Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'altérité en spectacle

 | 
Isabelle Moindrot
, 
Nathalie Coutelet

3. L'autre parmi nous

Comment représenter une invisible altérité ?

L’image du juif ou de l’homosexuel au théâtre et au cinéma

Chantal Meyer-Plantureux

Texte intégral

  • 1 Arendt H., Sur l’antisémitisme, Paris, Calmann-Lévy, 1973, p. 179

« [Proust] rapprocha […] le “vice” d’être juif et le “vice” d’être homosexuel, deux “vices” qui devinrent en vérité très semblables dans leur reflet social et dans la réflexion individuelle1. »
Hannah Arendt.

  • 2 Inutile bien sûr de mettre des signes distinctifs sur un Noir ; et lorsque, comme dans le Mirage d (...)
  • 3 En Allemagne, Hitler a imposé en 1938 aux juifs qui avaient changé de nom de à leurs patronymes or (...)

1Sur quelles catégories d’humains a-t-on été obligé de mettre un signe distinctif pour les repérer, les stigmatiser et les exclure ? Sur les juifs2 – au Moyen Âge, rouelle jaune, bonnet spécifique, puis étoile jaune sous Hitler – et sur les homosexuels – triangle rose. Car ils peuvent – quoi qu’en disent les antisémites et les homophobes – être invisibles et c’est ce qui fait très peur : on peut les côtoyer sans savoir… Les juifs qui seraient reconnaissables à leur patronyme ont la possibilité de changer de nom3 (pour les femmes, le mariage exogame peut aider à « masquer » leur origine) et de nombreux homosexuels à l’instar d’Oscar Wilde (c’était surtout vrai au XIXe et dans une grande partie du XXe siècle) sont mariés…

  • 4 À l’inverse d’ailleurs, il y a des forums aujourd’hui pour demander si on ne pourrait mettre signe (...)

2Or pour « représenter » au théâtre ou au cinéma ou plus exactement pour « stigmatiser » ces deux catégories du genre humain4 (le terme de « race » est utilisé à l’époque), il faut les rendre « visibles ». Ce sont ces procédés utilisés pour une « reconnaissance immédiate » du Juif et de l’Homosexuel qui seront étudiés dans ce texte.

Les procédés de reconnaissance immédiate

  • 5 Maugue A., L’Identité masculine en crise au tournant du siècle. 1871-1914, Paris, Payot et Rivages (...)

3C’est dans la seconde moitié du XIXe siècle, avec un retour marqué à l’ordre moral, que se développeront parallèlement un antisémitisme et une homophobie de plus en plus violents qui se traduiront dans les représentations théâtrales puis cinématographiques. Le juif et l’homosexuel deviendront les boucs émissaires de cette époque marquée par « une crise de l’identité masculine5 ». La défaite contre la Prusse a été vécue comme un drame national, une preuve de l’affaiblissement de la France, de la dégénérescence de la « race ». Et les coupables seront très vite désignés : l’« invasion juive » et la dépravation des mœurs. Pour redresser la France, il faut rétablir les frontières entre homme et femme, français et étranger, normalité et anormalité.

  • 6 La France juive date de 1886, La Libre Parole de 1892 et La Libre Parole illustrée de 1893.
  • 7 Les travaux de Charcot inspireront au Docteur Henry Meige, Études sur certains névropathes voyageu (...)

4La France juive de Drumont et ensuite ses journaux La Libre Parole et La Libre Parole illustrée6, les travaux de Charcot7, le livre de Tardieu, La Pédérastie, véritables armes de guerre contre les juifs et les « invertis », fixent les caractères physiques qui seront repris par les artistes, auteurs, metteurs en scène ou réalisateurs, acteurs :

  • 8 Drumont É., La France juive, Paris, Marpon et Flammarion, s. d., p. 35.

