba (Tunis) : « Des voyageurs juifs et musulmans dans l’orient méditerranéen au xiie siècle. »

16Un certain nombre de récits de voyage du xiie siècle, écrits en hébreu ou en arabe, nous livrent des informations sur les chrétiens et juifs vivant au sein des sociétés musulmanes de la Méditerranée orientale. Ces voyageurs – Benjamin de Tudèle, Pétahia de Ratisbonne, Jacob Hacohen, Ibn Jubayr et al-Harawi – nous révèlent un monde où des gens de langues, de religions et de cultures diffèrentes se retrouvent sur les mêmes navires, fréquentent les mêmes auberges, et même parfois participent aux mêmes rituels ou célèbrent ensemble de mêmes fêtes religieuses. Les voyageurs juifs procurent en particulier des informations sur les communautés juives qu’ils rencontrent. Cet article étudie ainsi les différentes perceptions de l’Orient musulman et croisé et montre la coexistence des différentes religions.

« Jewish and Muslim travelers in the Eastern Mediterranean in the twelfth century ».

17A number of travel narratives from the twelfth century, in Hebrew and in Arabic, provide a glimpse at the lives of Christians and Jews living in muslim societies of the Eastern mediterranean. These travelers – Benjamin of Tudela, Petahia of ratisbon, Jacob Hacohen, Ibn Jubayr and al-Harawi – reveal a world where people of diverse religions, languages and cultures shared passage in the same ships, frequented the same hostelries, even in some cases worshipped in the same holy places or celebrated religious festivals together. The Jewish travelers provide information on local Jewish communities they encountered. Overall, these travel accounts give us important indications of the level and depth of contact between muslims and dhimmis in the twelfth century.

Vincent Challet, Université Montpellier III-Paul-Valéry : « Au cœur de la révolte : les conflits paysans et leur résonance en milieu urbain en Languedoc à la fin du Moyen Âge. »

18Dans un Languedoc méditerranéen secoué par de violents conflits urbains, le contrôle de la place publique devient enjeu essentiel dans les luttes politiques se nouant au sein des cités. Plutôt que de revenir sur la dimension symbolique constituée par la prise de possession de la place dans le cadre des conflits urbains, on s’intéressera à la réappropriation de cet espace urbain par des groupes sociaux issus des villages environnants et pour lesquels l’affirmation de la révolte passe par une réoccupation de la place publique conçue comme une caisse de résonance des revendications paysannes.

19Cette dimension de la place publique sera étudiée à travers le déroulement de la révolte des Tuchins à la fin du xive siècle. Ce mouvement ne trouve sa pleine expression qu’en transformant les places de Pont-Saint-Esprit et de Bagnols-sur-Cèze en un lieu de confrontation où s’opposent et se rencontrent culture rurale, seigneuriale et urbaine. L’occupation de ces espaces publics se fait au terme d’un processus de théâtralisation qui passe par le déploiement des bannières villageoises ou l’irruption de leurs fanfares au sein de l’espace urbain, processus qui n’est pas seulement la manifestation d’un conflit ouvert mais qui permet également que se renoue un dialogue de nature politique.

« In the heart of the revolt : peasant conflicts and their echoes in urban spaces in Languedoc in the late Middle Ages ».

20In a Mediterranean Languedoc shaken by violent urban conflicts, the control of the town square becomes a key objective of urban political battles. rather than revealing the symbolic dimension of the possession of the square in these urban conflicts, this article will address the expropriation of this urban space by social groups from surrounding villages, for whom the affirmation of a revolt is embodied in the occupation of the town square, seen as a sort of resonance chamber for peasant grievances.

21We will study this dimension of the town square through the unfolding of the revolt of the Tuchins at the end of the fourteenth century. This movement transforms the town squares of Pont-Saint-Esprit and Bagnols-sur-Cèze into theatres of confrontation between rural, seigniorial and urban cultures. The peasants occupy of these public spaces through a process of theatralization, consisting of deploying village banners and playing village fanfares in the centre of the urban environment. This process is the manifestation of conflict, but it also permits the development of political dialogue between the affected parties.