« Les principaux signes auxquels on peut reconnaître le Juif restent donc : ce fameux nez recourbé, les yeux clignotants, les dents serrées, les oreilles saillantes, les ongles carrés au lieu d’être arrondis en amande, le torse trop long, le pied plat, les genoux ronds, la cheville extraordinairement en dehors, la main moelleuse et fondante de l’hypocrite et du traître. Ils ont assez souvent un bras plus court que l’autre8. »

  • 9 Gilman S. L., L’Autre et le Moi, stéréotypes occidentaux de la race, de la sexualité et de la mala (...)

5Caractéristiques auxquelles Charcot ajoutera « la claudication intermittente9 ». Pour les « pédérastes », comme les nomme le Professeur en médecine Ambroise Tardieu, les caractéristiques sont :

  • 10 Tardieu A., La Pédérastie, Paris, Le Sycomore, 1981, p. 30.

« Les cheveux frisés [caractéristique attribuée aussi aux juifs], le teint fardé, le col découvert, la taille serrée de manière à faire saillir les formes, les doigts, les oreilles, la poitrine chargés de bijoux, toute la personne exhalant l’odeur des parfums les plus pénétrants, et dans la main un mouchoir, des fleurs, ou quelque travail d’aiguille, telle est la physionomie étrange, repoussante, et à bon droit suspecte, qui trahit les pédérastes10. »

6De toutes ces descriptions physiques, la personnalité des individus doit être déduite, dans le sillage de la théorie de Lavater, la physiognomonie : à la laideur physique correspond la laideur morale. Les juifs et les homosexuels partageront de nombreux stéréotypes au point d’être mêlés dans certains personnages de théâtre et de cinéma. Les principaux sont :

  • 11 Revenin R., Homosexualité et prostitution masculines à Paris 1870-1918, Paris, L’Harmattan, 2005, (...)

7– appartenance étrangère : l’amalgame juif/étranger, homosexuel/étranger est récurrent durant la fin du XIXe et le début du XXe siècle. Il traduit le repliement sur soi, la peur de ce qui va gangréner « l’identité nationale ». Dès 1870, l’homosexualité est qualifiée de « vice allemand ». Quant aux juifs (après la défaite de 1870, les juifs alsaciens et lorrains émigrent en masse pour ne pas devenir allemands), ils sont accusés de ne pas avoir de patrie (l’adjectif « cosmopolite » leur est toujours accolé) et de vouloir mettre la main sur les richesses du pays qu’ils « colonisent ». Ce sont des « traîtres » et des « lâches », la lâcheté étant aussi un trait « caractéristique » de ces deux catégories de la population. De plus ils sont suspectés de fomenter des « complots ». Efficaces, organisés, ils forment une « franc-maçonnerie » du vice pour les homosexuels, une « secte » désirant mettre la main sur le monde pour les juifs. « Aussi si la visibilité homosexuelle est critiquée, son invisibilité laisse paradoxalement à penser que les homosexuels s’organisent en micro-réseaux secrets, agissant en coulisses, considérés de la même que les Juifs11. » Cette exclusion des groupes qui sont supposés porter atteinte à la cohésion nationale fonctionne d’autant mieux dans une France qui craint d’avoir perdu son prestige et son honneur et qui rêve de revanche.

8– efféminement et même le travestissement (maquillage, bijoux) et son corolaire, une sexualité anormale :

  • 12 Sidéris G., « Les folles de Saint-Germain-des-Prés au “fléau social”. Le discours homophile contre (...)

« Il faut voir que, d’une façon générale, l’efféminement est condamné par la culture occidentale contemporaine, depuis la seconde moitié du XIXe siècle jusqu’à la première moitié du XXe siècle, comme opposé au stéréotype de l’idéal masculin de virilité. Les Juifs et les homosexuels sont présentés comme des êtres efféminés, incapables d’atteindre cet idéal, comme des contretypes de cet idéal12. »

  • 13 Castellani C., Entre Moloch et Satan, Paris, Chez les principaux libraires, 1901, p. 6.

9L’une des raisons de la décadence de la France réside – pour une partie importante de la population française et de ses dirigeants – dans la dépravation des mœurs et la dévirilisation de la société. L’homophobie et l’antisémitisme vont de pair avec la critique radicale de l’émancipation des femmes qui sortent de leur rôle de mère et d’épouse. Les préjugés les plus extravagants circulent comme autant de « vérités incontestables ». Ceux qui ont trait à la sexualité sont censés révolter profondément une société prude et hypocrite. L’affirmation selon laquelle les juifs ont une sexualité pervertie, dépravée – à l’image des homosexuels – est donc particulièrement utilisée par les antisémites : les hommes seraient à l’image de Moloch, le démon des Hébreux, « l’emblème de toutes les lubricités étrangères : ordurier, sensuel, patron des pédérastes : un reptile noir et visqueux13 ».

  • 14 La Lanterne, journal créé en 1877 par Eugène Mayer (coulissier à la Bourse), de radicale, se distin (...)
  • 15 Drumont É., Le Testament d’un antisémite, Paris, Dentu, 1891, p. 363.

« Entre 1880 et 1886, Anus fut roi. On ne parlait que d’anus, de sodomie et de choses aussi ragoûtantes […]. C’était le beau temps des récits excrémentiels de La Lanterne14 et des pornographies sémitiques de la rue du Croissant15. »

10Il ne faut donc pas s’étonner que pour déprécier les juifs, on les ait affublés des symboles féminins et travestis – à l’instar des homosexuels.

  • 16 Corbin A., « La Rencontre des corps », Histoire du corps, t. II, Paris, Le Seuil, 2005, p. 200
  • 17 Drumont É., La France juive, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, s. d., p. 107.

11– L’hystérie, la maladie : le discours médical très prisé à la fin du XIXe siècle donne une description des « tares » « morales » et « physiques » des juifs et des homosexuels : faible constitution, « hystérie » et autres maladies « typiquement » féminines. « L’inverti a le teint blême, l’air maladif. Il souffre de troubles du système nerveux16. » « La névrose, telle est l’implacable maladie des Juifs. […] le système nerveux a fini par s’altérer17. » Les théories hygiénistes de la fin du XIXe siècle ajoutent encore au tableau antisémite et homophobe : le juif et l’homosexuel seraient « propres » à l’extérieur, et « crasse à l’intérieur ».

Le Shylock de Gémier18

  • 18 Firmin Gémier crée Le Marchand de Venise en 1917. Une première analyse de ce rôle a Meyer-Planture (...)
  • 19 Souday P., Opinions sur Shylock, 25 avril 1917, Paris, BnF, département des arts du fonds Rondel R (...)
  • 20 Matard-Bonucci M.-A., « L’image, figure majeure du discours antisémite ? », Vingtième siècle, no 7 (...)
  • 21 Lavater J. C., L’Art de connaître les hommes par la physionomie [1775-1778], Paris, Depélafoi libr (...)
  • 22 Un journal antisémite s’intitulera d’ailleurs Le Bonnet jaune.