Troisième partie Espaces du culte et du rite

Véronique Mehl et Dominique Frère, Université de Bretagne-Sud, et Laurent Hugot, Université de Rennes II : « Autour de l’autel : L’espace sacrificiel dans l’iconographie grecque et étrusque (viie s.-ve s. av. J.-C.). »

22Les premières images à caractère sacrificiel apparaissent à la fin du viie siècle. Cette mise en scène de l’activité religieuse est en relation avec la structuration des sanctuaires grecs qui se monumentalisent à la même époque. Le monde grec fournit à l’Étrurie des techniques de représentation (peinture, sculpture, gravure) mais aussi un vocabulaire iconographique qui, sans entrer dans le détail du déroulement du rituel, en offre une synthèse signifiante et apparemment compréhensible de tous. Imprégnés de ces modèles iconiques, les Étrusques les réinterprètent pour les adapter à leurs propres exigences religieuses. Celles-ci concernent non seulement le sens et l’action du rituel mais aussi l’espace dans lequel il se déroule. A l’époque orientalisante, l’iconographie étrusque désigne l’espace funéraire gentilice comme seul espace sacrificiel. Au moment où à leur tour les sanctuaires étrusques se structurent et se monumentalisent, ces scènes à caractère funéraire se pérennisent mais seulement dans un cadre familial plus restreint. Ces espaces rituels à fonction publique induisent de nouveaux besoins en termes de rituels et de représentations. La demande étrusque est satisfaite par l’importation massive, à partir de la fin du vie s., des vases peints attiques qui représentent des scènes sacrificielles aussi bien privées que publiques. Les interprétations étrusques de ces images attiques ont souvent été considérées comme des imitations maladroites, conséquence d’une ignorance du rituel grec. Les différences, qu’elles soient importantes ou de détail, entre les originaux grecs et les interprétations étrusques, témoignent de deux conceptualisations originales de l’espace sacré.

« Around the altar : Sacrificial Space in Greek and Etruscan Iconography (seventh – fifth century BC) ».

23In the seventh century BC the first images of sacrifice appear. These depictions of religious activity are related to the structuring of monumental Greek sanctuaries. The Greek world bequeathed to Etruria representational techniques (painting, sculpture, and engraving) and an iconographic vocabulary which, without entering into the details of ritual, offers a significant and apparently comprehensible synthesis. Steeped in these iconic models, the Etruscans reinterpret them and adapt them to their own religious needs – not only the meaning and action of the ritual, but also the space in which it is performed. In the orientalizing period, Etruscan iconography designs funerary space gentilice, as a sacrificial space. When the Etruscan sanctuaries are monumentalized, these funerary scenes persist, but only in the restricted context of family tombs. Public ritual spaces create the need for new rituals and representations. Etruscan demand is met through the massive importation (starting at the end of the sixth century) of Attic painted vases which represent private and public sacrificial scenes. The Etruscan interpretations of these images have often been considered to be awkward adaptations stemming from an ignorance of Greek rituals. The differences, important or trivial, between Greek originals and Etruscan interpretations, are the result of two distinct conceptualisations of sacred space.

Fatima Ouachour, Université de Nantes : « L’espace cultuel comme passeur culturel en Afrique du Nord ancienne. »

24La religion de l’Afrique du Nord ancienne montre qu’elle est un véritable passeur de culture où à la fois s’entremêlent des éléments libyques, puniques, grecs, et romains. Les historiens ont étudié des cas manifestes d’interactions multiples dans le cadre de l’espace cultuel africain. L’étude de cet espace permet de constater que de nombreuses divinités d’Afrique, tel Saturne, Caelestis, Esculape, représentent le passage d’un long processus d’interpénétrations culturelles diverses, qui ont concouru à l’élaboration de l’originalité des cultes africains, ce qui donne l’image d’un panthéon riche, varié et complexe. Cette création s’est opérée notamment à partir de combinaisons symboliques, symboles qui ont pu être soit des agents moteurs, soit de simples vecteurs de passage. Ce qui a donné naissance, au-delà d’un syncrétisme, à des divinités qui illustrent la dynamique des échanges et de la construction de nouvelles identités culturelles et métisses.