12L’un des exemples de représentation au théâtre les plus intéressants de cette fusion des deux « vices à la mode » est la mise en scène du Marchand de Venise par Gémier en 1922 : ce rôle de Shylock qui sera son triomphe au point d’être repris par lui tout au long de sa carrière, ne suscitera ni interrogation ni réflexion particulière sur sa façon de jouer et de « représenter » le Juif. Pourtant il existe un témoignage écrit très précis, des photos et des caricatures de la composition du rôle par l’acteur, qui montre toute l’ambiguïté de Gémier : il s’interroge sur les conditions historiques de l’écriture de la pièce de Shakespeare, tente même de comprendre Shylock, de lui trouver des circonstances atténuantes mais les préjugés sont les plus forts et le Juif qu’il exhibe est une caricature. Pour Gémier, « ce théoricien social », il s’agit aussi de parler de l’argent, comme l’affirme Paul Souday en 1917 : « Il faut toujours en revenir là. Le Marchand de Venise est une pièce contre l’argent19. » Et la réception de la pièce est profondément orientée par cette notion d’argent dans une France qui fait de « la banque juive » la responsable de tous ses maux économiques et du « théâtre juif », le coupable de sa décadence intellectuelle. D’autant que l’image montrée sur scène ne présente aucune équivoque pour un spectateur de l’époque : elle correspond exactement aux caricatures qui circulent dans la presse. Drumont avec sa Libre parole illustrée a marqué des points. Les caricatures du « Juif » diffusées semaine après semaine par des dessinateurs talentueux – Gravelle, Courtet, Grégoire, Chanteclair et Henri de Sta – ont frappé les esprits : « L’image n’a pas seulement accompagné les discours antisémites. Elle les a synthétisés, simplifiés, concentrés, standardisés, facilitant la mémorisation de stéréotypes devenus types humains à travers elle20. » Drumont a propagé, par ses écrits mais surtout par les caricatures des dessinateurs, cette « physiognomonie21 » qui permet à travers les traits physiques de révéler la nature profonde d’un être humain. Le Juif est donc immédiatement repérable et identifiable selon les stéréotypes physiques listés par Drumont, qui traduisent l’hypocrisie, la bassesse, la traîtrise et la cupidité de celui-ci. S’y ajoutent des pièces de vêtements puisées au hasard des représentations picturales anciennes : le bonnet jaune signe d’infamie imposé par le pape Paul IV en 1555 (« Les Juifs doivent porter un bonnet jaune22 sans que personne puisse les en exempter »), les caftans à rayures – la rayure, signe discriminatoire, a dès l’origine été imposée aux juifs. Quand il n’est pas cet « étrange étranger », il est le financier avec les habits distinctifs de la puissance d’argent : queue de pie avec gilet, nœud papillon et chapeau haut de forme. Dans la propagande antisémite des années trente, ce capitaliste à chapeau haut de forme aura toujours le nez crochu…

  • 23 Gsell P., Le Théâtre, Paris, Grasset, 1925 p. 45.

13Gémier, homme de théâtre novateur, est un très grand acteur : « Aucune salle ne lui résiste. Dans un silence impressionnant, haletant, le public le regarde, l’écoute, le suit comme un caniche passionné pour son maître23. » Et ce public voit sur scène dans le Shylock de Gémier, cette « statue ethnique », qui « n’est pas seulement un Juif, [mais] le Juif ». Ce symbole du Juif est si minutieusement travaillé que lorsqu’il arrive en scène « il est très rare qu’on le reconnaisse aussitôt […]. Est-il meilleure preuve de l’illusion qu’il suggère ? » Paul Gsell, auteur dramatique, critique à qui l’on doit plusieurs ouvrages sur des hommes de théâtre, raconte précisément cette métamorphose :

  • 24 Toutes les citations de Gémier concernant le rôle de Shylock sont extraites de Gsell ibid., p. 25- (...)

« Il ajoutait à son nez la bosse que réclamait la vérité ethnique. Il appliquait sur sa tête une perruque rousse et crépue, car il a remarqué que souvent la chevelure des Sémites est frisée. Il collait à son menton une barbe à deux pointes. Il mettait des boucles d’oreilles ; car les hommes des races orientales ont des goûts féminins et ils aiment les bijoux. […] Il se vêtit d’une longue robe bariolée et se coiffa d’un étrange bonnet pointu. Puis il vérifia sa physionomie. Il essayait presque machinalement devant son miroir, le jeu de ses paupières clignotantes et de ses regards fuyants tout à coup durcis par la cruauté. Il avançait sa lippe à la façon des israélites cupides et défiants. […] Il était prêt24. »

  • 25 Les émeutes antisémites provoquées en 1911 par l’entrée de l’auteur dramatique Henry Bernstein au (...)