« Cult Space as a Means of Cultural Transmission in Ancient North Africa ».

25Ancient north African religion is a conduit of cultural transmission : we find a mixture of Libyan, Punic, Greek, and roman elements. Historians have studied manifest cases of multiple interactions in the African cult space. The study of this space permits us to observe that numerous African divinities, such as Saturn, Caelestis, or Asclepius, represent the results of a long process of diverse intercultural penetrations which resulted in the elaboration of a rich, varied and original pantheon. Beyond syncretism, this gave birth to divinities who illustrate the construction of new hybrid cultural identities.

Juan Martos Quesada, Universidad Complutense de Madrid : « Le lieu de culte dans les sources juridiques d’al-Andalus (en espagnol). »

26On connaît la relation étroite qui existe entre droit et religion dans la civilisation musulmane classique. Il découle de ce fait qu’un espace religieux comme la mosquée peut également avoir une utilisation juridique, c’est-à-dire servir à la pratique du droit. Étudier les occurrences, dans les sources de type juridique, d’une mention au lieu de culte qu’est la mosquée nous permet d’éclairer cette relation pour ce qui concerne al-Andalus, d’en tracer les contours, de savoir exactement quelles parties de la mosquée étaient utilisées pour rendre la justice, de déterminer l’importance relative des différents sites, en son sein, dans lesquels le droit se pratiquait, etc. Il est tout aussi nécessaire, afin de compléter l’enquête, de relever dans les biographies des principaux juristes andalous l’ensemble des notations concernant leur activité, en tant que spécialistes du droit, à l’intérieur des mosquées et autres lieux de culte musulmans, en ayant recours pour cela aux dictionnaires bio-bibliographiques.

«  Cult Space in the Juridical Sources of al-Andalus ».

27Law and religion are inextricably linked in medieval Islam. One consequence of this fact is that a religious space (in particular, a mosque) can have a juridical use, i.e., it can be used for the practice of law. The study of the occurences, in juridical sources of al-Andalus, of the use of the mosque permits us to understand this relation. We learn which parts of the mosque were used for judgments, the relative importance of different sites in which law was practiced, etc. It is also necessary, in order to complete this study, to take into account the biographies of the principal Andalusian jurists, particular where mention is made of their activities in mosques and other muslim cult sites ; for this we make use of bio-bibliographical dictionaries.

Catherine Croizy-Naquet, Université de Paris X-Nanterre : « L’espace du culte dans deux récits de croisade des xiie et xiiie siècles. »

28À partir de deux récits de croisade, l’un daté du xiie siècle, l’Estoire de la guerre sainte d’Ambroise, l’autre daté du xiiie siècle, la Conquête de Constantinople de Robert de Clari, on peut s’interroger sur le rôle de contact entre civilisations que jouent deux villes-phares dans l’imaginaire urbain occidental, Jérusalem et Constantinople. La manière dont sont perçues et représentées Jérusalem d’une part, espace du culte par excellence aux yeux des pèlerins et des croisés, et Constantinople d’autre part, espace beaucoup plus ambigu voire transgressif, objet de fascination et de répulsion, permettra de vérifier si, malgré les enjeux politiques et religieux, ces villes favorisent un échange entre des cultures différentes et la reconnaissance de l’altérité, ou si, au contraire, elles emblématisent une impossible rencontre, à moins qu’elles ne constituent le ferment d’une acculturation réciproque, discrète mais porteuse d’avenir.

«  The sacred spaces of Jerusalem and Constantinople in two crusade narratives of the twelfth and thirteenth centuries ».

29using two crusade narratives, the Estoire de la guerre sainte by Ambroise (twelfth century) and the Conquête de Constantinople by robert de Clari (thirteenth century), we can observe the role played in the Western imagination by two key cities, Jerusalem and Constantinople, as theatres of contact between civilizations. Jerusalem is the cult space par excellence in the eyes of pilgrims and crusaders. Constantinople is much more ambiguous, an object of fascination and repulsion. This comparison permits us to inquire whether, in spite of religious and political rivalries, these cities favour exchanges between cultures and recognition of alterity or if, on the contrary, they symbolise a possible encounter, or perhaps constitute the ferment of a reciprocal acculturation, discreet but promising.