14En quelques lignes sont exposés dans ce personnage de théâtre tous les poncifs de l’époque. La description physique, fruit d’une observation attentive, est censée révéler l’âme juive, fuyante, cruelle, cupide et méfiante et suggérer la sexualité dévoyée. La « perversion sexuelle » est l’une des attaques favorites de l’extrême droite : Léon Blum, alors critique dramatique, avait été traité de « travesti normalien » par Daudet lors de l’affaire Bernstein25. Mais la gauche ne s’en prive pas non plus : dans L’Humanité du 14 février 1928, on décrit Blum comme « pris de tortillements freudiens […] Shylock Blum hilare bat des mains ». Les déviances sexuelles des juifs étaient censées venir d’une sensualité « orientale ». Le Shylock de Gémier pouvait faire « trembler » le public, il était porteur de tous les fantasmes antisémites de l’époque qui recouvraient aussi la peur de l’« inversion ».

Le banquier juif Gundermann de L’Herbier26

  • 26 L’Argent de Marcel L’Herbier, film muet, date de 1928

15Si le Shylock de Gémier correspond bien à la caricature du Juif qui court sur les scènes et les écrans populaires durant un siècle, la représentation du juif Gundermann que Marcel L’Herbier montre dans L’Argent, film muet qui joue évidemment sur les aspects visuels, est plus originale mais plus pernicieuse. Jouant sur les mêmes stéréotypes – l’étranger, l’efféminement, la névrose – L’Herbier ne fait pas de son juif un personnage comique ou risible, mais un personnage angoissant qui glace les sangs.

  • 27 Burch N., « Ambivalences d’un réalisateur “bisexuel”. Quatre films de Marcel L’in Véray L. (dir.), (...)

16Dans L’Argent, d’après le roman de Zola, ce sont les premières séquences, celles qui présentent tour à tour les banquiers Saccard et Gundermann, qui sont particulièrement éclairantes. D’un côté, Saccard joué par le comédien Pierre Alcover qui a été pensionnaire à la Comédie-Française, personnage qui « déborde de virilité par sa corpulence, par l’énergie qu’il déploie et surtout par le désir qu’il manifeste27 » se rêve en Napoléon : la caméra montre à plusieurs reprises la statuette de l’empereur qui est sur son bureau et s’arrête quelques instants sur la main d’Alcover-Saccard qui se glisse sous le gilet, imposant l’image d’un homme rattaché à l’histoire de France. De l’autre côté, Gundermann est incarné par Alfred Abel, acteur allemand qui vient de s’illustrer dans le rôle du maître de Metropolis. Pour présenter le banquier juif, la caméra suit le personnage de Salomon Massias – homme de paille de Gundermann joué par Alexandre Mihalesco, acteur spécialisé dans la représentation du juif « typique », dans l’immense hall en marbre désert de l’hôtel particulier de Gundermann ; un domestique ouvre avec des airs de conspirateur (il jette des regards rapides alentour pour être sûr que personne ne les observe) une porte dérobée (le complot) et le fait entrer dans une pièce circulaire dont les murs représentent un planisphère. À ce moment-là, la caméra enveloppe Salomon Massias d’un mouvement circulaire (panoptisme – le tout voir – associé à l’omnipotence de Gundermann : Gundermann a la main mise sur le monde entier – on pense bien sûr aux représentations caricaturales du Juif et le monde). Puis une seconde porte dérobée (elles sont invisibles dans le décor) ouvre enfin sur l’impressionnant bureau du banquier : celui-ci déjeune en compagnie de deux petits spitz allemands blancs (même les chiens sont « étrangers ») qui ne le quittent jamais (il les porte, les caresse, leur donne à manger). Froid, impassible, il a des gestes maniérés – il se tamponne les lèvres, mange un œuf petit doigt en l’air, se sert un verre de lait toujours le petit doigt en l’air : l’alternance des plans entre Saccard, agité, bavard, volontaire et Gundermann, impassible et énigmatique, renforce la différence de comportement. La caméra de L’Herbier a « débusqué » ce juif qui se cache et cherche à se rendre invisible (aucun signe extérieur, ni nez postiche, ni costume ethnique, ni fleur ni bijoux) mais qui, par opposition avec celui qui est un « vrai » Français, le banquier Saccard, ne peut qu’apparaître étrange et menaçant.

  • 28 Il en va de même pour Saccard, qui est présenté par Zola comme un « homme maigre (Zola É., L’Argen (...)
  • 29 Les descriptions du milieu dans lequel vit Gundermann s’inspirent très largement Mémoires d’un cou (...)
  • 30 Zola É., op. cit., p. 132-134.

17Le portrait du banquier Gundermann de L’Herbier est très différent de celui proposé par Zola28 : le banquier juif zolien, fidèle en cela aux descriptions du milieu juif traditionnel29, de la « tribu juive », vit au milieu d’une innombrable famille : « Il avait cinq filles et quatre garçons, dont trois filles et trois garçons mariés, qui lui avaient déjà donné quatorze petits-enfants. Lorsque, au repas du soir, cette descendance se trouvait réunie, ils étaient, en les comptant sa femme et lui, trente-et-un à table30. » On est bien loin du repas solitaire du Gundermann de L’Herbier. De même le bureau de Gundermann et son antichambre « pleine de remisiers, de solliciteurs, d’hommes, de femmes, de tout un grouillement tumultueux de foule » est un lieu de rencontres, de vie, mêlant étroitement travail et famille :

« Ce fut le comble du tapage : un petit garçon de cinq ou six ans, à cheval sur un bâton, fit irruption dans le cabinet en jouant de la trompette ; et, coup sur coup, il vint encore deux enfants, deux fillettes, l’une de trois ans, l’autre de huit, qui assiégèrent le fauteuil du grand-père, lui tirèrent les bras, se pendirent à son cou ; ce qu’il laissa faire placidement, les baisant lui-même avec cette passion juive de la famille, de la lignée nombreuse qui fait la force et qu’on défend. »

18Le Gundermann de L’Herbier, lui, ne prisera la compagnie que de ses deux chiens…

19Quant à la description physique zolienne, elle doit tout à l’imagerie juive traditionnelle : « un homme de soixante ans, dont l’énorme tête chauve, au nez épais, aux yeux ronds, à fleur de tête, exprimait un entêtement et une fatigue immenses ». L’acteur Alfred Abel, mince, efféminé et élégant, en donnera une représentation opposée :

  • 31 Burch N., op. cit., p. 210-211.

« Silhouette de furet à la gestuelle raffinée, tapi au fond de cet immense bureau qu’il ne quitte pour ainsi dire jamais […] sa sournoise passivité féminine (opposée donc aux mâles agissements de Saccard), cette absence totale de désir – si ce n’est du côté de la zoophilie ! – font de lui le personnage le plus inquiétant du film31. »

  • 32 Brisson P., « Chronique des spectacles », Le Figaro, 27 novembre 1938.

20L’Herbier a choisi pour représenter son banquier l’image d’un juif d’autant plus menaçante qu’elle n’est pas conforme à la caricature traditionnelle : il ne s’agit pas de rire mais de craindre. Comme le théorisera plus tard Pierre Brisson pour l’homosexualité, laissons les « facéties » pour le « café-concert » et gardons les « véritables » descriptions pour le genre dramatique : « Les vrais possédés font partie d’une conjuration. Ils ont besoin que des ténèbres enveloppent, dérobent et protègent leur univers. Ils ont besoin de la honte et de ses secrets32. » En montrant Gundermann sous ce jour inquiétant, L’Herbier règle ses comptes en même temps avec les homosexuels et les juifs, les renvoyant à ce stéréotype de « l’étranger » aux mœurs anormales fomentant un « complot » contre la France…