Svetlana Loutchitsky, Académie des Sciences, Moscou : « L’espace sacré en Terre sainte au cours des croisades : les controverses islamo-chrétiennes relatives aux images. »

30Le but de cet article est de montrer que les divergences entre les conceptions chrétiennes et musulmanes de l’image religieuse (l’on sait que dans le monde musulman une tradition aniconique s’est installée tandis que le christianisme est devenu au cours des siècles la civilisation des images) étaient significatives et pouvaient servir de critère spécifique de distinction entre les « siens » et les « autres ». Pour ce faire, l’auteur examine les textes polémiques (comme les œuvres des chroniqueurs et des poètes épiques) qui présentent les musulmans comme des païens idolâtres, ainsi que les textes apologétiques qui visent à défendre les conceptions chrétiennes contre les attaques des musulmans (étude des œuvres d’Olivier de Cologne, etc.).

31L’auteur tente de montrer que ces discussions religieuses mettent en relief la lutte des musulmans et croisés pour l’espace sacré en Terre Sainte. La croisade est souvent identifiée à la lutte de la « fides contra idolatria », la chute des idoles musulmanes étant le but de la guerre sainte.

«  Sacred Space in the Holy Land during the Crusades  : Islamo-Christian debates concerning images  ».

32This article seeks to prove that the divergences between Christian and Muslim conceptions of religious imagery (we know that in the Muslim world the aniconic tradition dominated from the beginning whereas Christianity has become over the centuries the religion of images) were significant and could serve as a specific criterion of distinction between « us » and « them ». We will examine polemical texts, chronicles and epic poems that present Muslims as idolatrous pagans as well as apologetic texts that seek to defend Christianity from Muslim attacks (for example, the work of Oliver of Köln).

33We will try to show that these religious disputes throw into relief the struggle between Muslims and crusaders for the sacred spaces in the Holy Land. The crusade is often identified as a fight of « fides contra idolatria », the destruction of Saracen idols the goal of Holy War.

Abdellatif Ghouirgate, Université de Nantes : « Les lieux sacrés de l’islam vus à travers le prisme des voyageurs maghrébins du Moyen Âge. »

34Cette contribution se propose de voir comment les lieux sacrés de l’islam sont représentés dans trois relations de voyage (riḥla) des xiiie et xive siècles dont les auteurs, al-‘Abdarî, al-Tujîbî et Ibn Rashîd al-Sabtî, sont originaires de l’Occident musulman (Andalus et Maroc). Ces voyageurs appréhendent ce qu’ils voient à travers le prisme de leur double appartenance au Maghreb et au rite malékite, qui les distingue de leurs coreligionnaires de Méditerranée orientale. Leurs descriptions des lieux sacrés de l’islam (principalement La Mecque et Médine) s’en trouvent affectées et idéologiquement marquées. Les trois observateurs sont particulièrement étonnés par les croyances et manifestations populaires de la dévotion qui ne correspondent pas à leur propre conception de la religion. À travers leur regard, nous saisissons à la fois leur étrangeté de Maghrébins en Orient et la diversité des attitudes religieuses dans l’Islam médiéval, reflet de la diversité des populations qui le composent.

«  Sacred spaces of Islam seen through the prism of Maghrebi travelers of the Middle Ages  ».

35This article examines how the sacred spaces of Islam are represented in three travel accounts (riḥla) of the thirteenth and fourteenth centuries, the authors of which, al‘Abdarî, alTujîbî and Ibn Rashîd al-Sabtî, are natives of the Muslim West (Andalus and Morocco). These travelers apprehend what they see through the prism of their association with both the Maghreb and with the Malikite school, which distinguish them from their correligionaries in the Eastern Mediterranean. Their descriptions of the sacred spaces of Islam (principally Mecca and Medina) are affected and ideologically marked by this. Through their observations, we grasp both the strangeness of the Maghrebis in the East and the diversity of religious attitudes in medieval Islam, reflection of the diversity of populations of which it is comprised.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540