21Ces deux représentations de l’altérité, celle de Gémier et celle de L’Herbier ne sont pas contradictoires puisqu’elles reprennent les mêmes stéréotypes psychologiques, mais elles diffèrent par le traitement physique des personnages : Gémier recouvre son Shylock d’accessoires – le nez postiche, les bijoux, les costumes – qui reprennent les codes de l’imagerie populaire revivifiée par Drumont, alors que pour le banquier Gundermann, L’Herbier s’éloigne de cette représentation caricaturale qui ridiculise et lui substitue une construction plus « moderne », à travers le décor, la gestuelle, le rapport aux autres – représentation plus subtile, moins décryptable à première vue, qui angoisse mais qui n’en est pas moins efficace et dangereuse…

Notes

1 Arendt H., Sur l’antisémitisme, Paris, Calmann-Lévy, 1973, p. 179

2 Inutile bien sûr de mettre des signes distinctifs sur un Noir ; et lorsque, comme dans le Mirage de la vie (film de Douglas Sirk avec Lana Turner en 1959), une jeune fille dont la pigmentation très claire dissimule les origines noires, celle-ci vit une vie « normale » de blanche dans la société raciste américaine des années cinquante. Ces ennuis ne commencent qu’avec la découverte de la « négritude » de sa mère.

3 En Allemagne, Hitler a imposé en 1938 aux juifs qui avaient changé de nom de à leurs patronymes originaux. Aujourd’hui, à l’inverse, certains juifs français désirent reprendre leur ancien nom, abandonné au temps de l’antisémitisme : jusqu’alors la loi les en empêchait ; or un jugement de février 2011 a permis ce changement (http://www.jpost.com/JewishWorld/JewishNews/Article.aspx?id=247854). Néanmoins la recrudescence d’actes antisémites conduit des autorités à recommander aux juifs d’être à nouveau le plus « invisibles » possible : « L’ambassade d’Israël à Copenhague et une organisation juive danoise ont indiqué mercredi qu’elles déconseillaient aux Juifs le port de signes distinctifs en public, pour se protéger de l’antisémitisme. “Nous conseillons aux Israéliens qui viennent au Danemark et veulent se rendre à la synagogue d’attendre d’être entrés à l’intérieur pour mettre leur kippa et de ne pas la porter dans la rue, même si l’endroit qu’ils visitent est considéré comme sûr”, a déclaré l’ambassadeur Arthur Avnon. Il a ajouté qu’Israël déconseillait à ses ressortissants de porter de manière visible des bijoux comportant une étoile de David et de “parler hébreu fort” dans la rue. La communauté juive du Danemark est estimée entre 6 000 et 8 000 personnes » (http://www.juif.org/antisemitisme-juif/181237, danemark-l-ambassaded-israel-deconseille-aux-juifs-le-port-de. php, décembre 2012).

4 À l’inverse d’ailleurs, il y a des forums aujourd’hui pour demander si on ne pourrait mettre signe distinctif pour que les homosexuels se reconnaissent entre eux – preuve là aussi par l’absurde que l’homosexualité n’est pas « visible »… (http://www.za-gay.org/forum/viewtopic/19673/signe-distinctif/0/) Certains militants extrémistes de la cause homosexuelle pratiquent, eux, « l’outing ».

5 Maugue A., L’Identité masculine en crise au tournant du siècle. 1871-1914, Paris, Payot et Rivages, 2001.

6 La France juive date de 1886, La Libre Parole de 1892 et La Libre Parole illustrée de 1893.

7 Les travaux de Charcot inspireront au Docteur Henry Meige, Études sur certains névropathes voyageurs : le juif-errant à la Salpétrière, Paris, L. Battaille et Cie, 1893.

8 Drumont É., La France juive, Paris, Marpon et Flammarion, s. d., p. 35.

9 Gilman S. L., L’Autre et le Moi, stéréotypes occidentaux de la race, de la sexualité et de la maladie (chapitre 7, « Le pied juif : appendice au corps juif »), Paris, PUF, 1996, p. 175.

10 Tardieu A., La Pédérastie, Paris, Le Sycomore, 1981, p. 30.

11 Revenin R., Homosexualité et prostitution masculines à Paris 1870-1918, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 100. On pense évidemment au succès des Protocoles des Sages de Sion qui développent la théorie du « complot juif ».

12 Sidéris G., « Les folles de Saint-Germain-des-Prés au “fléau social”. Le discours homophile contre l’efféminement dans les années 1950 : une expression de la haine de soi ? », in Benbassa E. et Attias J.-C. (dir.), La Haine de soi, Bruxelles, Complexe, 2000, p. 128.

13 Castellani C., Entre Moloch et Satan, Paris, Chez les principaux libraires, 1901, p. 6.

14 La Lanterne, journal créé en 1877 par Eugène Mayer (coulissier à la Bourse), de radicale, se distingue par un anticléricalisme de combat. Ce journal s’installe dans « la République du Croissant », quartier entre Réaumur et Opéra qui regroupe la plupart des grands journaux.

15 Drumont É., Le Testament d’un antisémite, Paris, Dentu, 1891, p. 363.

16 Corbin A., « La Rencontre des corps », Histoire du corps, t. II, Paris, Le Seuil, 2005, p. 200

17 Drumont É., La France juive, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, s. d., p. 107.

18 Firmin Gémier crée Le Marchand de Venise en 1917. Une première analyse de ce rôle a Meyer-Plantureux C., Les Enfants de Shylock ou l’antisémitisme sur scène, Bruxelles, Complexe, 2005.

19 Souday P., Opinions sur Shylock, 25 avril 1917, Paris, BnF, département des arts du fonds Rondel R239521.

20 Matard-Bonucci M.-A., « L’image, figure majeure du discours antisémite ? », Vingtième siècle, no 72, Presses de Sciences Po, octobre-décembre 2001.

21 Lavater J. C., L’Art de connaître les hommes par la physionomie [1775-1778], Paris, Depélafoi libraire, rue de Grands Augustins, no 21, 1820.

22 Un journal antisémite s’intitulera d’ailleurs Le Bonnet jaune.

23 Gsell P., Le Théâtre, Paris, Grasset, 1925 p. 45.

24 Toutes les citations de Gémier concernant le rôle de Shylock sont extraites de Gsell ibid., p. 25-45.

25 Les émeutes antisémites provoquées en 1911 par l’entrée de l’auteur dramatique Henry Bernstein au répertoire de la Comédie-Française.

26 L’Argent de Marcel L’Herbier, film muet, date de 1928

27 Burch N., « Ambivalences d’un réalisateur “bisexuel”. Quatre films de Marcel L’in Véray L. (dir.), Marcel L’Herbier l’art du cinéma, Paris, Association française de recherche sur l’histoire du cinéma, 2007, p. 210-211.

28 Il en va de même pour Saccard, qui est présenté par Zola comme un « homme maigre (Zola É., L’Argent, Paris, Le Livre de Poche classique, 1998, p. 192).

29 Les descriptions du milieu dans lequel vit Gundermann s’inspirent très largement Mémoires d’un coulissier d’Ernest Feydeau (Paris, Librairie nouvelle, 1873), qui décrit le baron James de Rothschild.

30 Zola É., op. cit., p. 132-134.

31 Burch N., op. cit., p. 210-211.

32 Brisson P., « Chronique des spectacles », Le Figaro, 27 novembre 1938.

Auteur

Professeur en arts du spectacle à l’université de Caen Basse-Normandie, membre du laboratoire CRHQ/CNRS (équipe « Cultures et politiques »), travaille, entre autres, sur l’articulation entre théâtre et cinéma au tournant du XXe siècle et sur les images de l’altérité sur la scène et à l’écran (particulièrement autour de la représentation des juifs et des homosexuels). Dernier ouvrage paru : Romain Rolland, théâtre et engagement (PUC, 2012).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540